Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Honegger Arthur
1892-1955

|| catalogue des oeuvres ||  écrits || bibliographie || discographie ||

Né au Havre le 10 mars 1892, mort à Paris le 27 novembre 1955.

De Suisse, la famille est installée au Havre où le père est négociant en café. Sa mère Julie Ulrich joue du piano en amateur. Il étudie le violon chez un professeur du nom de Santreuil, et joue parfois à deux violon et piano avec sa mère et un ami de la famille, ensemble pour lequel il tente ses premières compositions.

En 1909 il est inscrit au conservatoire de Zurich et en 1911 au conservatoire de Paris. Il suit les cours de Lucien Capet pour le violon et la classe de contrepoint d'André Gédalge où il rencontre Darius Milhaud et Jacques Ibert.

En 1913, la famille Honegger retourne en Suisse.

En 1915, il est mobilisé quelques mois en Suisse. Il entre dans la classe de composition de Widor, étudie avec Vincent d'Indy la direction d'orchestre.

1918, quand il quitte le conservatoire avec pour toute récompense un second accessit de contrepoint, il a quelques compositions à son catalogue : des mélodies, sons Premier quatuor, un poème symphonique, Le Chant de Nigamon. Il s'est lié avec Apollinaire, Max Jacob, Blaise Cendrars, Pablo Picasso, Erik Satie, Jane Bathori, quelques unes de ses oeuvres ont été créées.

Le 2 décembre 1918, son Dit des Jeux du monde fait scandale au Théâtre du Vieux-Colombier à Paris.

En janvier 1920, se tient une soirée musicale chez Darius Milhaud, avec Louis Durey, Georges Auric, Germaine Tailleferre, Francis Poulenc, Arthur Honegger, Jean Cocteau, et Henri Collet. C'est à ce dernier, journaliste et compositeur qui «invente» le Groupe des Six, dans un article qu'il fait paraître dans Comoedia.

Le Groupe des Six, par Jacques-Émile Blanche (1922). De gauche à droite : en bas à gauche, Germaine Tailleferre ; au-dessus  de face, Darius Milhaud ; derrière de profil, Arthur  Honegger ; au fond, debout de profil, Louis Durey de face,  Francis Poulenc ; en haut à droite, Jean  Cocteau ; assis à droite, Georges Auric.

Le groupe des six (Jean Cocteau au piano) : De gauche à droite : Darius Milhaud, Georges Auric, Arthur Honegger, Germaine Tailleferre, Francis Poulenc, Louis Durey. 

Je n'ai pas le culte de la foire, ni du music-hall, mais au contraire celui de la musique de chambre et de la musique symphonique dans ce qu'elle a de plus grave et de plus austère. J'attache une grande importance à l'architecture musicale, que je ne voudrais jamais voir sacrifiée à des raisons d'ordre littéraire ou pictural. J'ai une tendance peut-être exagérée à rechercher la complexité polyphonique. Je ne cherche pas, comme certains musiciens anti-impressionnistes, un retour à la simplicité harmonique. Je trouve, au contraire, que nous devons nous servir des matériaux harmoniques créés par cette école qui nous a précédés, mais dans un sens différent, comme base à la ligne et à des rythmes. Bach se sert des éléments de l'harmonie tonale comme je voudrais me servir des superpositions harmoniques modernes.

Arthur Honegger, septembre 1920

En 1921, il compose la musique du Roi David, un spectacle de René Morax, directeur du Théâtre du Jorat à Mézières en Suisse qui obtient un vif succès. En 1924, il crée à Paris une forme retravaillée en oratorio de cette partition. En 1923, Pacific 231, scèle la célébrité du compositeur.

En 1924, Honegger et Morax veulent renouveler le succès du Rois David avec un autre spectacle : Judith. Ce spectacle, comme pour le Roi David est par la suite remanié en oratorio, mais aussi en opéra pour l'Opéra de Monte-Carlo.

A Mézières en 1925, à l'époque de la création de Judith : De gauche à droite, debout : René Morax, Jean de Miéville (metteur en scène), Alexandre Cingria  Assis : Arthur Honegger, M. Favre, Pierre Alcover (acteur), Claire Croize (cantatrice), Jean Morax.

Andrée Vaurabourg, Jean Cocteau, Arthur Honegger.

 

Paul Valéry - Ida Rubinstein.

Après une liaison avec la  soprano Claire Croiza dont ils ont un fils, il se marie le 10 mai 1926 avec Andrée Vaurabourg. En raison de besoin de solitude du compositeur, le couple vit séparé. Il dédie à son épouse l'opéra Antigone, d'après la pièce de Jean Cocteau. Créé au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles en 1928, puis à Essen, cet opéra n'a pas de succès. Il est recréé à l'Opéra de Paris en 1943.

En 1929, il fait la connaissance de Paul Valéry par l'entremise d'Ida Rubinstein. Valéry donnera les textes d'Amphitrion puis en 1933 de Sémiramis.

Il compose Les Aventures du Roi Pausole, une opérette à succès d'après un roman de Pierre Louÿs.

Vers les année 1930, il manifeste un pessimisme qui deviendra caractéristique «ce qui est entendu vaut mieux que ce qui a été dit». Sa production est moins dense jusqu'en 1934, où il compose également des musiques pour la radio et le cinéma (23 jusqu'en 1939).

