rectangle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

bandeau bio
S'abonner au bulletin
Liens vers des dictionnaires et des collections de notices en ligne

| a | b | c | d | e | f | g | h |i | j | k | l | m |
| n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

  Philippe de Vitry
Vitriaco ; Vittriaco ; Philippus Vitriacus
1291-1361

Né en Champagne, le 31 octobre 1291 — mort le 9 juin 1361.

Philippe de Vitry est connu comme théoricien de la musique et compositeur.

Toutefois, les quelques compositions conservées qui lui sont attribuées ne le peuvent être en toute certitude.

En 1330 il est clerc de notaire de Charles IV le Bel, en 1333, chanoine prébendé à Clermont en Beauvaisie.

En Avignon, il rencontre Pétrarque en 1337. L'année suivante il entre au parlement et rencontre de nouveau Pétrarque à Paris en 1333. Il est maître clerc de requêtes en 1340.

En 1342 il est en Avignon. En 1346 il est maître des requêtes à l'hôtel du roi et à l'hôtel de l'hériter du trône.

Il est envoyé par le roi en 1350 auprès de Clément VI en Avignon. Il est évêque de Meaux en 1351.

Il est un des neuf «généraux réformateurs» des États-Généraux de 1357. La partie mathématique de son traité de musique provient d'une traduction latine d'un traité sur les nombres harmoniques de Levi ben Gershom.

Voir : Levi ben Gershom.

Citations

Chapitre XI, définition de la musique : Sachez que la musique est la science du chant juste, c'est à dire le moyen facile à parvenir à chanter parfaitement. Étymologiquement, moyes, c'est à dire eau, et, ycos, c'est à dire science, parce qu'elle a été découverte au bord des eaux.

Chapitre I : Il a trois espèces de musiques : La musique de l'univers, celle de l'homme et la musique instrumentale. C'est de la musique instrumentale qu'il s'agit ici. Le monocorde est un instrument pourvu d'une seule corde, dont le jeu s'établit selon les trois genres. Diatonique, chromatique, enharmonique. Il s'agit ici du diatonique.

Chapitre II : Les treize intervalles de la musique
Est diatonique tout ce qui procède par série de deux tons et un demi ton. Treize intervalles sont dans ce cas.

Les intervalles
1 Unissson, une unité Rapport de 1 à 1
2 Octave 2 à 1
3 Quinte 3 à 2
4 Quarte 4 à 3
5 Ton, sesquioctave 9 à 8
6 Tierce mineure 32 à 27
7 Tierce majeure 81 à 64
8 Demi ton 256 à 243
9 Sixte mineure 128 à 81
10 Sixte majeure 54 à 32
11 Septième mineure 16 à 9
12 Septième majeure 486 à 256
13 Triton 729 à 512

Chapitre IV étude des rapports numériques :   Rapport du simple au double en ordre inverse : 4 2 1 ; On tire un nombre qui en contient un autre plus sa moitié

Rapport sesquialtere : 4 6 9
Rapport sesquialtere en ordre inverse: 9 6 4
Rapport superbipartiel: 9 15 25
Rapport sesquialtere: 4 6 9
Rapport double sequialtere: 9 24 64
Rapport superbipartiel: 9 15 25
Rapport double et superbipartiel: 9 24 64

À partir de ces calculs qui reproduisent tout compte fait une opération unique, Philippe de Vitry définit les rapports des intervalles musicaux, en se conformant ainsi à son affirmation : Toute inégalité procède de l'égalité.


Ms. Barb. lat. 307, Roma, Biblioteca Vaticana 

 

La génération des intervalles musicaux
Quinte 3 à 2    
Quarte 4 à 3 9 à 8 Ton
       
Quarte 4 à 3    
Ton 9 à 8 32 à 27 Tierce mineure
       
Quinte 3 à 2    
Tierce mineure 32 à 27 81 à 64 Tierce majeure
       
Quarte 4 à 3    
Tierce majeurs 81 à 64 256 à 243 Demi ton
       
Octave 2 à 1    
Tierce mineure 32 à 27 64 à 32 Sixte majeure
       
Octave 2 à 1    
Tierce majeure 81 à 64 128 à 81 Sixte mineure
       
Octave 2 à 1    
Ton 9 à 8 16 à 9 Septième mineure
       
Octave 2 à 1    
Demi ton 256 à 243 486 à 256 Septième majeure
       
Quinte 3 à 2    
Demi ton 256 à 245 729 à 512 Triton

Chapitre VII. Les parties de la musique : Il y a quatre parties à la musique

      1-Les signes et les noms des notes
      2-Lignes et interlignes
      3-Propriétés
      4-Mutations

Chapitre IX. Propriétés :
3 caractères spécifiques

1-Etat bécarre
2-Etat naturel
3-Etat Bémol

Règle

    Tout en G est en état bécarre
    Tout en C est en état naturel
    Tout en F est en état Bémol
    C indique l'état naturel
    F l'état bémol
    G quant à lui invite à chanter en b dur.

 

Chapitre X, Les mutations : Abandon d'un nom de note au profit d'un autre, le son et le signe demeurent les mêmes, il s'ensuit que partout où se fait la mutation, il faut qu'il y ait au moins deux notes.

Chapitre XII, L'unisson : L'unisson n'est pas une consonance, mais le principe des autres consonances. C'est la note avec laquelle on attaque le chant.

Chapitre XIII, Le demi ton : Le demi ton est, entre deux unisson, un espace que, conformément aux possibilités de la voix humaine il n'est ni loisible ni possible de diviser, autrement dit qui ne souffre pas de son intermédiaire. Le demi ton comme le dit Bernard de Ventadour est l'adoucissement et l'agrément de la mélodie tout entière, et sans lui elle serait gâtée, elle perdrait son caractère, il n'en resterait rien.

Chapitre XIV, La musique fausse : Faire des demi tons où il n'y en a pas. Il faut que quand il y a une quinte entre deux notes, une bonne consonance. De là, par conséquent naît évidemment la question de savoir quelle nécessité il y a d'introduire dans la musique régulière, la musique fausse ou fausse mutation, alors que ce qui est régulier ne doit rien admettre qui serait faux, mais vrai bien plutôt. Une quinte égale 3 tons et un demi ton. Une note sur b fa b mi en b carré et une autre sur fa ut aigu, naturel ne sont pas en consonance. On peut réaliser cette consonance par musique fausse.

Chapitre XVI, La mesure : Ainsi pour indiquer un temps parfait, on met un petit cercle, parce que la forme ronde est parfaite; il arrive aussi, selon certains, qu'on mette trois petits traits obliques, cela revient au même : le temps est parfait puisqu'essentiellement divisé en trois parties égales.

 


Tableau de solmisation
M s. Barb. lat. 307, Roma, Biblioteca Vaticana 

Écrits relatifs à la musique

Ars contrapunctus

Ars nova (vers 1732)

Tractatus de musica plana et mensurabilis (attribué à Philippe de Vitry)

Nota quod si vis facere semitonium maius [...] (tradition anonyme)

Omni desideranti notitiam artis mensurabilis (tradition III)

Quoniam per ignorantiam artis musice [...] (tradition II, anonyme III de De Coussemaker)

Manuscrits

XIVe siècle

  • Ms. 5-2-25, Sevilla, Biblioteca Capitular y Colombina, origine italienne et catalane, XIVe-XVe siècles, f. 63-64v, tradition II
  • Ms. Lat. 7378 A, Paris, Bibliothèque nationale, origine parisienne supposée, daté 1362, compilation avec interpolations, f. 58r
  • Ms. lat. 15128, Paris, Bibliothèque nationale, XIVe siècle, f. 127r-129r, tradition anonyme & anonyme III de De Coussemaker, Quoniam per ignorantiam artis musice [...]
  • Ms. 450, Pavia, Biblioteca Universitaria, XIVe siècle pour la partie musicale, f. 4-5v
  • Ms. Barb. lat. 307, Roma, Biblioteca Vaticana, XIVe-XVe siècles (1431-1432), f. 17r-20v, Ars nova [édition électronique de l'Université d'Indiana]
  • Ms. lat. 5325, Roma, Biblioteca Vaticana, première moitié XIVe siècle, f. 1r-12v, Musica plana et mensurabilis (anonyme)

XVe siècle

  • Ms. Add. 21455, London, British Library, origine anglaise, daté de v. 1400, f. 6b (compilation)
  • Ms.l. V. 30, Siena, Biblioteca Comunale, fin XVe siècle, f. 129 rv, Ars nova
  • Ms. pluteo XXIX. 48, Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, XVe siècle, f. 86r-88v, Ars contra-puncti
  • Ms. B 83, Roma, Biblioteca Vallicelliana, XVe siècle, f. 1r-8v, Ars contrapuncti
  • Ms. lat. 5321 Roma, Biblioteca Vaticana, XVe siècle, f. 23r-25va, Ars contrapuncti
  • Non datés
  • Ms. St. Anne 16-4, Apt, Trésor del Basil, tradition I & II
  • Ms. Château de Servant, tradition I & II
  • Ms. 19606, Bruxelles, Bibliothèque Royale, tradition I & II
  • Ms. 853, Barcelona, Biblioteca de Catalunya, tradition I & II;
  • Ms. 1738 (1176), Cambrai, Bibliothèque Municipale, tradition I & II
  • Ms. fonds français 146, Paris, Bibliothèque Nationale, tradition I & II
  • Ms. 67, Paris, Collège de Picardie, tradition I & II
  • Ms. lat. 14741, Paris, Collège de Picardie, mesure, Tradition I & II, Philippe de Vitry
  • Ms. sans cote, Ivrea Biblioteca Capitolare, tradition I & II
  • Ms. Add. 28550, London, British Library, tradition I & II

Éditions

  • ANGLÈS HIGINIO, Dos tractats medievals de música figurada. Dans «Festschrift Johannes Wolf», Berlin 1929, p. 6-12 [Omni desiranti. Ms. Séville]
  • COUSSEMAKER CHARLES-EDMOND-HENRI DE (1805- 1876), dans «Scriptorum de musica medii aevi novam seriem a Gerbertina» [4 v.]. Durand, Paris 1864-1876; Olms, Hildesheim 1963, (3) p. 36b-37a; 370a-375b [anonyme III] [édition électronique de l'Université d'Indiana : Ars contrapunctus, 23-27 ; Ars nova, 13-22 ; Ars perfecta in musica, 28-35 ; Liber musicalium, 35-46]
  • GERBERT MARTIN (1720-1793), dans «Scriptores ecclesiastici de musica sacra potis-simum [3 v.]», St. Blasien 1784; Hildesheim, Olms 1967, (3)
  • GRAY JOHN DOUGLAS, The Ars nova Treatises Attributed to Philippe de Vitry: Translation and Commentary (thèse). University of Colorado [dir.Olivier B. Ellsworth]
  • PLANTINGA L., Philippe de Vitry's Ars nova. A Translation. Dans «Journal of Music Theory» (5) 1961, p. 204-223 [trad.]
  • REANEY GILBERT, The ‘Ars nova' of Philippe de Vitry. Dans «Musica Disciplina» (10) 1956, p. 5-33 & A Postscript to Philippe de Vitry's ‘Ars nova'. (14) 1960, p. 29-31 [édition électronique de l'Université d'Indiana, Ars nova]
  • REANEY GILBERT & GILLES ANDRÉ & MAILLARD JEAN, Philippi de Vitriaco ars nova. Dans «Corpus Scripturum de Musica» (8), American Institute of Musicology 1964 [édition électronique de l'Université d'Indiana, Philippi de Vitriaco Ars nova]

