Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Milhaud Darius
1892-1974

1. biographie, 2. catalogue des œuvres, 3. écrits, 4. bibliographie.

Darius Milhaud dans les années 1920Darius Milhaud dans les années 1920.

Né à Marseille 4 septembre 1892, mort à Genève, 22 juin 1974.

Son père est négociant en amandes, à la tête d’une société familiale établie à Aix-en-Provence en 1806. Il est pianiste amateur, fondateur de la Société musicale de la ville, administrateur de la synagogue. Sa mère, née à Marseille d'une famille d’origine italienne, est une contralto amateur. La famille demeure au Logis du bras d’or, une ancienne taverne construite en 1670, transformée en domicile et atelier familial en 1866.

Darius Milhaud bénéficie de cours de violon, intègre le lycée à l’âge de dix ans, tout en continuant l’étude du violon sous la direction de Léo Bruguier, il se lie par ailleurs avec un camarade d’étude, Armand Lunel, qui deviendra un de ses librettistes, et Leo Latil, qui lui fait connaître la poésie de Francis Jammes.

Il gagne Paris en 1909, pour étudier au Conservatoire national, sous la conduite d’Henri Berthelier (violon), Paul Dukas (orchestre), Xavier Leroux (harmonie), Charles-Marie Widor (fugue) et André Gedalge (contrepoint, composition, orchestration), dans sa classe, il se lie avec Henri Cliquet-Pleyel, Jacques Ibert, Arthur Honegger, Jean Wiéner.

En 1910, il se lance dans la composition, de son premier opéra, La Brebis égarée d’après une pièce de Francis Jammes. Il achève le premier acte, séjourne à Burgos, où le second acte se déroule, avec Léo Latil. Sur le chemin du retour, ils passent par Orthez pour rencontrer Francis Jammes. Darius Milhaud lui présente le premier acte de son opéra est des mélodies sur les Sept Poèmes de la connaissance de l’Est des textes de Paul Claudel. Jammes le met en relation avec Paul Claudel

À l’automne 1912, Paul Claudel lui rend visite et l’invite l’année suivante à Hellerau, une cité jardin expérimentale allemande et quelque peu utopique, où l’on fait un grand effort pour les arts de la scène. Ils se lient d’une étroite amitié.

En 1913, il compose le cycle Alissa, à partir d’extraits de La porte étroite d’André Gide.

En 1914 , Milhaud reçoit à Aix la visite de Charles Koechlin. Ils analysent ensemble le Sacre du printemps de Stravinsky. Milhaud en tire ses permières réflexions sur la polytonalité.

En raison de ses rhumatismes, il n’est pas mobilisé, il s’occupe des réfugiés belges, accueillis au foyer franco-belge. En 1915, son ami Leo Latil tombe au front. Il compose alors un quatuor à cordes avec voix, sur des poèmes de son ami. Il travaille également à la Maison de la Presse, rattachée au Ministère des Affaires étrangères. il y fait la connaissance de Paul Morand, Saint- John Perse, Henri Hoppenot.

En 1916, Paul Claudel est nommé ministre plénipotentiaire à Rio de Janeiro, Darius Milhaud le rejoint comme conseiller à la propagande, il embarque en janvier 1917 à Lisbonne. Il doit traduire de messages codés et accompagner Paul Claudel dans ses déplacements. Il quitte le Brésil à la fin de novembre 1918. Après un périple de quatre mois, passant par les Antilles et New York, il est de nouveau à Paris le 14 février 1919. Il compose Saudades do Brasil.

Il participe au groupe des Nouveaux jeunes, créé par Erik Satie et Jean-Cocteau en 1917, puis au Groupe des Six avec Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Francis Poulenc, Germaine Tailleferre, toujours sous la houlette de Jean-Cocteau, après un concert commun le 5 avril 1919.

Le 21 février 1920, la création, de son ballet Le Bœuf sur le toit, sur un argument de Jean Cocteau, dans des décors de Raoul Dufy, sous la direction de Vladimir Golschmann, est un succès. Mais la 24 octobre, sa seconde suite symphonique d’après Protée, », sous la directrion de Gabriel Pierné aux Concerts Colonne fait scandale. La même année, il séjourne à Londres, où est donné Le Bœuf sur le toit.

Darius Milhaud, Protée, Orchestre symphonique de San Francisco, sous la direction de Pierre Monteux.

 

Darius Milhaud, Le bœuf sur le toit, Ulster Orchestra, sous la direction de Yan-Pascal Tortelier.

De 1920 à 1924, il écrit des critiques pour « Le courrier musical »

En 1921, lors d'un voyage, il séjourne à Vienne avec Francis Poulenc et la cantatrice Marya Freund, il y rencontre Arnold Schönberg, Anton Wabern et Alban Berg. Pour ce qui le concerne, Milhaud est plus attiré par la polytonalité que par le dodécaphonisme et le sérialisme.

Le 15 décembre 1921 et 12 janvier 1922, il dirige la création française, en deux parties, du Pierrot lunaire d’Arnold Schönberg.

Au début de l'année 1923, il part en tournée de concerts aux États-Unis, au cours de laquelle il découvre le Jazz à New York. 

En 1925, il se marie avec sa cousine, la comédienne Madeleine Milhaud. Leur fils, Daniel, verra le jour le 9 février 1930.

En 1926, il fait une tournée en Union soviétique avec Jean Wiéner et Madeleine Milhaud. En 1927, il est de nouveau en tournée de concerts aux États-Unis.

Le 5 mai 1930, son opéra Christophe Colomb, sur un livret de Paul Claudel, est un succès à Berlin. Il compose par la suite des musiques de film et de scène.

Entre 1933 et 1937, il écrit à nouveau des critiques, essentiellement pour « Le jour ».

En 1940, suite à l’entrée des troupes allemandes en France, Darius Milhaud, catalogué comme compositeur juif et compositeur « dégénéré », émigre aux États-Unis. Kurt Weill et son épouse Lotte Lenya l'accueillent au débarcadère le 15 juillet 1940.

Il obtient un poste d’enseignement au Mills College à Oakland, poste qu’il conserve jusqu’en 1971. Il enseigne également à des cours d’été à Aspen, dans le Colorado. Il sera directeur honoraire de l’Académie de musique de l’Ouest à Santa Barbara.

Il est de retour en France en 1947, nommé professeur de composition au Conservatoire national de Paris. Il partage alors sa vie entre la France et les États-Unis.

L'aggravation de son arthrose l'oblige à se dépacer en fauteuil roulant à partir de 1948, il n'abandonne pas pour autant abandonner ses activités et se svoyages.

Il s'installe à Genève en 1971. Il est reçu à l’Institut de France en remplacement de Marcel Dupré.

Betsy Jolas, Gilbert Amy, Georges Delerue, Philip Glass, Dave Brubeck, Steve Reich furent de ses élèves.

 

Catalogue des œuvres

1909  (opus 33), Désespoir, sur un poème d'Armand Luneln pour voix et piano.

1910-1912  (opus 1), Poèmes de Francis Jammes, En 2 livres (9 et 7 mélodies) pour voix et piano.

1910-1913  (opus 10), Trois poèmes en prose de Lucile de Chateaubriand, pour voix et piano.

1910-1916  (opus 2), Poèmes de Léo Latil, 3 mélodies (manuscrits perdus)

1910-1914  (opus 4), La Brebis égarée, roman musical en trois actes et vingt tableaux, sur un livret de Francis Jammes, dédicacé à Léo Latil, créé en décembre 1923, à l'Opéra-Comique de Paris, sous la direction d'Albert Wolff.

1911  (opus 3), Sonate no 1, pour violon et piano.

1911  (opus 47), À la Toussaint, sur un poème de la baronne de Grand-Maison (manuscrit perdu), pour voix et piano.

1912  (opus 5), Quatuor à cordes no 1.  

1912  (opus 6), Poèmes de Francis Jammes [4], 3e livre, pour voix et piano.

1912-1913  (opus 7), Poèmes de Paul Claudel [7], extraits de La connaissance de l'Est de Paul Claudel.

1913  (opus 8), Suite pour piano.

1913  (opus 9), Alissa, cycle de 8 mélodies sur des poèmes d'André Gide, pour voix et piano.

1913  (opus 14), Agamemnon, musique de scène la première partie de la trilogie L'Orestie, sur un livret de Paul Claudel d'après Eschyle, dédicéee à Jacques Benoist-Méchin, créée aus Concerts Straram, en avril 1927, avec Marcelle Bunlet (soprano), sous la direction de Walter Straram.

1913-1914  (opus 11), Poèmes romantiques (I), pour voix et piano.

1913-1914  (opus 12), Suite symphonique no 1 « La Brebis égarée ».

1913-1919  (opus 17), Protée, drame satyrique sur un poème de Paul Claudel (voir opus 341), pour chœur mixte et orchestre, créé en juin 1929, au théâtre de Groningen, par L'Orchestre de l’Université de Groningen (aussi version avec petit orchestre).

1914  (Sans opus), Mazurka (Album des Six), pour piano.     1914  (opus 15), Sonate, Animé / Modéré / Très vif, pour 2 violons et piano

1914  (opus 18), Le Printemps, pour violon et piano.

1914  (opus 19), Poèmes romantiques (II),  pour voix et piano .

1914  (opus 20), Quatre poèmes de Léo Latil, pour voix et piano, 1. « L’Abandon », 2. « Ma douleur et sa Compagne », 3. « Le Rossignol », 4. « La Tourterelle », à la mémoire de Maurice Guérin, créés le 22 mai 1915, aux Concerts Foyer Franco-Belge, Paris, par Jane Bathori (voix) et Darius Milhaud (piano).

1914  (opus 21), Le Château, cycle de 8 mélodies sur un poème d'Armand Lunel, pour voix et piano.

1914  (opus 22), Poème du Gitanjali, sur des poèmes de Rabindranath Tagore et André Gide, pour voix et piano.

