musicologie

Actualités  Encyclopédie  Articles / études  Bibliothèque   Livres  Disques  Agenda Recherche  

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Tchaïkovski Piotr Ilitch

1840-1893

Né à Votkinsk (Oural) 7 mai 1840, mort à  Saint-Pétersbourg 6 novembre 1893.

Second de six enfants, il naît dans un milieu d'industriels aisés. Son père, Ilia Petrovitch est ingénieur. Il dirige les installations minières d'état de Kamsko-Votkinsk dans l'Oural. Sa mère Alexandra d'Assier appartient à une aristocratie d'origine française. Comme il est de coutume chez les riches russes, il a une gouvernante d'expression française, Fanny Dürbach d'origine suisse. Il reçoit très jeune des cours de piano.

En 1848, suite à la mise à la retraite du père, la famille s'installe à Moscou, puis à Saint Petersbourg, enfin, à Alapaev dans l'Oural où au mois de mai 1852 naissent ses frères jumeaux Modeste et Anatole. Il est envoyé à Saint Petersbourg en 1850 et entre en 1852 à l'école de droit. Il prend des cours de chant et aussi de piano avec Rudolf Kündinger, chante dans une chorale dirigée par G. J. Lomakin. Sa mère décède du choléra en 1854. En 1859 il est secrétaire au ministère de la justice.

Le Conservatoire de musique de Saint-Pétersbourg en 1910 Le Conservatoire de musique de Saint-Pétersbourg en 1910.

Désirée Artôt  Désirée Artôt 

En 1863 il quitte son emploi au ministère et s'inscrit au Conservatoire de Saint-Patersbourg qui a ouvert ses portes depuis un an sous les auspices de la Société Russe de musique et la direction d'Anton Rubinstein. Il y suit les cours de composition de N. I. Zaremba, d'orchestration avec d'Anton Rubistein, de flûte et d'orgue. Il présente en fin d"étude une Cantate sur An die Freunde de  Schiller.

 

 Nicolas Rubinstein.

À Moscou, Nicolas Rubinstein, le frère d'Anton, fonde le Conservatoire (section moscovite de la Société russe de musique). Il invite Tchaikovski à y enseigner l'harmonie. Celui-ci prend ses fonctions en 1866. Il est logé au Conservatoire. Nicolas le chaperonne et l'entraîne dans sa vie mondaine agitée.

En 1867, il compose sa Première symphonie qui est créée avec succès le 3 février 1868. La même année il rencontre à Saint-Petersbourg les musiciens du «Groupe des cinq» qui accueillent sa musique favorablement, car elle est russe. Mais entre eux et lui, le fossé se creusera vite.

Anton Rubinstein  Anton Rubinstein

En 1868, Il est séduit par la mezzo- soprano Marguerite- Joséphine- Désirée Montagney (dit Artôt) (1835-1907), fille du premier corniste de l'opéra de Bruxelles et élève de Pauline Viardot à Paris. On parle de mariage, mais le projet et sans suite et la cantatrice épouse en février 1869, à Varsovie, le baryton Mariano Padilla y Ramos

Son premier opéra, La Voïvode sur un livret d'Alexandre Nikolaïevitch Ostrovski, créé en 1869 à peu de succès auprès du public moscovite. La même année son poème symphonique Fatum est créé à Moscou et à Saint-

Petersbourg et il achève en été la composition de son second opéra, Ondine d'après La Motte-Fouqué.

En 1870, Balakirev lui commande un poème symphonique pour la Société russe de musique. Il livre Roméo et Juliette qui remporte un grand succès lors de sa création à Moscou..

En 1871 il quitte son appartement du Conservatoire et emménage à l'écart en

engageant un domestique, Aliocha Sofronov, qui reste à son service jusqu'à sa mort. La même année il écrit son Premier quatuor à cordes. Il profite des vacances pour voyager et rencontre en France Camille Saint-Saëns et Georges Bizet.

En 1873, il compose La tempête pour orchestre. En 1874, Les second et troisième Quatuors à cordes.

