Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Gautier de Montdorge
Antoine
1701-1768

Né le 17 janvier 1701 à Lyon, mort à Paris, le 24 octobre 1768.

Écuyer lyonnais, receveur (maître) de la Chambre aux deniers du roi, auteur dramatique, il est surtout connu pour avoir composé le livret des Fêtes d'Hébé, mis en musique par Jean-Philippe Rameau en 1739. Il. aurait été voisin et ami de La Pouplinière, le mécène de Jean-Philippe Rameau. Il est membre et vétéran de l'Académie de Lyon.

Il fréquente le salon de la marquise de Belvo (Mademoiselle Ducrest, cousine germaine de madame de Genlis), dont il édite les Lettres écrites en 1743 et 1744, par une jeune veuve, au chevalier de Luzeincour.

À la fin de sa vie, son mariage avec la fille adultérine de la marquise de Belvo, adoptée un par couple tiers, fit scandale.

Catalogue des œuvres

Il a publié :

Belvo Marquise de (1728-17..), Quelques Lettres écrites en 1743 et 1744, par une jeune veuve, au chevalier de Luzeincour (par la Mise de Belvo, publiées par A. Gautier de Montdorge.) s.l., 1761 ; 1769

Écrits relatifs à la musique

Gautier de Montdorge Antoine (1701-1768), Réflexions d'un peintre sur l'Opéra.  [42 p.]

Bibliographie

Documents

Cabinet des Fées ou Collection choisie des Contes des Fées, (t.37), Paris 1786, p. 206-209

Mémoires inédits de Madame la comtesse de Genlis, sur le dix-huitième siècle et la révolution françoise depuis 1756 jusqu'à nos jours. Paris 1825, p. 95-96

M. de Mondorge avait une très-jolie conversation, remplie de traits piquans et d'anecdotes ; il avait un excellent ton, c'est le premier homme qui m'ait donné l'idée d'une conversation véritablement agréable. Je ne me lassais point de l'écouter. J'écrivais sans cesse, avec ma grosse vilaine écriture, des lettres énormes à la nièce d'un curé de Bourbon-Lancy : ma tante un jour en montra une de seize pages à M. de Mondorge, qui fit de cette lettre les éloges les plus exagérés. Il m'exhorta beaucoup à lire et à écrire, et me fit des prédictions très-flatteuses. Ce fut mon premier encouragement en ce genre. Les vers de M. de Mondorge me donnèrent l'envie d'en faire, j'en sentais parfaitement la mesure ; et la comédie et la tragédie, que j'avais tant jouées, m'avaient donné, dès ma première enfance, beaucoup de goût pour la poésie. Ma mère avait une femme de chambre qui s'appelait Victoire l'un de mes noms de baptême était celui de Félicité : ces deux noms joints a celui de mademoiselle de Mars, me donnèrent l'idée de ma première composition poétique; je fis là dessus les vers suivans :

M. de Mondorge, en pensant à mon âge (je venais d'avoir douze ans), fut dans un enchantement inexprimable de ces vers; il les écrivit, les montra a tout le monde, et peu de jours après, il me fit présent des Poésies sacrées et des Odes de J.-B. Rousseau, magnifiquement reliées en maroquin rouge. Six mois après, je savais paifaitement bien tous ces beaux vers, j'avais toujours dans ma poche un de ces petits volumes.

Barbier Antoine-Alexandre & Desessarts N. L. M., Nouvelle bibliothèque d'un homme de goût : entièrement refondue, corrigée et augmentée, contenant des jugemens tirés des journaux les plus connus et des critiques les plus estimés, sur les meilleurs ouvrages qui ont paru dans tous les genres, tant en France que chez l'étranger jusqu'à ce jour. A. Bertrand, Paris 1817, (2) p. 190-162

Bachaumont Louis Petit de, Mémoires secrets pour servir à l'histoire de la republique des lettres en France : depuis MDCCLXII jusqu'à nos jours; ou, Journal d'un observateur . A. Delahays, Paris 1859, p. 304 (29)

Meister Jacques-Henri, Taschereau Jules-Antoine, Chaudé A., Correspondance littéraire, philosophique et critique de Grimm et de Diderot, depuis 1753 jusqu'en 1790. Furne 1829

Journal de médecine, de chirurgie et de pharmacie (28). Didot le jeune 1768, p. 542

Carré Henri, La noblesse de France et l'opinion publique au XVIIIe siècle : (Notes sur plusieurs parlementaires et notables comtois, Arçon, Bauffremond, Ballard [...]. Champion, Paris 1920 [650 p.], p 47

 

Jean-Marc Warszawski
Novembre 1995 - 28 juille 2009
Révision de la page 23 octobre 2017

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact

S'abonner au Bulletin

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org

Mardi 24 Octobre, 2017