1914-1915  (opus 16), Quatuor à cordes no 2.  

1915  (opus 24), Les Choéphores, deuxième partie de la trilogie Orestie, pour quatuor vocal, narrateur, chœur et orchestre.

1915  (opus 27), D'un cahier inédit d'Eugénie de Guérin, cycle de 3 mélodies, pour voix et piano.

1915  (opus 28), L'Arbre exotique, romance sur un poème de Chevalier Gosse, pour voix et piano

1915  (opus 29), Cantique de Notre-Dame de Sarrance, hymne sur un poème de Francis Jammes, pour voix soliste.

1915  (opus 30), Poèmes d'amour [2], sur des poésies Rabindranath Tagore, pour voix et piano.

1915  (opus 31), Poèmes [2] de Coventry Patmore, pour voix et piano.

1915-1917  (opus 26), Poèmes [4] de Paul Claudel, pour voix et piano.

1915-1919  (opus 25), Le Printemps (I), suite pour piano.  

1916  (opus 32), Quatuor à cordes no 3, avec voix sur sur un poème de Leo Latil.  

1916  (opus 33), Sonate no 1, pour piano.

1916  (opus 34), Poèmes juifs [8] , sur des sur un poème des anonymes, pour voix et piano.

1916  (opus 36), Child-Poems [5], sur des poèmes de de Rabindranath Tagore, pour voix et piano.

1916  (opus 37), Poèmes [3] pour voix et piano ou orchestre de chambre.

1916  (opus 38), L'Église habillée de feuilles, sur un poème de de Francis Jammesn pour quatuor vocal et piano à 6 mains.

1916-1917 (opus 35), Poèmes du Gardener, Ne gardez pas (Rabindranath Tagore) ; Ayez pitié de votre serviteur (E. Sainte-Marie-Perrin), pour voix et piano.

1916-1918  (opus 39), Deux Poèmes, Éloge (A. Saint-Léger) ; Le Brick (René Chalupt), pour quatuor vocal.

1917  (opus 40), Sonate no 2, pour violon et piano.

1917  (opus 42), Le Retour de l'enfant prodigue, cantate sur un poème d'André Gide, pour alto, ténor, 3 barytons, 21 instruments (aussi version pour 2 pianos).

1917  (opus 44), Mélodies bas, cycle de 8 mélodies sur des poèmes de Stéphane Mallarmé, pour voix et piano, 1. Le Savetier, 2. La Marchande d’herbes aromatiques, Le Cantonnier, 4. Le Marchand d’ail et d’oignons, La Femme et l’ouvrier, 6 Le Vitrier, 7 Le Crieur d’Imprimés, 8. La Marchande d’habits, dédicacées à Audrey Parr, créées le 30 mars 1919, au Théâtre du Vieux-Colombier de Paris, avec Jane Bathori (voix) et Darius Milhaud (piano).

1917  (opus 44b), Dans les rues de Rio (verso carioca), deux mélodies faisant suite aux Mélodies bas, sur des poèmes de de Paul Claudel, pour voix et piano, 1. Le Rémouleur, 2. Le Marchand de sorbets.

1917  (opus 45), Poèmes d'Arthur Rimbaud, pour voix et piano, Marine ; Aube.

1917-1922  (opus 41), Les Euménides, opéra en 3 actes, troisième partie de la trilogie Orestie, (1. L'Agamemnon, 2. Les Choéphores) sur un livret de Paul Claudel d'après Eschyle, dédicacés à Jacques Heugel, création du final, 27 novembre 1928 à Anvers, sous la direction de Louis De Vocht, création intégrale, 19 novembre 1949, sous la direction de Franz André.

1918  (Sans opus), L'Ours et la Lune, farce pour marionnettes de Paul Claudel, pour 3 voix parlées et batterie.

1918   (Sans opus), Poèmes tupis, sur des poèmes indiens, pour 4 voix de femmes et claquements de mains.

1918  (opus 43), Symphonie de chambre no 1 « Le Printemps ».

1918  (opus 46), Quatuor à cordes no 4.

1918  (opus 47), Sonate, pour flûte, hautbois, clarinette et piano.

1918  (opus 48), L'Homme et son désir, « poème plastique », ballet sur un argument de Paul Claudel, pour quatuopr vocal sans paroles, 12 instruments et 15 percussions (aussi suite pour pour orchestre de chambre).

1918  (opus 50), Poèmes de Francis Jammes [4], 4e livre, pour voix et piano.

1918  (opus 51), Petits Airs [2], sur des poèmes de de Stéphane Mallarmé, pour voix et piano

1918-1919  (opus 53), Psaumes 136 et 129, de Paul Claudel, pour Baryton et orchestre.

1919  (opus 54), Poèmes de Francis Thompson, pour voix et piano [perdus].

1919  (opus 55), Les Soirées de Petrograd, sur des poème de de R. Chaput [12], pour voix et piano.

1919  (opus 56), Machines agricoles, 6 mélodies pastorales sur des textes extraits d'un catalogue, pour voix et 7 instruments.

1919  (opus 57), Suite symphonique no 2, d'après Protée.

1919  (opus 58b), Cinéma-fantaisie, d'après Le Bœuf sur le toit, pour violon et orchestre ou piano.

1919  (opus 58), Le Bœuf sur le toit, ballet sur un argument de Jean Cocteau, dédicataire, créé le 21 février 1920, à la Comédie des Champs-Élysées de Paris, sous la direction de Vladimir Golschmann.

1919-1920  (opus 66), Le Printemps (II), suite pour piano.

1920  (opus 59), Trois Poèmes de Jean Cocteau, pour voix et piano, dédicacés à Erik Satie, créés à la Galerie Montaigne de Paris par Pierre Bertin (voix), 1 « Fumée », 2  « Fête de Bordeauxs» , 3. « Fête de Montmartre ».

1920  (opus 59a), Enfantines, suite d'après « Trois poèmes de Jean Cocteau », pour piano à quatre mains, 1 « Fumée », 2  « Fête de Bordeauxs» , 3. « Fête de Montmartre ».

1920  (opus 60), Catalogue de fleurs, cycle de 7 mélodies sur des poèmes de Lucien Daudet, pour Voix et 7 instruments ou piano, à la mémoire de Fauconnet, créé au Conservartoire national de Paris, par M. Martine (voix), 1. « La Violette », 2. « Le Bégonia », 3. « Les Fritillaires », 4. « Les Jacinthes », 5. « Les Crocus », 6. « Le Brachycome », 7. « L’Eremurus ».

1920  (opus 61), Ballade, pour piano et orchestre

1920  (opus 63), Cinq Études, pour Piano et orchestre, Vif, Doucement, Fugues (vif et rythmé), Sombre, Romantique (très animé).

1920  (opus 64), Quatuor à cordes no 5.

1920  (opus 65), Feuilles de température, 3 mélodies ; sur des poèmes de de Paul Morand, pour voix et piano.

1920  (opus 68), Caramel mou (Shimmy), sur un poème de Jean Cocteau, pour voix (ou saxophone) et 5 instruments (jazz band) (aussi version popur piano).

1920  (opus 69), Cocktail, sur un poème de Larsen, pour voix soliste, narrateur et 3 clarinettes.

1920-1921  (opus 67), Saudades do Brasil, suite de danses, pour orchestre, dédicacées à Mme Régis de Oliveira, Oswaldo Guerra, Nininha Velloso Guerra, Godofredo Leao Velloso, Arthur Rubinstein, Mme Henrique Oswald, Mme Henri Hoppenot, Ricardo Viñès, Henri Hoppenot, La Baronne Frachon, Audrey Parr, Paul Claudel, créées le 21 novembre 1920, à Paris, Concert des Six, 1. « Sorocaba », 2. « Botafogo », 3. « Leme », 4. « Copacabana », 5. « Ipanema », 6. « Gavea », 7. « Corcovado », 8. « Tijuca », 9. « Sumare », 10. « Paineras », 11. « Laran jeiras », 12. « Paysandu » (aussi version por piano)

1920-1921  (opus 62), Sérénade, Pour orchestre

1921  (opus 49), Symphonie de chambre no 2 « Pastorale ».

1921  (opus 70), « Marche nuptiale » ; « Fugue du massacre », pour Les Mariés de la tour Eiffel, musique de scène avec ballet sur un argument de Jean Cocteau, œuvre collective créée en juin 1921 par les Ballets Suédois, sous la direction de Désiré-Émile Inghelbrecht.

1921  (opus 71), Symphonie de chambre no 3, « Sérénade ».

1921  (opus 72), Psaume 121, sur un poème de de Paul Claudel, pour chœur d'hommes a capella.

1921  (opus 73), Poème du journal intime de Léo Latil, pour baryton et piano.

1921  (opus 74), Symphonie de chambre no 4, pour dixtuor à cordes.

1922  (opus 75), Symphonie de chambre no 5, pour dixtuor d'instruments à vent.

1922  (opus 76), Sonatine pour flûte et piano.

1922  (opus 77), Quatuor à cordes no 6

1922  (opus 78), Rag-caprices, pour orchestre de chambre [aussi version pour piano].

1923  (opus 79), Symphonie de chambre no 6, pour voix, hautbois et violoncelle.

1923  (opus 80), Poèmes de Catulle [4], pour voix et violon.

1923  (opus 81), La Création du monde, ballet, sur un argument de Blaise Cendrars, pour petit orchestre, dédicacée à Paul Collaer et Roger Désormière, créée en octobre 1923, Paris, par les Ballets Suédois, sous la direction de Vladimir Golschmann (aussi version pour piano à quatre mains, aussi suite pour quatuor à cordes et piano en 1926).

1923  (opus 82), Une éducation manquée, Récitatifs additionnels pour l'opérette d'Emmanuel Chabrier, pour voix et orchestre.

1924  (opus 83), Salade, ballet, sur un argument d'Albert Flament, pour voix et orchestre.

1924  (opus 84), Le Train bleu, ballet, sur un argument de Jean Cocteau.