En 1875 il compose son Premier concerto pour le piano qu'il dédie à Nicolas Rubinstein qui juge cette œuvre très sévèrement :

C'était la veille de Noël 1874. Je joue le premier mouvement. Pas un mot, pas une observation. A dire vrai, je ne sollicitais pas un verdict sur la valeur musicale de mon concerto, mais un avis sur sa technique pianistique. Or, le silence de Rubinstein était lourd de signification : “Comment voulez-vous, mon cher, semblait-il vouloir dire, que je fasse attention à des détails, alors que votre musique me répugne dans son ensemble ?” Je m'armai de patience et jouai la partition jusqu'au bout. Un silence. Je me lève. “Eh bien ?” demandai-je. Courtois et calme au début, Rubinstein devint bientôt une sorte de Jupiter tonnant. Mon concerto n'avait aucune valeur, était injouable ; deux ou trois pages, à la rigueur, pouvaient être sauvées ; quant au reste, il fallait le mettre au panier ou le refaire d'un bout à l'autre. “Je n'y changerai pas une note, répliquai-je, et le ferai graver comme il est.” C'est ce que je fis.

Finalement, Tchaikovski envoie cette œuvre à Hans von Bülow qui la crée à Boston avec succès. Par la suite, Rubinstein revient sur son jugement ; il inscrit cette oeuvre à son répertoire. Tchaikovski reçoit une commande de ballet pour le théâtre impérial, et compose Le Lac des cygnes sur un livret en 4 actes de V. Begichev et V. Geltzer

Anna Sobeschanskaja, dans le rôle de la princesse Odette du Lac des cygnes, en 1877 au Théâtre du Bolchoï.

En 1876, il est à Bayreuth comme critique musical. Il y rencontre Liszt mais Wagner ne le reçoit pas. La même année suite à une commande d'arrangement musical pour le violon et le piano, il inaugure une importante correspondance avec Nadejda von Meck, une veuve fortunée, mère de 11 enfants qui aime jouer de la musique, fait donner des cours à ses enfants, et engage régulièrement de jeunes musiciens pour organiser la vie musicale de sa maison. En 1879, ce sera Claude Debussy. Mais en 1876 c'est Joseph Kotek, un violoniste et un ami intime de Tchaïkovski.

Avec son ami de cœur Joseph Kotek vers 1877

Tchaikovski et son épouse Antonina Ivanovna Milioukova en 1877.

La création du Lac des cygnes le 20 février 1877 à Moscou (Bolchoï) est un échec total qui écartera cette œuvre du répertoire pour de nombreuses années. Homosexuel notoire mais honteux, il décide de donner à la société de son temps une image respectable (ou peut-être tente de devenir respectable ou peut-être de se débarrasser de son homosexualité) en se mariant le 18 juillet 1877 avec une de ses anciennes élèves, Antonina Ivanovna Milioukova. L'union est un échec lamentable. Elle se solde par une tentative de suicide en septembre et une séparation à l'amiable négociée par Rubinstein. C'est à cette époque qu'il rencontre Tolstoï. Du 22 octobre au 13 novembre 1877 il séjourne à Montreux. 

 Nadejda von MeckNadejda von Meck lui alloue une pension annuelle de 6.000 roubles qui lui permet d'envisager une vie de compositeur et de chef d'orchestre à temps complet. Il demande son congé du Conservatoire.

Du 9 mars au 7 avril 1878 il est de nouveau à Montreux. Il dédicace sa Quatrième symphonie à Nadejda von Meck, il publie un recueil de 24 pièces pour le piano, achève Eugène Onéguine, un opéra d'après Pouchkine et le Concerto pour violon en ré majeur qu'il compose en hiver à Montreux où son ami Joseph Kotek l'accompagne.

Eugène Onéguine est créé à Moscou le 9 mars 1879

Son père meurt en 1880 et Nicolaï Rubinstein en 1881. En 1885, il emménage dans une maison à Klin ( Maidanovo) à une centaine de kilomètres au Nord-Ouest de Moscou.

La maison de Tchaikovski à Klin

Il est à Paris la même année où il rencontre l'éditeur Félix Mackar dans le but de publier ses oeuvres, se mêle au monde musicale parisien, notamment chez les Pauline Viardot. Il est élu à un poste de directeur de la Société russe de musique.

En 1886 il commence à se produire comme chef d'orchestre. Il effectue un tournée de concerts en Europe en 1888. Ses oeuvres rencontrent un accueil triomphal.

