S'abonner au bulletin

 

« Don Carlo »  éblouissant de voix wagnériennes au Deutsche Oper de Berlin

 

Berlin, 1er novembre 2013, par Jean-Luc Vannier ——

 

Rien ne sert d'opposer, dans une compétition stérile, les commémorations du  bicentenaire de la naissance de Richard Wagner à celle de Giuseppe Verdi. La première très réussie, jeudi 31 octobre, du « Don Carlo » de Verdi dans une nouvelle distribution du Deutsche Oper de Berlin, l'aura certainement démontré. De cette reprise d'une production d'octobre 2011, version berlinoise en quatre actes du livret de Joseph Méry d'après la tragédie de Friedrich Schiller, ne subsiste que l'oppressive mise en scène de Marco Arturo Marelli : dans ce cloître de San Juste, d'imposantes murailles grisâtres dans lesquelles se fondent aussi les costumes de Dagmar Niefind, se déplacent géométriquement, mues par quelque énigmatique volonté. Au point de contraindre les évolutions physiques des chanteurs tout comme elles suggèrent, sous l'écoute implacable d'un Rex Tremendae Majestatis, la désespérante atrophie de l'humain épris de liberté. Parallélisme des formes, un gigantesque cube d'une étincelante blancheur dans la scène d'introduction et la conclusion, signale le fantomatique tombeau de Charles Quint, sorte de mystérieuse Kaaba autour de laquelle se développe l'ensemble de la dramaturgie.

Don CarloVioletta Urmana (Princesse Eboli). Photographie © Bernd Uhlig.

Confiée au chef d'origine écossaise Donald Runnicles, directeur général musical du Deutsche Oper depuis 2009, la direction orchestrale donne le sentiment, au tout début de l'exécution, d'une certaine lenteur dans le rythme mais devient plus énergique dans la deuxième partie. Les attaques de la partition de celui qui fut à la tête musicale de l'Opéra de San Francisco de 1992 à 2009, se font ainsi plus incisives, les nuances plus marquées et les voix des chanteurs moins couvertes que lors des premiers tableaux. Exigeante, précise, sa direction du plateau et notamment des admirables chœurs du Deutsche Oper, certes moins sollicités dans cette œuvre que dans les ouvrages antérieurs de Verdi, ne suscite en revanche que des éloges.

La distribution mérite des commentaires plus contrastés. En premier lieu, ce sont d'admirables voix wagnériennes qui ont paradoxalement soutenu et enrichi ce « Don Carlo » de la Bismarckstrasse. Dans le rôle du roi Philippe II, la basse allemande Hans-Peter König et dans celui de la Princesse Eboli, la mezzo-soprano lithuanienne Violetta Urmana dominent tout au long de la performance par l'intensité de leur engagement scénique et l'exploitation de toutes leurs facultés vocales. Le « Ella giammai m'amò ! » du début de l'acte III vaut à l'habitué des personnages de Gurnemanz dans  « Parsifal », du roi Heinrich dans « Lohengrin », du roi Marke dans « Tristan und Isolde », de Fasolt, Fafner, Hunding et Hagen dans le « Ring », ou de Daland dans « Der fliegende Holländer », une longue ovation, encore plus méritée pour cette prise de rôle.

Don CarloDalibor Jenis (Rodrigo) et Anja Harteros (Elisabeth de Valois). Photographie © Bernd Uhlig.

Le double registre de mezzo-soprano et de soprano dramatique de Violetta Urmana, déjà connue pour ses succès d'interprétation de Sieglinde dans « Die Walküre » au festival de Bayreuth,  donne une ampleur inégalée au caractère de la Princesse Eboli. De la douceur colorée des vocalises andalouses et frivoles dans le jardin royal lors du deuxième tableau de l'acte I aux éclats fulgurants de la vengeance puis, à ceux plus tourmentés de la contrition dans une émouvante supplique « O don fatale » de l'avant-dernier acte, celle qui reçut sa formation de la flamboyante wagnérienne Astrid Varnay, offre à l'audience qui l'a ovationnée à l'issue, toutes les subtilités d'un surprenant spectre vocal jamais pris en défaut d'un bout à l'autre de la tessiture.

Don CarloHans-Peter König (Philippe II) et Anja Harteros (Elisabeth de Valois). Photographie © Bernd Uhlig.

Dans ces conditions, il n'est pas toujours facile pour Anja Harteros d'incarner Elisabeth de Valois. Regrettons le fait avéré que la soprano allemande ne semble guère déployer d'efforts pour y parvenir. Elle se réserve complètement pour son grand air final « France, beau pays » et surtout « Tu che le vanità », absolument bouleversant de justesse de ton et d'intimisme vocal jusqu'à provoquer l'enthousiasme délirant et légitime du public réclamant un bis. Mais ce comportement narcissique doit susciter la réprobation lorsqu'on prétend participer à un travail opératique, spectacle vivant et collectif où chacun à le droit de revendiquer sa part de succès. En témoigne, en seconde partie, la magnifique cascade de duos, trios et de quatuors entre Philippe II, la Princesse Eboli, Rodrigo Marquis de Posa excellemment chanté par le baryton basse slovaque Dalibor Jenis et la reine. Sinon, la soprano allemande devrait se cantonner à des concerts exceptionnels où elle sera effectivement seule sur scène.

