musicologie

Biographies musicales

S'abonner au bulletin

 

 

Honegger Arthur

1892-1955

|| catalogue des oeuvres ||  écrits || bibliographie || discographie ||

 

 

Né au Havre le 10 mars 1892, mort à Paris le 27 novembre 1955.

De Suisse, la famille est installée au Havre où le père est négociant en café. Sa mère Julie Ulrich joue du piano en amateur. Il étudie le violon chez un professeur du nom de Santreuil. , et joue parfois à deux violon et piano avec sa mère et un ami de la famille, ensemble pour lequel il tente ses premières compositions.

En 1909 il est inscrit au conservatoire de Zurich et en 1911 au conservatoire de Paris. Il suit les cours de Lucien Capet pour le violon et la classe de contrepoint d'André Gédalge où il rencontre Darius Milhaud et Jacques Ibert.

En 1913, la famille Honegger retourne en Suisse.

En 1915, il est mobilisé quelques mois en Suisse. Il entre dans la classe de composition de Widor, étudie avec Vincent d'Indy la direction d'orchestre.

1918, quand il quitte le conservatoire avec pour toute récompense un second accessit de contrepoint, il a quelques compositions à son catalogue : des mélodies, sons Premier quatuor, un poème symphonique, Le Chant de Nigamon. Il s'est lié avec Apollinaire, Max Jacob, Blaise Cendrars, Pablo Picasso, Erik Satie, Jane Bathori, quelques unes de ses oeuvres ont été créées.

Le 2 décembre 1918, son Dit des Jeux du monde fait scandale au Théâtre du Vieux-Colombier à Paris.

En janvier 1920, se tient une soirée musicale chez Darius Milhaud, avec Louis Durey, Georges Auric, Germaine Tailleferre, Francis Poulenc, Arthur Honegger, Jean Cocteau, et Henri Collet. C'est à ce dernier, journaliste et compositeur qui «invente» le Groupe des Six, dans un article qu'il fait paraître dans Comoedia.

De gauche à droite : en bas à gauche, Germaine Tailleferre ;
au-dessus  de face, Darius Milhaud ; derrière de profil,
Arthur  Honegger ; au fond, debout de profil, Louis Durey
de face,  Francis Poulenc ; en haut à droite, Jean  Cocteau ;
assis à droite, Georges Auric 

= Le groupe des six  ( Jean Cocteau au piano) :
De gauche à droite : Darius Milhaud, Georges Auric, Arthur Honegger,
Germaine Tailleferre, Francis Poulenc, Louis Durey. 

Je n'ai pas le culte de la foire, ni du music-hall, mais au contraire celui de la musique de chambre et de la musique symphonique dans ce qu'elle a de plus grave et de plus austère. J'attache une grande importance à l'architecture musicale, que je ne voudrais jamais voir sacrifiée à des raisons d'ordre littéraire ou pictural. J'ai une tendance peut-être exagérée à rechercher la complexité polyphonique. Je ne cherche pas, comme certains musiciens anti-impressionnistes, un retour à la simplicité harmonique. Je trouve, au contraire, que nous devons nous servir des matériaux harmoniques créés par cette école qui nous a précédés, mais dans un sens différent, comme base à la ligne et à des rythmes. Bach se sert des éléments de l'harmonie tonale comme je voudrais me servir des superpositions harmoniques modernes.

Arthur Honegger, septembre 1920

En 1921, il compose la musique du Roi David, un spectacle de René Morax, directeur du Théâtre du Jorat à Mézières en Suisse qui obtient un vif succès. En 1924, il crée à Paris une forme retravaillée en oratorio de cette partition. En 1923, Pacific 231, scèle la célébrité du compositeur.

En 1924, Honegger et Morax veulent renouveler le succès du Rois David avec un autre spectacle : Judith. Ce spectacle, comme pour le Roi David est par la suite remanié en oratorio, mais aussi en opéra pour l'Opéra de Monte-Carlo.

