S'abonner au bulletin

 

Fuenteovejuna
par la compagnie
Antonio Gadès
au Théâtre de Caen

19-23 décembre 2012

Par Alain Lambert

 

Ayant pris du retard, j'aurais pu ne pas parler de ce beau spectacle alliant danse, musique et théâtre. Mais, joué à Paris début 2013, puis en tournée en France ensuite, sans doute n'est-il pas trop tard pour en dire quelques mots et y inviter les amateurs de Flamenco, et les autres.

fuenteovejuna, Caen Fuenteovejun au Théâtre de Caen, décembre 2012.
Photograhie © Éric Dervaux

Un des derniers ballets de Antonio Gadès — vous savez, le chorégraphe tourmenté du Carmen de Carlos Saura — créé à la fin du siècle dernier à partir d'une pièce de Lope de Vega datant du début xviie. L'histoire est celle d'un village d'Andalousie, Fuente Ovejuna, dont le seigneur, après un abus de trop, provoque la révolte des habitants qui le tuent. La pièce comme le ballet ne disent pas, après les retrouvailles des amoureux séparés, que le pouvoir royal enverra l'armée en représailles, d'où le nom de comédie donné à la pièce, quand tout est bien qui finit bien.

Fuenteovejun au Théâtre de Caen,

Le scénario permet d'évoquer en plusieurs tableaux très picturaux (de Goya ou Velázquez aux outils inspirés du graphisme d'un Picasso) la vie d'un village paysan d'autrefois, avec ses travaux, ses peines, et ses danses anciennes et collectives pour lesquelles Gadès a fait des recherches quasi-ethnographiques. Quant au flamenco dansé, chanté et joué en direct, aux guitares et aux percussions (talons et mains), il surgit hors de la bande son pour commenter les réactions des villageois à chaque venue du seigneur, accompagné de ses deux sbires, sur la musique de « Catacombe », un des Tableaux d'une exposition de Moussorsky.

Fuenteovejun au Théâtre de Caen,

Une trentaine d'artistes dont une chanteuse et deux guitaristes, évoluent sur la scène au fil de la narration, acteurs, danseurs ou simples spectateurs pour redonner vie à cette création du chorégraphe, mort en 2004, et permettre au public d'en profiter encore. À Grenade, en 1995, lors de la création, un journal avait titré : Fuenteovejuna, des talons et du talent ! Tout était et reste dit.

Fuenteovejun au Théâtre de Caen, décembre 2012.
Photograhie © Éric Dervaux

Du 2 au 4 janvier au Palais des Congrès de Paris, le 7 février à Amiens et le 19 à Béziers.

 

 

Alain Lambert
31 décembre 2012

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org
31 décembre 2012

 

Les articles
d'Alain Lambert

 

 

 

rectangle

rectangle