S'abonner au bulletin
 Liens vers des dictionnaires et des collections de notices en ligne

 

| a | b | c | d | e | f | g | h |i | j | k | l | m |
| n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

 

Wagner Richard
Wilhelm Richard
1813-1883

| catalogue des oeuvres |  écrits | bibliographiediscographie |

Né à Leipzig le 2 mai 1813, mort à Venise le 13 février 1883.

Son père Friedrich Wagner, fonctionnaire dans la police meurt des suites d'une épidémie à Leipzig le 23 novembre 1813, peu après le battaille de Leipzig qui oppose les troupes française à celles des Alliés. Le 30 septembre 1821  à Dresde sa mère épouse  Ludwig Geyer, un peintre, acteur et poète.

Il étudie la musique en autodidacte. En 1830 une Ouverture de sa composition est créée au Théâtre de Leipzig.

Il s'inscrit en 1831 comme étudiant en musique à l'Université de Leipzig. Il suit les cours de composition et de contrepoint avec Christian Theodor Weinlig (1780-1842) cantor de Saint-Thomas.

Altes Paulinum : Les bâtiments de l'Université
de Leipzig en 1830  (ancien couvent de Dominicains)
Dessin à la plume coloré

Il compose en 1832 Die Hochzeit (Les Noces) son premier opéra qui reste inachevé. En 1833 il est chef de Choeur à Wurtzbourg. L'année suivante il compose son opéra Die Feen (les fées). De 1834 à 1836 il est directeur musical à Magdebourg, où il compose en 1835 Das Liebesverbot (La Défense d'aimer).


Minna Planer

A Königsberg où il est quelques temps maître de chapelle, il épouse l'actrice Wilhelmine (Minna) Planer (1809-1866) le 24 novembre 1836. En 1837 il est nommé à un poste similaire à Riga, où il écrit le livret et la musique des deux premiers actes de son opéra Rienzi avec l'espoir de le faire jouer à Paris où il arrive le 17 septembre 1839. Meyerbeer le soutient mais la scène de l'Opéra de Paris lui est refusée. Il fait la connaissance de Berlioz et découvre son traité d'orchestration.

Il survit en transcrivant des opéras pour l'éditeur Schlesinger, et livre des articles et des nouvelles pour la « Gazette Musicale ». Fin 1840, il est incarcéré pour dettes. Ne pouvant se faire jouer, il vend l'ébauche de son opéra Der fliegende Holländer au directeur de l'Opéra de Paris, qui en programme une version du compositeur Pierre-Louis Philippe Dietsch (1808-1864), sur un livret (original) de Paul Foucher (gendre de Victor Hugo), et Henri Révoil, sous le titre Le Vaisseau Fantôme, ou Le Maudit des mers, opéra fantastique en deux actes.

Le 7 avril 1842 il s'installe avec son épouse à Dresde où son opéra est programmé. C'est un succès ainsi que pour Der fliegende Holländer.  Il est nommé maître de chapelle à la cour le 2 février 1843.

Le théâtre de la cour à Dresde en 1843. Eau forte colorée
de  Johann Carl August Richter (Staatsarchiv Dresden)

Il achève la partition de Tannahauser le 13 avril 1845, et il projette le plan des Maître chanteurs de Nuremberg (daté du 16 juillet) et celui de Lohengrin (daté du 3 août). Tannahauser est créé le 19 octobre.

Il ébauche le Nibelung en 1848, sa mère décède en février de la même année. Il participe à l'insurrection de Dresde et se réfugie en Suisse le 28 mai 1849. Il pense un moment fuir en Grèce avec une de ses admiratrices françaises, Jessie Laussot (1829-1905) née Taylor, d'origine anglaise, mariée à un négociant en vins de Bordeaux. Wagner la retrouve en mai 1850 à Bordeaux, mais l'intervention de la police le force à quitter la ville. Il est à Zürich le 3 juillet 1850. Jessie Laussot quittera son mari et vivra à Florence où elle se remariera avec l'écrivain ami de Nietzsche, Karl Hillebrand (qui fut secrétaire de Heine à Bordeaux). Elle fréquentait Liszt, von Bülow et Julie Ritter avec laquelle elle avait projeté de créer une bourse pour soutenir Wagner financièrement.

Liszt organise et dirige la création de Lohengrin à Weimar qui a lieu le 28 août 1850. La même année Wagner publie son article Das Judentum in der Musik dirigé contre Meyerbeer.