A Mézières en 1925, à l'époque de la création de Judith :
De gauche à droite, debout : René Morax, Jean de Miéville (metteur en scène),
Alexandre Cingria  Assis : Arthur Honegger, M. Favre,
Pierre Alcover (acteur), Claire Croize (cantatrice), Jean Morax

Andrée Vaurabourg, Jean Cocteau, Arthur Honegger

Ida Rubinstein.. Portait par  Romaine Brooks - 1917  (détail). National Museum of American Art. Washington 

Paul Valéry

Après une liaison avec la  soprano Claire Croiza dont ils ont un fils, il se marie le 10 mai 1926 avec Andrée Vaurabourg. En raison de besoin de solitude du compositeur, le couple vit séparé. Il dédie à son épouse l'opéra Antigone, d'après la pièce de Jean Cocteau. Créé au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles en 1928, puis à Essen, cet opéra n'a pas de succès. Il est recréé à l'Opéra de Paris en 1943.

En 1929, il fait la connaissance de Paul Valéry par l'entremise d'Ida Rubinstein. Valéry donnera les textes d'Amphitrion puis en 1933 de Sémiramis.

Il compose Les Aventures du Roi Pausole, une opérette à succès d'après un roman de Pierre Louÿs.

Vers les année 1930, il manifeste un pessimisme qui deviendra caractéristique «ce qui est entendu vaut mieux que ce qui a été dit». Sa production est moins dense jusqu'en 1934, où il compose également des musiques pour la radio et le cinéma (23 jusqu'en 1939).

Alors qu'il n'arrive pas à concrétiser son projet de spectacle sur Jeanne d'Arc, en novembre 1934, Ida Rubinstein le met en rapport avec Paul Claudel, ambassadeur en Belgique. Après un refus, Claudel fournit le livret de Jeanne au bûcher vers la mi-décembre (ainsi que la Sagesse ou la Parabole du Festin pour Milhaud). Après quelques répétitions, le projet est abandonné, faute de programmation. Jeanne au bûcher est enfin créé à Bâle avec un immense succès, en 1938 grâce à Paul Sacher.

Arthur Honegger et Paul Claudel

En, 1936, il est aux côtés du mouvement populaire. Il participe à 14 juillet, écrit par Romain Rolland, puis à un autre spectacle, Liberté, et à Construction d'une cité, écrit par Jean-Richard Bloch. Il met en musique Jeunesse, un poème de Paul-Vaillant Couturier.

Encouragés par le succès de Jeanne au bûcher Claudel et Honegger créent la Danse des morts sur des textes bibliques, créée par Paul Sacher à Bâle en 1940. A la même époque, Honegger compose l'oratorio Nicolas de Flue sur un texte de Denis de Rougemont.

Pendant l'occupation, il enseigne à l'École Normale de musique. Il est un compositeur célébré et pour ses 50 ans, Charles Münch dirige la Seconde Symphonie et Jeanne d'Arc au bûcher. Il participe à la rédaction de « Comoedia » et couvre en 1941 le Festival Mozart de Vienne

En 1945 et 1946, il compose la Symphonie liturgique et la Quatrième symphonie.

En juillet 1947, lors d'une tournée aux États-Unis, il est atteint par des accidents cardiaques. Il revient en France en novembre et reprend le cours de ses activités et de ses voyages. En 1950, il compose la Cinquième symphonie (en ré), en 1951, la Monopartita, en 1953, Une Cantate de Noël. La même année, il est membre de l'Institut. En 1954, il est Grand Officier de la Légion d'honneur.

