rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bioS'abonner au bulletin

 

  Staden

Sigmund Theophil

[Gottlieb]

1607-1655

 

 

Baptisé le 6 novembre 1607 à Kulmbach — inhumé le 30 juillet 1655 à Nürnberg.

On peut parfois trouver le prénom « Gottlieb », germanisation de «  Theophile » (aime Dieu). C'est ainsi que Georg Philipp Harsdörffer, qui œuvre à la langue allemande, le nomme dans ses écrits, Frauenzimmer Gesprächspiele (1644). Mais lui-même emploie  « Theophil »

Il commence ses études musicales sous l'autorité de son père qui est compositeur, organiste et violoniste. L'enfant est assez prometteur pour que son père demande, en 1620, un poste rémunéré pour son fils de 13 ans, au Conseil municipal de Nürnberg. Cette requête, enregistrée le 28 décembre, semble avoir été repoussée, mais le 11 juillet  1621, le Conseil municipal accorde une bourse annuelle de 150 gouldens pour que Sigmund Staden prenne des leçons avec Jakob Paumann à Augsburg. Il acquiert la maîtrise de nombreux instruments.

Nürnberg 1623 Nürnberg 1623

De retour à Nürnberg, suite à une nouvelle démarche de son père, le Conseil municipal du 30 septembre 1623 lui octroi une le rémunération de 25 gouldens par mois, qui est portés à 40 gouldens en février 1625.

Le 4 décembre 1626, son père intercède auprès de la ville pour qu'il puisse se rendre à Berlin, étudier la viole auprès de Walter Rowe à Berlin. Il reçoit 50 gouldens pour les frais de  voyage. Peu avant son départ, il est nommé musicien de la ville le 16 février 1627.

Lorentzskirche, Nürnberg Lorentzskirche, Nürnberg

Il se marie en 1628 avec Susanna Nürnbergin, puis avec Susanna Maria Seitzin.

En 1634, il reçoit les appointements d'organiste de l'église St Lorenz. Avec ce second salaire, il est le musicien le mieux payé de Nürnberg.

En 1644, il compose de premier Singspiel connu.

Il assume en quelques occasions la charge de maitre de chapelle, comme pour la célébration du traité consécutif à la fin de la guerre de Trente ans en 1649, où il dirige un ensemble de 21 chanteurs, 18 instrumentalistes et 4 organistes.

Il a publié deux collections d'œuvres vocales. Ses œuvres sont publiées dans le « Frauenzimmer Gesprächspiele », entre 1642 et 1649

Voir: Dilherr J. M. (1605-1669)

Lorentzskirche, Nürnberg Lorentzskirche, Nürnberg 

Catalogue des œuvres musicales

  • Das geistliche Waldgedicht oder Freudenspiel genant Seelewig. Singspiel en 1 prologue trois actes et iun épilogue, en collaboration avec G. P. Harsdörffer
  • Plusieurs musiques de scène (chansons interludes) : Die Gedächtnisskunst ; Vom halben Umbkreiss ; Das Schauspiel teutscher Sprichwörter ; Von der Welt Eitelkeit ; Die Poeterey ; Die Reimkunst ; Die Tugendsterne ; Das Schauspiel zu Ross
  • Seelen-Music … geist- und trostreicher Lieder, 1644-1648, 2 volumes (musique vocale à 1 ou 4 voix, et basse continue) (repris dans Christian Hube r: Geistliche Seelen-Music, St Gall 1682
  • Musicalischer Friedens-Gesänger. (musique vocale à 3 voix, violon, basse, et basse continue), 1651
  • 6 chansons à 4 voix
  • 19 cantates de circonstance, essentiellement pour des funérails, 1637–1658
  • 12 pièces vocales  (une voix et basse continue), dansD. Wülffer, « Zwölff Andachten », 1648
  • 10 pièces vocales  (un voix et basse continue), dans  J. Rist,  « Neuer himlischer Lieder » (1), Lüneburg 1651
  • 5 pièces vocales, dans L. Erhard « Harmonisches Chor- und Figural Gesang-Buch », Frankfurt 1659
  • Volta, mouvement de suite, Staatsarchiv Nürnberg
  • De nombreuses œuvres sont perdues : Textes d'oratorios publiés à Nürnberg, Der leidenden Christus (oratorio sur un texte de J. Klaj, 1645), des musiques de scène sur des textes de Klaj : Aufferstehung Jesu Christi, 1644 ; Engel- und Drachen-Streit ; Höllen- und Himmelfahrt Jesu Christi, 1644 ; Weyhnacht-Liedt der heiligen Geburt Jesu Christ, 1644 ; Herodes der Kindermörder, 1645 ; Der seligmachenden Geburt Jesu Christi, 1650