Marius Petipa (1822-1910)  Marius Petipa (1822-1910)En 1889, le danseur et chorégraphe français,  Marius Petipa, qui dirige les théâtres impériaux à Saint Petersbourg depuis 1869 lui commande un nouveau ballet avec comme argument La Belle au Bois Dormant de Charles Charles Perrault

En 1890  Nadejda von Meck suspend la pension en raison de difficultés financières, mais elle suspend également toute correspondance. On pense parfois qu'elle aurait découvert l'homosexualité de Tchaikovski et en serait choquée. Mais l'homosexualité de Tchaikovski n'est pas un grand secret et il semble qu'elle en a depuis longtemps connaissance. Il est possible qu'elle ait été choquée par la maladresse, voire la grossiereté de Tchaikovski quand il lui demande de regrouper ses versements pour que cela fasse de plus grosses sommes d'un coup, ce qui lui permettrait par exemple d'acheter une maison. Dans le fond elle a pu avoir l'impression qu'il en voulait plus à son argent qu'il n'avait d'attention pour sa personne.

Le 31 décembre, au théâtre Marinski de Saint-Petersbourg, il présente son opéra La Dame de pique sur un livret de son frère Modeste Tchaikovski d'après Pouchkine. Partition composée en six semaines au cours d'un séjour à Florence.

La tournée de concerts aux États-Unis de 1891 est triomphale. Le 5 mai il participe à New York à l'inaugura La Dame de Pique à l'Opéra National de Lyontion de Carnegie Hall en y dirigeant ses oeuvres. La même année, Marius Petipa lui commande un autre ballet. Ce sera Casse-Noisette d'après un conte d'Hoffmann. Le ballet est créé au théâtre Marinsky de Saint-Petersbourg en décembre 1892


Alexandre Alexeieff (1901-1982).
Illustrations à la gouache pour Casse-Noisette

En 1893 il compose sa Sixième Symphonie baptisée par ma suite Symphonie pathétique, avec son final si inhabituel. La même année il effectue une tournée qui le mène dans plusieurs pays d'Europe. A Cambridge il est reçu docteur honoris causa en compagnie de Camille Saint-Saëns, de Grieg et d'Arrigo Boito qui à signé le livret des Joyeuses commères de Windsor de Verdi créées à la Scala de Milan.le 2 décembre. Le 28 octobre il dirige sa Sixième Symphonie.

Le 6 décembre il meurt. Officiellement du choléra après avoir bu de l'eau infectée. Cela est parfois contesté. On pense qu'il aurait pu se suicider pour éviter un scandale provoqué par ses fréquentations amoureuses. Pour ses funérailles, le deuil national est décrété.

Les funérailles

 

Jean-Marc Warzawski
11 janvier 2005

Catalogue des oeuvres

http://www.russisches-musikarchiv.de/werkverzeichnisse/tschaikowski-werkverzeichnis.htm
La liste des romances (en anglais)
http://www.gopera.com/lieder/opus/tchaikovsky.html

Bibliographie

Discographie

Tristesse des choses : cycles vocaux français, Mariam Sarkissian (mezzo-soprano), Artur Avanesov (piano), œuvres de de César Cui et de Piotr Tchaïkovski. Suoni e colori, s.d. (SC 253642).

Enregistré à la Philharmonie d'Erevan en octobre 2014

Lire une présentation, plus complète01 / 143
Orfeo C540 011A

Récital Tchaikovski avec Julia Varady

Eugène Onéguine (Acte 1. Scène Tatiana / Filipievna, Scène de la lettre), La Pucelle d'Orléans (Ouverture, Récitatif et air de Jeanne), Mazeppa (La bataille de Poltava, Berceuse de Maria, Gopak), L'Enchanteresse (Air de Nastasia acte 1, Air de Nastasia acte 4), La Dame de Pique (Air de Lisa Acte 1, Air de Lisa Acte 3)

Julia Varady (soprano)
Daphné Evangelatos (mezzo- soprano)
Münchner Rundfunkorchester
Direction: Roman Kofman

Enregistré en juin et septembre 2000

17 / 144
Philips, 442 013 (2 v.)

Tchaïkovsky
Romances
Extraits d'opéras

Olga Borodina, mezzo soprano
Larissa Gergieva, piano

Enregistré au Friedrich-Herbert Hall de Hambourg en juillet 1993

Disque 1, romances : My Protector, My Angel, My Friend - None but the Lonely Heart (Song of Mignon) Why ? - Not a Word, Beloved - Heed Not, My Love - Spirit My Heart Away - Lullaby -  Acquiescence - The Frightening Moment - It Happened in the Early Spring - Nights of Delirium  - Gipsy Girl's Song - The Stars Looked Tenderly - Upon Us - This, Our First Reunion - Indoors, the Lights Were Being Put Out Serenade - The Sun Has Slipped From Sight - Night - Once Again, Alone. Disque 2 : extaits de la Dame de Pique ; Eugène Onéguine ; La Koventchina.

