À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

 

Malou Haine
Ernest Van Dyck,
un ténor à Bayreuth

HAINE MALOU, Ernest Van Dyck, un ténor à Bayreuth.
Suivi de la correspondance avec Cosima Wagner
.
Éditions Symétrie, Lyon 2005 [2220 p.]

Note de lecture
par Jean-Marc Warszawski

Professeur à la section de musicologie de l'Université Libre de Bruxelles, directrice du beau musée des instruments de la ville de Bruxelles, directrice de collection aux éditions Mardgaga, Malou Haine est connue dans le monde de la musique. Elle a publié de nombreux ouvrages. Elle  récemment publié, chez Mardaga un livre sur la mise en musique des textes de Jean Cocteau dans lequel, après une partie rédigée substantielle,  elle offre un dense matériel documentaire raisonné.  Elle adopte ici le même principe, somme toute judicieux.

Le ténor Ernest Van Dyck est né en 1861 à Anvers dans une famille d'industriels. Après des études de droit à Louvain et à Bruxelles, et une activité amateur de chanteur, il est journaliste à Paris.  Il étudie le chant auprès de Saint-Yves Bax (1829-1897), professeur au Conservatoire national. Il prend également des cours auprès de Jules Massenet et d'Emmanuel Chabrier. Il fait ses débuts à Paris en 1883 dans la cantate Paul Vidal, «Le Gladiateur» sur un texte d'Émile Moreau qui concoure pour le Prix de Rome.

Le 3 mai 1887, à l'Eden-Théâtre de Paris, il chante en français le rôle-titre lors de la création intégrale française de Lohengrin de Wagner. C'est son vrai début qui est suivi par le succès à l'Opéra de vienne, au Metropolitan Opera de New York, au Covent Garden de Londres, à Saint-Petersbourg, Prague, Budapest etc.  Il se distingue particulièrement dans les œuvres de Massenet  et de Wagner.

L'étude de Malou Haine est circonscrite à la carrière que fait Ernest van Dyck au festival de Bayreuth dirigé par Cosima Wagner (Richard Wagner est mort en 1883).

Le 3 mai 1887, parmi les spectateurs de l'Eden-Théâtre, il y a Adolf von Gross, intendant général du Festival, accompagné de son épouse. Hermann Levi,  un des chefs d'orchestre du festival, quant à lui, assiste à la répétition générale. Le jeune Siegfried Wagner (1869-1760), séjournant à Paris, incognito en raison des manifestations anti-wagnériennes, rate la représentation pour des raisons de calendrier scolaire.

En septembre Van Dyck auditionne à Munich devant le clan Wagner, puis devant Cosima en personne. Il  fait une énorme impression, il semble être le ténor  attendu en vain depuis des années. Il est engagé pour la saison de 1888. Mais c'est à l'Opéra de Vienne, en novembre 1887 que Van Dyck chante pour la première fois Lohengrin en allemand.

Il doit parfaire sa diction en allemand et préparer le rôle de Walther von Stolzin des Meistersinger. Le chef d'orchestre Felix Mottl et le chef de Chœur Wilhelm Bopp sont chargés de diriger ce travail.

C'est le début d'une histoire d'enthousiasmes et d'admirations mutuelles, de conflits où s'opposent les impératifs des nombreux engagements du chanteur et sa disponibilité dans le lourd dispositif de préparation des spectacles de Bayreuth, mais aussi des divergences sur la conception des rôles. Il y a rupture, puis retrouvailles, et une séparation définitive avec la première guerre mondiale.

On suivra cette histoire avec plaisir par la lecture des 107 lettres échangées par Cosima Wagner et Ernest Van Dyck, publiées en seconde partie du livre et en regardant la riche iconographie, sorties des archives familiales Van Dyck. Mais à mon sens, ce livre vaut surtout par sa première partie.

Richement documentée (et préparée par plusieurs études depuis plusieurs années), cette partie nous ouvre de manière vivante le monde du festival de Bayreuth côté décideurs dès après la mort Richard Wagner. Le style de la maison, les choix esthétiques mais encore les règles disciplinaires, sa vie mondaine, l'air musical du temps.

Puisque nous sommes en l'année Mozart, laissons Ernest Van Dyck rendre un hommage à la modernité de son temps. Le 16 septembre, avant son audition devant Cosima Wagner, il se rend avec Hermann Levi à une représentation d'Idoménée de Mozart : « Vieillerie insipide, exhumation inutile mais archaïquement intéressante pour moi. Une musique cuite par Gluck et saucée par Mozart. Acteurs consciencieux mais maniérés et ridicules. Heinrich Vogl en tête et Madame Weckerlin.» [p. 13-14]

Présentation de l'éditeur

Le ténor belge Ernest Van Dyck (1861-1923) est l'un des interprètes wagnériens les plus renommés de son époque. Le 3 mai 1877, lors de la création parisienne de Lohengrin à l'Éden-Théâtre, il chante le rôle-titre et se fait remarquer par les émissaires de Cosima Wagner. Celle-ci auditionne le chanteur et l'engage pour le festival de Bayreuth de 1888. Pendant neuf saisons, Ernest Van Dyck sera l'interprète incomparable de Parsifal, salué par une presse unanime.

Les relations entre Ernest Van Dyck et Cosima Wagner n'ont cessé d'évoluer à la manière d'un pendule, de l'admiration la plus vive à la déception la plus cruelle. Elles se déroulent tel un opéra. L'entente cordiale occupe l'acte I qui prend place entre 1887 et 1894 : on assiste à la préparation des rôles pour les Festspiele de Bayreuth et aux répétitions devant leurs décideurs. Les exigences de « Frau Meister » témoignent de l'esthétique suivie à Bayreuth et de l'enseignement qui s'y donne. Le ténor belge s'y plie, mais entend se faire respecter : les premières escarmouches surgissent. En 1895, le désaccord entre le ténor et Cosima éclate. Nous sommes à l'acte II : le chanteur belge est exclu de Bayreuth pour plusieurs saisons, mais les liens ne sont pas totalement coupés. La fin d'un rêve se concrétise à l'acte III lorsque Van Dyck revient à Bayreuth en 1911 : l'enthousiasme est néanmoins brisé de part et d'autre.

La correspondance inédite entre Ernest Van Dyck et Cosima Wagner est rassemblée ici pour la première fois. Abondamment illustré de photographies d'époque, cet ouvrage ravira non seulement les wagnériens passionnés, mais aussi un large public qui découvrira les décors et costumes d'époque, ainsi que les artistes qui ont chanté avec Ernest Van Dyck. Trois photomontages exceptionnels, datant de 1894, illustrent les différentes scènes de chacun des actes de Parsifal, à la manière de nos bandes dessinées modernes.

Professeur à l'Université Libre de Bruxelles, Malou Haine est également conservateur du Musée des instruments de musique de Bruxelles.

©Références / Musicologie.org 2006
site conçu et administré par
Jean-Marc Warszawski