1925  (opus 85), Les Malheurs d'Orphée, Livret d'Armand Lunel

1925  (opus 86), Chants populaires hébraïques [6], sur un poème de s populairesn pour voix et piano ou orchestre.

1925  (opus 87), Quatuor à cordes no 7.

1925  (opus 88), Hymnes, sur un texte d'Albert Cohen, pour voix et piano ou orchestre.

1925-1927  (opus 89), Esther de Carpentras, opéra-bouffe en deux actes, d'après une pièce de théâtre d'Armand Lunel, créé le 3 février 1938 à l'Opéra-Comique de Paris sous la direction de Roger Désormière.

1926  (opus 81), Suite de concert d'après La Création du monde, pour quatuor à cordes et piano.

1926  (opus 83b), Le Carnaval d'Aix, Fantaisie pour piano et orchestre. Version pour deux pianos.

1926  (opus 90), Pièce de circonstance, sur un poème de de Jean Cocteau, pour voix et piano.

1926  (opus 91), Impromptu, sur un poème de de Jean Cocteau, pour pour voix et piano (perdu)

1926  (opus 92), Le Pauvre Matelot, complainte en 3 actes, sur un livret de Jean Cocteau, dédicacée à Henri Sauguet, créé le 16 décembre 19274 à L'Opéra-Comique de Paris.

1927  (opus 85), Polka, transcrit de « L'Éventail de Jeanne », pour piano.

1927  (opus 93), Concerto pour violon no 1.

1927  (opus 94), L'Enlèvement d'Europe, « opéra-minute » no 1, en 8 scènes, sur uin livret d'Henri Hoppenot, dédicacé à « M.D.M », créé au festival de Baden-Baden, en juillet 1927, sous la direction de Moëlich. Premier opéra de la trilogie des « opéras-minute » avec L'abandon d'Ariane (opus 98) et La délivrance de Thésée (opus 99). La création de la trilogie complète a eu lieu à Wiesbaden, le 20 avril 1928, sous la direction de J. Rosenstock.

1927  (opus 95), « Polka », pour L'Éventail de Jeanne, ballet collectif pour enfants, chorégraphié par Alice Bourgat et Yvonne Franck. Ce ballet comprend Maurice Ravel (Fanfare), Pierre-Octave Ferroud (Marche), Jacques Ibert (Valse), Alexis Roland-Manuel (Canarie), Marcel Delannoy (Bourrée), Albert Roussel (Sarabande), Darius Milhaud (Polka), Francis Poulenc (Pastourelle), Georges Auric (Rondeau), Florent Schmitt (Finale: Kermesse-Valse). Créé le 4 mars 1929 à l'Opéra d Paris.

1927  (opus 96), Prières journalières à l'usage des juifs du Comtat Venaissin [3 ], sur des poème liturgiques, pour pour voix et piano.

1927  (opus 97), Caprices de Paganini [3], pour Violon et piano.

1927  (opus 98), L'Abandon d'Ariane, « opéra-minute » no 2, en 5 scènes, sur un livret de Henri Hoppenot, créé au théâtre de Wiesbaden, le 20 avril 1928, sous la direction de J. Rosenstock, second opéra de la trilogie des « opéras-minute » avec L'Enlèvement d'Europe (opus 94) et La délivrance de Thésée (opus 99).

1927  (opus 99), La Délivrance de Thésée, « opéra-minute no 3 », en 6 scènes, sur un livret de Henri Hoppenot, dé&dicacé à « H H H », créé au théâtre de Wiesbaden, le 20 avril 1928, sous la direction de J. Rosenstock, troisième opéra de la trilogie des « opéras-minute » avec L'Enlèvement d'Europe (opus 94) et L'Abandon d'Ariane, (opus 98).

1927  (opus 100), Sonatine, pour Clarinette et piano.

1928  (opus 101), La Bien-aimée, ballet, sur une argument d'Alexandre Benois, pour Pleyela (piano mécanique à rouleaux) et orchestre.

1928  (opus 102), Christophe Colomb, opéra sur un livret de Paul Claudel, d'après sa pièce « Le livre de Christophe Colomb », créé à l'Opéra Unter den Linden de Berlin, le 5 mai 1930, dans une traduciton en allemand de Rudolph Stephan Hoffmann. Seconde version en 1955.

 (opus 103), Cantate pour louer le Seigneur, ssaumes 117, 121, 123, 150, pour chœur mixte, chœur d'enfants, orgue et orchestre.

1928  (opus 104), Actualités, « À l'exposition » ; « Aviateurs reçus officiellement » ; « Kangourou boxeur » ; « Application industrielle de l'eau » ; « Un attentat sur la voie ferrée » ; « Le Derby », pour 13 instruments.

1928  (opus 105), Vocalise, pour pour voix et piano

1929  (opus 106), Quatrain à Albert Roussel, sur un poème de de Francis Jammes, pour pour voix et piano

1929  (opus 107), Musique pur le film La P'tite Lili, d'Alberto Cavalcanti, pour pour voix et orchestre.

1929  (opus 108), Concerto pour alto no 1 (2 versions).

1929  (opus 109), Concerto pour batterie, percussions et petit orchestre.

1930  (sans no d'opus), A Flower Given to My Child, sur un poème de de James Joyce, pour pour voix et piano

1930  (opus 110), Maximilien, opéra historique en 3 actes, sur un liret de R. S. Hoffman d'après Franz Werfel.

1930  (opus 110b), Maximilien, suite tirée de l'opéra, « Mouvement de marche »,  « 6 interludes », pour Orchestre (révisé en 1950).

1930  (opus 111), Choral, pour Piano

1931  (opus 112), Sonate pour orgue, Étude, Rêverie, Final.

1932  (opus 113), Deux poèmes de Blaise Cendrar, pour quatuor vocal ou chœur mixte, 1. « La Danse des animaux », 2. « Le Chant de la mort », dédicacés à la League of Composers, créés en avril 1933, à la League of Composers de New York.

1932  (opus 114), Deux Élégies romaines, sur un texte de Johann Wolfgang von Gœthe, pour quatuor vocal ou chœur de femmes, dédicacées à Suzanne Peignot, créées le 4 février 1933, au Concert La Séréna de Paris, par le quatuor vocal Suzanne Peignot.

1932  (opus 115), L'Automne, suite pour piano, dédicacée à Marcelle Meyer, créée le 23 novembre 1932 à Paris par le dédicataire, 1. « Septembre », 2. « Alfama », 3. « Adieu ».

1932  (opus 116), La Mort du tyran, sur un poème de Lampride et Diderot, pour chœur mixte, flûte, clarinette, tuba et percussion

1932  (opus 117), L'Annonce faite à Marie, musique de scène sur un texte de Paul Claudel (2e version, opus 231a), pour quatuor vocal et ensemble instrumental, dédicacé à M.D.M., créée le 21 janvier 1934, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

1932  (opus 118), À propos de bottes, conte musical pour enfants sur un texte de René Chalupt, pour voix, chœur mixte et piano ou violon ou violoncelle.

1932  (opus 119), Un petit peu de musique, jeu musical sur des textes d'Armand Lunel, pour chœur d'enfants et piano, dédicacé à Mrs. Elisabeth Sprague Coolidge, créé en février 1933 au Concerts Triton (Paris), sous la direction de Darius Milhaud

Le petit examen
Pour sauter à la corde
La lecture enfantine
Pour tirer au sort
Mademoiselle Lunette
Mea culpa
Le maître pion Jujube
Un éloge mérité
La dispute
L’orchestre des bons élèves
L’orchestre des mauvais élèves
Chœur final

1932  (opus 120), Musique de scène pour Le Château des papes, pièce d'André de Richaud, pour Orchestre.

1932  (opus 120b), Adages, 16 mélodies sur des poèmes d'André de Richaud, pour quatuor vocal et petit orchestre ou piano, créé en janvier 1934 au Pavillon Héllénique de la Cité universitaire der Paris par le quatuor vocal Jane Bathori.

1932  (opus 120c), Suite pour ondes Martenot et piano, Choral , Sérénade, Impromptu, Étude, Élégie.

1932  (opus 121), Quatuor à cordes no 8.

1932  (opus 122), Devant sa main nue, sur un poème de de Maurice Raval, pour quatuor vocal ou chœur de femmes, dédicé à M.D.M., créé le 4 février 1933, au Concert La Sérénade, par le quatuor vocal Suzanne Peignot.

1933  (opus 123), Le Funeste retour, Chanson de marin sur un poème de canadien du xviie siècle, pour voix et piano

1933  (opus 124), Les Songes, ballet sur un argument d'André Derain, dédicacés à M. D. M., créés le 7 juin 1933, au Théâtre des Champs-Élysées de Paris, sous la direction de Maurice Abravanel.

1933 (opus 125), Liturgie Comtadine, chants de Rosch Haschanah [5], pour voix et piano ou orchestre de chambre.

1933  (opus 126), Musique pour Hallo everybody, film de Hans Richter.

1933  (opus 127), Concerto pour piano no 1. 1933

1933, (opus 128), Musique pour le film Madame Bovary, de Jean Renoir d'après Gustave Flaubert, pour voix et orchestre.

1933, (opus 128b), L'Album de Madame Bovary, suite tirée de la musique du film, pour piano.

1933, (opus 128d), chansons de Madame Bovary, « Chanson de l'aveugle », « Chanson du printemps »; surdes textes de Gustave Flaubert.

1933  (opus 129), Romances sans paroles [4], pour piano.

1934  (opus 130), Pan et la Syrinx, Cantate, sur un poème de de Pierre-Antoine-Augustin De Piis et Paul Claudel, pour Soprano, baryton, quatuor vocal, quatuor à vents et piano.

1934  (opus 131), Se plaire sur une même fleur, ritournelle et 6 chansons de Moreno, traduites par de Casa Fuerte, pour voix et piano. Musique de scène.