Bibliographie

  • BENT MARGARET, A Preliminary Assessment of the Independence of English Trecento Notations. Dans «L'Ars Nova Italiana del Trecento» (4), Certaldo 1978, p. 66
  • BESSELER HEINRICH, Die Motette von Francon von Köln bis Philippe de Vitry. «Studien zur Musik des Mittelalters» (II), dans «Archiv für Musikwissenschaft» (VIII) 1926
  • BOCKHOLDT RUDOLF, Semibrevis minima und Prolatio temporis. Zur Entstehung der Mensuraltheorie der Ars nova. Dans «Musikforschung» (16) 1963, p. 6, 7, 10
  • BOHN PETER, Philipp von Vitry. Dans «Monatshefte für Musikgeschichte» (22) 1890, p. 141-180
  • COVILLE A., Philippe de Vitri. Dans «Romania» (59) 1933, p. 520-547
  • COPLESTONE-CROW NATASHA, Philippe de Vitry and the Development of the Early Fourteenth-Century Motet (thèse). University of Southampton 1983 [2 v.] [x-202 p., tables, fac-sim., musique, exemples, transcr., bibl., dir. Daniel Leech-Wilkinson]
  • EGGEBRECHT HANS HEINRICH, Der Begriff des Neuen in der Musik von der Ars nova bis zur Gegenwart. Dans «Musicological Society: Congress Report 1930», New York 1961; Kassel 1961, (I) p. 195
  • FISCHER KURT VON, Eine wiederaufgefundene Theoretikerhandschrift des späten 14. Jahr-hunderts. Dans «Schweizer Beiträge zur Musikwissenschaft» (1) 1972, p. 27-28
  • –,      Philippe de Vitry in Italy and an Homage of Landini to Philippe. Dans «L'Ars Nova Italiana del Trecento» (4), Certaldo 1978, p. 225-232
  • GALLO F. ALBERTO, Tra Giovanni di Garlandia e Filippo da Vitry. Dans «Musica Disci-plina» (23) 1969, p. 13-20
  • –,      La tradizione orale della teoria musicale nel medioevo. Dans D. Carpitella (éd.), «L'etno-musicologia in Italia», Palermo 1975, p. 164-165
  • GILLES ANDRÉ, Un témoignage inédit de l'enseignement de Philippe de Vitry. Dans «Musica Disciplina» (10) 1956, p. 35-53
  • –,      L'Anonyme III de Coussemaker, Scriptores III. Dans «Musica Disciplina» (15) 1961, p. 27-38
  • GILLES ANDRÉ & MAILLARD JEAN & REANEY GILBERT, Phillippe de Vitry: Ars nova. Dans «Musica Disciplina» (11) 1957, p. 12-30
  • GILLES ANDRÉ & REANEY GILBERT, A New Source for the «Ars nova»‘ of Philippe de Vitry. Dans «Musica Disciplina» (12) 1958, p. 59-66
  • GÜNTHER URSULA, Die Mensuralnotation der Ars nova in Theorie und Praxis. Dans «Archiv für Musikwissenschaft» (19-20) 1962-63, p. 9-28
  • FULLER SARAH, A Phantom Treatise of the Fourteenth Century? The «Ars nova». Dans «Journal of Musicologie» (4) 1985, p. 23-50
  • –,      Did Philippe de Vitry write a treatise Ars nova ? Dans «L'enseignement de la musique au Moyen-Âge et à la Renaissance». Royaumont 1987, p. 29-30
  • HIRSCHFELD ROBERT, Notizen zur mittelalterlichen Musikgeschichte. Dans «Monatshefte für Musikgeschichte» (17) 1885, p. 61-67
  • LEECH-WILKINSON DANIEL, Compositional techniques in the four-part isorhythmic motets of Philippe de Vitry and his contemporaries. Garland, New York 1989
  • MACHABEY ARMAND, Notice sur Philippe de Vitry. Dans «Revue de Musicologie» (10) 1929, p. 20-39
  • PIRRO ANDRÉ GABRIEL EDMÉE (1869-1943), Philippe de Vitry. Notes biographiques. Dans «Romania», 933, p. 520-547
  • RISTORY HEINZ, Post-franconische Theorie und Früh-Trecento. Die Petrus de Cruce: Neuerungen und ihre Bedeutung für die it. Mensuralnotenschrift. Peter Lang, Frankfurt-Bern-New York 1988, p. 143, 199, 243
  • SCHRADE LEO (1903-1964, éd.), Le Roman de Fauvel; l'œuvre de Philippe de Vitry; cycles pour l'ordinaire. Éditions de l'Oiseau-Lyre, Monaco, vers 1956
  • –,      Œuvre complète de Philippe de Vitry [introduction et notes par Edward H. Roesner]. Éditions de l'Oiseau-lyre, Monaco 1984
  • WERNER ERIC, The Mathematical Foundation of Philippe de Vitri's «Ars nova». Dans «Journal of the American Musicological Society» (9) 1956, p. 128-173
  • WHITELAW MAUREEN, A Comparative Analysis of the Eight Three-Voiced Motets of Philippe de Vitry Which Have «f»' as Their Tonal Centre (thèse). Monash University 1991
  • WOLF JOHANNES, Geschichte der Mensural-Notation von 1250-1460. Leipzig 1904, Hildes-heim-Wiesbaden 1965, p. 63, 67, 70, 76, 81, 84, 124, 142, 150, 156, 215, 386, 409

Jean-Marc Warszawski
Novembre 1995 - 2000-2006
Révision 19 avril 2009


Références / musicologie.org 2009