Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Serge Nigg
1924-2008

Né à Paris le 6 juin 1924 — mort à Paris le 12 novembre 2008.

Après des premières études avec Ginette Martenot, il est admis en 1941 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il y suit les cours d'Olivier Messiaen pour l'harmonie, et de Simone Plé-Caussade pour le contrepoint et la fugue.

En 1943, ont lieux les premières exécutions publiques de ses œuvres. En 1944, l'Orchestre National, sous la direction de Roger Désormière, crée au Théâtre des Champs-Élysées, le poème symphonique Timour.

Serge Nighg, Quatuor a cordes (1er mouvement), commande de Radio France, créé le 11 avril 1983, à la Maison de la Radio, par le Quatuor Enesco, créateur de l'œuvre (Constantin Bogdanas, Florin Szigeti, Liviu Stanese, Dorel Fodoreanu).

Il quitte le Conservatoire en 1946 et s'initie à la technique des 12 sons auprès de René Leibowitz. Ses Variations pour piano et 10 instruments passent pour être la première œuvre strictement dodécaphonique, composée en France. Elles sont créées en 1947, au 1er Festival International de Musique dodécaphonique de Paris.

En 1949, il crée l'Association française des musiciens progressistes, avec Roger Désormière, Louis Durey, Georges Auric, Charles Koechlin et Jean Wiéner. Cette association fait suite au manifeste des compositeurs progressistes, lancé à Prague en 1948, et qui oriente vers une esthétique supposée plus accessible aux classes populaires, contre ce qu'on nomme le formalisme abstrait bourgeois (une musique ressentie comme élitiste). Il abandonne alors la technique sérielle

Il est nommé au Comité de la Musique de la Radiodiffusion Française en 1956.

Composé en 1954, son 1er Concerto pour piano et orchestre, est créé en 1957, au Théâtre des Champs Élysées, par l'Orchestre National, sous la direction d'A. Cluytens avec P. Barbizet au piano, reçoit le Grand Prix du Disque de l'Académie Charles Cros. En 1967, l'enregistrement de son concerto pour violon et orchestre (créé par Christian Ferras en 1960), est gratifié du Grand Prix du Disque.

Il reçoit le Prix Italia, à Venise, en 1958, pour l'œuvre radiophonique « L'étrange aventure de Gulliver à Lilliput », sur un texte de Philippe Soupault, d'après Jonathan Swift.

Dans les années 1960, il revient au dodécaphonisme. Sa Jérôme Bosch Symphonie est couronné par Le Grand Prix du Disque de l'Académie du Disque Français. En 1961, Histoire d'œuf, commandé par la Radio nationale, est l'œuvre inaugurale des « Percussions de Strasbourg », tout nouvellement formées.

En 1963, à Montréal, Il est gratifié du Grand Prix de la Communauté radiophonique des Programmes de Langue Française

En 1964, Le chant du Dépossédé, pour baryton, récitant et orchestre, est primé par l'Académie du Disque Français. Visage d'Axël, œuvre symphonique composée entre 1965 et 1967 reçoit le Grand Prix du Disque de l'Académie Charles Cros, et de l'Académie du Disque Français.

De 1967 à 1982, où il est Inspecteur des Théâtres Lyriques Français, à la Direction de la Musique.

En 1974, le Grand Prix Musical de la Ville de Paris lui est décerné, et en 1978, il reçoit le Grand Prix de la SACEM pour l'ensemble de son œuvre, en 1976, le Prix Florence Gould, de l'Académie des Beaux-Arts.

En 1981, le chef  Michel Plasson lui commande une œuvre symphonique, à l'occasion de sa tournée aus  États-Unis : Million d'oiseaux d'or.

En 1982, il a la charge de la classe d'instrumentation et d'orchestration, au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. La même année, il est appelé à présider la Société Nationale de Musique.

En 1983, le Prix Florence Gould, de l'Académie des Beaux-Arts, lui est une seconde fois attribué, et en 1987, il reçoit le Prix René Dumesnil, par la même institution.

En 1989, il est élu membre de l'Institut.

En 1991, la SACEM lui décerne le Prix de la meilleure création contemporaine

En 1995, il est élu Président de l'Institut et de l'Académie des Beaux-Arts.

Catalogue des œuvres

Les œuvres de Serge Nigg sont essentiellement éditées à Paris, par Gérard Billaudot, (Le Chant du Monde) et les Éditions Jobert

Bibliographie

Jean-Marc Warszawski
18 novembre 2008

TéléchargementsPresse internationale - Universités.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, 06 06 61 73 41

Références / musicologie.org 2016

ISSN 2269-9910

Dimanche 12 Novembre, 2017