Écrits sur la musique

Rudimentum musicum, das ist: Kurtze Unterweisung dess Singens, für die liebe Jugend und die, so noch keinen Anfang haben, auff das einfältigst und kürtzeste zusamm getragen. Auff Begehren zum drittenmal in Druck verfertigt durch Sigmund Theophilum Staden

    Nurnberg, Michael Kulssner 1648 (2 exemplaires conservés ; il y aurait eu une première édition en 1636, une seconde, noin datée, une troisième en 1663. Celle de 1648 serait donc la troisième)
    D : Berlin, Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz - GB : London, British Museum

Entwerfung dess Anfangs, Fortgangs, Aenderungen, Brauchs und Missbrauchs der edlen Music. 1643 ; 1650 ; Dans « Clemen Accentus L. habraicae », 1651

Legt ab, was Lust und Freude bringt. Dans: «Klang- und Grablieder zum Theil gesungen bey ansehnliche Begraebniß Deß [...] Herrn Christoph Fuehrers von und zu Haymendorff auff Wolckersdorff etc. in deß Heil. Roemischen Reichs-Stadt Nuernberg Voerdersten Losungers und wolverdienten Schultheisen [...] An: Aller Glaubiger Christen Kraeftigste Labung: [...] in Erklaerung des troestlichen Macht-Spruchs [...] von Johann Michael Dilherrn.» Gedruckt bei Wolfgang Endter dem Aeltern. 1653

Bibliographie

  • DRUENER HANS, Sigmund Theophil Staden, 1607-1655 : Ein Beitr. zur Erforschg von Leben und Werk (thèse). Bonn 1946
  • KRABBE W. J., Rist und das deutsche Lied (thèse). Berlin 1910
  • SCHMITZ W., Zur Musikgeschichtlichen Bedeutung der Harsdörfferschen «Frauenzimmergesprächspiel». Dans «Festschrift für Rochus von Liliencron», Leipzig 1910
  • BRUGIÈRE-ZEIß, DANIELLE, « Seelewig » de G. Ph. Harsdörffer et S. Th. Staden (1644): un opéra? : un projet pastoral original entre musique et littérature. Peter Lang, Bern 2003
  • KELLER PETER, Die Oper Seelewig von Sigmund Theophil Staden und Georg Philipp Harsdörffer. Haupt, Bern, Stuttgart 1977
  • J.G. Doppelmayr: Historische Nachricht von den nürnbergischen Mathematicis und Künstlern (Nuremberg, 1730)
  • G.A. Will: Nürnbergisches Gelehrten-Lexicon (Nuremberg and Altdorf, 1755–8)
  • W. Nagel: ‘Zur Biographie Johann Stadens und seiner Söhne', MMg, xxix (1897), 53–61
  • G.A. Narciss: Studien zu den Frauenzimmergesprächspielen (Leipzig, 1928)
  • O. Clemen: ‘Das Programm zu einem Musikfest in Nürnberg in Mai 1643', Otto Glauning zum 60. Geburtstag, ed. H. Schreiber (Leipzig, 1938), 18–24
  • W. Körner: ‘Zum Gedächtnis des Nürnberger Komponisten und Organisten Sigmund Theophil Staden', Gottesdienst und Kirchenmusik (1955), 177–8
  • W. Kahl: ‘Das Nürnberger historische Konzert von 1643 und sein Geschichtsbild', AMw, xiv (1957), 281–303
  • J. Haar: ‘Astral Music in Seventeenth-Century Nuremberg: the Tugendsterne of Harsdörffer and Staden', MD, xvi (1962), 175–89
  • P. Keller: ‘New Light on the Tugendsterne of Harsdörffer and Staden', MD, xxv (1971), 223–7
  • P. Keller: Die Oper Seelewig von Sigmund Theophil Staden und Georg Philipp Harsdörffer (Bern, 1977)
  • H.E. Samuel: The Cantata in Nuremberg during the Seventeenth Century (Ann Arbor, 1982)
  • J.P. Aikin: ‘Creating a Language for German Opera', Deutsche Vierteljahresschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, lxii (1988), 266–89

Jean-Marc Warszawski
Novembre 1995-9 avril 2007

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie.org

Mardi 6 Janvier, 2015 21:15