S'abonner au bulletin

 

Beethoven - Mozart
Quintettes pour piano et vents

 

beethoven - Mozart quinettes piano et vents

 

Beethoven - Mozart, Quintettes pour piano et vents (Sebastian Manz, Marc Trénel, Herbert Schuch, David Fernández Alonso, Ramón Ortega Quero). Indé Sens !, 2011.

Enregistré au temple Saint-Marcel de Paris les 10-12 septembre 2011.

Sebastian Manz (clarinette)
Marc Trénel (basson)
Herbert Schuch (piano)
David Fernández Alonso (cor)
Ramón Ortega Quero (hautbois)

Wolfgang Amadeus Mozart
Qintette en mibémol majeur KV 452
(Largo, Allegro - moderato, Larghetto, Allegretto.

Ludwig Van Beethoven
Qintette en mib majeur, opus 16
Grave - Allegretto ma non tanto, Andante cantabile, Rondo Allegretto ma non troppo

 


Bethoven, Quintette opus 16
Premières mesures de l'Andante cantabile

Le mois de mars 1784 est un mois de folie pour Mozart. Il consacre les après-midis aux élèves, et doit jouer pratiquement tous les soirs, compose 3 concertos pour piano, et met la dernière note au quintette pour piano, hautbois, clarinette, cor et basson le 30 mars. Le 1er avril, au cours d'une académie de musique, il présente des symphonies, un de ses derniers concertos pour piano, et ce tout nouveau quintette, qui est, selon Mozart lui-même, formidablement bien accueilli. Dans une lettre à son père datée du 10 avril, il écrit : [...] ich selbst halte es für das neste was ich nch un meinenm keben geschrieben habe : « pour ma part, je le tiens pour le meilleur de ce que j'ai déjà écrit dans ma vie ».

C'est en effet une réussite sonore, mélodique, concertante et expressive.

Douze années plus tard, en 1796, cette œuvre semble être un modèle — ou un objet à dépasser — pour le quintette opus 16 de Beethoven, qui est créé avec un grand succès le 6 avril 1797 à Vienne. Au-delà des comparaisons que permettent les similitudes entre les deux œuvres, dont la tonalité générale de mibbémol majeur, mais aussi la réunion dans ce qu'on appelle le style viennois, c'est la différence qui rend l'audition successive des deux œuvres passionnante. Dans la dramaturgie, l'épaisseur sonore, l'expression contrastée et appuyée, les effets orchestraux, le lyrisme mélodique exacerbé, mais surtout un piano roi, car Beethoven a composé ce quintette — dédié au prince Joseph zu Schwarzenberg — à l'usage de ses propres concerts.

Les soufflants réunis pour cet enregistrement sont tous 1er Prix du concours international ARD* Munich, ils ont été solistes et sont solistes dans des ensembles exigeants, tels l'Orchestre symphonique de la radio bavaroise ou de Stuttgart, de l'Orchestre de Valence, du Festspielhaus de Baden-Baden, l'Orchestre de Paris, l'Orchestre de chambre de la radio des Pays-Bas, la Philharmonie de Berlin, etc.

Le pianiste Herbert Schuch a remporté les concours de Cassagrande à Londres et Beethoven de Vienne, il se produit avec le London Pilharmonic, l'Orchestre national de Lyon, l'Orchestre symphonique de Vienne, le philharmonique de Cologne.

L'ensemble a présenté ce programme dans de nombreuses salles allemandes en 2011.

L'enregistrement aurait certainement gagné dans la recherche d'un niveau sonore moins poussé.

 

Jean-Marc Warszawski
21 février 2011

* Réunion des grandes chaînes publiques régionales de radio et de télévision allemandes.

mozart autographe
Mozart, première page autographe du quintette KV 452

 


Références / musicologie.org 2011

À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Coursd'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale