rectangle

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bio

S'abonner au bulletin
Liens vers des dictionnaires et des collections de notices en ligne

 

| a | b | c | d | e | f | g | h |i | j | k | l | m |
| n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

 

Pillois Jacques
Desky Jacques

1877-1935

Dumesnil René, Portraits de musiciens français. Librairie Plon, Paris 1938,p. 171-172.

Jacques Pillois a probablement été victime de l'exil.

Un exil volontaire, au profit de l'expansion française, car après avoir enseigné de 1920 à 1928 au Conservatoire américain de Fontainebleau, Pillois avait accepté la chaire d'harmonie et de composition au Smith Collège, et il passait en Amérique dix mois par an. Les absents ont tort — et plus que jamais en un temps où la latte est si dure, où chacun s'occupe à défendre unguibus et rostro les situations conquises. Aussi ne voyait-on guère le nom de Jacques Pillois sur les programmes. Les titres à y figurer ne lui manquaient cependant point...

Né à Paris en 1887, Pillois fit ses humanités à l'École Monge, puis étudia l'harmonie avec Louis Vierne et la composition avec Widor. Si le mot « délicat » a jamais pu s'appliquer aux ouvrages de l'esprit, c'est bien à la musique de Pillois : en 1913, L'Anémone et la Rose, poème lyrique d'après Leconte de Lisle, pour soli, chœur de femmes et orchestre, donné chez Colonne, imposait son nom à l'attention de la critique.

La guerre vint. Jacques Pillois appartenait à cette génération à laquelle l'accomplissement du devoir a coûté terriblement cher, car elle y a perdu ce qu'elle avait acquis et n'a trouvé le plus souvent en récompense que l'ingratitude et les désillusions. Jacques Pillois, agent de liaison dans l'infanterie, rapporta ses Feuillets de guerre, souvenir du temps passé entre Douaumontet Vaux. Il donna aux Concerts Lamoureux Chansons de Rosève, Vœu, le Jugement. Sa Suite Petite Russienne pour violon et orchestre est toute nourrie de sève populaire, ses Haikaï pour flûte, violon, alto, violoncelle et harpe, son Madrigal pour quintette à cordes, ses chœurs a cappella, ses Chansons à quatre voix, ses deux pièces pour piano seul ou harpe À la manière de Lully et de Fauré, toute cette musique si diverse révèle une sensibilité aiguë et une conscience, une sévérité envers soi qui peuvent être données en exemple.

Catalogue des œuvres

1901, Chanson d'été ! sur un poème de René Thévenin.

1904, Ave Maria pour choeur ad libitum avec accompagnement de grand orgue.

1904, Chanson de fileuse, sur une poésie de René Thévenin.

1904, Trois mélodies (1. Voeu, sur une poésie de Henri de Régnier ; 2. Béatitude ! sur une poésie de R-H. de Vandelbourg ; 3. Souvenir ! sur une poésie de R.-H. de Vandelbourg.

1904, Dernier Flirt ! Valse lente, opus 5 (Jacques Desky).

1907, Soir behémien ! Valse tzigane pour piano (Jacques Desky).

1908, Le roseau, sur une poésie de Henri de Régnier, odelette pour chant et piano avec flûte obligée [version sans flûte en 1920] [traduction anglaise par Dorothy F. Russell en 1925]

1909, Les lotus, pour chant et piano, sur une poésie d'Émile Cottinet.

1909, O triste, triste était mon âme, sur une poésie de Paul Verlaine, pour soprano ou ténor et piano.

1909, Ton souvenir est comme un livre bien-aimé, sur « Au jardin de l'Infante », une poésie d'Albert Samain.

1910, Que l'heure est donc brève !... romance dans le style ancien sur une poésie d'A. Silvestre, pour voix et piano(Jacques Desky).

1911, Deux chansons à quatre voix sans accompagnement sur des poésies de Louis Tiercelin (1. La chanson du bois d'amour ; 2. La chanson du verger fleuri).

1913, Pater noster, pour ténor solo et grand orgue (ou piano).

1913, Trois Poèmes, d'Albert Samain, pour chant, quatuor à cordes et flûte.

1919, Dédicace, sur une poésie d'Henri de Régnier, pour chant et piano. 1. Les vierges au crépuscule ; 2. Myrtil et Palémone ; 3. La tourterelle d'Amymone.

1920, Le frisson, sur un poème de H. Busset ; musique, en cillaboration avec H. Chauvin.

1920, Les Souffleurs de verre, sur des paroles de H. Busset.... (Jacques Desky en collaboration avec H. Chaussin), pôur voix et piano

1921, Deux pièces à la manière de... 1. Lully (Gavotte) ; 2. Fauré (Romance sans paroles), pour le piano [Transcription pour harpe à pédales par Maurice Grandjany, 1928]

1921, Quatre mélodies, pour voix soliste et pîano (My Fire / Mon feu, sur un poème de Ch. Ellacott traduit pas Jacques Pillois, dédicacé à Paul-James Breedy ; Tous ces pauvres enfants, sur un poème d'André Germain, dédicadé à Manon Cougnard ; Quatrain, sur un poème de Jean Bach-Sisley, dédicacé à Madame Marie-Louise Rollan-Mauger ; Rondel Brisé, sur un poème de Jean Bach Sisley, édicacé à Madame Marie-Louise Rollan-Mauger) [My Fire, fac-similé numérique, Bibliothèque nationale de France]

1921, Bucoliques, sonatine pour flûte et piano.

1921, Voici l'temps d'la moisson, ronde à quatre voix mixtes, sur un thème populaire, texte de Jacques Pillois.