Catalogue des œuvres

  • 1903, Philippa, opéra sur un livret d' Honegger [non orchestré, inédit]
  • 1904, Sigismond, opéra [perdu]
  • 1906-1908, 3 mélodies de J. Moréas, Hérold, Guillard pour voix et piano [perdu]
  • 1907, La Esmeralda, opéra d'après Notre-Dame de Paris de Victor Hugo [inachevé, inédit ] —  Oratorio du Calvaire [perdu]
  • 1912, Sonate pour violon et piano en ré mineur (« N° Zéro  »)
  • 1913-1917, Quatuor à cordes n°1 en ut mineur
  • 1914 (avant 1914), 2 mélodies [perdu] — Trio en fa mineur pour violon, violoncelle et piano
  • 1914-1916, 4 poèmes pour voix et piano sur des poèmes d'A. Fontaines, Jean Laforgue, Francis Jammes, A. Tchobanian [n°4 orchestré par Hoérée en 1930] — Quatre Poèmes pour voix moyenne et piano :  Sur le Basalte (André Fontainas) ; Petite Chapelle (Jules Laforgue) ; Prière (Francis Jammes) ; La mort passe (Archag Tchobanian)
  • 1915-1916, 6 poèmes pour voix et piano sur des poème de Guillaume Apollinaire [1, 3-6 orchestrés par Hoérée]
  • 1915-1919, Trois Pièces pour piano (Prélude - Hommage à Ravel - Danse)
  • 1916, 3 poèmes pour voix et piano sur des poèmes de Paul Fort [n° orchestré] — Toccata et Variations pour piano — Trois poèmes de Paul Fort : Le Chasseur perdu en forêt ; Cloche du soir ; Chanson de fol 
  • 1916-1917, Prélude pour Aglavaine et Sélysette pour orchestre d'après Maeterlinck — Six Poèmes d'Apollinaire pour voix et piano : A la Santé  ; Clotilde  ; Automne ; Saltimbanques ; L'Adieu ; Les Coches
  • 1916-1918, Première Sonate pour violon et piano en ut dièse mineur
  • 1917, Fugue et Choral pour orgueLe chant de Nigamon pour orchestre d'après G. Aymard — Nature morte pour voix et piano sur un poème de Vanderpyl — Nature morte pour voix et piano sur un poème de Vanderpyl — Rapsodie en fa majeur pour 2 flûtes, clarinette et piano ; ou 2 violons, alto et piano ; ou flûte, hautbois, clarinette et piano.
  • 1918 [avant 198], Vivace ( danse) pour orchestre [inédit] — Cantique de Pâques, sur un texte d'Honegger pour voix solistes, chœur, orchestré en 1922 — La mort de sainte Alméenne, Opéra sur un livret de max Jacob, [inédit, Interlude orchestré en 1920] — Le dit des jeux du monde, ballet sur un argument de P. Méral, créé 2 décembre 1918 au théâtre du Vieux-Colombier à Paris
  • 1919, Deuxième Sonate pour violon et piano en si — musique de scène pour La danse macabre de C. Larronde [perdu]
  • 1919-1920, Sept Pièces Brèves pour piano
  • 1920 (avant 1920), La Nuit est si profonde  sur un poème anonyme — (avant 1920), La nuit est si profonde, pour voix et orchestre [inédit] — Cadence pour le «  Cinéma-Fantaisie  » d'après «  Le Bœuf sur le toit  » de D. Milhaud pour violon seul — Hymne pour dixtuor à cordes en si mineur pour 4 violons, 2 altos, 2 violoncelles et 2 contrebasses — Orchestration d'une mélodie de Musorgsky [predu] — Pâques à New York pour mezz et quatuor de cordes sur un poème de Blaise Cendrars — Pastorale d'été pour orchestre —   Sarabande (extraite de l'Album des Six)  pour piano — Sonate pour alto et piano Sonate pour violoncelle et piano en ré mineur — Sonatine pour deux violons en sol majeur — Trois Fragments extraits de Les Pâques à New-York sur un poème de Blaise Cendrars pour mezzo-soprano et quatuor de cordes —   Vérité ? Mensonge ? ballet sur un argument d'A. Hellé, créé au Salon d'Automne de Paris le 25 novembre 1920 [inédit]
  • 1920-1923, 6 poésies pour voix et piano sur des poèmes de Jean Cocteau [arrangées par  Hoérée pour voix et quatuor de cordes] — Six poésies de Jean Cocteau pour voix et piano : Le Nègre ; Locutions ; Souvenirs d'Enfance ; Ex-Voto ; Une Danseuse ; Madame
