À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

Carl Philipp Emmanuel Bach,
Six sonates pour le clavecin
à l'usage des dames
Par Jean Duchamp


Carl Philipp Emmanuel Bach,
Six sonates pour le clavecin à l'usage des dames.
« La musique française classique de 2200 à 1800 »
Éditions Fuzeau (n° 6048), Gourlay 2006 [44 p. ; 19,50 €]

Parmi leur collection de fac-similés intitulée « Dominantes », les éditions Fuzeau proposent au public les Six sonates pour le clavecin à l'usage des Dames de Carl Philipp Emmanuel Bach. Au sein de la monumentale production pour le clavier de cet auteur, ces sonates occupent une place un peu particulière. La notion de musique « à l'usage des dames » appelle quelques commentaires pour le musicien de nos jours, de même que le style de ces sonates (wq 54) publiées par J. J. Hummel, à Amsterdam, en 1770.

Pendant les quelques trente années berlinoises passées à la cour de Frederick le Grand, Carl Philipp Emmanuel a grandement développé d'idiome de la sonate pour clavier, lui conférant peu à peu une théâtralité de même qu'une expression propres à l' Empfindsamkeit.

Mais ces six sonates que l'auteur emporte dans ses valises lorsqu'il s'installe à Hambourg, en 1766, relèvent de caractères plus légers, plus concis. Répartissant leurs trois mouvements sur trois à quatre pages seulement, elles sonnent un peu comme des prolongements de l'art de la miniature d'un Domenico Scarlatti. Préférant la facilité à la virtuosité, cette musique est, sans doute, destinée à l'espace privé des salons, dans une époque où le concert pour clavier existait peu ; on comprend alors le sous-titre ainsi que le public qu'elles visent.

Malgré son titre, le lecteur apercevra que ce n'est sans doute pas au clavecin que le compositeur destinait ces oeuvres. En effet, on trouve ici peu d'ornements et, surtout, un jeu dynamique précis qui ne peut se destiner au clavecin. On pense donc soit au nouveau pianoforte, soit au clavicorde. La deuxième moitié du XVIIIe siècle représente l'âge d'or du clavicorde, instrument dont Carl Philipp Emmanuel Bach s'était fait construire un exemplaire spécifique de grande taille, avant de se consacrer au pianoforte dans les deux dernières décades de sa vie. Dans sa méthode publiée à Berlin (1753), il précise même que le clavecin est destiné à la musique puissante (orchestre ou chambre), pendant que le clavicorde est davantage réservé au répertoire solo. L'indication « clavecin » serait donc une erreur de l'éditeur, sans doute guidé par un souci commercial. Erreur qui, hélas, se retourne à présent contre l'éditeur moderne, qui n'a pas fait figurer sur sa page de titre la possibilité de jouer cette musique au pianoforte…

L'appareil critique conçu par Miklos Spanyi est remarquable, il fournit une très bonne introduction présentant ces pièces dans leur contexte éditorial et stylistique. La gravure originale de Hummel est d'une belle lisibilité. Les difficultés rythmiques que la notation d'origine suscite (par exemples triolets non indiqués) et les ornements sont bien explicités. Seul un tableau chronologique, mêlant maladroitement les oeuvres et éléments biographiques de Carl Philipp Emmanuel à ceux de son père, nuit un peu, selon nous, à la qualité éditoriale de ce travail.

Saluons donc cette parution qui, au-delà des femmes clavecinistes, s'adresse à tous ceux qui sauront retrouver poésie et délicatesse dans le toucher de leur clavier.

Jean Duchamp.
Département « Musique et Musicologie »,
Université Lumière–Lyon 2.

 

Table des matières

  • Présentation par Miklos Spanyi : L'oeuvre pour clavier de C.P.E. Bach, les six « Damensonaten », choix édiorial, liste des corrections et des variantes de lecture
  • Sonata I en fa majeur : allegro, allegro
  •  Sonata II en ut majeur : allegretto, andantino grazioso
  • Sonata III en ré mineur : allegro ma non troppo, larghetto, prestissimo
  • Sonata IV en si b majeur : allegretto, andantino ciciliano, presto
  • Sonata V en ré majeur : allegretto grazioso, andante, poco allegro
  • Sonata VI en la majeur : allegro di molto, larghetto.

©Références / Musicologie.org 2007