rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bio

S'abonner au bulletin

 

Émile Jaques-Dalcroze

La musique orchestrale en 4 Cédéroms

Biographie  | Catalogue des oeuvres | Bibliographie | Discographie | Liens

 

 

Une relecture libératrice

Lorqu'on plonge dans l'oeuvre pédagogique de Jaques-Dalcroze ou que l'on étudie son action, la modernité de celle-ci éclate immédiatement et l'on perçoit alors en quoi la rythmique apportait une libération des corps, des esprits et des consciences à une époque guindée dans des conventions étouffantes et réductrices.

Une semblable relecture s'impose pour son oeuvre de compositeur; bien sûr, on y cherchera en vain la grande oeuvre symphonique ou de musique de chambre de la maturité, que le tournant de 1910 avec le départ pour Hellerau ne permit pas de voir naître. Cependant, la richesse de l'inspiration mélodique de Jaques-Dalcroze, l'ingéniosité de son invention harmonique et rythmique surgissant au détour de la plupart de ses ouvrages méritent que les meilleurs de ceux-ci soient tirés de l'ombre. On pourra découvrir avec joie un compositeur souvent inspiré, toujours attachant, dont les oeuvres les plus réussies ne seraient pas indignes de figurer au programme des concerts d'aujourd'hui.

On connaît le pédagogue, beaucoup moins le compositeur.

Ce qui fait le prix de l'oeuvre de Jaques-Dalcroze, c'est une spontanéité, une abondance d'imagination, une ferveur et une chaleur qui forcent l'adhésion

C'est ainsi qu'Ernest Ansermet définit la musique de celui qui fut l'une des plus extraordinaires personnalités créatrices de Suisse Romande et dont la fameuse méthode de rythmique, mise au point au début du XXe siècle, suscita d'emblée un immense enthousiasme.

Emile Jaques-Dalcroze a écrit de nombreuses pièces et les rares enregistrements qui existent sont médiocres, tant par leur interprétation que par leur qualité technique ; ils ne peuvent répondre aux exigences d'écoute d'aujourd'hui, ni servir l'oeuvre injustement méconnue du compositeur. L'Institut Jaques-Dalcroze se propose de réaliser le premier enregistrement de la production symphonique du compositeur comprenant l'essentiel de ses oeuvres pour orchestre. Celles-ci consistent aussi bien en suites, poèmes symphoniques, ouvertures qu'en deux concertos pour violons et plusieurs cycles de mélodies qui, tous, frappent par la richesse de leur invention, l'abondance de leur matériau mélodique et, bien sûr, leur étonnante ingéniosité rythmique.

L'influence de Jaques-Dalcroze sur le renouveau de la danse est aujourd'hui évident, et si les bienfaits de sa méthode pour l'épanouissement de la personnalité à travers la musique et le mouvement sont unanimement reconnus, son oeuvre de compositeur demeure encore largement sous-estimé. En effet, bien que la postérité n'ait retenu de sa musique que quelques-unes de ses délicieuses rondes enfantines ou chansons romandes, le musicien n'en écrivit pas moins des ouvrages symphoniques, de la musique de chambre, et quatre opéras qui le firent considérer par certains critiques comme le créateur de la comédie lyrique moderne.

Aujourd'hui, alors que la musique du début du XXe siècle exerce une fascination toujours plus vive et que l'on découvre enfin le riche patrimoine laissé par les compositeurs helvétiques de cette période - comme en témoignent les récents et magnifiques enregistrements d'ouvrages de Hans Huber, Paul Juon, Pierre Maurice, Hermann Suter - il est temps de se tourner vers Emile Jaques-Dalcroze, l'un des musiciens suisses les plus originaux de son temps.

C'est aussi rendre justice à un prodigieux créateur de ce pays et, surtout s'ouvrir au plaisir de merveilleuses découvertes musicales remplies de saveur et de joie de vivre.

Redécouvrir la musique symphonique d'Emile Jaques-Dalcroze c'est peut-être accomplir la prédiction du compositeur Ernest Bloch qui, parlant de son esthétique, affirmait : Ce langage musical si profondément honnête et sain, sans aucun truc, restera comme un exemple de droiture et de conscience esthétique.