  • 1921, Danse de la Chèvre pou rflûte seuleDanse de la chèvre, ballet pour «La mauvaise pensée» de S. Derek, créé au Nouveau Théâtre de Paris le 2 décembre 1921 — La noce massacrée (Marche funèbre) ballet pour «Les mariés de la tour Eiffel» de Jean Cocteau [collabora tion au Groupe des SIx], créé au théâtre des Champs-Elysées à Paris le , 18 juin 1921
  • 1921-1922, Horace victorieux, ballet sur un argument de G.-P. Fauconnet d'après T. Livius), créé en concert à Lausanne le 31 octobre 1921, en ballet au Stadttheater d'Essen le 11 janvier 1928 — Skating Rink, ballet sur un argument de R. Canudo, créé au Théâtre desChamps-Elysées à Paris le 20 janvier —  Sonatine pour clarinette en la et piano (également pour violoncelle et piano)
  • 1921-1923, Le Cahier romand  pour piano
  • 1922, Fantasio, ballet sur un argument de G. Wague, 1922 [inédit, non représenté] — Le roi David, psaume symphonique sur un texte de R. Morax, pour voix solistes, choeur, orchestre de chambre [version de concert de la musique de scène de 1921, revisé pour  voix solistes, chœur et orchestre en 1923 — musique de scène pour Antigone de Sophocles dans la traduciton de Jean Cocteau — musique de scène pour Le roi David de R. Morax [version de concert en 1922] — musique de scène pour Saül d'André Gide [inédit] — Trois Contrepoints pour Petite flûte, hautbois (cor anglais), violon, et violoncelle
  • 1922-1823, Chant de joie pour orchestre
  • 1923, Chanson de Fagus pour voix de soprano, choeur, piano — Deux chants d'Ariel (de La Tempête de Shakespeare, traduction de Guy de Pourtalès ), pour soprano (orchestré et réduction pour piano) [ Venez jusqu'à ces sables d'or ; Où butine l'abeille] — Pacific 231, mouvement symphonique n° 1
  • 1923-1929, musique de scène pour La tempête deWilliam Shakespeare, traduction de G. de Pourtalès
  • 1924, Chanson de Ronsard pour voix et piano (flûte, quatuor de cordes) — Chanson sur un poème de Ronsard pour voix et piano (version orchestrée) — concertino pour piano
  • 1924-1925, musique de scène pour Judith de R. Morax [révisé en 1927 en oratorio] — Sous-marine, ballet sur un argument de C. Ari, Créé à l'Opéra-Comique de ¨Paris le 27 juin 1925 [inédit]
  • 1925, Hommage du Trombone exprimant la tristesse de l'auteur absent pour Trombone et piano — Judith, opéra sur un livret de R. Morax, créé à l'Opéra de Monte-Carlo le 13 février 1926 — La Neige sur Rome de L'Impératrice aux Rochers  pour piano — musique de scène pour L'impératrice aux rochers ( Un miracle de Nôtre-Dame) de S.-G. de Bouhélier [avec une suite orchestrale]
  • 1926, 3 chansons de la petite Sirène pour voix et piano (flûte, quatuor de cordes) sur des poèmes de R. Morax — musique de scène pour La petite sirène de R. Morax, d'après Andersen — musique de scène pour Phèdre de G. d'Annunzio, 1926 [avec suite d'orchestre, inédit] — musique de scène pour Pour le cantique de Salomon sur un texte biblique — Trois Chansons de La Petite Sirène sur de spoèmes de René Morax d'après Andersen : Chanson des Sirènes ; Berceuse de la Sirène ; Chanson de la Poire
  • 1926-1929, Suite  pour pianod'après les Trois Contrepoints
  • 1927, Antigone, opéra sur un livret de Jean Cocteau d'après Sophocle, créé au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles le 18 décembre 1927 — Judith oratorio sut un texte de R. Morax pour voix solistes, choeur, orchestre [version de concert de la musique de scène de 1924-1925]
  • 1927-1929, Arioso pour violon et piano
  • 1928, Hommage à Albert Roussel  pour piano — Les noces d'amour et de psyché, ballet sur un argument d'Ida Rubinstein (orchestration du Prélue de fugue en do majeur BWV 545) — Roses de métal, ballet sur un argument d'E. de Gramont, créé à la Salle Oedenkoven à Paris le 3 juin 1928 [perdu saus un mouvement] — Rugby mouvement symphonique n°2