Weimar, vue générale en 1850. Gravure sur acier  colorée par Joseph Meyer. (Bibliographisches Institut Hildburghausen)

En 1852 il fait connaissance de la poétesse Mathilde et de l'homme d'afaires Otto Wesendonck qui lui offrent l'« Asile », une maison sur les rives du lac de Zurich, et un soutien financier en échange d'une cession de ses droits d'auteur. Le texte du Nibelung est achevé en hiver 1852. En 1853 il projette l'introduction de l' Or du Rhin et commence à composer la Tétralogie. La même année il fait la connaissance de Cosima von Bülow, le fille de Liszt et l'épouse du chef d'orchestre Hans Von Bülow. En 1855 il effectue une tournée de 4 mois en Angleterre.


Mathilde Wesendonck
d'après une peinture
de Dorner

 
Cosima von Bülow puis
Cosima Wagner, fille de
F. Liszt et de
Marie d'Agoult

En 1858,  alors qu'il compose Tristan et Isolde, la liaison amoureuse qu'il entretient avec Mathilde Wesendonck est éventée. A la suite d'une esclandre de Minna, il part pour Venise en compagnie de Karl Ritter. Sous autorité autrichienne, Venise expulse Wagner qui retourne à Lucerne où il compose les second et troisième actes de Tristan et Isolde.

En 1859 il est de nouveau Paris. Il y retrouve Minna à l'automne 1860. Il y donne trois concerts de ses œuvres au Théâtre Italien, salle Ventadour (extraits du Hollandais, de Tannhäuser, de Tristan et de Lohengrin) qui lui procurent la notoriété mais qui sont financièrement des échecs. Sur ordre de l'empereur Tannahauser est programmé à l'Opéra de Paris. 164 répétitions sont nécessaires. L'oeuvre est retirée après trois représentations. Charles Baudelaire écrit en 1861 son article : Richard Wagner et Tannhauser à Paris

La même année une amnistie partielle est décrétée en Allemagne. Il est à Vienne le 14 août pour préparer la création de Trisatan et Isolde qui est reportée. Il rédige le livret des Maîtres Chanteurs à Paris, fin mars il en commence la composition à Biebrich près de Mayence où il a une relation amoureuse avec Mathilde Maier (1833-1910) rencontrée chez son éditeur Schott, puis avec l'actrice Friederike Mayer. En octobre il a un différent financier avec Franz Schott son éditeur. Il fait une tournée de concerts jusqu'à Saint-Petersbourg et Moscou et s'installe près de Vienne, à Penzig. En novembre il rencontre Minna à Dresde pour la dernière fois.

En 1864, les difficultés financières le poussent à quitter Vienne pour Stuttgart (23 mars). Le 3 mai il est invité par Louis II de Bavière à Munich. Le 10 avril, Isolde, le premier enfant de Wagner et de Cosima von Bülow vient au monde. Le10 juin 1865 Hans von Bülow dirige la création de Tristan et Isolde.  Les relations de Wagner avec Cosima von Bülow font scandale. Il quitte Munich le 10 décembre 1865.

Minna meurt en 1866. La même année, après un long périple via le Sud de la France, il s'installe à Tribschen près de Lucerne où Cosima lui rend visite. Eva, le second enfant naît le 17 février 1867. Cosima s'installe définitivement à Tribschen en 1868. En 1869 ils reçoivent pour la première fois Nietzsche et celle de Judith Mendès. Le 6 juin de la même année le troisième enfant du couple, Siegfried, vient au monde.

Le 25 juin 1870 le divorce entre Cosima et Hans von Bülow est prononcé. Le mariage avec Wagner à lieu le 25 août. La même année ils ont la visite d'Augusta Holmès accompagnée de Catulle Mendès.

En avril 1871, il visite Bayreuth dont le conseil municipal est prêt à coopérer pour la création du festival auquel Wagner pense depuis longtemps. Les Wagner s'installent à Bayreuth. La première pierre du nouveau théâtre est posée le 22 mai 1872. Le 28 avril ils emménagent dans la villa Wahnfried, construite grâce à une subvention de 25 000 taler accordée par le roi Louis II de Bavière.

