rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bio

S'abonner au bulletin

 

Henri Nafilyan

né en 1956

 

 

 

Né en 1956 à Paris, Henri Nafilyan étudie le piano, la direction d'orchestre, l'écriture et la composition à l'École Normale de Musique de Paris, avec, entre autres, Jean Micault. Il bénéficie par ailleurs des conseils de Claude Prior.

En 1971, il fonde son propre orchestre de chambre. Il obtient un second prix au concours de piano Madeleine de Valmalète eu 1972. C'est en 1977 qu'il décroche sa licence de concert en musique de chambre à l'École Normale de Musique de Paris.

En 1985, il fonde à Paris le Conservatoire Marietta Alboni, selon des concepts pédagogiques originaux. Il est de 1990 à 1997 directeur de l'École de Musique de Vaucresson dans les Hauts-de-Seine. Il préside et anime diverses associations  « Les musiciens de l'inédit » et « L'univers symphonique européen »

L'indépendance de son caractère le conduit très vite à chercher seul sa propre voie. Il n'appartient donc à aucun groupe stylistique.

Il se sent proche des compositeurs de l'est de l'Europe, tels que Chostakovitch, Strawinsky, Hindemith. Il a parfois la surprise de trouver dans ses écrits des réminiscences de culture arménienne : ses origines caucasiennes sont en effet assez lointaines, il n'en connaît pas le folklore musical…

Il s'intéresse à tous les courants musicaux. Sa musique, quoique originale, est la synthèse de plusieurs manières.

La modernité est, pour lui, un concept stérile, car, dès lors qu'on est moderne, on est dépassé.

De même que la volonté délibérée de « provoquer » ne veut rien dire en soi. Le caractère provocant  d'une œuvre envers un auditeur, un public, est en revanche recevable s'il est le reflet d'une démarche autre, d'expressivité d'un sentiment ou d'une idée particulière.

L'œuvre d'Henri Nafilyan s'inscrit toujours dans une grande dualité, car, selon lui, la dualité est un phénomène inhérent à la vie. La notion de legato ne peut exister sans celle de staccato. La notion de rythme sans celle de mélodie. De même que, dans la nature, l'homme et la femme forment des êtres opposés, et pourtant, en fusion.

Henri Nafilyan utilise une écriture tonale, puis en fait un mixage. Ce qu'il nomme la polytechnie, c'est-à-dire, l'emploi d'effets tonaux, avec des éléments qui sortent un peu de la tonalité.

Si une tonalité imprime une « couleur » à un passage musical, alors, une œuvre atonale serait comme une œuvre de peinture sans couleur. Un non-sens, donc.

Fin connaisseur de mythologie grecque, Henri Nafilyan se sent des affinités avec le dieu Dyonisos, tellement vivant. D'où l'allusion à la Grèce ancienne de nombreuses de ses œuvres, et leur aspect un peu dansant.

Son catalogue comprend une cinquantaine d'œuvres, souvent pour instrument seul, ou un petit groupe d'instruments, avec, de temps en temps, une voix, soliste ou accompagnatrice.

Les alliances instrumentales sont très variées, tels  ce Duo pour timbales et violon, ou ces Trois petites pièces pour flûte traversière, guitare et alto.

On citera entre autres œuvres : les très amples et virtuoses Noèmes, pour piano seul, plusieurs quatuors à cordes, la Sonate pour violoncelle et piano, l' Adagio pour orgue, orchestre à cordes, timbales et violon solo, la Bacchanale pour flûte et guitare

En 2009, il a reçu la Mention spéciale du jury pour Brucknérienne, au concours Blaise Pascal de composition musicale.

Catalogue des œuvres

On trouvera des précisions et de nombreux enregistements sonores sur le site : http://motdiese.alterlinks.fr/alboni/catalopus.naf.htm