  • 1929, Amphion, ballet sur un argument de Paul Valéry, créé à l'Opéra de Paris le 23 juin 1931 — Concerto pour violoncelleVocalise-Etude pour voix et piano — Vocalise-Étude, 1929
  • 1929-1930, Les aventures du roi Pausole, operette sur un livret d' A. Willemetz d'après Pierre Louÿs, créé au Théâtre des Bouffes-Parisiens à Paris le 12 décembre 1930 —   Symphonie n° 1, 1929–30
  • 1930-1931, Cris du monde, oratorio sur un texte de  R. Bizet d'après «Hymn to Solitude» de J. Keats pour voix solistes, chœur d'enfants, chœur mixte, orchestre] — Suite  pour piano d'après Les Aventures du Roi Pausole
  • 1931, La belle de Moudon, operette sur un livret de R. Morax, créé à Mézières (Jorat) le 30 mai [inédit]
  • 1932, Le grand étang pour voix et piano (ou orchestre) sur un poème de Jean Tranchant [inédit] — Prélude pour la sous-basse et pianoPrélude, Arioso, Fughette sur le nom de Bach  pour piano — Sonatine pour violon et violoncelle en mi mineur
  • 1932-1933, m ouvement symphonique n° 3
  • 1933, musique pour Les douze coups de minuit pièce radiophonique de C. Larronde
  • 1933-1934, Sémiramis, ballet sur un argument de Paul Valéry, créé à l'Opéra de Parisle 11 mai 1934 [inédit]
  • 1934, Petite Suite pour 2 instruments et piano
  • 1934-1935, Quatuor à cordes n°2 en ré
  • 1935, Icare, ballet sur un argument de Serge Lifar, créé à l'Opéra de Paris le 9 Juillet 1935 [inédit] — Jeanne d'Arc au bûcher, oratorio dramatique sur un texte de Paul Claudel [prologue ajouté en 1944] — Radio-panoramique, pièce chorale jouée en 1935 [inédit]
  • 1935-1937, chansons pour voix et piano sur des poèmes de (R. Kerdyk
  • 1936, Fièvre jaune, pour voix et piano sur un poème de Nino
  • 1936, Largo pour cordes [inédit] — musique de scène pour 14 Juillet de Romain Rolland — Nocturne  pour orchestre [réutilisation partielle du ballet Sémiramis]
  • 1936-1937, L'aiglon, opéra sur un livret de  H. Cain d'après Edmond Rostand (actes 2–4 de Honegger ; 1 et  5 de Jacques Ibert), créé à l'Opéra de MOnte-Carlo le 10 mars 1937 — Le cantique des cantiques, ballet sur un argument de G. Boissy et Serge  Lifar), créé à l'Opéra de Paris le 2 février 1938 — Les milles et une nuits cantique sur un texte de J.-C. Mardrus d'après Les Mille et une nuits, pour soprano, ténor et quatre ondres Martenot [inédit] — Quatuor à cordes n°3 en mi
  • 1937, Armistice pour voix et piano sur un poème de Kerdyk [inédit] — Jeunesse pour voix et piano (orchestre) sur un poème de Paul Vaillant-Couturier [utilisé dans la musique du film Visage de femme] — Les petites cardinal, operette sur un livret de Willemetz et a. Brach d'après L. Halévy), 1937, créé le 13 février 1937 au Théâtre des  Bouffes-Parisiens de Paris [avec la collaboration de Jacques Ibert] — musique de scène pour La construction d'une cité de Jean-Richard. Bloch [avec la collaboration de Darius Milhaud, Jean  Wiener et Désormière — musique de scène pour Liberté sur divers textes — Scenic Railway  pour piano — Tuet's weh ?, pour voix et piano; chanson à boire d'après W. Lesch [inédit] —
  • 1937-1938, Allegretto pour orchestre [inédit]
  • 1938, Hommage au travail pour voix et piano sur un poème de M. Senart — La danse des morts, cantique sur un texte de Paul Claudel pour récitant, voix solistes, chœur et orchestre — L'alarme œuvre chorale perdue
  • 1938-1939, Nicolas de Flue, légende dramatique sur un texe de D. de Rougement pour chœur et orchestre
  • 1938-1944, Passion de Selzach sur un texte de C. von Arx (inachevé, inédit]