Wahnfried en 1919

En 1875 Wagner fait une tournée de concerts et commence les répétitions du Ring. Le 13 août, 1876, sous la direction de Richter, trois cycles du Ring sont donnés. Le festival est déficitaire. Pendant le festival il a une liaison avec Judith Mendès (1845-1917), brillante intellectuelle, fille de Théophile Gauthier, et mariée à Catulle Mendès en 1866 (qui vit avec la compositrice Augusta Holmes depuis 1869). Elle lui procure de France les soieries, les satins et l'eau de rose qu'il affectionne. Elle traduit le livret de Parsifal en Français.

Wagner rencontre le comte Arthur Gobineau, le théoricien de l'inégalité des races à Rome.

Le théâtre de Richard Wagner à Bayreuth vers 1900

 

Pour couvrir le déficit, Wagner et Richter organisent une série de concerts à Londres qui n'atteint pas ses buts. La question sera réglée en 1878 par un prêt de la trésorerie royale remboursable sur les droits d'auteur de Wagner.

En 1880 les Wagner s'installent en Italie, il achève la partition de Parsifal à Palerme en janvier 1882. Le 15 janvier Renoir réalise l'esquisse de son portrait. En Mars il a une première attaque cardiaque. En mai ils quittent Venise pour Bayreuth où le comte Gobineau est leur hôte.

Richard Wagner par Renoir

Pour les 16 représentations du festival de juillet-août 1882, le roi a mis à disposition l'orchestre et les choeurs de l'Opéra royal de Munich dirigés par Hermann Levi. Wagner dirige la scène finale de la dernière représentation.

La villa Vendramin à Venise

Le 16 septembre la famille Wagner s'installe au Palais Vendramin à Venise. Le 24 décembre il dirige sa Symphonie en do majeur au Teatro La Fenice. Il meurt d'une crise cardiaque le 13 février 1883. Son corps est transporté à Bayreuth, où il repose dans le caveau du jardin de Wahnfried.