1934  (opus 132), Les Amours de Ronsard, « La Rose » ; « La Tourterelle » ; « L'Aubépin » ; « Le Rossignol », pour   chœur mixte (ou quatuor vocal) et orchestre de chambre

1934  (opus 133), Un petit peu d'exercice, jeu musical, 12 pièces, pour voix, chœur mixte et piano ou violon et violoncelle, sur des textes d'Armand Lunel, créé en 1933 à l'exposition des arts ménagers de Paris, avec L. Daniels, (voix), sous la direction de Darius Milhaud.

Chant du départ
Repos hebdomadaire
Tohu-bohu des sportifs
Farniente des débonnaires
La culture physique
Le sportif paisible
Natation
Le vélo
La raquette
Le jeune homme studieux
Le chant du skieur
Jeunes filles 1900
Chœur final de réconciliation

1934  (opus 134), Exercice musical, pour pipeau (ou flûte) avec ou sans piano.

1934  (opus 135), Concertino de printemps, pour violon et orchestre de chambre.

1934  (opus 136), Concerto pour violoncelle no 1.

1934  (opus 137), musique pour le film L'Hippocampe, de Jean Painlevé, pour orchestre de chambre.

1934  (opus 138), musique pour le film Tartarin de Tarascon, de Raymond Bernard d'après Alphonse Daudet, pour Orchestre.

1934  (opus 139), musique de scène pour Le Cycle de la Création, de Don Sturzo, pour voix, chœur et orchestre.

1935  (opus 140), Quatuor à cordes no 9.

1935  (opus 141), La Sagesse, spectacle de scène pour 4 voix solistes récitant, chœur mixte et orchestre, sur un texte de Paul Claudel.

1935  (opus 142), Le Cygne, sur des poèmes de de Paul Claudel (2 versions), pour voix et piano.

1935  (opus 143), Quatrain, sur un poème de de Albert Flament, pour voix et piano

1935  (opus 144), Transcription libre de la sonate no 10 en re majeur de Baptist Anet (1676-1767), pour violon et clavecin, Andante, Allegro, Sarabande, Ariette, Gavotte - Allegro - Gavotte, Gigue.

1935  (opus 145), musique de scène pour Le Faiseur, d'Honoré de Balzac adaptée par Simone Jolivet, pour Flûte, clarinette, saxophone et batterie.

1935  (opus 146), musique pour le film Voyages d'enfants, de Reynaud de la Manécanterie.

1935  (opus 147), Pastorale, pour hautbois, clarinette et basson.

1935-1936  (opus 148), musique pour Bolivar, de Jules Supervielle, pour voix, chœur et orchestre de chambre.

1935-1936  (opus 148b), Trois Chansons de négresse, texte de Jules Supervielle, pour voix et piano, dédicacées à M. D. M., créées le 17 juin 1937 à Paris,n par Madeleine Grey (voix), 1. « Mon histoire », 2. « Abandonnée », 3. « Sans feu ni lieu ».

1936  (opus 149), Musique pour La Folle du ciel, d'Henri-René Lenormand, pour Voix, harpe et ondes sonores.

1936  (opus 150), Musique pour The Beloved Vagabond, film de Curtis Bernhardt, pour voix et orchestre.

1936  (opus 151), Musique pour Tu ne m'échapperas jamaisde Margaret Kennedy, pour voix et orchestre.

1936  (opus 151b), chansons de théâtre [6], pour voix et piano.

1936  (opus 152), musique de scène pour Bertrand de Born, de Jean Valmy-Baisse, pour solistes, chœur et orchestre.

1936  (opus 152b), Trois chansons de toubadours, sur des textes de Valmy-Baiss, pour voix et piano, dédicacées à Pierre Bernac.

1936  (opus 152c), Suite provençale, pour orchestre, créée le 12 septembre 1937, à la Biennale de Venise, sous la direction de Darius Milhaud.

1936  (opus 152d), Suite provençale, version ballet, créée le 1er février 1938 à Opéra-Comique, de Paris, sous la direction de Roger Désormière.

1936  (opus 153), musique pour Quatorze Juillet, f de Romain Rolland, pour orchestre d'harmonie.

1936  (opus 153b), Introduction et marche funèbre, d'après la la musique de « Quatorze Juillet de Romain Rolland, pour orchestre.

1936  (opus 153c), Introduction et marche funèbre, d'après la musique de Quatorze Juillet de Romain Rolland, pour rchestre d'harmonie.

1936  (opus 154), Musique pour Le Conquérant, de Jean Mistler, pour orchestre de chambre.

1936  (opus 156), musique pour Amal et la Lettre du roi, Pièce de Rabindranath Tagore, traduite de l'anglais par André Gide, pour piano, violon et clarinette.

1936  (opus 157), Musique pour Le Voyageur sans bagages, de Jean Anouilh.

1936  (opus 157b), Suite pour violon, clarinette et piano, d'après Le Voyageur sans bagage, dédicacé à M.D.M., créée le 19 janvier 1937 à Paris par Yvonne Astruc (violon), et Jacques Février (piano), Ouverture, Divertissement, Jeu, Introduction et final. (aussi version pour violon, alto et piano).

1936  (opus 158), Musique pour Jules César, de Shakespeare, traduite par Simone Jolivet.

Flûte, clarinette (ou saxophone), trompette, tuba et batterie

1937  (opus 152), musique de scène pour Le Trompeur de Sévilled'André Obey, pour 2 trompettes, 3 trombones, tuba et batterie.

1937  (opus 154b), Fragments symphoniques d'après Le Conquérant.

1937  (opus 155), Cantique du Rhône, sur un poème de de Paul Claudel, pour Quatuor vocal ou chœur, 1. Qu'il est beau, 2. Ah! qu'il la prenne déracinée, 3. Et le bonheur, 4. Il faut bien des montagnes.

1937  (opus 159), Fête de la musique, « Ballet céleste » sur un poème de de Paul Claudel (en partie perdu), pour 4 voix, piano et orchestre

1937  (opus 160), musique de scène pour La Duchesse d'Amalfi, de John Webster (traduction par Henri Fluchère ), pour hautbois, clarinette et basson.

1937  (opus 161), musique de scène pour Roméo et Juliette, de Shakespeare, pour hautbois, clarinette et basson

1937  (opus 161b), Suite d'après Michel Corrette, pour Roméo et Juliette, pour hautbois, clarinette et basson, entrée, rondeau, tambourin, musette, sérénade, fanfare, rondeau, menuet, le coucou.

1937  (opus 162), Tour de l'Exposition, pour Piano, dédicacé à Marguerite Long. Partie d'un recueil collectif pour l'Exposition universelle de 1937 : À l'Exposition : Illustrations musicales, 8 pièces composées à l'occasion de l'Exposition universelle de 1937. Créées par des élèves des classes de Marguerite Long : La Seine, un matin (Georges Auric), Dîner sur l'eau (Marcel Delannoy), L'espiègle du village de Lilliput (Jacques Ibert), Bourrée, au pavillon d'Auvergne (Francis Poulenc), Nuit coloniale sur les bords de la Seine (Henri Sauguet), La retardée (Florent Schmitt), Au pavillon d'Alsace (Germaine Tailleferre).

1937  (opus 163), musique pour Liberté, spectacle collectif (ouverture et interlude), pour orchestre.

1937  (opus 164), Cantate pour l'inauguration du musée de l'Homme, sur un poème de de Robert Desnos, pour récitant, quatuor vocal, quatuor à vent, percussion et piano

1937  (opus 165), musique de scène pour Le Médecin volant,de Molière, adaptée par Charles Vildrac, pour Piano et clarinette ou saxophone (versions pour deux pianos, saxophone et orchestre, clarinette et orchestre),

1937 (opus 165b), Scaramouche, pour deux pianos, créé le 1er juillet 937 à l'Exposition de Paris par Marcelle Meyer et I. Jankelevitch.

1937  (opus 166), Cantate de la paix, sur un poème de de Paul Claudel, pour chœur d'hommes et chœur d'enfants.

1937  (opus 167), mélodies de Charles Vildrac [5], pour voix et piano ou orchestre de chambre.

1937  (opus 168), Cantate nuptiale, d'après « Le cantique des cantiques », pour voix et orchestre.

1937  (opus 169), Main tendue à tous, sur un poème de de Charles Vildrac, pour chœur mixte.

1937  (opus 170), Les Deux Cités, cantate sur un poème de de Paul Claudel, pour chœur mixte a capella.

1937  (opus 171), L'Opéra du gueux, opéra-ballade en trois actes, un prologue et six tableaux, sur un livret d'Henri Fluchère, d'après John Gay, créé en 1937, au Théâtre Rideau Gris de Marseille.

1937  (opus 172), Le Carnaval de Londres, suite sur les airs de L'Opéra du Gueux, pour Orchestre de chambre.

1937  (opus 173), musique de scène pour La Naissance d'une cité, de Jean-Richard Bloch, « Chanson du capitaine » et « Java de la femme ». Cette pièce militante a été créée au vélodrome d'hiver de Paris dans des décors de Fernand Léger et des musiques de Darius Milhaud et d'Arthur Honegger. 

1937  (opus 174), Musique pour le film Mollenard, de Robert Siodmak d'après Oscar-Paul Gilbert, pour rchestre.

1937  (opus 175), musique de scène pour Macbeth, de Shakespeare, pour flûte, clarinette, basson, trompette, batterie, violon et contrebasse.

1937  (opus 176), musique pour le filme La Citadelle du silence, de Marcel L'Herbier (en collaboration avec Arthur Honegger), pour Orchestre de chambre

1937  (opus 177), musique de scène pour Hécube, d'Euripide, adapté par André de Richaud, pour flûte, clarinette, basson, trompette et batterie.

1937  (opus 178), Rondeau, sur un poème de de Pierre Corneille, pour voix et piano.

1937  (opus 179), Gam Hayom, Airs populaires palestiniens, sur des poèmes populaires recueillis par Holem Tsaudi.