Alors qu'il n'arrive pas à concrétiser son projet de spectacle sur Jeanne d'Arc, en novembre 1934, Ida Rubinstein le met en rapport avec Paul Claudel, ambassadeur en Belgique. Après un refus, Claudel fournit le livret de Jeanne au bûcher vers la mi-décembre (ainsi que la Sagesse ou la Parabole du Festin pour Milhaud). Après quelques répétitions, le projet est abandonné, faute de programmation. Jeanne au bûcher est enfin créé à Bâle avec un immense succès, en 1938 grâce à Paul Sacher.

Paul Claudel, Arthur Honegger et Jean-Louis Barrault.

En, 1936, il est aux côtés du mouvement populaire. Il participe à 14 juillet, écrit par Romain Rolland, puis à un autre spectacle, Liberté, et à Construction d'une cité, écrit par Jean-Richard Bloch. Il met en musique Jeunesse, un poème de Paul-Vaillant Couturier.

Encouragés par le succès de Jeanne au bûcher Claudel et Honegger créent la Danse des morts sur des textes bibliques, créée par Paul Sacher à Bâle en 1940. À la même époque, Honegger compose l'oratorio Nicolas de Flue sur un texte de Denis de Rougemont.

Pendant l'occupation, il enseigne à l'École Normale de musique. Il est un compositeur célébré et pour ses 50 ans, Charles Münch dirige la Seconde Symphonie et Jeanne d'Arc au bûcher. Il participe à la rédaction de « Comoedia » et couvre en 1941 le Festival Mozart de Vienne.

En 1945 et 1946, il compose la Symphonie liturgique et la Quatrième symphonie.

En juillet 1947, lors d'une tournée aux États-Unis, il est atteint par des accidents cardiaques. Il revient en France en novembre et reprend le cours de ses activités et de ses voyages. En 1950, il compose la Cinquième symphonie (en ré), en 1951, la Monopartita, en 1953, Une Cantate de Noël. La même année, il est membre de l'Institut. En 1954, il est Grand Officier de la Légion d'honneur.

Catalogue des œuvres

Écrits

Bibliographie

Discographie

Honegge
Symphonie n° 1
Pastoral d'été
Pacific 231
Rugby
Mouvement symphonique n° 3
Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunk
Charles Dutoit, dir.
ERATO ECD 88171
Symphonie No. 1 : 01 / Allegro Marcato (05:42) - 02 / Adagio (09:10)
03 / Presto-Andante tranquillo (07:16) - 04 / Pastorale d'éte (08:23) - 05 / Pacific 231 (06:24) - 06 / Rugby (07:53) - 07 / Mouvement Symphonique n° 3 (09:42)

Arthur Honegger
Nicolas de Flue
Livret de Denis de Rougemont
Choeurs Pro Arte de Lausanne
Choeurs de Chambre romand
Choeurs d'enfants « Les copains d'abord »
Choeur de Chambre de l'Université de Fribourg
Collège de cuivres de Suisse romande
dir. André Charlet
VEL 1021, 1992
1. Act I: La Montee Au Ranft - 2. Act II: Chant Des Pelerins - 3. Act II: Etoile Du Matin - 4. Act II: Recitatif Du Guetteur - 5. Act II: Corteges - 6. Act II: Tout Un Peuple A Prete L'oreille - 7. Act II: Dieu L'a Voulu - 8. Act II: Ainsi Les Affaires Du Monde - 9. Act II: Choeur Des Puissances - 10. Act II: Victoire Et Malheur - 11. Act III: Marche Des Ambassadeurs - 12. Act III: Compagnons De La Follevie - 13. Act III: Fanfare De La Diete - 14. Act III: Demain La Guerre - 15. Act III: Nicolas, Souviens-Toi - 16. Act III: Parmi Nous, Peuple, Parmi Nous - 17. Act III: Solitaire - 18. Act III: Il Descend - 19. Act III: Terre Et Cieux, Pretez L'oreille ! - 20. Act III: Ecoute-Moi, Mon Peuple - 21. Act III: Recitatif Des Cloches Et Choeur Final - 22. Act I: Prologue - 23. Act I: Chanson Des Enfants - 24. Act I: Fanfare - 25. Act I: Souviens-Toi - 26. Act I: Il S'en Va (1 Et 2 Strophes) - 27. Act I: Solitaire, Solitare ! - 28. Act I: La Priere De Nicolas - 29. Act I: Dure Est La Peine - 30. Act I: Il S' En Va (3 Strophe)

Honegger
Le Roi David
Christianne Eda-Pierre - Martha Senn - Tibere Rafalli - Daniel Mesguich - Annie Gaillard
Choeur & Orchestre de la philarmonique tchèque
Serge Baudo, dir.

  1. Introduction - Psaumes - Cantiques
  2. Lamentations de Guilboa
  3. Cantique de f te - Danse devant L'Arche
  4. Cantique - Chant de la servante
  5. Psaumes - Marches - La mort de David

 

Jean-Marc Warszawski 17 juillet 2003
Révision 17 juillet 2005
Révision miroir de page et iconographie, 13 janvier 2018

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Mardi 10 Avril, 2018