Travail de détail pour la scène du repas
au 1er acte de Parsifal

Catalogue des œuvres

  • 1827 - 1828, Leubald tragédie en 5 actes
  • 1829, Sonate pour piano en fa mineur
  • 1830, Ouverture en do majeur en 6/8
  • 1830, Ouverture en si bémol [avec coup de timbale], créée le 24 décembre 1830 à la cour de Leipzig sous la direction de H. Dorn
  • 1830,  Ouverture pour Braut von Messina
  • 1831, Fantaisie pour piano en fa dièse mineur opus 3
  • 1831, Ouverture de concert en ré mineur, créé le 23 février 1831 au Gewandhaus de Leipzig sous la direction de Chr. Pohlenz
  • 1831, Polonaise pour piano à quatre mains en ré majeur
  • 1831, Sept compositions sur des textes du Faust de Goethe : 1. Lied der Soldaten, 2. Bauern unter der Linde, 3. Branders Lied, 4. Es war einmal ein König, 5. Was machst du mir vor Liebchens Tür, 6. Meine Ruh' ist hin, 7. Melodram : Ach neige, du Schmerzensreiche
  • 1831, Sonate pour piano  à quatre mains en si bémol
  • 1831, Sonate pour piano en si bémol opus 1
  • 1832, Abendglocken sur un poème de Th. Apel
  • 1832, Die Hochzeit, Fragment, créé le 13 février 1938 au Neues Theater de Leipzig
  • 1832, grande sonate pour piano en la majeur
  • 1832, Ouverture de concert en do majeur, créé en mars 1832 à Leipzig sous la direction de Wagner
  • 1832, Ouverture pur König Enzio, drame de E. B. Raupach, créé le 17 février 1832 à la cour de Leipzig
  • 1832, Symphonie en do majeur, créée en novembre 1832 au Conservatoire de Prague sous le direction de D. Weber
  • 1832, Szene und Arie für soprano
  • 1833 - 1834, Die Feen opéra en 3 actes, créé le 29 juin 1888 au théâtre nationale de la cour de Munich sous la direction de H. Levi
  • 1833, Einlage-Arie [intermède] zu H. Marschner, Vampyr, pour ténor sur une texte de Wagner
  • 1834, Symphonie en mi majeur (1 mouvement), créée le 31 décembre 1834 à Magdebourg sous le direction de Wagner
  • 1834-1835, Das Liebesverbot oder Die Novize von Palermo opéra comique en 2 actes, créé le 29 mars 1836 à Magdeburg sous le direction de R. Wagner
  • 1835, Ouverture pour Columbus, pièce de Th. Apel, créée le 1er janvier 1836 à Magdebourg sous la direction de Wagner
  • 1836 - 1847, Die hohe Braut, livret d'opéra en 4 actes (musique J. Kittl), créé le 19 février 1848 à Prague sous la direction de J. Kittl, avec le titre : Bianca und Giuseppe oder Die Franzosen vor Nizza
  • 1836, Ouverture Polonia
  • 1837, Die glückliche Bärenfamilie, livret d'opéra comique en 2 actes
  • 1837, Einlage- Arie zu K. Blum, Marie, Max und Michel pour basse  sur un texte de K. von Holtei
  • 1837, Einlage-Arie zu J. Weigl, Schweizerfamilie  pour basse sur un texte anonyme
  • 1837, Nicolay-Volkshymne, pour chœur sur un texte de H. von Brackel
  • 1837, Ouverture Rule Britannia
  • 1838, Der Tannenbaum sur un texte de G. Scheurlin
  • 1838, Orchestration de Die Seemänner, duo de G. Rossini
  • 1838-1840, Rienzi, der letzte der Tribunen opéra en 5 actes créé le 20 octobre 1842 au Théâtre de la cour de Dresde sous la direction de G. Reißiger
  • 1839, Sonate pour piano en ré mineur(1829)
  • 1840, Einlage-Arie zu V. Bellini, Norma pour basse, sur un texte anonyme
  • 1840, Europa ; Dors mon enfant sur des , texte anonymes
  • 1840, Feuille d'album en mi majeur pour E. B. Kietz
  • 1840, La Descente de la Courtille sur un texte de Dumanoir
  • 1840, L'Attente sur un poème de Victor Hugo
  • 1840, Les Adieux de Marie Stuart sur un poème de J. P. de Béranger
  • 1840, Les deux Grenadiers d'après un poème de H. Heine
  • 1840, Mignonne sur un poème de Ronsard
  • 1840, Ouverture pour Faust de Goethe (1ère version), créée le 22 juillet 1844 à Dresde sous la direction de Wagner [seconde version Eine Faust- Ouverture (1855), créée le 23 janvier 1855 à Zürich sous la direction de Wagner]
  • 1840, Tout n'est qu'images fugitives« sur un poème de J. Reboul
  • 1841 - 1842, Die Sarazenin, ébauche de livret d'opéra en 3 Actes
  • 1841, Der fliegende Holländer opéra en 3 actes, créé le 2 janvier 1843 au Théâtre de la cour de Dresde sous la direction de R. Wagner
