À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

 Boris de Schlœzer
Introduction à J.-S. Bach

De Schlœzer Boris, Introduction à J.-S. Bach : essai d'esthétique musicale.
Presses Universitaires de Rennes, Rennes 2009 (1947)
 [ 305 p. ; ISBN : 978-2-7535-0735-7 ; 18 €]

  Pouvais-je me livrer à de savantes dissertations sur la musique de Bach alors que j'ignorais ce qu'est au juste une œuvre musicale ? […] Je fus amené ainsi par la force des choses à écrire cet « Essai d'esthétique musicale » qui n'est donc pas une construction abstraite mais procède d'une réflexion systématique sur les compositions de Bach et s'efforce de maintenir avec elles un contact étroit. » Publié en 1947, épuisé depuis plus de 20 ans, cet essai est un grand livre : un grand livre de philosophie de la musique mais, plus fondamentalement aussi, un grand livre de philosophie de l'art.

Ce livre est la réédition (avec présentation, bibliographie, index et un texte de Gaëtan Picon) d'un grand livre de philosophie de l'art beaucoup trop méconnu. Écrit pendant la Seconde Guerre mondiale dans le sillage de la phénoménologie d'Edmund Husserl et de Roman Ingarden, il entend refonder la pensée musicale en superposant 3 dimensions :

1. Cette refondation de la pensée musicale se veut systématiquement adossée à l'analyse de la musique de Jean-Sébastien Bach. Cette dernière constitue le socle sur lequel une pensée de la musique ne se veut pas une pure construction abstraite mais se déploie comme un instrument de connaissance qui s'essaye et s'éprouve.

2. Plus profondément, cette refondation se donne pour tâche d'envelopper de façon transhistorique l'ensemble des questions liées à l'essence de la musique et à l'ontologie de l'œuvre musicale. Structure esthétique fermée sur soi, l'œuvre musicale ne saurait se réduire ni à la partition, ni à l'exécution, ni aux phénomènes sonores, ni aux états mentaux du musicien ou de l'auditeur.

3. À l'origine de ces deux dimensions, la pensée de Schlœzer s'élargit encore pour s'étendre à la philosophie de l'art elle-même préoccupée de la nature et des opérations de toute œuvre d'art ; de la position du récepteur ; du travail du créateur et du sens de la signification que l'artiste met en œuvre.

Boris de Schloezer (1881-1969), d'origine russe émigré à Paris en 1921, a été traducteur de la littérature russe (Chestov, Gogol, Dostoïevsky, Tolstoï, Tchekhov, Bounine, Léonov), critique musical à la Nouvelle Revue Française (1921- 1940, 1947-1957) et à la Revue Musicale. Il a aussi écrit des livres sur Stravinsky, sur Scriabine et sur Gogol.

Édition établie et présentée par Pierre-Henry Frangne, maître de conférences en esthétique à l'université Rennes 2 Haute Bretagne.

Presses Universitraires de Rennes
Table des matières
Présentation par Pierre-Henry Frangne

©Références / Musicologie.org 2009