1937  (opus 180), Quatrain, sur un poème de de Stéphane Mallarmé, pour voix et piano.

1937  (opus 182), musique pour le film Grands Feux, d'Alexandre Alexeieff.

1937  (opus 183), Prends cette rose, poème de Ronsard, pour 2 pour voix et orchestre ou piano.

1937  (opus 280), musique de scène pour La Maison de Bernarda Alba, de Federico Garcia Lorca.

1938  (sans no d'opus), Agamemnon, Adaptation radiophonique d'après Eschyle.

1938  (opus 152a), Suite provençale, d'après la pièce Bertrand de Born, pour 2 pianos.

1938  (opus 185), Cantate de l'enfant et la mère, sur un poème de Maurice Carême, pour récitant, quatuor à cordes et piano.

1938  (opus 186), Musique de scène pour Plutus, d'Aristophane adaptée par Simone Jolivet.

1938  (opus 187), musique pour La Tragédie impériale (Raspoutine), flm de Marcel L'Herbier.

1938  (opus 188), Fantaisie pastorale, pour piano et orchestre, créée en février 1938 à Paris, par Stell Andersen (piano), l' Orchestre symphonique de Paris, sous la direction de Darius Milhaud.

1938  (opus 189), Les Quatre Éléments, cantate  sur un poème de Robert Desnos, pour soprano, ténor et orchestre ou piano.

1938  (opus 190), Musique de scène pour Tricolore, de Pierre Lestringuez

1938  (opus 191), Médée, opéra en 1 acte et 3 tableaux, sur un livret de Madeleine Milhaud d'après Euripide, comman de l'État, création dans une traduction flamande au Théâtre royal flamand d'Anvers, 7 octobre 1939, sous la direction de H. Diels. 1re représentation à l'Opéra de Paris en français, 8 mai 1940.

1938  (opus 192), Musique de scène pour Le Bal des voleurs, de Jean Anouilh, pour clarinette et saxophone.

1938  (opus 193), Musique de scène pour La Première Famille, de Jules Supervielle, pour voix et piano.

1938  (opus 194), Chants populaires de Provence, pour chœur mixte et orchestre, Magali, Se canto, L'Antoni, Le Mal d'amour.

1938  (opus 195), Récréation, 4 mélodies d'enfants ; sur des poèmes de J. Krieger, pour voix et piano.

1938  (opus 196), musique pour Les Otages, film de Raymond Bernard.

1938  (opus 197), Concerto pour flûte et violon.

1939  (Sans no d'opus), musique pour le film Entente cordiale, de Marcel L'Herbier.

1939,  (opus 165c), Scaramouche, suite pur Saxophone et orchestre, créé en juin 1940, à Radio-Paris, par A. Muhle (saxophone), sous la direction de R. Bastide.

1939  (opus 198), Musique pour le film Islands, d'Alberto Cavalcanti.

1939  (opus 199), Trois Élégies, sur des poèmede Francis Jammes, pour 2 voix solistes et orchestre à cordes ou piano.

1939  (opus 200), Musique de scène pour Hamlet, de Jules Laforgue.

1939  (opus 201), Incantations, d'après les poèmes aztèques d'Alejo Carpentier, pour chœur d’hommes a cappella, créées le 5 juin 1945, à Oakland, par le choeur Orpheus, sous la direction de M. Jones, « Invocation du pêcheur à son filet » ; « Invocation pour conjurer la fureur des abeilles », « Invocation pour vaincre les ennemis ».

1939  (opus 202), musique pour le film Espoir, sierra de Teruel, d'André Malraux et Boris Peskine.

1939  (opus 202b), Cortège funèbre, pour orchestre, d'après musique du film Espoir, sierra, de Teruel, d'André Malraux et Boris Peskine.

1939  (opus 203), Voyage au pays du rêve, Pièce radiophonique d'après Ravenne.

1939  (opus 204), musique pour le film Cavalcade d'amour, de Raymond Bernard  (en collaboration avec Roger Désormière et Arthur Honegger).

1939  (opus 205), La Cheminée du roi René, suite pour quintette à vent, « Cortège », « Aubade », « Jongleurs », « La Moussinglade », « Joutes sur l'Arc », « Chasse à Valabre », « Madrigal nocturne ».

1939  (opus 206), Quatrains valaisains, sur des poèmes de de Rainer Maria Rilke, pour chœur mixte, « Pays arrêté à mi-chemin » ; « Rose de lumière » ; « L'année tourne » ; « Chemins » ; « Beau papillon ».

1939  (opus 208), musique pour Gulf Stream, film d'Alexandre Alexeieff.

1939, (opus 210), Symphonie no 1.

1940  (opus 211), La Couronne de gloire, Cantate  sur des textes de Salomon ibn Gabirol et Armand Lunel, pour voix et ensemble de chambre ou piano.

1940 213 (opus ), Cantate de la guerre, sur un poème de de Paul Claudel, pour chœur mixte.

1940  (opus 214), Sornettes, sur des textes populaires provençaux, traduits par Frédéric Mistral, pour 2 voix d'enfants.

1940  (opus 215), Musique de scène pour Un petit ange de rien du tout, Pièce de C. A. Puget.

1940  (opus 216), Le Voyage d'été, suite de 15 mélodies sur des poèmes de C. Paliard, pour voix et piano :

Modestes Vacances
Les deux Hôtels
Le Boulanger
La Maison Inachevée
Monsieur le Curé
Les Trois Peupliers
Paresse
Les Conscrits
Le Château
L'Horizon
Le Pêcheur
Le Ruisseau
La Petite Bergère
Les Champignons
Le Retour

1940  (opus 217), Cours de solfège, Papillon, Papillonette, sur des textes d'Henri Fluchère, pour Voix d'enfants et piano

1940  (opus 218), Quatuor à cordes no 10, « Birthday Quartet », dédicacé à Mrs. Elisabeth Sprague Coolidge, créé le 30 octobre 1940, à la Library of Congress de Washington, par le Coolidge Quartet.

1940  (opus 219), Moïse, ballet symphonique.

1940  (opus 219b, opus americanum no 2), Moïse, suite orchestrale.

 (opus 220), La Sultane, de Couperin, pour orchestre, Introduction, Allegro.

1940  (opus 221), Sonatine pour 2 violons.

1940  (opus 221b), Sonatine à 3, violon, alto et violoncelle.

1941  (Sans no d'opus), Choral, pour piano, destiné à une publication collective, en hommage Paderewski, à l'initiative de l'éditeur Boosey & Hawkes et de Zygmunt Stojowski. Paderewski est décédé avant la fin de cet hommage qui voulait commémorer le cinquantième anniversaire de ses débuts américains. Le recueil, avec 24 miniatures de 17 compositeurs parut en 1942, comme hommage posthume.

1941  (opus 222), Touches blanches, touches noires, pièces faciles pour piano.

1941  (opus 223), Mélodies de Ronsard [4], pour voix et orchestre ou piano.

1941  (opus 224), Mills Fanfare, « La Fanfare du moulin », pour piano ou orchestre.

1941  (opus 225), Concerto pour piano no 2.

1941  (opus 226), Sonatine, pour violon et alto.

1941  (opus 227), Esquisses, pour piano, Églogue, Madrigal, Sobre la Loma, Alameda.

1941  (opus 227b), Esquisses, pour quintette à vent, Madrigal ; Pastoral.

1941  (opus 227), Esquisses, pour Clarinette et piano, Églogue ; Madrigal.

1941  (opus 227b), Quatre Esquisses, Orchestre de chambre

1941  (opus 227/3), Sobre la Loma, Esquisse no 3, pour orchestre d'harmonie.

1941  (opus 228), Concerto pour deux pianos no 1.

1941  (opus 229), Pastorale, pour orgue.

1941  (opus 230), Concerto pour clarinette.

1942  (opus 231b), 9 Préludes pour orgue.

1942  (opus 231a), musique de scène pour L'Annonce faite à Marie, de Paul Claudel, seconde version (1re version, opus 117), pour voix et orchestre de chambre.

1942  (opus 231c), Prières [5], sur des textes liturgiques latins.

1942  (opus 232), Quatuor à cordes no 11.

1942  (opus 233), Rêves, 6 mélodies sur des poèmes anonymes du xxe siècle :

êves, Op. 233 (Textes anonymes du XXè siècle) - 1942

Les marronniers
Toi
Confidence
Mistral
Long Distance
Jeunesse

1942  (opus 234), Suite anglaise, pour harmonica ou violon, et orchestre, « Gigue », « Sailor's Song », « Hornpipe ».

1942  (opus 235), Fanfare de la Liberté, pour orchestre d'harmoni, commandée par Eugene Goossens.

1943  (opus 236), Bolivar, opéra en trois actes et dix tableaux, sur un livret de Madeleine Milhaud, d’après Jules Supervielle, , créé le 12 mai 1950, à l'Opéra de Paris, sous la direction d'André Cluytens.

1943  (opus 236a), La Libertadora, Suite de danses pour l'opéra Bolivar, pour orchestre (aussi version pour 2 pianos).

1943  (opus 237b), Les Songes, d'après le ballet Les Songes, suite pour 2 pianos, dédicacée à Virginia et Livingston, créée le 7 mai 1945, l'université eu Wyoming de Laramie, par A. Wilman et Darius Milhaud, « Scherzo », « Valse », « Polka ».

1943  (opus 238), Visages, pour alto et piano, « La Californienne », « The Wisconsinian », « La Bruxelloise », « La Parisienne ».

1944  (opus 239), Bare'hou-Shema, sur texte religieux, pour chantre, chœur et orgue.

1944  (opus 240), Sonate no 1, pour alto et piano.

1944  (opus 241), « Caïn and Abel », pour la cantate collective Genesis Suite, pour récitant et orchestre (avec Schönberg, Stravinsky, Tansman, Castelnuovo-Tedesco, Toch à l'initiative de Nathaniel Shilkret).

1944  (opus 242), Air, orchestration de la sonate pour alto et piano (opus americanum no 26).