  • 1939, musique de film pour Cavalcade d'amour de Bernard [avec le collaboration de Darius Milhaud et Désormière] — musique de film pour Le déserteur ( Je t'attendrai) de L. Moguy [avec la collaboration d' H. Verdun et autres] — O salutaris pour voix et piano ou harpe (liturgie) — O Salutaris,   extrait du film «Cavalcade d'Amour» pour voix et piano (version avec harpe ou orgue) — Possèdes-tu, pauvre pécheur ? pour voix et piano [inédit]
  • 1939-1940, 3 poèmes pour voix et piano sur des poèmes de Paul Claudel — Trois Poèmes de Claudel : Sieste ; Le Delphinium ; Le Rendez-vous
  • 1940, Gradus – en avant (marche de défilé) — La naissance des couleurs, ballet sur un argument d'E. Klausz et R. Morax, orchestré en 1949, créé à l'Opéra de Paris le 22 juin [inédit] — musique pour Christophe Colomb pièce radiophonique de W. Aguet — Partita pour deux pianosSonate pour violon seul en ré mineur —
  • 1940-1941, 3 psaumes (34, 140, 138) — Symphonie n° 2 «Symphonie pour cordes», cordes, trompette ad libitum — Trois Psaumes : Psaume XXXIV  Jamais ne cesserai (Théodore de Bèze) ; Psaume CXL O Dieu donne-moi délivrance (Théodore de Bèze) ; Psaume CXXXVIII Il faut que tous mes esprits (Clément Marot) — Le mangeur de rêves, ballet sur un argument de (H. R. Lenormand), Créé à la Salle Pleyel de Paris le 21 juin 1941 [perdu] — L'Ombre de la Ravine pour flûte, harpe, 2 violons, alto, violoncelle. — musique de scène pour 800 mètres d'A. Obey [perdu] — musique de scène pour La ligne d'horizon de S. Roux [inédit] — musique de scène pour La mandragore de Machiavel [inédit] — musique de scène pour Les suppliantes d'Éschyle, traduction d'A. Bonnard [inédit] — musique de scène pour L'ombre de la ravine J. M. Synge [inédit] — Petit Cours de Morale sur des poèmes de Jean Giraudoux : Jeanne ; Adèle ; Cécile ; Irène ; RosemondePetits Airs sur une basse célèbre  pour piano — Petits cours de morale (J. Giraudoux) —   Saluste du Bartas (P. Bédat de Montlaur) — Saluste du Bartas (Six Villanelles) sur des poèmes de Pierre Bédat de Monlaur :   Le Château du Bartas ; Tout le long de la Baïse ; Le Départ ; La Promenade ; Nérac en fête ; Duo
  • 1942, Le grand barrage pour orchestre — 1942, musique de film pour Le journal tombe à 5 heures de G. Lacombe, d'après O. P. Gilbert — 1942, musique de film pour   Huit hommes dans un château de R. Pottier [avec la collaboration d'Hoérée) — musique de film pour La boxe en France de L. Gasnier-Raymond [avec la collaboration d'André Jolivet] —  musique de film pour Les antiquités de l'Asie occidentale de H. Membrin [inédit] —  musique de film pour Secrets de P. Blanchart, d'après Tourgueniev [inédir] —  Musiques pour «France-actualités» — Chant de libération sur un rtexte de B. Zimmer pour baryton, chœur à l'unisson et orchestre
  • 1942-1943, Céline sur un poème de Georges-Jean Aubry pour voix et piano (orchstré)
  • 1942-1944, Deux Esquisses  pour piano
  • 1943, Callisto ( La petite nymphe de Diane) sur un texte de A. Marty [avec la collaboration de Roland Mannuel et P. Noël] — Céline pour voix et piano sur un poème de G. J. Aubry [perdu] — L'appel de la montagne, ballet sur un argument de R. F. le Bret, 1943, orchestré en 1945, créé à l'Opéra de Paris le 9 juillet 1945 [inedit] — musique de film pour Mermoz de L. Cuny [réutilisation de la musique de scène pour Un oiseau blanc s'est envolé, 1937, 2 suites orchestrales] — musique de film pour La nativité de Marty [inachvé, inédir] — musique de film pour Le capitaine fracasse d'Abel Gance d'après Théophile Gautier — musique de film pour Un seul amour de Blanchart, d'après Honoré de Balzac — musique de scène pour Le soulier de satin de Paul Claudel — musique de scène pour Sodome et Gomorrhe de Jean Giraudoux [inédit] — musique pour Pasiphé pièce radiophonique de Henri de Montherlant — Panis angelicus pour voix et piano — Panis Angelicus sur un texte latin pour voix et piano) — Un oiseau blanc s'est envolé, ballet sur un argument de Sacha Guitry, créé au Théâtre des Champs-Elysées [inédit, retravaillé pour le film «Mermoz»]