18 / 144
DECCA 436 204

Tchaikovsky
Songs / romances

Elisabeth Söderström, soprano
Vladimir Ashkenazy, piano
 Enregistré au Kingsway Hal de Londres en 1982

Le Coucou - Soir - Le Rossignol - Hier soir - Non, seul qui languit - Berceuse - Pourquoi ? - L'Instant redoutable - Est-ce le jour - Printemps - Mots simples - Le Coeur de la nuit -  Sérénade - Déception - Poème d'octobre - Les larmes - Le Soleil s'est couché - sur les braises chaudes - Mon génie, mon ange, mon amour - La Chanson de Zemfira - Ne le crois pas mon ami - Oublier si vite

06 / 144
Opera, RFCD / Ricordi  2017

Piotr Ilic Ciaikovskij
Iolanta

lolanta, Ekaterina Kudriavcenko - Renato, Gfieorghi Seleznev - Roberto, Igor Morosov - Goffredo Vaudemont,  Vitalij TarashenkO - Almerico, Oleg Bektemirov - Ebn-lahia, Vladimir Redchin - Bertramo, Maxim Michajlov - Marta, Tatiana Erastova - Brigida, Nina Larionova - Laura   Marina Sciutova

Orchestra e coro di Milano della RAI
Vladilir Delman, dir.

Enregistré en décembre 1989

02 / 143
Dante, Lys 266-268, 1997 (3 v.)

TchaÏkowsky
Mazeppa

Ivanoff Petroff - Pokroskaya Davydova  - Bolchakoff Tioutiounik

Choeur et Orchestre du Bolchoï
Niebolssine dir.

Enregistreùent mono de 1949 avec des extraits Mazeppa de 1909 à 1952 avec Knijnikoff,  Maksakowa, Batourine, Golovine, Joukosvakaya, Grichko, Ivanoff, Romensky, Yermolenko, Gmyria, Lisitsian.

03 / 143
Phlips 438 141, 2001

Tchaikovski
La Dame de Pique
Opéra en trois actes sur un livret de Modeste Tchaikovski d'après Pouchkine.

Gegam Grigorian, tenor (Herman) ; Maria Gulegina, soprano (Lisa) ; Irina Arkhipova, mezzosoprano (Countess) ; Olga Borodina, mezzosoprano (Pauline) ; Nikolai Putilin, baríton (Count Tomsky) ; Vladimir Chernov, baríton (Prince Yeletsky)

Orchestre et choeurs du Kirov, Saint-Pétersbourg
Valery Gergiev, dir

04 / 144
HP 09026 63591

Tchaïkovski
Concerto pour violon en ré majeur op. 35
Sibelius
Concerto pour violon en ré mineur op. 47
Dvorak
Romance op. 11

Itzhak Perlman, violon
Boston Symphony Orchestra
Erich Leinsdorf, dir.

01-03. Tchaïkovski : Concerto pour violon en ré majeur op. 35 - 05-07. Sibelius : Concerto pour violon en ré mineur op. 47 - 04. Dvorak : Romance op. 11

09 / 144
Deutsche Grammophon 419 241 1988

Tchaikovski
Concerto pour violon en ré majeur op. 35

Anne sophie Mutter, violon
Wiener Philharmoniker
Herbert von Karajan, dir.

Enregistré en 1988 au Festival de Salzburg

15 / 144
TELDEC 4509 90881

Tchaikovsky
Concerto pour le violon
Alexander Glazounov (1865-1936)
Concerto pour la violon

Maxim Vengerov, violon
Orchestre philharmonique de Berlin
Claudio Abbado, dir.

01-03. Tchaikovsky, concerto pour violon - 04-06, Glazounov, concerto pour violon.

16 / 144
NAXOS 8.11038Tchaikovsky
Wienawski
Sibelius
Concertos pour violon

Jascha Heifetz, violon
London Philharmonic Orchestra
John Barbirolli, dir.
Thomas Beecham, dir.

