rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bioS'abonner au bulletin

 

 

Yamada Kôsaku

1886-1965

 

 

* Tokyo 9 juin 1886 —  † Tokyo 29 décembre 196. compositeur et chef d'orchestre.

Il entre en 1904 au Conservatoire impérial où il étudie la direction de chœur avec Tamaki Shibata, le violoncelle et la théorie musicale avec H. Werkmeister. En 1908 il se rend en Allemagne et étudie la composition à l'école supérieure de musique avec M. Bruch et K. L. Wolf.

Il compose de la musique de chambre et un opéra Ochitaru tennyo dont il va préparer la création au Japon. La première guerre mondiale l'empêche de revenir en Allemagne.

En 1914, avec le soutien du baron  Koyata Iwasaki il fonde l'Orchestre philharmonique de Tokyo et crée les premiers concerts réguliers par abonnements. Il est l'initiateur du mouvement orchestral moderne au Japon, et un grand animateur du Théâtre musical.

En 1918, il dirige ses propres oeuvres à New York à la tête de l'Orchestre Symphonique de New York. En 1919 il dirige à Carnegie Hall et met au programme des oeuvres de Richard Wagner.

En 1920, il fonde au Japon la Société d'Opéra où il dirige à l'ouverture Tannhäuser de Richard Wagner et L'Enfant Prodigue de Claude Debussy.

Après la création du nouvel orchestre symphonique du Japon par le duc Hidemaro Konoe, il se consacre à ses compositions.

En décembre 1930 il fait entendre son opéra Ochitaru tennyo composé avant la guerre à Berlin.

Il crée au Japon La Traviata de Giuseppe Verdi et Madame Butterfly de Giacomo Puccini au Japon.

En 1931 il est invité à Paris par le Heat Pigalle et compose l'opéra Ayame. Fait une tournée en Union Soviétique où il dirige ses oeuvres. En 1937 il fait une tournée européenne, au cours de laquelle il est fêter en France par le titre de chevalier de la légion d'honneur, et celui de membre d'honneur des Sociétés musicale  Debussy et Saint-Saens. En 1941, il obtient le Prix de la culture Asahi et en 1950 celui de l'association NHK de la radio japonaise ; en 1956, l'ordre de la culture de l'empereur du Japon..

Jusqu'à sa disparition il est président de la Société d'Opéra du Japon, de l'association des chefs d'orchestre japonais, et de l'Union des chorales à l'Université d'art et de musique de Tokyo.

Il laisse une œuvre nombreuse, 5 opéra, environ un millier de chansons.

Catalogue de ses oeuvres (incomplet)

  • 120, Kaze ni yosete utaeru haru no uta (A chanter dans le vent printanier)
  • 1908, Chikai no hoshi (l'Étoile des serments), cantate
  • 1912, Kachidoki to Heiwa (Cri de victoire et paix), pour orchestre
  • 1912, Ochitaru tennyo (l'Ange déchu), opéra (créé en 1931 à Berlin)
  • 1913, Kurai tobira (La porte sombre), poème symphonique
  • 1913, Mandara no hana (Fleur de Mandala), poème symphonique
  • 1913, Rofûshû (Rosée et vent), collection de chansons
  • 1916, Aoi honô (Flamme bleue), chanson à danse
  • 1916, Maria Magdalena, poème symphonique
  • 1916, Mei-an (clair obscure), chanson à danser
  • 1916, Yajin sôzô (la création des paysans), chanson à danser
  • 1917, Genji gakujô (Musique de l'époque des Genji) pour piano
  • 1917, Nohara (le marécage), ballade
  • 1917, Skrjabin ni sasaguru onshi (Pièce ne hommage à Scriabine) pour piano
  • 1919, Chôgetsushû (La lune claire), collection de chansons
  • 1919, Yû-in (le son très secret)
  • 1921, Meiji-shôka (Hymne à Meiji) pour orchestre
  • 1922, Kayanoki yama no (La montagne aux Noyers-Torreya), ballade
  • 1922, Rokki (Les Six chevaliers), ballade
  • 1923, Akatombo (La libellule rouge), ballade
  • 1923, Kane ga narimasu (Les cloches sonnent), ballade
  • 1923, Karatachi no hana (Les fleurs de coing), ballade
  • 1923, Machibôke (l'Attente inutile), ballade
  • 1923, Uma-uri (le commerce de chevaux), ballade
  • 1927, Awate Tokoya (Le Coiffeur empressé), ballade
  • 1928, Chûgokuchihô no komori-uta (Berceuse de Mitteljapan), ballade
  • 1928, Matsu-shimaondo (Chanson à danser de Matsushima)
  • 1931 Ayame (Iris)n, opéra créé en 1931 à Paris
  • 1934, Tsurukame (La Grue-tortue), poème symphonique
  • 1938, Shôwa- shôka (Hymne à Shôwa-) pour orchestre
  • 1939, Kurobune (Les navires noirs), opéra créé à Tokyo en 1939 [aussi sous le nom de Yo-ake = l'Aube)
  • 1940, Kamikaze, poème symphonique
  • 1940, Shukuten Jo-Kyoku (Pour le commémoration des 2600 ans de l'Empire)
  • 1940, Tairiku no reimei (Crépuscule sur le continent), poème symphonique
  • 1956, ferner Tenrikyô sanshôfu (Hymne pour la secte Tenrikyô)
  • sd., De très nombreuse chansons pour enfants et arrangements (environ 500 pièces)
  • sd., Kodomo to ottan (l'enfant et l'oncle), pour piano
  • sd., Reimei no kankin (La Lecture des soutras dans le matin gris), pour piano

Écrits

  • 1918, Kinsei waseigaku kôwa (Traité moderne)
  • 1922, Kindaibuyo no noroshi (Les signaux de la danse contemporaine)
  • 1924, Ongaku no hôetsukyô (les limites de l'engouement pour le musique)
  • 1935, Kôsaku gakuwa (Anecdotes musicales de Kôsaku Yamada)
  • 1937, Waseigaku oyobi sakkyokuhô (traité d'harmonie et de composition)

Jean-Marc Warszawski
18 décembre 2003

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie.org

Vendredi 16 Janvier, 2015 0:54