1922, Chanson de Yamina, pour chant, flûte et piano. Musique de scène pour « le Croissant de pourpre », un acte en vers de R.-A. de Vandelbourg.

1922, Trois chants sacrés, 1. O Salutaris, motet pour 2 voix d'enfants et orgue ; Tantum ergo, motet pour ténor solo, choeur à 3 voix et orgue ; 3. Nouste-Damo, cantique béarnais, pour 4 voix mixtes a capella et orgue.

1923, Ronde des petits enfants qui vont pêcher (L'Arrivée ; La PêcheLe Retour), chanson de geste dans le style populaire sur des thèmes originaux, choeur pour deux voix égales d'enfants, sur un texte de Jacques Pillois.

1923, Tombe provençale, sur une poésie de Fernand Mozade, pour chant et piano.

1923, Le Jugement, sur une poésie de Fernand Mazade, pour chant et piano.

1924, Douze chansons de bon ton, recueillies et harmonisées par Jacques Pillois.... chant et piano [tiré d'un recueil paru en 1733 sous le titre « Nouvelles poésies spirituelles et morales sur les plus beaux airs de la musique françoise et italienne »]

1924, La Vie champêtre, musique recueillie et harmonisée par Jacques Pillois.

1924, Deux chansons sur des poésies de Louis Tiercelin, à quatre voix sans accompagnement.

1925 (avant 1925), Chanson triste, pour piano et violoncelle / violon / cor anglais; dédicacée à Louis Feuillard [IMSLP] (orchestré pour violoncelle et petit orchestre, avec piano conducteur par André Soyer en 1925).

1925, Trois Mélodies avec accompagnement de piano, 2. Voeu, sur une poésie d'Henri Régnier, pour baryton ou contralto, et orchestre, en si mineur.

1926, Petite suite russienne (sur des thèmes populaires), pour violon et piano.

1926, Cinq Haïkaï, "pigrammes lyriques du Japon pour quintette : flûte, violon, alto, violonclle, harpe (1. Prière d'orphelin, « Ne gèle pas, mamans n'a plus de dents, petit bol d'eau », Chyio, poétesse, 1703-1775 ; 2. Jour de l'an japonais, « Le jour de l'an ! / Un ciel clair et les moineaux / Qui babillent », Ransetsu ; 3. Chagrin d'amour « C'est l'été qui m'a fait maigrir / Mais en disant cela / Elle éclate en sanglots... », Kikin ; 4. Solitude (Aubade à lalune), « Sans compagnon / Tout seul comme je suis / La lune pour amie ! »,  Buson ; 5. Rêve des guerriers morts, « La mort, toute prochaine : Rien ne l'anonce / Dans les chants de la cigale. / Les herbes de l'été ! / De tous ces guerriers morts / Voilà ce qui reste de leurs rêves !... » Bashô, 1944-1694.)

1927, Six proses lyriques, tirées du « Livre pour Toi » de Marguerite Burnat-Provins (traduction anglaise de Zélie Vaissade), pour chant et piano.

1928, Madrigal, pour quintette à cordes.

1929, Adon olam. The Lord of us all. Pour baryton solo, et chœur mixte, avec accompagnement d'orgue.

1931, Trois pièces pour violon et piano [1934, transcription pour violoncelle et piano, par Madeleine Monnier]

1932, Le Bois d'amour, prélude pour quatuor à cordes.

1933, Flowering orchards, pour cheur TTBB, sur un poème de Louis Tiercelin traduit par Amy Clare Griffin, arrangement pour voix masculines d'Archibald T. Davison.

1934, Impromptu, pour piano.

1935, La Tortue et l'Aigle, fable. Air : Quelque vent qui gronde. Recueilli et harmonisé par Jacques Pillois. Chant et piano

1935, La Vie champètre, chanson recueillie et harmonisée par Jacques Pillois, pour chant et piano.

1935, Les Oiseaux, chanson recueillie et harmonisée par Jacques Pillois, pour chant et piano.

1935, La Sagesse, chanson recueillie et harmonisée par Jacques Pillois, pour chant et piano.

1935, Jeunesse indocile, chanson recueillie et harmonisée par Jacques Pillois, pour chant et piano.

1935, Trouble du coeur, chanson recueillie et harmonisée par Jacques Pillois, pour chant et piano.

1935, Les Fleurs, chanson recueillie et harmonisée par Jacques Pillois, pour chant et piano.

1935, La Politesse, chanson recueillie et harmonisée par Jacques Pillois, pour chant et piano.

1935, La Mouche et la Fourmi, fable. Air : Tous les bourgeois de Châtres, chanson rcueillie et harmonisée par Jacques Pillois, chant et piano.

1935, Les Sources / The Springs, sur une poésie d'Adolphe Boschot (traduction anglaise d'Anne Van Heusen), pour chant et piano.

1935, Trois Poèmes féminins, de Comtesse A. de Noailles, Lucie Delarue-Mardrus, Marie Noël (traduction anglaise d'Anne Van Heusen), pour chant et piano.

1936, La Résignation, chanson recueillie et harmonisée par Jacques Pillois, chant et piano.

s.d., Des Jonquilles et des iris (Hymne à Artèmis), sur un poème de Fernand Mazade, pour deux voix de femmes.

Bibliographie

Lettre de Jacques Durand à André Caplet, Paris, 5 septembre 1922 [fac-similé numérique de la Bibliothèque nationale de France]

Lettre de Jacques Durand à André Caplet, Paris, 4 octobre 1922 [fac-similé numérique de la Bibliothèque nationale de France]

 

À propos . S'abonner au bulletin .  Liste . Collaborations


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2013

Saturday 23 November, 2013 0:03