Don CarloHans-Peter König (Philippe II). Photographie © Bernd Uhlig.

Malgré les circonstances atténuantes d'une prise de rôle, la vive déception provient du ténor américain Russell Thomas campant un Don Carlo étonnamment faiblard, au souffle aussi court que son jeu dramatique. Son duo de fraternité d'armes avec Rodrigo en deuxième tableau de l'acte I, pourtant l'un des « leitmotivs » lancinants de Verdi dans cette pièce sur le thème de la liberté et de la mort — il sera repris au moment de l'assassinat du Marquis de Posa — manque hélas de ferveur et de conviction. Saluons en revanche la belle prestation du Grand Inquisiteur (Paata Buchurladze), celle des députés des Flandres (Ben Wager, John Chest, Michael Rapke, Andrew Harris, Tobias Kehrer et Stephen Barchi) ainsi que le superbe moment instrumental du violoncelle solo joué par Michael Hussia annonçant le désespoir du roi en début de l'acte III.

Don CarloRussell Thomas (Don Carlo) et Dalibor Jenis ( Rodrigo, Marquis de Posa). Photographie © Bernd Uhlig.

Une soirée lyrique conclue par des applaudissements nourris d'un public hésitant à quitter la salle avant d'avoir longuement acclamé les chanteurs et le maestro. Peut-être craignait-il aussi d'être rançonné à l'extérieur par les centaines de petits Berlinois grimés et costumés menaçant de jeter un sort à quiconque ne distribuerait pas les sucreries d'Halloween.

 

Berlin, le 1er novembre 2013
Jean-Luc Vannier

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


Références / musicologie.org 2013

ISSN  2269-9910

 

musicologie.org

Les derniers articles
de Jean-Luc Vannier

Placido Domingo, subtil maestro de « The Telephone » et « Amelia al ballo » de G. C. Menotti, ouvre la saison lyrique à l'Opéra de Monte-Carlo

« Marco Polo » entre père et fils aux Ballets Nice Méditerranée (5 octobre 2013)

Jeroen Verbruggen et sa fascinante « Arithmophobia » chorégraphient un au-delà de la mort aux Balletsde Monte-Carlo, par Jean-Luc Vannier

Bernice Coppieters, « Shéhérazade » féline aux Ballets de Monte-Carlo

« L'histoire de Manon » par le Royal Ballet de Londres au Grimaldi Forum : un classicisme désuet émaillé de trivialités

La soprano Irina Ionescu et le ténor Augustin Hotea victorieux contre les choix — discutables — du Grand Prix de l'Opéra de Bucarest

Un magnifique « Il ritorno d'Ulisse in patria » de Monteverdi en fin de saison à l'Opéra de Nice

« Kocktales » au Theater der UDK de Berlin : les jeunes artistes allemands et les fantômes du IIIe Reich.

« Masse » par le Staatsballet et le Technoclub Berghain : un « mariage pour tous » chorégraphique à la berlinoise.

Une « Agrippina » de Georg Friedrich Haendel vénéneuse à souhait au Staatsoper de Berlin

A quoi rêve la jeune fille Senta au Staatsoper de Berlin ? Au « Fliegende Holländer » !

Rainer Krenstetter magnifie le « Tschaikowsky » du chorégraphe Boris Eifman au Staatsoper de Berlin

« Messa da Requiem » de Verdi d'une sombre beauté au Deutsche Oper de Berlin

Le Deutsche Oper de Berlin ovationne la soprano Edita Gruberova dans « Lucrezia Borgia » de Donizetti

Mise en scène audacieuse pour un fascinant « Rigoletto » au Deutsche Oper de Berlin

« Choré » ou la mélancolie chorégraphique de Jean-Christophe Maillot aux Ballets de Monte-Carlo.

Une impressionnante saison lyrique 2013-2014 s'annonce à l'Opéra de Monte-Carlo (26 avril 2013)

Un érotisme sensuel pour « Adagietto » du chorégraphe Oscar Araiz aux Ballets Nice Méditerranée.

Une « Amica » de Pietro Mascagni à redécouvrir à l'Opéra de Monte-Carlo

« Madama Butterfly » gravement irradiée à l'Opéra de Nice

La soprano Annick Massis ovationnée dans « La Sonnambula » de Bellini à l'Opéra de Monte-Carlo

« La flûte enchantée » de Mozart à l'Opéra de Nice, ravissant conte maçonnique pour petits et grands.

Duos d'amour wagnériens sans passion à l'Opéra de Monte-Carlo.

La soprano Désirée Rancatore, émouvante et émue, dans une « Traviata » intimiste à l'Opéra de Monte-Carlo

La lancinante beauté mélancolique de « Pelléas et Mélisande » à l'Opéra de Nice

Sublime « Madame Butterfly » au Staatsoper im Schiller Theater de Berlin.

Une « Traviata » de l'entre-deux-guerres au Deutsche Oper de Berlin.

Tout

 

 

 

rectangle

rectangle

rectangle