Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Kosma Joseph
1905-1969

Né le 22 octobre 1905 à Budapest, mort le 7 août 1969 à La Roche-Guyon

Élève de Béla Bartók à l'Académie de musique Franz-Liszt de Budapest, il acquiert son diplôme de composition et de direction d'orchestre.

Il part en 1928 à Berlin avec une bourse d'étude, il suit les cours de Hanns Eisler. Il y rencontre la concertiste Lilli Appel qui deviendra son épouse.

Il participe comme pianiste à la troupe de Brecht. De cette époque datent les Lieder vom Meer sur des textes de Theodor Plivier (1892-1955), matelot, orpailleur, berger, barman, enrôlé dans la marine de guerre, anarchiste, anti-nazi, révolutionnaire, écrivain, parcoureur du monde.

En 1933, Kosma doit fuir devant le danger nazi. Il est à Paris sans un sou et ne parlant pas sun mot de français. Lilli donne des leçons de piano, Kosma accompagne des cours de danse.

Et c'est la rencontre avec Jacques Prévert, puis le cinéaste Jean Renoir. Mais c'est la guerre puis l'occupation, il lui est interdit de travailler, il est assigné à résidence dans les Alpes-Maritimes.

Grâce à la complicité de Prévert, il pourra quand même travailler sous des prête-noms. Il signe alors les musiques des Visiteurs du soir et des Enfants du Paradis.

En 1944, sa mère et son père sont exécutés par les nazis hongrois. Pour sa part, menacé d'arrestation par la gestapo, il rejoint le maquis de Thorenc en juin et gagne Nice libérée le 18 août. Son groupe saute sur une mine, mais il s'en sort avec des blessures relativement légères.

Il est naturalisé français en 1949

Dès les années d'occupation, il débute un intense activité de compositeur dont il nous reste à tous quelque chose dans l'oreille parmi plus de 80 chansons (souvent sur des poèmes e Jacques Prévert) : Les enfants qui s'aiment, les feuilles mortes, si tu t'imagines (Raymond Quéneau), immortalisé par Juliette Gréco. Il a aussi composé plusieurs cantates, oratorios (Les ponts de Paris en 1947), ballets (Le rendes-vous pour Roland Petit en 1945, L'écuyère pour pour Serge Lifar en 1949), opéras (Les chansons de Bilitis), de la musique de chambre, et de très nombreuses musiques de film, pour Marcel Carné (dont en 1944 la célèbre pantomime « Baptiste », pour les Enfants du Paradis, dont il ne sera pas au générique à cause de son nom « juif »), Jean Renoir, André Cayette et Henri Decoin.

Joseph Kosma, « Baptiste », suite d'orchestre du ballet des Enfants du Paradis, sous la direction de Michel Plasson.

 

Josaph Kosma, Musique du film Des gens sans importance, d'Henri Verneuil (1956).

 

Josaph KosmA, Deux escargots s'en vont à l'enterrement d'un feuille morte, par Lys Gauty.

 

Joseph Kosma, Barbara, par Les frères Jacques.

 

Joseph Kosma, Les enfants qui s'aiment, par Caura Vaucaire.

 

Joseph Kosma, Chanson pour les enfants l'hiver, par Les frères Jacques.

 

Joseph Kosma, Dans la rue des Blancs-Manteaux, par Juliette Gréco.

 

Bibliographie

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact

S'abonner au Bulletin

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org

Jeudi 26 Octobre, 2017