rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bio

 

Landowska Wanda

1879-1959

 

 

 

Née à Varsovie, le 5 juillet 1879 ; décédée à Lakeville (USA), le 16 août 1959.

Elle est devant un piano dès l'âge de quatre ans. Elle a Jan Kleczyński comme premier professeur, puis Aleksander Michałowski au Conservatoire de Varsovie, des spécialistes de Chopin.

Elle est à Berlin en 1886, elle y étudie la composition avec Heinrich Urban, mais dit être réfractaire aus règles. Elle compose à cette époque quelques romances, Kolysanka, pour voix avec accompagnement de piano, et Paysage triste pour orchestre à cordes.

En 1900, elle s'installe à Paris, épouse Henry Lew (la 10 mai), un spécialiste qui fait autorité dans le folklore hébreu. Avec son aide, elle s'investit dans la recherche sur divers aspects de la musique des xvie et xviie siècles.

Elle est très attirée par la musique de Johann Sebastian Bach, en joue des transcriptions, et se fait peu à peu une réputation de pianiste. Elle joue les concertos de Bach à la Schola cantorum, mais se convainc que cette musique est destinée au clavecin.

En 1903, elle remporte deux prix à la « Musica International Competition », avec une pièce pour piano et une romance. Massenet fait l'éloge de son talent.

La même année, elle donne son premier récital public au clavecin, et enchaîne avec une tournée européenne, dont la Russie où Tolstoï s'intéresse à sa démarche.

En 1905, elle enregistre quelques « rouleaux » de piano.

Elle écrit des articles, pour contrer les critiques à l'encontre du clavecin qui sonne peu, et don le son métallique ou aigrelet ne plaît pas toujours.

Elle publie un livre sur la musique ancienne en 1919. En 1912, elle fait un triomphe au festival Bach de Breslau, avec un instrument à deux manuels, construit spécialement par Pleyel.

En 1913, elle obtient une classe de clavecin à l'école supérieure de musique de Berlin, où, avec son mari, ils sont détenus sur parole, pendant le premier conflit mondial.

Dès la paix revenue, elle joue, pour la première fois au xxe siècle, le continuo de la Passion selon saint Mathieu, de Bach, au clavecin, à Bâle, où elle donne quelques cours avant de s'installer à Paris.

Son mari, Henry Lew, meurt accidentellement en 1919.

Elle donne des conférences à la Sorbonne, enseigne à l'École Normale sur quatre clavecins Pleyel.

Elle se déplace pour la première fois aux États-Unis en 1923. Elle joue avec l'Orchestre de Philadelphie, sous la direction de Stokowski, et grave ses premiers enregistrements phonographiques pour la firme « Victor ». Elle fait aussi des  tournées dans de nombreux Pays.

En 1925, elle s'installe à Saint-Leu-la-Forêt, où elle fonde l'École de Musique Ancienne, qu'elle inaugure avec Alfred Cortot, et qui attire des étudiants du monde entier.

Entre 1925 et 1928, elle donne des conférences au Curtis Institute de Philadelphie.

En 1926, Manuel de Falla lui dédie son Concerto pour clavecin à cinq solistes (flûte, hautbois, clarinette, violon et violoncelle), commencé en 1923. L'œuvre a été créée à Barcelone le 5 novembre 1926. Après une brouille, il tiendra lui-même la partie de clavecin solo, parfois au piano.

En 1927, elle fait construire un auditorium, sur un terrain attenant à sa maison. Les concerts d'été qui y sont donnés deviennent rapidement célèbres.

« Le temple de la musique ancienne » de Wanda Landowska

  Wanda Landowska et ses élèves, devant l'entrée
de l'auditorium de Saint-Leu-la-Forêt
au cours d'un bal masqué 

This text will be replaced

Wanda Landowska jouant dans son auditorium
de Saint-Leu-la-Forêt, en 1927
(film muet amateur sonorisé)

En 1929, Francis Poulenc lui dédie son Concert champêtre, créé à Paris le 3 mai 1929.

Dans cette salle, le 17 mai 1933, elle donne l'intégrale des Variations Goldberg.


Wanda Landowska interprète Couperin :
« La Favorite », « Les Moissonneurs »,
« Les Tendres Langueurs » - 1934

En 1940, à l'approche des troupes nazies (on entend le bruit des batteries antiaériennes dans ses enregistrements des sonates de Scarlatti), elle doit abandonner sa maison et son école, en laissant sur place sa bibliothèque de plus de 10.000 volumes, et son inestimable collection d'instruments anciens, qui ont été pillés

Ruggero Gerlin, Wanda Landowska et Amparo Iturbi
à l'auditorium de Saint-Leu-la-Forêt. 

Elle passe quelque temps à Banyuls-sur-Mer, puis gagne New York en 1941, où son interprétation des Variations Goldberg est accueillie avec enthousiasme.

En 1945, Max Drischner lui dédie ses Choralpartiten über « Jesu meine Freude » et « Befiehl du deine Wege »

Elle établit une nouvelle carrière de concertiste et d'enseignante aux «États-Unis, et enregistre une intégrale du Clavecin bien tempéré à l'âge de 70 ans.

Docteure honoris causa de l'Université de Hartford, elle a été honorée par les gouvernements polonais et français. Elle a eu, entre autres élèves : Ruggero Gerlin, Ralph Kirkpatrick, Rafael Puyana, Clifford Curzon, Aimée Van de Wiele, Isabelle Nef, Max Drischner, Erwin Jacobi.