  • 1944, musique de scène pour Charles le Téméraire de R. Morax —  musique pour Battements du monde pièce radiophonique de Aguet
  • 1944-1945, 4 chansons pour voix grave sur des poèmes d'A. Tchobanian, W. Aguet, P. Verlaine, P. de Ronsard [n° 3 orchestrée, n° 2 d'après le musique de la pièce radiophonique Christophe Colomb]
  • 1945, Chota Roustaveli, ballet sur un argument de N. Evreinoff et Serge Lifar d'après C. Roustaveli (evec la collaboration de A. Tcherepnin et  T. Harsányi, créé à l'Opéra de Paris le 14 mai 1946 [inédit] — Morceau de concours pour violon et piano —  musique de film pour Un ami viendra ce soir de Bernard — O temps suspends ton vol pour voix et piano sur un poème d'Henri Martin [inédit] — O Temps suspends ton vol sur un poème d'Henri Martin — Paduana pour violoncelle seul en sol majeur — Sérénade à Angélique pour orchestre
  • 1945-1946, musique de film pour Les démons de l'aube d'Yves Allégret [avec le collaboration d'Hoérée] — Symphonie liturgique (Symphonie n°.3)
  • 1946, Mimaamaquim (Psaume 130) pour voix et piano sur  [orchestré]
  • 1946, musique de film pour Un revenant de Christian-Jacques — musique de scène pour Hamlet de William Shakespeare, traduction d« André Gide — musique de scène pour Oedipe de Sophocles, traduction de Obey (inédit] — musique de scène pour Prométhée d'Éschyle, traduction de Bonnard [inédit] — Quatre Chansons pour voix grave : La douceur de tes yeux (Archag Tchobanian) ; Derrière Murcie en fleurs (William Aguet) ; Un grand sommeil noir (Paul Verlaine) ; La terre les eaux va buvant (Pierre de Ronsard) — Sortilèges, ballet sur un argument de L. Bederkhan, créé en été 1946 à la  Comédie des Champs-Elysées [perdu] — Symphonie n°.4 «Deliciae basiliensis»
  • 1947, Intrada pour trompette en ut et piano en si bémol majeur — Mimaamaquim (Psaume CXXX)
  • 1948, Concerto da camera pour flûte, cor anglais, cordes — musique de scène pour L'état de siège d'Albert Camus [perdu]
  • 1948-1949, musique pour Saint François d'Assise pièce radiophonique de Aguet
  • 1949, musique pour Marche contre la mort pièce radiophonique d' Antoine de Saint-Exupéry
  • 1949-1950, musique pour Tête d'or pièce radiophonique de Claudel
  • 1950, De la musique, ballet sur un argument de R. Wild, 1950 [non représenté, perdu] — musique de film pour Bourdelle de R. Lucot [inédit] —   Symphonie n° 5 «Di tre re»
  • 1950-1951, Suite archaïque pour orchestre
  • 1951, Monopartita pour orchestre —  musique de film pour La tour de Babel de G. Rony [avec la collaboration de Harsányi et d'Hoérée, inédit]unpubd   — musique de film pour Paul Claudel d'A. Gillet [inédit] — musique de scène pour On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de  [perdu] — musique pour La rédemption de François Villon pièce radiophonique de J. Bruyr — Toccata sur un thème de Campra pour orchestre
  • 1952, musique de scène pour Oedipe roi de Sophocles, traduction de T. Maulnier [onédit]
  • 1952-1953, Romance pour flûte et piano en sol mineur — Une cantate de Noël cantique de Noël sur des texte liturgiques populaires pour baryton, choeuir d'enfqnts, chœur mixte, orchestre [sur des esquisses de la passion de Selzach]
  • sd. Chevauchée pour orchestre — sd., Colloque pour Flûte, célesta, violon et alto   — sd., Introduction et Danse pour Flûte, harpe (ou piano ad lib.), violon, alto, violoncelle — sd., Pathétique pour orchestre — sd., Petite pièce en sol  pour piano(Très modéré)