1944  (opus 243), Jeux de printemps, pour orchestre de chambre (aussi version de ballet).

1944  (opus 244), Sonate no 2, pour alto et piano.

1944  (opus 245), La Muse ménagère, suite de 15 pièces pour piano, dédicacée à Madelien Milhaud [aussi poour orchestre de chambre).

1944  (opus 246), La Libération des Antilles, 2 mélodies  sur des textes populaires en créole; pour voix et piano.

1944  (opus 247), Symphonie no 2.

1944  (opus 248b), Suite française, pour orchestre, Normandie, Bretagne, Île-de-France, Alsace-Lorraine, Provence (aussi pour orchestre d'harmonie, aussi pour piano à 4 mains).

1944  (opus 249), Le Bal martiniquais, pour 2 pianos, , « Chanson créole » , « Béguine ».

1944  (opus 250), Kaddish, pour chantre, chœur et orgue.

1944-1948  (opus 326), Accueil amical, Suite de 17 pièces de piano pour les enfants.

1945  (opus 249b, opus americanum no 33), Le Bal martiniquais, pour orchestre.

1945  (opus 251, opus americanum no 35), Élégie, pour violoncelle et piano.

1945  (opus 252), Quatuor à cordes no 12.

1945  (opus 253), Printemps lointain, sur un poème de de Francis Jammes, pour voix et piano.

1945  (opus 255), Concerto pour violoncelle no 2.

1945  (opus 256), Danses de Jacaremirim, pour violon et piano, 1. « Chorinhon » 2. « Tanguinho », 3. « Sambinha ».

1945  (opus 257), Sonate pour 2 violons et clavecin ou piano.

1945  (opus 260), Deux marches pour orchestre, 1. « In memoriam » (aussi pour orchestre d'harmonie) ; 2. « Gloria victoribus ».

1945  (opus 261, opus americanum no 45), Pledge to Mills, chants d'étudiants, pour chœur.

1946  (opus 259), Les Cloches, suite symphonique d'après Edgar Allan Poe, dédicacées à M.D.M., comman de Ruth Page, créées le 26 avril 1946, à l'Université deChicago, avec les Ballet de Chicago, sous la direction de Nicolaï Malkó, chorégraphie de Ruth Page.

1946  (opus 262), Farandoleurs, pour vioolon et piano, dédicacé à Claude Delvincourt, pièce de concours pour le Conservatorie natironal de Paris.

1946  (opus 263), Concerto pour violon no 2.

1946  (opus 264), Musique de scène pour Lidoire, de Georges Courteline, Prélude et Postlude.

1946  (opus 265), Chants de misère [4], sur des poème de de C. Paliard, pour voix et piano.

1946  (opus 266), Sonnets composés au secret [6), sur des poèmes de Jean Cassou, pour chœur ou quatuor vocal.

1946  (opus 268), Quatuor à cordes no 13.

1946  (opus 269), Une journée, Suite pour piano pour les enfants, L'Aube, La Matinée, Midi, L'Après-midi, Le Crépuscule.

1946  (opus 270), Concerto pour piano no 3.

1946  (opus 271), Symphonie no 3 « Te Deum », avec chœur mixte.

1946  (opus 272), Musique pour le film The Private Affairs of Bel Ami, Film d'Albert Lewin d'après Guy de Maupassant.

1947  (opus 273), Musique pour Rêves à vendre, de Hans Richter.

1947  (opus 274), Trio à cordes.

1947  (opus 275), Carnaval à la Nouvelle-Orléans, pour 2 pianos, « Mardi gras ! Chic à la paille ! » ; « Domino noir de Cajun » ; « On danse chez monsieur Degas » ; « Les Mille Cents Coups ».

1947  (opus 276), Poèmes, sur des texte de Jules Supervielle, pour voix et piano.

1947  (opus 277, opus americanum no 61), Méditation, pour Piano.

1947  (opus 278), Concerto pour marimba et vibraphone.

1947  (opus 279), Service sacré, liturgie hébraïque en quatre parties, pour baryton, récitant, choeur mixte, orchestre, comman de Mrs Heller, dédicacée à la commanditaire, créée à San Francisco, au Temple Emanu-El, R., par Rinder (cantor), E. Jones (baryton), University California Chorus (Berkeley), San Francisco Symphony Orchestra, sous la direction de Darius Milhaud.

1947  (opus 281), Symphonie no 4, à l'occasion du Centenaire de la Révolution de 1848, « L'insurrection », « Les morts de la République », « Les joies paisibles de la Liberté retrouvée », « Commémoration » 1948.

1948  (opus 282), Le Grand Testament, pièce radiophonique d'après N. Franck.

1948  (opus 283), Adame Miroir, ballet sur un argument de Jean Genet, pour 16 instruments solistes.

1948 (opus 284), Paris, suite pour 4 pianos, « Montmartre », « L'île Saint-Louis », « Montparnasse », « Bateaux-mouches », « Longchamp », « La Tour Eiffel ».

1948  (opus 285), musique de scène pour Shéhérazade, de Jules Supervielle

1948  (opus 286), L'Apothéose de Molière, suite pour orchestre de chambre, « Tumulte dans l'Olympe précédant l'arrivée de Molière », « Molière reçu par les Muses », « Hommage de Lully et des violons du Roy », « Molière accueilli par ses personnages », « Allégresse générale ».

1948  (opus 287), Kentuckiana, divertissement sur 20 airs du Kentucky, pour 2 pianos (aussi version pour orchestre).

1948  (opus 288), Le Jeu de Robin et Marion, librement adapté d'Adam de la Halle, pour voix, flûte, clarinette, sax, violon et violoncelle.

1948  (opus 289), L'enfant aime, suite pour piano, « Les fleurs », « Les bonbons », « Les jouets », « Sa mère », « La vie » .

1948  (opus 290), Lekha Dodi, sur un poème religieux, pour chantre, chœur et orgue.

1948  (opus 291), Octuor à cordes.

1948  (opus 291/1), Quatuor à cordes no 14.

1948  (opus 291/2), Quatuor à cordes no 15.

1949  (opus 292), Naissance de Vénus, cantate sur un poème de Jules Supervielle, pour chœur mixte a capella.

1949  (opus 293), Sonate no 2, pour Piano.

1949  (opus 294), Les Rêves de Jacob, suite de danses, pour Hautbois, violon, alto, violoncelle et contrebasse, L'Oreiller de Jacob ; Premier rêve ; Prophétie ; Deuxième rêve ; Israël)

1949  (opus 295), Concerto pour piano no 4.

1949  (opus 296), Ballade-Nocturne, sur un poème de de Louise de Vilmorin, pour voix et piano

1949  (opus 297), musique pour La fin du monde, adaptation radiophonique d'après Blaise Cendrars 1949-1950.

1949-1950 (opus 298b), La cueillette des citrons, intermède provençal pour orchestre, d'après Armand Lunel.

1949-1950  (opus 298), Barba Garibo, « cantate ancienne », sur un poème de d'Armand Lunel, pour chœur mixte et orchestre.

1950  (opus 299), musique pour le film Gauguin, d'Alain Resnais, pour ensemble de chambre.

1950  (opus 300), Suite pour deux pianos et orchestre, Entrée, Nocturne, Java fugué, Mouvement perpétuel, Final.

1950  (opus 301), Le Repos du septième jour, pièce radiophonique d'après Paul Claudel.

1950  (opus 302), Jeu (Les Contemporains), pour piano.

1950  (opus 303), Quatuor à cordes no 16.

1950  (opus 304), Musique pour La vie commence demain, film de Nicole Vedrès.

1950  (opus 305), Les Temps faciles, sur un poème de de Marsan, pour voix et piano

1950  (opus 306), musique pour Le Conte d'hiver, de William Shakespeare, traduite par C. A. Puget, Prélude, Mélodies, Danses.

1950  (opus 307), Quatuor à cordes no 17.

1950  (opus 308), Quatuor à cordes no 18.

1950  (opus 311), Concertino d'été, pour alto et 9 instruments

1951  (opus 309), Concertino d'automne, pour 2 Pianos et 8 instruments.

1951  (opus 310), Cantate des Proverbes, sur un texte biblique, pour chœur de femmes et petit ensemble.

1951  (opus 312), Quintette avec piano no 1.

1951  (opus 313), West Point Suite, pour orchestre d'harmonie.

1951  (opus 314), Les Miracles de la foi, cantate (sur des textes bibliques) pour solistes, chœur et orchestre.

1951  (opus 315), Le Candélabre à sept branches, « Le premier jour de l'an », « Jour de pénitence », « Fête des cabanes », « La résistance des Macchabées », « Fête de la reine Esther », « Fête de la Pâques », « Fête de la Pentecôte », pour piano.

1952  (opus 278b), Suite concertante, pour piano et orchestre

1952  (opus 316), Quintette à cordes no 2.

1952  (opus 317), Vendanges, ballet sur un argument de Philippe de Rothschild, créé en 1970 à l'Opéra de Nice.

1952  (opus 318), Musique pour Christophe Colomb, de Paul Claudel, pour chœur et orchestre.

1952  (opus 319), Petites Légendes, 12 mélodies sur des poème de Maurice Carême, pour voix et piano.

Volume 1
Sortilèges
Les feuilles
L' amoureux
La prière
La dormeuse
La peine

Volume 2
La chance
Le lièvre et le blé
La bise
Destinée
Le beau navire
Le charme

1952-1953  (opus 320), David, opéra en cinq actes, ur un livret de d'Armand Lunel d'après le Livre de Samuel de l'Ancien Testament, créé en concert (en hébreu), le 1er juin 1954 à Jérusalem, créé sur scène (en italien) le 2 janvier 1955 à la Scala de Milan sous la direction de Nino Sanzogno, en français le 19 novembre 1955 au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles sous la direction de Michel Bastin.

1953  (opus 321), Samaël, pièce radiophonique d'après André Spire.