  • 1842, Die Bergwerke zu Falun, ébauche de livret d'opéra en 3 actes
  • 1843 - 1845, Tannhäuser und der Sängerkrieg auf Wartburg opéra en 3 actes, créé le 19 octobre au Théâtre de la cour de Dresde sous la direction de R. Wagner [nouveau final du 3e acte, 1847]
  • 1843, Das Liebesmahl der Apostel. Scène biblique pour chœur d'hommes et grand orchestre
  • 1843, Gesang zur Enthüllung des Denkmals Sr. Maj. des hochseligen, Königs Friedrich August der Gerechte sur un texte de Wagner
  • 1844, Gruß seiner Treuen an Friedrich August den Geliebten sur un texte de Wagner
  • 1844, Hebt an den Sang, zur Beisetzung der sterblichen Überreste C. M. v. Webers sur un texte de Wagner
  • 1844, Trauermusik nach Motiven aus Euryanthe zur Beisetzung der sterblichen Überreste C. M. v. Webers, créée le 14 décembre 1844 à dresde [musique funèbre sur un motif d'Euryanthe pour l'inhumation de la dépouille mortelle de C. M; von Weber]
  • 1845-1848, Lohengrin opéra en 3 actes, créé le 28 août 1850 au théâtre de la cour de Weimar sous la direction de pour Liszt
  • 1846 - 1847, Orchestration de Iphigenie in Aulis de Chr. W. Gluck,
  • 1846 - 1848, Friedrich I., plan d'un drame en 5 actes
  • 1848, Orchestration du Stabat mater de G. P. da Palestrina
  • 1849, Jesus von Nazareth, ébauche d'un drame en 5 actes
  • 1850, Orchestration de Don Juan de W. A. Mozart,
  • 1850, Wieland der Schmied, ébauche d'opéra en 3 actes
  • 1852 - 1871, Der Ring des Nibelungen. un festival théâtral pour 3 jours et une soirée d'ouverture :
    Soiré d'ouverture : Das Rheingold, 4 scènes (1852-1854), créé le 22 septembre 1869 à Munich sous la direction de pour Wüllner
    Premier jour : Die Walküre, 3  actes (1852-1856), créé le 26 juin 1870 à Munich
    Deuxièle jour, Siegfried, 3  actes  (1851 pour le poème ; actes 1 et 2 , 1856 - 1857 ; 3e acte, 1869 - 1871), créé le 16 août 1876 à Bayreuth sous la direction de H. Richter
    Troisième jour : Götterdämmerung, 3  actes  et une ouverture (Le poème, Siegfrieds Tod, 1848 révisé en 1852 ; musique 1869-1874); créé le 17 août 1876 à Bayreuth sous la direction de H. Richter
  • 1853, Polka en sol majeur pour Mathilde Wesendonk
  • 1853, Une sonate en la bémol pour l'album de Madame M[athilde] W[esendonck]
  • 1854, Züricher Vielliebchen / Walzer, Polka oder sonst 'was en mi bémol majeur
  • 1856, Die Sieger, plan de drame
  • 1857 - 1858, 5 poèmes de Mathilde Wesendonck pour voix de femme, 1. Der Engel, 2. Stehe still, 3. Im Treibhaus, 4. Schmerzen, 5. Träume (retravaillé pour petit orchestre et violon soliste)
  • 1857 - 1859, Tristan u. Isolde opéra en 3 actes créé le 10 juin 1865 à Munich sous la direction de Hans Bülow
  • 1858 - 1882, Porazzi-Thema en la bémol majeur
  • 1861 - 1867, Die Meistersinger von Nürnberg opéra en 3 actes, créé le 21 juin 1868 à Munich  sous la direction de Hans Bülow Schott
  • 1861, Albumblatt en do majeur pour la duchesse Pauline Metternich
  • 1861, Albumblatt en la mineur Ankunft bei den schwarzen Schwänen pour la comtesse von Pourtalès
  • 1864; Huldigungsmarsch, créée le 5 octobre 1864 à Munich
  • 1868, ébauche d'une comédie en 1 acte
  • 1868, Luther-Schauspiel, plan de pièce de théâtre
  • 1868, Romeo und Julia, Thema zu einer Trauersymph en la bémol mineur
  • 1869, Wahlspruch für die deutsche Feuerwehr sur un texte de pour Gilardone
  • 1870, Eine Kapitulation, comédie dans le style antique
  • 1870, Siegfried-Idyll, créé le 25 décembre 1870 à Tribschen sous la direction de Wagner
  • 1871, Kaisermarsch, créée le 23 avril 1871 à Leipzig sous le direction de Wagner ; le 5 Mai 1871 à Berlin, sous le direction de Wagner
  • 1873, Kinderkatechismus sur un texte de Wagner
  • 1875, Albumblatt en mi bémol majeur pour Madame Betty Schott
  • 1876, Großer Festmarsch, créée le 2 juillet 1876 à Bayreuth, sous la direction de Wagner ; en juillet Juli 1876 à Philadelphie sous le direction de Th. Thomas
  • 1877 - 1882, Parsifal, « ein Bühnenweihfestspiel » (un festival théâtral inaugural), opéra en 3 actes, créé le 26 juillet 1882 à Bayreutn sous la direction de H. Levi

