Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .  

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Franck Melchior
1579-1639

Né à Zittau, vers 1579, mort à Coburg, 1er juin 1639.

Fils d'un peintre, sa jeunesse est peu documentée. Il a peut-être étudié la musique à Zittau sous la direction de Christoph Demantius qui y était chantre de 1597 à 1604, et d'Adam Gumpelzhaimer à Augsburg.

Johannes Franck, qui publie des Cantiones sacrarum melodiarum publiées à Augsburg en 1600, est peut-être un frère aîné.

Melchior Franck, Laetatus sum (psaume 122), Helbling Chor.

En 1601, il gagne Nürnberg, il y enseigne à la Egidienkirche (église Saint-Égide). Il y entame la composition de nombreuses pièces pédagogiques vocales et instrumentales. Il est influencé par le style italo-flamand de Hans Leo Hassler, également arrivé à Nürnberg depuis Augsburg, la même année

Fin 1602-début 1603, il est nommé maître de chapelle du duc Johann Casimir von Sachsen-Coburg (1564-1633).

Melchior Franck, Cantate Domino canticum novum à 8, Orlando di Lasso Ensemble, sous la direction de Detlef Bratschke.

 

Johann Casimir von Sachsen. FSU Jena: Kustodie.

Sa mère décède en 1603, il lui dédie un motet.

Il se marie en 1607.

La guerre de 30 ans (1618-1648) a lourdement affecté Coburg. Prise par les troupes impériales en 1632, la ville et ses environs sont dévastés par les troupes d'Albrecht von Wallenstein, généralissime des armées, puis par Guillaume de Lamboy quant à lui officier général. Le typhus y fait aussi des ravages. Franck perd son épouse et deux de ses enfants.

Casimir von Sachsen-Coburg meurt en 1633. Suite à la ruine économique, son successeur le duc Johann Ernst, opère des économies entre autres sur sa chapelle musicale. Melchior Franck garde son poste, mais ses rémunérations baissent au cours des années. Malgé une offre de travail à Nürnberg en 1636, il reste à la cour de Sachsen-Coburg, où il est nommé inspecteur de l'église de la ville, il est appelé à réorganiser la chapelle ducale d'Eisenach. Après l'échec du projet, il retourne à Coburg où il est pensionné.

Il a publié plus de quarante collections de motets, composé plus de 560 œuvres. Il est un des plus importants compositeurs des offices protestants, mais aussi de musique profane de son époque.

Catalogue des œuvres

1601, Sacrarum melodiarum … tomus primus, de 4 à 8 voix (Augsburg, 1601)

1602, Contrapuncti compositi deutscher Psalmen und anderer geistlichen Kirchengesäng, à 4 voix.

1602, Musicalischer Bergkreyen, à 4 voix.

1602-1622, 11 quodlibets, de 4 à 6 voix.

1603, Opusculum etlicher newer und alter Reuterliedlein, à 4 voix.

1603, Newe Pavanen, Galliarden und Intraden, de 4 à 6 instruments.

1604, Deutsche weltliche Gesäng und Täntze, de 4 à 6 et 8 voix.

1604, Sacrae melodiae, ii, de 4 à à 12 voix.

1604, Tomus tertius melodiarum sacrarum, de 3 à 4 voix.

1605, Der ander Theil deutscher Gesäng und Täntze, à 4 voix.

1607, Melodiae sacrae, iv, de 5 à 12 voix.

1608, Geistliche Gesäng und Melodeyen, de 5 à 6 et 8 voix.

1608, 3 pièces vocales profanes.

1608, Newe musicalische Intraden, 6 instruments.

1610, Musicalische Fröligkeit, de 4 à 6, 8 voix.

1610, Flores musicales, de 4 à 6, 8 voix.

1611, Tricinia nova lieblicher amorosischer Gesänge … nach italiänischer Art, à 3 voix.

1611, Opusculum etlicher neuer geistlicher Gesäng, de 4 à 6 et 8 voix.

1613, Viridarium musicum, de 5 à 10 voix.

1614, Recreationes musicae, de 4 à 5 voix.

1615, Delitiae amoris, 6 voix.

1615, Threnodiae Davidicae, à 6 voix.

1616, Geistlichen musicalischen Lustgartens erster Theil, de 4 à 9 voix.

1616, Lilia musicalia, à 4 voix et instruments.

1621, Newes teutsches musicalisches fröliches Convivium, de 4 à 6 et 8 voix.

1622, Laudes Dei vespertinae : 1., à 4 voix, 2. à 5 voix, 3. à 6 voix, 4. iv, à 8 voix.

1623, Gemmulae evangeliorum musicae, à 4 voix.

1623, Newes liebliches musicalisches Lustgärtlein, de 5 à 6 et 8 voix, et instruments.

1623, Vierzig newe deutzsche lustige musicalische Täntze, de 4 à 6 voix et instruments.

1625, Newes musicalisches Opusculum, 5 instruments.

1625, 7 bicinia.

1627, Deliciae convivales, de 4 à 6 instruments.

1627-1628, Rosetulum musicum, de 4 à 8 voix et basse contrinue.

1628, Cythera ecclesiastica et scholastica, à 4 voix.

1628, Sacri convivii musica sacra, de 4 à 6 voix.

1629, Prophetia evangelica, à 4 voix.

1629, Votiva columbae sionea suspiria, de 4 à 8 voix.

1630, intermedi, de 3 à 5 voix.

1631, Dulces mundani exilii deliciae, de 1 à 8 voix et basse continue.

1631, Psalmodia sacra, de 4 à 5 voix. (Nuremberg, 1631).

1636, Paradisus musicus, 2 vol., de 2 à 4 voix et basse continue.

s.d., Une quarantaine de pièces occaionnelles de musique liturgique, mariages, funéraille, anniversaires, journées de fête, nouvel an, ... secular

Jean-Marc Warszawski
23 novembre 2018

© Musicologie.org 2018.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Vendredi 23 Novembre, 2018