1953  (opus 322), Symphonie no 5.

1953  (opus 323), Concerto pour harpe.

1953  (opus 324), Sonatine, pour violon et violoncelle

1953  (opus 327), ♯Concertino d'hiver, pour trombone et orchestre à cordes

1953  (opus 329), Suite campagnarde, pour orchestre, « Paysage », « Nocturne », « Pastorale », « Danse rustique ».

1953  (opus 330), ♯Ouverture méditerranéenne, pour Orchestre.

1953-1954  (opus 325), Quintette à cordes no 3.

1953-1954  (opus 331), Hymne de glorification, pour piano

1954  (Sans no d'opus), La Rivière endormie, montage électroacoustique sur un poème de de Claude Roy.

1954  (opus 332), Suite cisalpine sur des airs piémontais, pour violoncelle et orchestre.

1954  (opus 333), Étude poétique, montage musical radiophonique sur un poème de de Claude Roy

1954  (opus 334), musique pour Saül, pièce d'André Gide.

1954  (opus 334b), Musique de théâtre, d'après la musique de scène de Saül, pour orchestre d'harmonie, dédicacé  à la musique des Gardiens de la Paix et à son chef Désiré Dondeyne, creée le 28 octobre 1972, à Drancy, sous la direction de Désiré Dondeyne, Prélude et fugue ; Triomphe ; Interlude ; Funèbre ; Choral.

1954  (opus 335a), Caprice, ppur Clarinette et piano.

1954  (opus 335b), Danse, pour saxophone et piano.

1954  (opus 335c), Églogue, pour flûte et piano.

1954  (opus 336), musique pour le documentaire Ils étaient tous des volontaires, documentaire de François Villiers, pour le dixième anniversaire de la Libération, commentaires écrits par Alain Allioux, dits par Jean-Pierre Aumont et Claude Dauphin.

1954  (opus 337), Sonatine, pour hautbois et piano.

1954  (opus 338), Le Château de feu, cantate sur un poème de de Jean Cassou, pour chœur mixte et orchestre, dédié à la mémoire de son neveu Jean Milhaud, d’Eric et d’Hélène Allatini, déportés pendant la guerre 1939-1945 et assassinés par les allemands. Écrits à la mémoire du Réseau du Souvenir, créé le 30 novembre 1955, au Palais de Chaillot de Paris, par la chorale Yvonne Gouverné, l'Orchestre Colonne, sous la direction de Darius Milhaud.

1954  (opus 339), Psaumes de David, plain-chant et polyphonie, pour chœur mixte.

1954-1955  (opus 340), Concerto pour alto no 2.

1955  (opus 254), Introduction, Marche, Fête de la Victoire, ballet d'après la Suite française, opus 248.

1955  (opus 341), Protée, Drame satyrique de Paul Claudel (1re version, opus 17), pour 4 voix moyennes, flûte, basson, violon, violoncellen créé en 1965, à la Comédie des Champs-Élysées de Paris, sous la direction de Jacques Bondon.

1955  (opus 343), Symphonie no 6.

1955  (opus 344), Symphonie no 7.

1955  (opus 345), Service pour la veille du sabbat, sur un poème religieux, pour chœur d'enfants et orgue.

1955  (opus 346), Concerto pour piano no 5.

1955  (opus 347), Poèmes de Louise de Vilmorin, pour chœur ou quatuor vocal, « Fa-Do » (fantaisie), « L'Alphabet des aveux ».

1955  (opus 348), Petite suite, pour orgue.

1955  (opus 349), Musique de scène pour Juanito, le séducteur ingénu, de Pierre Humblot.

1956  (Sans no d'opus), Le Chat, sur un poème de de Jean Cocteau, cadeau d'anniversaire pour Marya Freund, pour voix et piano

1956  (opus 350), Quintette à cordes no 4, « Déploration sur la mort d'un ami » ; « Souvenirs de jeunesse » ; « Les douceurs d'une longue amitié » ; « Hymne de louanges », pour 2 violons, alto et 2 violoncelles.

1956  (opus 351), Duo concertant, pour clarinette et piano

1956  (opus 352), Fontaines et sources, 6 mélodies sur des poèmes de Francis Jammes, pour pour voix et orchestre ou piano.

1956  (opus 353), La Couronne de Marguerite, valse en forme de rondo, pour orchestre (aussi version pour piano).

1956  (opus 354), Sonatine pour piano.

1956  (opus 355), Tristesses, cycle de 24 mélodies sur des poèmes deFrancis Jammes, pour pour voix et piano.

1956  (opus 357), Le Mariage de la feuille et du cliché, sur un poème de Gérard, pour voix soliste, chœur, orchestre et bande électronique.

1956  (opus 358), Le Globe-trotter, suite pour orchestre de chambre, France, Portugal, Italie, États-Unis, Mexique, Brésil (aussi version pour piano).

1957  (opus 359), Écoutez mes enfants, pour voix et orgue.

1957  (opus 360b), Les Charmes de la vie (Hommage à Watteau), pour Orchestre de chambre

1957  (opus 360), Les Charmes de la vie (Hommage à Watteau), Pastorale / L'indifférent / Plaisirs champêtres / Sérénade / Musette / Mascarade, pour Piano.

1957  (opus 361), Aspen-Sérénade, Animé / Souple et printanier / Paisible / Energique / Nerveux et coloré, pour Orchestre de chambre.

1957  (opus 362), Symphonie no 8 en ré majeur.

1957  (opus 363), Symphoniette, Animé et vigoureux / Vif et léger / Décidé et joyeux, pour Orchestre à cordes

1957  (opus 364), Celle qui n'était plus (Histoire d'une folle), Film d'Henri Colpi 1957  (opus 365), Concerto pour hautbois, Animé / Avec sérénité / Animé, pour Hautbois et orchestre.

1957  (opus 366), Ségoviana, pour guitare

1957  (opus 367), La Rose des vents, ballet sur un argument d'Albert Vidalie et Roland Petit, comman de Roland Petit, créé le 13 février 1958, à Paris, par les Ballets Roland Petit, sous la direction de Marius Constant.

1958  (opus 299b), Divertissement, d'après la musique du film Gauguin, pour Quintette à vent.

1958  (opus 368), Sextuor à cordes.

1958  (opus 369), La Tragédie humaine, sur un poème de Théodore Agrippa d'Aubigné, pour chœur mixte et orchestre, commande d’État, créé en 1958 à L'Exposition de Bruxelles, par le choeur et l'orchestre du théâtre national de l’Opéra de Paris, sous la direction de Louis Fourestier.

1958  (opus 370), Fiesta, opéra en un acte, sur un livret de Boris Vian, dédicacé à Hermann Scherchen.créée au Städtische Oper de Berlin, le 3 octobre 1958, sous la direction du dédicataire.

1958  (opus 371), Poèmes de Jorge Guillen [8], pour chœur mixte

1958  (opus 372), Musique pour Perón et Evita, ocumentaire télévisé.

(opus 373), Concerto pour violon no 3 « Concert royal ».

1958-1959  (opus 374), La Branche des oiseaux, ballet sur un argument d'André Chamson.

1959  (opus 284b), Paris, suite symphonique, créé à L'I.N.R. de Bruxlles, le 10 mai 1960.

1959  (opus 375), Burma Road, musique pour un documentaire CBS-TV.

1959  (opus 376), Symphonie concertante, pour pour basson, cor, trompette, contrebasse et orchestre.

1959  (opus 377), Sonate pour violoncelle et pianon, commande du festival de Vancouver, 18 juillet 1959, créée par D. Friedlander (violoncelle), Mrs Friedlander (piano).

1959  (opus 378), Sonatine pour alto et violoncelle.

1959  (opus 379), musique de scène pour Mother Courage (Mère Courage), de Bertolt Brecht, dans une traduction anglaise de R. Bentley.

1959  (opus 380), Symphonie no 9.

1959-1960  (opus 381), Cantate de la croix de charité, sur un poème de L. Masson, pour voix soliste, chœur et orchestre.

1960  (opus 382), Symphonie no 10.

1960  (opus 383), Sonatine pastorale, pour violon

1960  (opus 384), Symphonie no 11 « Romantique ».

1960  (opus 385), Les Funérailles de Phocion, Hommage à Nicolas Poussin, pour orchestre.

1960  (opus 386), Cantate sur des sur des poèmes de Chaucer, pour chœur et orchestre.

1960  (opus 387), Aubade, pour orchestre.

1960  (opus 388), Cantate de l'initiation, sur des textes rfeligieus en hébreu et en français, pour chœur mixte et orchestre ou orgue.

1961  (opus 389), Concert de chambre, pour 11 instruments, dédicacé à Mario di Bonaventura, créé le 16 novembre 1962 au Dartmouth College (ÉUA, New Hampshire), sous la direction de Mario di Bonaventura.

1961  (opus 391), Neige sur le fleuve, sur un poème chinois de Tsang Yung, pour voix et ensemble.

1961  (opus 392), Musique ded scène pour Judith, de Jean Giraudoux.

1961  (opus 393), Traversée, sur un poème de de Paul Verlaine, pour chœur mixte

1961  (opus 394), Concerto, pour deux pianos et quatre percussionnistes, créé e, août 1963, à la Juilliard School of Music de New York par Ruth et Naomi Segal (pianos).

1961  (opus 431), Suite en sol, pour orchestren Comman de Marin County Symphony Orchestra, créée le 25 septembre 1971, par le dédicataire, sous la direction de Sandor Salgo.

1962  (opus 390), Symphonie no 12 « Rurale ».

1962  (opus 395), Invocation à l'ange Raphaël, cantate en quatre parties sur un poème de de Paul Claudel, pour chœur de femmes et orchestre, comman de l’O.R.T.F., créée le 31 mai 1962, à Paris, par le choeur de la maîtrise et l'orchestre philharmonique de la R.T.F., sous la direction de Pierre Dervaux.

1962  (opus 396), Fanfare, pour orchestre d'harmonie (11 cuivres).