Jacques Tchamkerten
Musicien, chargé de recherche DO

Un chef d'orchestre

Adriano est né en 1944 et vit à Zurich (CH). Après avoir étudié l'architecture, les arts dramatiques et suivi des cours au conservatoire de Zurich, cet autodidacte, dès l'âge de 20 ans, compose pour la scène, le cinéma et la radio. Aujourd'hui, Adriano fait notamment référence dans la redécouverte d'oeuvres musicales oubliées de compositeurs célèbres ou moins célèbres, principalement du début du XXe siècle. Un CD de musique redécouverte d'Arthur Honegger, dirigé par lui, est devenu depuis un best-seller de la maison de production Marco Polo. Avec cet éditeur, il exhuma également des oeuvres de Auric, Ibert, Bliss, Herrmann, Respighi, Lazzari et Waxman, entre autres. Il est actuellement responsable de la reconstitution de compositions pour le cinéma considérées comme perdues. Adriano travaille régulièrement avec l'Orchestre Symphonique de Moscou.

Un orchestre

L'Orchestre Symphonique de Moscou regroupe des musiciens virtuoses russes. Il a la réputation dans le milieu de la critique musicale d'être un "orchestre du plus haut niveau professionnel et artistique" (El Correo, Espagne). Parmi ses membres se trouvent des lauréats des concours de musique russes et internationaux, des diplômés des Conservatoires de Moscou et Saint-Pétersbourg, et des musiciens venant des meilleurs orchestres de Russie. En 1994, le magazine new-yorkais "CD Review" leur a décerné le prix CD du mois pour l'enregistrement de l'intégrale des symphonies de Malipiero. En 1995, ce même enregistrement a reçu le prix Diapason d'or.

Une maison de production

Sterling Grammofonskivor est dirigée par Bo Hyttner. Passionné de musique romantique, sa curiosité a d'abord été attirée par la musique d'orchestre de cette époque souvent méconnue et même inédite. Il a donc commencé à produire une collection de CD de compositeurs suédois Swedish Romantic. Puis voyant le succès qu'il remportait auprès d'un public toujours plus large, ravi d'entendre de la musique de qualité et de découvrir de nouveaux compositeurs, il a créé d'autres collections, pour d'autres pays européens. Dans la collection Suisse romantique il a déjà édité 5 CD de Hans Huber dont les symphonies No 1, 3, 6 et 7, et tout récemment un CD de Pierre Maurice.

Cette réalisation représente l'aboutissement d'un projet mené par Isabelle Hirt, documentaliste à l'Institut Jaques-Dalcroze, et Jacques Tchamkerten, musicien et chargé de recherche pour l'IJD (il est notamment l'auteur du Catalogue des Chansons de Jaques-Dalcroze aux Editions Papillon et poursuit ses investigations en vue de la musicographie complète du compositeur).

Quatre CD

VOL. I

Ce volume présente quelques-unes des oeuvres les plus marquantes d'Emile Jaques-Dalcroze pour orchestre seul. Il met en évidence son amour du pays. Deux suites de danse rappellent l'importance de cette forme d'art dans l'oeuvre et la pensée daicroziennes. [Tanz-Suite - 1911 ; 13 petites variations orchestrales sur la chanson populaire La Suisse est belle - 1895 ; Sancho : Suite - 1897 ; Poème Alpestre - 1896]

VOL. II

Janie (idylle musicale en 3 actes, 1894) ; 914. Impressions tragiques ; Tableaux romands (1903-1905)

VOL. III

Concerto pour violon n° 1 - 1902 et autres pièces

VOL. IV

Concerto pour violon n° 2 - 1909 et autres pièces

Emile Jaques-Dalcroze entretint des relations d'amitié avec deux violonistes célèbres, Henri Marteau et Eugène Ysaye. Fort de leurs conseils et de leur collaboration il écrivit deux concertos pour violon qui comptent parmi ses oeuvres les plus importantes.

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Vendredi 12 Décembre, 2014 12:54

musicologie.org