Enregistrements historiques 1934-1937

01-03. Tchaikovsky (Barbirolli, 1937) - 04-06. Wienawski (barbirolli, 1935) - 07-09. Sibelius (beecham, 1935) 

19 / 144
Philips 473 343

Pyotr Ilyich Tchaikovsky
Concerto en ré majeur op. 35 pour violon
Nikolai Myaskovsky
Concertos en ré mineur op. 44 pour violon

Vadim Repin, violon
Orchestre du Kirov
Valery Gergiev, dir.

01-03. Tchaikovski, concerto en ré majeur op. 35 - 04-06. Nikolai Myaskovsky, concerto en ré mineur op. 44.

12 / 144
ERATO 2292 45755, 1991

Tchaikovsky
Symphonie n° 5 en mi mineur op. 64

Leningrad Philharmonic Orchestra
Evgeny Mravinsky, dir.

Enregistré le 19 mars 1983 à Leningrad

 

07 / 144
ERATO 2292 45756 1992

Tchaikovski
Symphony n° 6 opus 74 dite Pathétique

Orchestre philharmonique de Leningrad
Evgeny Mravinsky, dir.

Enregistrement public au philharmonique de Leningrad en 1982

 

11 / 144
ERATO 2292 45757 1992

Pyotr Il'yich Tchaikovsky
Francesca da Rimini op. 32
Modest Petrovich Mussorgsky
L'aube sur la Moscova
Mikhaïl Ivanivich Glinka
Ruslan & Lyudmila (overture)
Alexander Konstantinovich Glazunov
Raymonda (suite)

Leningrad Philharmonic Orchestra
Evgeny Mravinsky dir

Enregistrements en 1969 et 1981

10 / 144
Bella Musica BM 90235

Piotr Ilyitch Tchaïkovsky
Symphonie en si mineur opus 74 (Pathétique)
Capriccio italien op. 45

 

 

05 / 144
Relief, CR 911028

Tchaikovski
Oeuvres pour le piano

Tatiana Nikolayeva,
Piano

01-04. Grande Sonate en sol majeur op. 37 - 5. Valse en la bémol majeur op. 40 n° 8 - 6. Valse à 5 temps en ré majeur, op. 72 n° 16.

Enregistré le 10 mai 1991 à l'église de Blumenstrein en Suisse.

14 / 144
Deutsche Grammophon 419 068

Peter Tschaikowsky
Concerto pour piano n° 1
Sergej Rachmaninow
5 Préludes

Svjatoslav Richter, piano
Wiener Symphoniker
Herbert von Jarajan, dir.

Enregistré en 1960 (Rachmaninow)  et 1962 (Tschaikowsky)

01-03. Tscchaikowsky - Rachmaninow, 5 préludes : 04. n° 12 en do majeur op. 32 n° 1 - 05. 0° 13 en si bémol mineur op. 32. n° 2 - 06. n° 3 en si bémol majeur op. 23. n° 2 - 07. n° 6 en sol mineur op. 23 n° 5 - 08. n° 8 en do mineur op. 23 n° 7.

13 / 144
EMI  7 47988

Tchaikovsky
Trio avec piano en la mineur opus 50

Itzhak Perlman, violon
Vladimir Ashkenazy, piano
Lynn Harrell, violoncelle

Enregistré en 1981

 

08 / 144
Vanguard Classics 99030

Tchaikovski
The Seasons, Il Novecento play Tchaikovski  Orchestrations de l'oeuvre pour piano  pour orchestre de chambre de Robert Groslot

Il Novecento
Robert Groslot, dir.

01-06. Danses de caractère :  Humoresque ; Capricio ; Romance ; Feuillet d'album ; Nocturne ; Polka. Album pour la jeunesse : Marche militaire ; Chant sur le lac ; Le petit cavalier ; Mazurka ; La sorcière ; Danse russe. 13-24, Les Saisons. janvier, février, mars etc.

Enregistré les 17 et 19 mai 1993 ; 20 et 21 septembre 1993.

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
▉ À propos - contact
▉ S'abonner au Bulletin
▉ Analyses musicales
▉ Cours d'écriture en ligne
▉ Petites annonces
▉ Téléchargements
▉ Presse internationale
▉ Universités françaises
▉ Collaborations éditoriales
▉ Soutenir musicologie.org

ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2016

<

Mercredi 10 Août, 2016 17:29