Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Weber Carl Maria
1786-1826

Carl Maria Fridrich Ernst von Weber

Né à le 18 ou le 19 novembre 1786 à Eutin (Holstein) ; mort le 5 juin 1826 à Londres.

Carl Maria von Weber, Aufforderung zum Tanze (L'Invitation à la valse), par Alicia de Larrocha (1964).

Il est le plus âgé de trois enfants de Franz Anton Weber (héritier du titre de noblesse de 1738, obtenu par son père Fridolin), musicien municipal et de sa seconde épouse Genovefa Brenner, une actrice. Assuré de toucher sa pension, le père part en 1787 à Hambourg, où il est hébergé par une loge maçonnique, pour créer la troupe de théâtre Weber, la Webersche Schauspielergesellschaf. De 1789 à 1796 Weber suit les itinérances de la troupe avec ses parents.

La maison natale à Eutin en 1850.

 

Genovefa von Weber, médaillon, artiste inconnu

.

Franz Anton von Weber. artiste inconnu.

Weber en 1804, par Johann Joseph Neidl.

En 1796, il suit des cours de musique à Hildburghausen avec le hautboïste J. Peter Heuschkel (1773-1853), alors que le troupe de théâtre est immobilisée en raison de la maladie de Genovefa, puis à Munich avec le ténor Johann Evangelist Wallishauser dit Valesi (1725-1816), et avec (Johann) Michel Haydn (1737-1806) à Salzbourg. En 1798 il compose son premier Singspiel, Die Macht der Liebe und des Weins (le pouvoir de l'amour et du vin). La même année, le 13 mars, Genovefa meurt des suites de la tuberculose. Carl Maria est confié à sa tante Adelheid qui, à 69 ans, décide de ne plus suivre la compagnie Weber.

Il donne sans succès deux opéras : Das [stumme] Waldmädchen (la Fille des bois [muette]) donné le 24 novembre 1800 à Freiberg en Saxe et Peter Schmoll.

En 1803-1804, il rencontre l'abbé Georg Joseph Vogler (1749-1814), à Vienne et à Darmstadt, qui semble lui avoir communiqué son goût pour la chanson populaire.

De 1804 à 1806, il est chef d'orchestre au théâtre de Breslau. La même année il compose Concertino pour cor. En 1805 il n'achève pas son projet d'opéra fantastique Rübezahl. Il est à Karlsruhe en 1806. En 1807, il est secrétaire d'un officier de l'armée napoléonienne, puis de la même à 1810, il est au service de la cour du Wurtemberg à Stuttgart, mais très endetté, il doit fuir devant ses créanciers.

Le 27 février 1810, il s'installe à Mannheim avec la cantatrice Margarethe Land. La même année, son opéra Silvana est un succès.

Il mène ensuite une vie itinérante pendant trois années, en Allemagne et rencontre Meyerbeer, E. T. A (Ernst Theodor Wilhelm) Hoffmann (1776-1822), le clarinettiste H. J. Bärmann (avec lequel il fait des tournées 1820), Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) (on ne devrait voir ces héros que de loin, note Weber) et  Carl Friedrich Zelter (1758-1832).

En 1811 il compose un Concertino et deux Concertos pour clarinette à l'intention de Barman et un concerto pour le basson.. La même année, le Singspiel Abu-Hassan, influencé par l'enlèvement au sérail de Mozart est un succès.

De 1813 à 1816 il est directeur de l'Opéra de Prague, puis il obtient la direction de l'Opéra de Dresde, il engage la cantatrice Caroline Elisabeth Antoinette Brandt qui débute dans Cendrillon, un opéra de Nicolas Isouards.

Entre 1814 et 1816, il compose le cycle de Lieder Leyer und Schwert.

Page titre de Leier und Schwert.

En 1815, il compose le Quintette avec instruments à cordes.  En 1816 sa seconde et troisième sonates pour piano.

En 1817, il est nommé maître de chapelle de la cour de Saxe à Dresden. Il se marie le 4 novembre de la même année vec la cantatrice Caroline Elisabeth Antoinette Brandt (1794-1852). Leur second fils, Max Maria von Weber, naît en 1822.

Caroline Elisabeth Antoinette Brandt (1794-1852).

Entre 1817 et 1820, il compose le Freischütz qui est le manifeste du romantisme et de l'opéra allemand.

En 1818, il compose les Huit pièces à quatre mains pour la piano et l'année suivante le Rondo brillant et l'Aufforderung zum Tanze (L'Invitation à la valse).

Parodie de Karl Carls « Staberl als Freischütz », au Theater am Wien.Staberl. (Carl) :  Ich muss Hinaus, halt mich nicht auf Argel ! Unser Glück hangt davon ab ! (Agathe, Frau Palmer ; Ännchen, fraulein Schlotthauer).

Oberon, composé sur un livret en anglais pour le Covent Garden de Londres en 1825-1826 est son dernier opéra.

Il meurt à Londres de tuberculose dans la nuit du 4 au 5 juin 1826

Catalogue des oeuvres

Numérotation catalogue Jähns

        
Illustrations pour la Precioza (acte II), Gravure de Heinrich Schmidt, d'après J. H. Ramberg

Bibliographie

Discographie

01 / 140

Carl Maria Von Weber
Der Freischütz

Christian Gerhaher ( Ottokar ) ; Friedemann Röhling ( Kuno ) ; Petra-Maria Schnitzer ( Agathe ) ; Johanna Stojkovic ( Ännchen ) ; Georg Zeppenfeld ( Kaspar ) ; Christoph Prégardien ( Max ) ; Andreas Hörl ( Ein Eremit ) ; Christian Gerhaher ( Kilian ) ; Gabriele Henkel ;  Anke Lambertz ; Christiane Rost ; Andrea Weigt (Vier Brautjungfern) ; Markus John (Samiel und Erzähler)
Cappella Coloniensis des WDR
WDR Rundfunkchor Köln
Bruno Weil, dir.

Enregistré en 2001
deutsche harmonia mundi, DHM
05472 77536 2 [2 volumes]

 

02 / 141
Carl Maria von Weber
Oberon

Plácido Domingo ; Birgit Nilsson ; Julia Hamari ; Hermann Prey ; Donald Grobe.
Chor und Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks,
Raphael Kubelik, dir
Enregistré à Munich, Herculessaal en mars et décembre 1970.

Deutsche Grammophon, 419 038
(2 volumes)

03 / 141
Carl Maria von Weber
3 sonates pour piano

Maris-Catherine Girod, piano

01-04. Sonate n° 2 opus 39 en la bémol majeur — 05-07. Sonate n° 3 opus 49 en ré mineur — 08-11. Sonate n° 4 opus 70 en mi mineur
Enregistré à Paris du 29 juillet auoût 1982.

Disques FY, FYCD 924

04 / 141
Carl Maria von Weber
Symphonien

01-04. Symphonie n° 1 en do majeur — 05-08. symphonie n° 2 en do majeur

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks
Wolfgang Sawallish, dir.
Enregistré en 1983

Orfeo 1984, C 091-841 A

Jean-Marc Warszawski
2004

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact

S'abonner au Bulletin

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org

Mercredi 22 Novembre, 2017