Sa compagne et assistante Deniste Restout (1915-2004), a laissé de nombreux témoignages sur la vie de Wanda Landawska.

Écrits

  • Sur l'interprétation des œuvres de J. S. Bach. Dans « Mercure de France » 1905
  • Musique ancienne, Dans « Mercure de France », 1909 ; 1921 (4e édition) [traduction anglaise 1926]
  • Le clavecin ou piano dans l'exécution des œuvres de Bach. Dans « Bulletin de la Société Internationale de Musique » 1910
  • Bach und die französische Klaviermusik. Dans « Bach Jahrbuch » (vii) 1910
  • Les Allemands et la musique française au xviiie siècle. Dans « Mercure de France » 1911
  • Für welches Intrument hat Bach sein « Wohltemperierte Klavier » geschrieben ? Dans « Neue Zeitschrift für Musik » 1911 [traduction française, dans « revue musicale 1927 » ; en anglais dans « The Dominant » 1927]
  • Pourquoi notre musique n'est-elle pas mélodique ? Dans « Bulletin de la Société Internationale de Musique » 1913
  • Über die C-Dur Fuge aus dem I. Teil des « Wohltemperierten Klaviers ». Dans « Bach Jahrbuch » (x) 1913
  • Paderewski orateur. Dans « Revue Mondiale » 15 août 1923
  • Chopin et l'ancienne musique française. Dans « Revue musicale » 1931
  • Sur les « Variations Goldberg » de J. S. Bach. Dans « Revue musicale » 1933
  • Über den Triller in Mozarts Klavier-Werken. Dans « Allgemeine Musikzeitung » (39), 1913, n° 48
  • Article « Clavecin » dans l'encyclopédie de Lavignac (en collaboration avec A. Schaeffner)


Wanda Landowska interprète
la Passacaille en si mineur de Couperin


Wanda Landowska interprète
la Sonate en do majeur (Longo 102) de D.  Scarlatti

Bibliographie

  • La Salle de musique et les Jardins de Wanda Landowska à Saint-Leu-la-Forêt. L'Association de Sauvegarde de l'Auditorium Wanda Landowska, 2009
  • Tardif Gérard, Wanda Landowska. Signets de la Bibliothèque Albert Cohen, Saint-Leu-la-Forêt, sd. (disponible le 26 février 2010)
  • Marty Daniel, Une Dame nommée Wanda Landowska. Association des Amis de Wanda Landowska, Saint-Leu-la-Forêt (Service ce la communication)
  • Schaeffner André (1895-1980), Wanda Landowska et le retour aux « humanités »de la musique. Dans « Revue musicale » (viii / 3) 1926-1927, p. 254
  • Dufourcq Norbert (1904-1990), Le clavecin. « Que sais-je ? » Paris 1949 ; 1967, chapitre 9
  • Gavoty Bernard (1908-1980), Wanda Landowska. Genève 1957
  • Bainbridge T., Wanda Landowska and her Repertoire: a Note. Dans « EMc » (iii), 1975, p. 39-41
  • Dyson R., Bend the Finger at All Three Joints : a First-Hand Record of Landowska's Teaching Methods. Dans « EMc » (iii), 1975, p. 240-42
  • Schott H., Wanda Landowska : a Centenary Appraisal. Dans « EMc » (vii), 1979, p. 467-72
  • Restout Denise., Landowska on Music. New York 1964
  • —, Wanda Landowska. Dans S. Glickman & M. F. Schleifer, « Women Composers : Music Through the Ages » (vi), New York 1999, 382-388 [avec le catalogue des compositions]

This text will be replaced

En 1953

Documents

Modélisation 1 en 3 dimensions de l'auditorium de Saint-Leu-la-Forêt
par Jean-Claude Battault : 

Modélisation 2 en 3 dimensions de l'auditorium de Saint-Leu-la-Forêt
par Jean-Claude Battault :  

Modélisation 3 en 3 dimensions de l'auditorium de Saint-Leu-la-Forêt
par Jean-Claude Battault  1002262136

Une soirée le 27 novembre 2009, avec le claveciniste Skip Sempé
dans l'ex auditorium de Wanda Landowska

Une soirée le 27novembre 2009, avec le claveciniste Skip Sempé
dans l'ex auditorium de Wanda Landowska

Wolfgang Amadeus Mozart,
Concerto pour piano et orchestre n° 26 en ré majeur,
« Krönungskonzert », KV 537.
Wanda Landowska (piano),
London Philharmonic Orchestra,
sous la direction de Walter Goehr.
Enregistrement de 1937.


1a. Allegro


 1b. Allegro (suite)


2. Larghetto


3. Allegretto

 

Wanda Landowska interprète
le concerto italien (BWV 971) de J. S. Bach
Enregistré le 9 juillet 1935 et les  25-26 septembre 1936
à Saint-Leu-la-Forêt


Allegro


Andante

 
Presto


Wanda Landowska et Yehudi menuhin interprètent
l'Adagio de la sonate n° 3 en mi majeur (BWV 1016) de J. S. Bach

 

Wanda Landowska interprète
la sonate n° 17 en ré majeur, KV 576 de Mozart
(piano Pleyel), 1938


1er mouvement

 
2e mouvement

 
3e mouvement

 

Jean-Marc Warszawski
26 février 2010

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Lundi 15 Décembre, 2014 15:49

musicologie.org