  • 1969, opus 1, Duo pour timbales et violon
  • 1976, opus  2, Suite pour violon et piano
  • 1976, opus 3,   Nuit à Aix en Provence (mélodie pour mezzo soprano et grand orchestre)
  • 1976, opus 4,   Quatuor à cordes n°1
  • 1976, opus 5,  Triptyque (1ère version)
  • 1978, opus 6, Adagio pour violon, timbales, orgue et cordes
  • 1978, opus 7, Partita (« symphonie pour violon solo »)
  • 1978, opus  8, Quatuor à cordes n° 2
  • 1982, opus 9,  Méphistoféline (mélodies pour baryton et piano)
  • 1982, opus 10, Chants de l'aube (3 mélodies pour soprano et piano)
  • 1984, opus 11,  Suite poétique (piano)
  • 1986, opus 12,  Rhapsodie pour un rituel d'amour (harpe et flûte)
  • 1987, opus 13,  Prélude, Fugue et Postlude (orgue)
  • 1990, opus 14,  Pièce de concert (flûte)
  • 1991, opus 15,  Choral symphonique n° 1
  • 1991, opus 16,  Quatuor à cordes n° 3
  • 1992, opus 17,  Sonate pour saxophone basse et timbales
  • 1994, opus 18, Le sang des pierres (7 poèmes sur le vin, mélodies pour baryton et piano)
  • 1995, opus 19, Chaconne (flûte à bec basse)
  • 1995, opus 20, Incantation (hautbois, basson et piano)
  • 1995, opus 21, Triptyque (2e version)
  • 1995, opus 22, Célébration
  • 1996, opus 23, Suite baroque
  • 1997, opus 24, Épithalame (mélodie pour soprano et piano)
  • 1997, opus 25, 4 poèmes de voyage au Mexique et au Guatemala (pour basse et piano)
  • 1997, opus 25, Symphonie de chambre
  • 1997, opus 26, Quatuor à cordes n° 4
  • 1997, opus 27, 3 paraphrases (piano)
  • 1997, opus 28, 20 pièces sans titres (pour pianiste débutant)
  • 1997, opus 29, Sonate pour piano
  • 1998, opus 30, Trio n° 1 pour violon, violoncelle et piano
  • 1999, opus 31, Toccata (flûte à bec alto)
  • 1999, opus 32, 3 petites pièces pour flûte et piano
  • 1999, opus 33, Diptyque (quatuor de flûtes à bec)
  • 1999, opus 34, Cavatine (flûte à bec alto)
  • 1999, opus 35, Sonate pour hautbois et piano
  • 1999, opus 36, Stèles (piano)
  • 2000, opus 37, Noèmes (piano)
  • 2000, opus 38, Trio à cordes
  • 2000, opus 39, Trio pour alto, guitare et flûte
  • 2001, opus 40, Sonate pour violoncelle et piano
  • 2002, opus 41, Sonate pour violoncelle
  • 2002, opus 42, 3 poèmes d'amour
  • 2002, opus 43, Trirène (violon et piano)
  • 2004, opus 44, Caprice (violon)
  • 2004, opus 45, Zeus (3 mélodies pour soprano, flûte et piano)
  • 2004, opus 46, Bacchanale (flûte et guitare)
  • 2005, opus 47, Quatuor à cordes n° 5
  • 2005, opus 48, Sonate pour piano n° 2
  • 2006, opus 49, Strophe saphique
  • 2006, opus 50, Trio à cordes n° 2
  • 2006, opus 51, Cantate du Phénix
  • 2006, opus 52, Quatre impromptus (violoncelle et piano)
  • 2007, opus 53, Quatuor à cordes n° 6
  • 2008 opus 54, Célébration n° 2, pour cornet à bouquin, trois violoncelles et piano
  • 2008, opus 55, Fugue pour  trois violoncelles et piano
  • 2008, opus 56, Toccata pour piano
  • 2009, opus 57, Quatuor à cordes n° 7
  • 2009, opus 58, Nocturne pour violon et piano
  • 2009, opus 59, Quatuor à cordes n° 8
  • Bibliographie

JUVENTY MARIEL,  : Entretien avec un compositeur en marge des institutions. Dans « Revue Internationale de Musique Française » (25), février 1988 (dans le cadre d'un mémoire de DEA).

Discographie

Henri Nafilyan, Œuvres pour flûte à bec. Consort Alcyone. Henri Nafilyan. Enregistré  en 2001 au Conservatoire de musique d'Alfortville,  2009, HN01.

 

 

 

 

 

Hélène Guilhot-Villette
29 mars 2007
Ajouts au catalogue,
Jean-Marc Warsazwksi
23 novembre 2008
3 décembre 2009

 

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Jeudi 25 Décembre, 2014 21:53

musicologie.org