Écrits

  • Incantations aux fossiles. Lausanne 1948
  • Je suis compositeur. Paris 1951 [traduction anglaise 1966]

Bibliographie

  • BRUYR J., Honegger et son oeuvre, Paris 1947
  • CALMEL H., Écrits. Genève & Paris 1992
  • CLAUDEL PAUL ET COLLECTIF,   Arthur Honegger. Paris 1942
  • FESCHOTTE J., Arthur Honegger. Paris 1966
  • GAUTHIER A., Arthur Honegger, London 1957
  • GEORGE A. Arthur Honegger. Paris 1926
  • GÉRARD C., Arthur Honegger : catalogue succinct des oeuvres. Bruxelles 1945
  • GUILBERT Y.(éditeur), Arthur Honegger. Paris 1959
  • HALBREICH H., Arthur Honegger. Paris 1992
  • LANDOWSKI MARCEL, Honegger. Paris 1957
  • M. DELANNOY, Arthur Honegger, Paris 1953 ; 1986 (édition revue)
  • MAILLARD J. H. O. ET J. NAHOUM, Les symphonies d’Arthur Honegger. Paris 1974
  • MATTER J., Honegger, ou la quête de joie (London and Paris, 1956)
  • MEYLAN P., Arthur Honegger : humanitäre Botschaft der Musik. Frauenfeld, Stuttgart 1970
  • —, René Morax et Arthur Honegger au Théâtre du Jorat. Lausanne and Paris 1966
  • PAVCHINSKY S., Simfonischeskoye tvorchestvo A. Oneggera. Moscow 1972
  • RAPPOPORT L., Artur Onegger. Leningrad 1967
  • REICH W. (éditeur), Arthur Honegger : Nachklang: Schriften, Photos, Dokumente Zürich 1957
  • ROLAND-MANUEL, Arthur Honegger. Paris 1925
  • ROY JEAN, Le roi David d'Arthur Honegger. Lyons 1992
  • SÏSSOYEVA YE., Simfoniy A. Honeggera, Moscow 1975
  • SPRATT G. K., Catalogue des oeuvres d'Arthur Honegger. Genève & Paris 1986
  • —, The Music of Arthur Honegger. Cork 1987
  • SZÖLLÖSY A., Arthur Honegger, Budapest 1961 ; 1980 (seconde édition)
  • TAPPOLET W., Arthur Honegger. Zürich 1933 ; 1954 (seconde édition revue)
  • VON FISCHER K., Arthur Honegger, Zürich 1978
  • VOSS H. D., Arthur Honegger, Le roi David. Munich & Salzburg 1983

Discographie

Honegge
Symphonie n° 1
Pastoral d'été
Pacific 231
Rugby
Mouvement symphonique n° 3
Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunk
Charles Dutoit, dir.
ERATO ECD 88171
Symphonie No. 1 : 01 / Allegro Marcato (05:42) - 02 / Adagio (09:10)
03 / Presto-Andante tranquillo (07:16) - 04 / Pastorale d'éte (08:23) - 05 / Pacific 231 (06:24) - 06 / Rugby (07:53) - 07 / Mouvement Symphonique n° 3 (09:42)

Arthur Honegger
Nicolas de Flue
Livret de Denis de Rougemont
Choeurs Pro Arte de Lausanne
Choeurs de Chambre romand
Choeurs d'enfants « Les copains d'abord »
Choeur de Chambre de l'Université de Fribourg
Collège de cuivres de Suisse romande
dir. André Charlet
VEL 1021, 1992
1. Act I: La Montee Au Ranft - 2. Act II: Chant Des Pelerins - 3. Act II: Etoile Du Matin - 4. Act II: Recitatif Du Guetteur - 5. Act II: Corteges - 6. Act II: Tout Un Peuple A Prete L'oreille - 7. Act II: Dieu L'a Voulu - 8. Act II: Ainsi Les Affaires Du Monde - 9. Act II: Choeur Des Puissances - 10. Act II: Victoire Et Malheur - 11. Act III: Marche Des Ambassadeurs - 12. Act III: Compagnons De La Follevie - 13. Act III: Fanfare De La Diete - 14. Act III: Demain La Guerre - 15. Act III: Nicolas, Souviens-Toi - 16. Act III: Parmi Nous, Peuple, Parmi Nous - 17. Act III: Solitaire - 18. Act III: Il Descend - 19. Act III: Terre Et Cieux, Pretez L'oreille ! - 20. Act III: Ecoute-Moi, Mon Peuple - 21. Act III: Recitatif Des Cloches Et Choeur Final - 22. Act I: Prologue - 23. Act I: Chanson Des Enfants - 24. Act I: Fanfare - 25. Act I: Souviens-Toi - 26. Act I: Il S'en Va (1 Et 2 Strophes) - 27. Act I: Solitaire, Solitare ! - 28. Act I: La Priere De Nicolas - 29. Act I: Dure Est La Peine - 30. Act I: Il S' En Va (3 Strophe)

Honegger
Le Roi David
Christianne Eda-Pierre - Martha Senn - Tibere Rafalli - Daniel Mesguich - Annie Gaillard
Choeur & Orchestre de la philarmonique tchèque
Serge Baudo, dir.

 

 

  1. Introduction - Psaumes - Cantiques
  2. Lamentations de Guilboa
  3. Cantique de f te - Danse devant L'Arche
  4. Cantique - Chant de la servante
  5. Psaumes - Marches - La mort de David

 

Jean-Marc Warszawski 17 juillet 2003
Révision 17 juillet 2005

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
Statistiques du site
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Jeudi 11 Décembre, 2014 21:49

musicologie.org