S'abonner au bulletin

 

« Goitse » et « Cappercaillie » à Tatihou aux « Traversées Tatihou »

 

22 août 2013, par Alain Lambert ——

 

Goitse et capercaillieÎle de Tatihou. Photographie © J.-C. Petremann

Soirée celtique aujourd'hui, déjà complète depuis plusieurs semaines, comme tous les ans, avec trois concerts, dont deux sur l'île. Une traversée plus venteuse, mais du soleil toujours, qu'on retrouve aussi chaud une fois à l'abri des murs du parc où l'attente au passage des billets est brève, malgré la foule qui s'est précipitée sur le sentier marin, encore recouvert, bien avant l'heure indiquée...

Le premier groupe, estampillé irlandais, n'a que trois ans d'âge et déjà le sens du marketing : des cédés, normal, mais aussi des t-shirts, et une remarquable photo de presse (on les croirait débarqués du Titanic il y a 101 ans, à Cherbourg, l'unique escale avant l'iceberg.) De bons musiciens, sans doute, mais qui enfilent les reels et autres airs rapides au kilomètre et à l'applaudimètre.

Gotse Le groupe Goitse. Photographie © Maurice Gunning.

Le bémol, c'est la sonorisation bien moyenne, avec un accordéon inaudible, un bodhran et une guitare trop forts, et un violon qui ouine comme un biniou dès que ça s'emballe. Et même les morceaux plus lents, arrangés un peu pop avec un piano, embrayent forcément, sauf une ou deux exceptions, sur du rythmique à cent à l'heure, déclenchant les claps du public qui en rajoutent dans l'à peu près. Ce qui à la longue devient vite lassant et répétitif. Avec un peu plus d'arrangements et de nuance, et un effort à la balance pour peaufiner la sonorisation, tout ira mieux.

Sans oublier les qualités certaines quand on entend les instruments seuls, particulièrement le banjo qui s'en tire haut la main. La voix de fillette de la violoniste, mais avec du coffre, est intéressante et va sans doute bonifier en se posant. Et le solo final de bodhran, avec le jeu de peau repoussée à la « Iron Butterfly », en a scotché plus d'un.

CappercaillieLe groupe Cappercaillie.

Avec « Cappercaillie », de vieux routiers écossais de presque trente ans, tout coule. Les suites de reels sont moins systématiques, et bien arrangées, mettant en valeur chaque instrument à son tour, bouzouki, fiddle, accordéon, flûte, ou ullean pipe. La sonorisation est bonne, on les entend tous parfaitement, bien que ce groupe compte huit musiciens dont une section rythmique avec batterie, basse et percussions. Quant à la voix de Karen Matheson, en solo ou en choeur, en ballade ou dans les vocalises gaéliques rapides, en groupe ou avec juste une guitare ou un accordéon, elle est parfaite et posée, grave et émouvante. Pas besoin d'en dire plus, il suffit d'écouter.

 le retour avant la marée" de Patricia Segretinat Le retour avant la marée. Photographie © Patricia Segretinat.

Avant que la marée ne remonte et nous force à repartir sur le sentier, certains un peu plus pressés que d'autres, des mélodies plein la tête, qui s'estompent avec le vent et la lumière du soir.

La suite des Traversées sur le site culture.manche.fr.

plume Alain Lambert
22 août 2013

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    

rectangle


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert

 

 

 

rectangle

rectangle

rectangle