1962  (opus 397), Ouverture philharmonique.

1962  (opus 398), Suite de quatrains, sur des poèmes de Francis Jammes, pour récitant et 7 instruments.

1962  (opus 399), A Frenchman in New York, suite symphonique, pour orchestre.

1962  (opus 400), Fanfare, 150 mesures pour les 150 ans de la maison Heugel, pour 2 trompettes et 2 trombones.

1963  (opus 328), Le Dibbouk, pièce radiophonique d'après Shalom Anski, pour chœur d'hommes et instruments à vent.

1963  (opus 401), Suite de sonnets, cantate sur des poèmes du 16e siècle, pour quatuor vocal et 5 instruments.

1963  (opus 402), Caroles, cantate sur un poème de Charles d'Orléans, pour chœur mixte et 4 groupes instrumentaux.

1963  (opus 403), Préparatif à la mort et allégorie maritime, sur un poème d'Agrippa d'Aubigné, pour voix et piano.

1963  (opus 404), Pacem in terris, symphonie chorale (Encyclique de Jean XXIII), pour 2 voix solistes, chœur mixte et orchestre.

1963  (opus 405), Meurtre d'un grand chef d'état, à la mémoire de John F. Kennedy, pour orchestre.

1963  (opus 406), Ode pour les morts des guerres, Déploration sur les populations civiles massacrées ; Prière pour les morts en captivité et en déportation ; Hymne funèbre pour les morts au champ d'honneur, pour orchestre.

1964  (opus 407), Concerto pour clavecin et orchestre de chambre.

1964  (opus 408), Septuor à cordes.

1964  (opus 409), L'amour chante, 9 mélodies pour voix et piano.

1964  (opus 410), Adieu, cantate  sur un poème d' Arthur Rimbaud, pour Voix, flûte, alto et harpe.

1964-1965  (opus 412), La Mère coupable, opéra en trois actes, sur un livret de Madeleine Milhaud d'après Beaumarchais, créé au Grand Théâtre de Genève le 13 juin 1966, sous la direction de Serge Baudo.

1965  (opus 413), Cantate de Job, sur un texte biblique, pour voix solos, chœur et orgue.

1965  (opus 414), Music for Boston, pour Violon et orchestre de chambre.

1965  (opus 415), Musique pour Prague, suite symphonique en 3 mouvements, cCommande du Festival de Printemps de Prague, créée le 20 juin 1966, au Festival Printemps de Prague, par l'Orchestre Philharmonique Tchèque, sous la direction de Darius Milhaud.

1965  (opus 416), Élégie pour Pierre, pour alto, timbales et 2 percussionnistes.

1966  (opus 417), Quatuor avec piano.

1966  (opus 418), Musique pour l'Indiana, suite symphonique.

1966  (opus 419), Musique de scène pour Jérusalem à Carpentras, d'Armand Lunel

1966  (opus 420), Musique pour Lisbonne, pour orchestre de chambre, comman de la Fondation Calouste Gulbenkia, créée le 20 juin 1968 à Lisbone sous la direction de La Rosa Parodi.

1966  (opus 421), Hommage à Comenius, cantate pour le 20e anniversaire de l'Unesco, pour 2 voix solistes et orchestre.

1966  (opus 422), Musique pour la Nouvelle-Orléans, pour orchestre.

1967  (opus 243), Vézélay, la colline inspirée, sur un poème de de Maurice Druon, pour voix et ensemble instrumental.

1967  (opus 424), Promenade-Concert, pour orchestre, commande du New York Philharmonic Orchestra ou Lincoln Center for the Performings Arts, créée le 11 août 1968 au Fesrtival d'Aspen, sous la direction de Darius Milhaud. 1967

(opus 425), Cantate de Psaumes, sur un poème de de Paul Claudel d'après les psaumes 129, 146, 147, 128, 127 et 136, pour baryton et orchestre.

1967  (opus 426), Musique de scène pour L'Histoire de Tobie et de Sara de Paul Claudel (2 versions).

1968  (opus 427), Musique pour l'univers claudélien, suite symphonique, hommage à Paul Claudel, créée le 30 juillet 1968, au Festival d’Aix-en-Provence, par l'orchestre de Paris, sous la direction de Pierre Dervaux.

1968, (opus 428), Musique pour Paul Claudel, film d'André Gillet 1968.

1968  (opus 429), Musique pour Graz, pour 9 instruments.

1969  (opus 430), Stanford Serenade, pour hautbois et 11 instruments solistes, dédicacée à Sand or Salgo et pour le Stanford Symphony Orchestra, comman de Donald Leake, créée le 24 mais 1970, avec Donald Leake (hautbois), le Stanford Symphony Orchestra , sous la direction de Sandor Salgo.

1969  (opus 432), Musique pour Ars Nova, pour treize instruments, comman de l'O.R.T.F. pour Ars Nova, créée en 1970 par Ars Nova, sous la direction de . Marius Constant.

1969-1970  (opus 433), Six danses en trois mouvements, pour 2 pianos, pour les 25 ans de Geneviève Joy et de Jacqueline Robin, créées par les dédicataires le 17 décembre 1970, 1. « Tarentelle- Bourrée », 2.  « Sarabande-Pavane », 3. « Gigue-Rumba ».

1970  (opus 434), Saint Louis, roi de France, opéra-oratorio en deux parties, sur un livret de Paul Claudel et Henri Doublier, commande d’État, créé en concert le 18 mars 1972, à la R.A.I. (Rome), sous la direction de La Rosa Parodi ; en scène le 14 avril 1972, au Théâtre de Rio de Janeiro, sous la direction de Jacques Pernoo.

1971  (opus 435), Hommage à Igor Stravinsky, pour quatuor à cordes.

1971  (opus 436), Musique pour San Francisco, pour orchestre (avec la participation du public), dédicacée à Mme Agnès Alber, commande du San Francisco Symphony Orchestra, créée le 3 septembre 1972 par le commanditraire sous la direction de N. Wyss.

1971  (opus 437), Sonate pour harpe, dédicacée à Anne Adams, créée le 19 mai 1973, au Conservatoire de Rocquencourt, par Francis Pierre.

1971-1972  (opus 438), Promesse de Dieu, sur des textyes bibliques, pour chœur mixte a cappella, Commande du Dickinson College pour son 200e, créée le 19 mai 1973 auDickinson College..

1972  (opus 440), Ode pour Jérusalem, pour orchestre, cComman de l’État d’Israël, créée le 16 juillet 1973, Israel Philharmonic Orchestra, sous la ditrectrion de Daniel Barenboim.

1972  (opus 441), Ani Maamin Cantate, un chant perdu et retrouvé, sur un poème d'Elie Wiesel, pour soprano, 4 récitants, chœur mixte et orchestre, créé par Sharon Cooper (soprano), Michael Lonsdale, Bernard Freyd, Jean Negroni, Michel Hermon (récitant s), Madrigal de Bordeaux, Ensemble 2E2M, sous la direction de Paul Méfano. .

1973  (opus 439), Les Momies d'Égypte, « comédie chorale », sur un poème de de Régnard, pour chœur mixte a capella.

1973  (opus 442), Études sur des thèmes liturgiques du comtat Venaissin, pour quatuor à cordes, créées à New Yorlk en 1973.

1974,  (opus 443), Quintette à vents, commande d’État pour le Quintette à vent d’Avignon, créé en 1975 en avignon.

Écrits de Darius Milhaud

Études. Aveline, Paris 1927.

Notes sur Erik Satie. Éditions de la Maison française de New York, 1946.

Notes sans musique. Juilliard, Paris 1949 ; 1963.

Entretiens avec Claude Rostand. Juilliard, Paris 1952 ; Zurfluh, Bourg la Reine 1992.

Ma vie heureuse. Pierre Belfond, Paris 1973 ; 2e édition revue en 1987 ; 3e édition, Zurfluh, Bourg la Reine 1998.

Jacques Petit (éditeur), Correspondance Paul-Claudel - Darius Milhaud 1912 - 1953. Gallimard, Paris, 1961.

Jeremy Drake (éditeur), Notes sur la musique : essais et chroniques. Flammarion, « Harmoniques s Pari, 1982.

P. Caizergues et J. Mas (éditeurs), Correspondance Jean Cocteau - Darius Milhaud. Service des Publications de l’Université Paul Valéry, Montpellier 1992.

Myriam Chimènes, Catherine Massip, Portrait (s) de Darius Milhaud. Bibliothèque Nationale de France, Paris 1998.

Bibliographie

La création du monde, opus 81

Darius Milhaud, Un ogre en musique. Dans « Esprit nomade» (vu le 17 février 2011).

Vuillermoz Émile, Darius Milhaud. Dans « Histoire de la musique ». Fayard, Paris 1949 (8e édition), p. 457-458.

Honegger - Milhaud : musique et esthétique. actes du colloque international Paris 1992. Vrin, Paris, 1994.

Augsbourg Géa, La vie de Darius Milhaud en images. Corrêa - Buchet-Chastel, Paris, 1935 ; 1992.

Beck Georges, Darius Milhaud, étude suivie du catalogue complet de son œuvre. Heugel, Paris, 1949 . 1956.

Clary Mildred, Madeleine Milhaud, Mon xxe siècle. France musiques-bleu nuit éditeur, 2002.

Collaer Paul, Darius Milhaud. Nederlandsche Boekhandel, Anvers, 1947.

——, Darius Milhaud. Richard Masse, Paris 1948.

——, Darius Milhaud. Slatkine, Genève-Paris 1982.

Lunel Armand, Mon ami Darius Milhaud. Édisud, Aix-en-Provence 1992.

Milhaud Madeleine, Catalogue des œuvres de Darius Milhaud. Slatkine, Genève-Paris, 1982.

Roy Jean, Darius Milhaud. Seghers Paris, 1968.

 

Jean-Marc Warszawski
30 avril 2018

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Lundi 30 Avril, 2018