Le critique Eduard Hanslick «beckmesserise» Richard Wagner.
Le personnage de Bechmesser de Wagner est une parodie
de Hanslick qui a souvent rabrouer Wagner.
Découpage de O. Böhler

Écrits

  • Gesammelte Schriften und Dichtungen (I-IX) éd. Richard Wagner, E. W. Fritzsch, Leipzig, 1871 - 1880
  • Gesammelte Schriften und Dichtungen (X). E.W. Fritzsch, Leipzig 1883
  • Gesammelte Schriften und Dichtungen (XI-XII). Breotkopf und Härtel, Leipzig 1911
  • Gesammelte Schriften und Dichtungen (XIII-XVI). Dans «Samtliche Schriften und Dichtungen», Édition en 16 vol., Breitkopf und Härtel, Leipzig 1911
  • Mein Leben [2 v.]. F. Bruckmann, München 1911 [1ère édition authentique, P. List, München 1963
  • Strobel O. (éditeur), Skizzen und Entieürfe zur Ring-Dichtung mit Der junge Siegfried. F. Bruckmann, München 1930
  • Prod'homme J.-G. (traducteur), Œuvres en prose de Richard Wagner [13 v.]. Paris1907 - 1924
  • Challemel-Lacour (trad.), Lettre sur la musique. Dans «Quatre pointes d'opéra», Paris 1861
  • Clément G. (trad.), Sur la direction de l'orchestre.  Paris 1903
  • Boyer J. (trad.), Beethoven. Aubier,  Paris, 1948
  • Valentin et Schenk (trad.), Ma vie [3 v.]. Paris 1927
  • SILÉGE HENRI (éditeur), Dix écrits de Richard Wagner. Fischbacher, Paris 1898 (avant propos de Henri Silège) Version numérisée BnF / Gallica [Avant propos ; De la musique allemande ; Stabat Mater de Pergolèse ; Du métier de virtuose ; Une visite à Beethoven ; De l'ouverture ; Un musicien étranger à Paris ; Le musicien et la publicité ; Le Freischütz ; Une soirée heureuse ; Halévy et La reine de Chypre ; Table des matières]

Bibliographie

Discographie

01 / 138
Wagner
Lohengrin

König Heinrich, Hans Sotin — Lohengrin, Plácido Domingo  — Elsa, Jessye Norman  —  Telramund, Siegmund Nimsgern  —  Ortrud, Eva Randová  —  Der Heerrufer, Dietrich Fischer-Dieskau  —  Ein Edle, Peter Jelosits  —  Ein Edle, Thomas Mohr  —  Ein Edle, Anton Scharinger  —  Ein Edle, Alfred Sramek
 Wiener Philharmoniker
 Chor der Wiener Staatsope
Georg Solti, dir
Enregistré à la Sofiensaal de novembre 1985 à juin 1986

DECCA 421054 / 57 [4 volumes]

 

02 / 138
Richard Wagner
Parsifal

Amfortas, José Van Dam   —   Titurel, Victor von Halem   —  Gurnemanz, Kurt Moll   —  Parsifal, Peter Hoffmann   —  Klingsor, Siegmund Nimsgern   —  Kundry, Dunja Vejzovic   —   Gralsritter, Claes H. Ehnjö ; Kurt Rydl  —  Knappen, Marjon Lambriks ; Anne Gjevang ; Heiner Hopfner ; Georg Tichy  —  Blummenmädchen 1, Barabara Hendricks ; Janet Perry ; Doris Soffel  —  Blummenmädchen 2, Inga Nielsen, Audrey Michael ; Rohandiz Yachmi  —  Blummenmädchen 3, Hanna Schwarz
Chor der Deutschen Oper Berlin
Berliner Philharmoniker
Herbert vov Karajan, dir

Deutsche Grammophon 413347 [4 volumes]

 

03 / 138
Wagner
Die Feen

June Anderson, Kurt Moll, Linda Esther Gray, Krisztina Laki
Orchestre symphonique de la Radio Bavaroise
Wolfgang Sawallisch, dir.
Enregistrement public Festival d'Opéra de Munich en 1983. ORFEO C 062 833 F [3 volumes] 

 

04 / 140
Wagner
Götterdammerung

Birgit Nilson, Claire Watson, Christá Ludwig, Wolfgang Windgassen, Dietrich Fischer-Dieskau
Wiener Philharmoniker
Georg Solti, dir.
Enregitré en 1964

DECCA 414 119 [4 volumes]

 

5 / 140
Wagner
Die Walküre

James Morrisn, Reiner Goldberg, Cheryl Studer, Eva Marton, Matti Salminen, Waltraud Meier
Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks
Bernard Haitink, dir.
Enregistré en 1988

EMI 7 49535/8 [4 volumes]

 

06 / 140
Wagner
Die Walküre

Thomas Stewart, Jon Vickers, Gundula Janowitz, Régine Crespin, Martti Talvela, Josephine Veasey
Berliner Philharmoniker
Herbert von Karajan, dir.
Enregistré en 1967

Deutsche Grammophon 415 146/9 [4 volumes]

À propos . Statistiques . S'abonner au bulletin .  Liste ; Collaborations éditoriales


Références / musicologie.org 2004-2013