musicologie

Biographies musicales

 

S'abonner au bulletin

Liens vers des dictionnaires et des collections de notices en ligne

| a | b | c | d | e | f | g | h | i | j | k | l | m |
| n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

 

Desmarest Henry
Desmarest, Desmaretz, Desmarais
1661-1741

 

 

[catalogue des œuvres] [bibliographie]

Né à Paris en 1661 — mort à Lunéville, le 7 septembre 1741.

Il est le fils d'Hugues Desmarest (....- 1668), un huissier et de Madeleine Frottier. Ils divorcent en 1669. Madeleine se remarie en 1670 avec Jacques Nalot, un officier au régiment d'Enghien.

Desmarest est placé chez les pages du roi à l'époque, et formé à la musique par Pierre Robert et Henri Du Mont, qui place en lui de grands espoirs.

En janvier 1677, il participe, à Saint-Germain-en-Laye, comme choriste, à la création d'Isis de Lully. Il quitte les pages en 1778.

En 1680, il est ordinaire de la musique du roi. En 1682, la cour installée à Versailles, les services royaux remanient la chapelle royale. En 1683, Desmarest se présente au concours de sous-maître de musique, laissé vacant par le départ à la retraite de Pierre Robert et d'Henry Du Mont.

De Lalande, l'Abbé Goupillet, l'abbé Minoret et Pascal Collasse obtiennent les quatre quartiers, à ce concours arbitré par Louis XIV en personne. Desmarest obtient cependant un revenu équivalent à la charge de sous-maître de musique.

Il écrit et vend des motets à L'abbé Goupillet qui les fait jouer sous son propre nom. En 1686, son opéra Endymion est donné en plusieurs jours dans les appartements royaux et il reçoit une commande de la dauphine.

Lully décède en 1687, et avec lui disparaît une certaine main-mise sur la vie musicale à la cour.

Le 17 juillet 1688, Desmarest épouse Élisabeth Des Prés. En 1690, ils ont une fille, Elisabeth Madeleine (1690-1742).

En 1693, jugeant qu'il n'est pas assez rétribué, ou parce que goupillet ne le rénumère plus pour compositions qu'il s'attribue, Desmarest dévoile la supercherie. Goupillet qui doit quitter son poste de sous-maître de musique de la chapelle royale. Mais Desmarest n'obtient pas le poste qui revient à De Lalande.

Desmarest est maître de chapelle chez les jésuites de la rue Saint-Jacques et du faubourg Saint-Antoine.

Le 11 septembre 1693, son opéra  Didon est créé à l'Académie royale de musique. Il donne Circé en 1694 ;  en 1695 les opéras Théagène et Vénus et Adonis, son ballet Les amours de Momus. Jusqu'en 1698, six de ses tragédies lyriques seront jouées à l'Académie royale de musique.

Son épouse meurt en août 1696. Peu après  il se rend à Senlis en compagnie de Gervais. Il y rencontre la fille du président  du tribunal des impôts de la région de Senlis, Jacques de Saint-Gobert, médecin, qui s'oppose au mariage. Après de longs débats juridiques, le couple quitte la France et s'installe à Bruxelles. Desmarest se fixe à Bruxelles, il est accusé de rapt, et condamné à mort par contumace. Il vit alors dans l'entourage de la cour de Maximilien Emmanuel de Bavière, gouverneur général des Pays-Bas. En 1700, il séjourne à la cour de l'electeur palatin à Düsseldorf. Il se marie avec Marguerite de Saint-Gobert en 1701.

Son ami et successeur à la chapelle des pages, le compositeur Jean-Baptiste Matho, lui obtient une lettre de recommandation du duc de Bourgogne pour Philippe V, le roi d'Espagne. Il vit à Madrid à partir de 1703.

En 1706, grâce à quelques relations, il est nommé surintendant de la musique à la cour de Lorraine pour un revenu de 2000 livres annuels.

Un second fils, François Antoine, naît en 1711.

En 1712 il adresse une pétition à Louis XIV pour obtenir le permission de revenir en France, elle est rejetée. Ce n'est qu'en 1722 que le Régent permettra à Desmarest de revenir en France.

En 1726, le décès de De Lalande laisse un poste de sous-maître de musique vacant, mais il ne l'obtient pas ; en 1727, sa femme meurt, et il finit ses jours à la cour de Lorraine.

 

Chargement de la vidéo

 

Chargement de la vidéo

Henry Desmarest, Usquequo Domine (I. Usquequo Domine ; II. Quamdiu ; III. Usquequo Exaltabitur ; IV. Illumina Oculos Meos ; V. Qui Tribulant Me ; VI. Exultabit Cor Meum). Les Arts Florissants, sous la direction de William Christie, avec Amel Brahim-Djelloul (soprano), Emmanuelle de Negri (soprano), Toby Spence (contreténor), Cyril Auvity (contreténor), Marc Mauillon (basse), Alain Buet (basse). Salle Playel, 17 novembre 2009

Catalogue des œuvres

Édition monumentale des œuvres d'Henry Desmarest, sous la direction de Jean Duron. « Patrimoine musical français : monumentales», Centre de musique baroque de Versailles.

  • Messe à 2 chœurs et 2 orchestres, édition par Jean Duron et Xavier Janot. CMBV 035, 2000.
  • Motets lorrains, édition par Jean Duron. CMBV 028, 2000.
  • Petits opéras, édition de Nathalie Berton et de Jean Duron. CMBV 025, 1998.
  • Didon, édition de Géraldine Gaudefroy-Demombynes et Jean Duron (tragédies lyriques volume 1). CMBV 034.
  • Venus & Adonis, édition de Jean Duron. CMBV / Éditions critiques / monumentales (tragédies lyriques volumle 4), 2010.

  • sd., Airs et brunettes à 2 et 3 déssus pour les flutes traversières
  • sd. La toilette de Vénus, cantate, texte de Henault [texte dans les «Oeuvres inédites de M. le président Henault» (1806)]
  • Beati quorum (motet) 1683 [perdu]
  • 1678 (vers 1678), Te Deum (motet) première version
  • 1682, Idylle sur la naissance du duc de Bourgogne [perdue]
  • 1682, Plutus, ou Le triomphe des richesses, ballet, créé Collège Louis-le-Grand à Paris le 5 août 1682 [attribution douteuse, manuscrit à la Bibliothèque nationale de France : attribué à Desmatins]
  • 1685, Théagène et Cariclée, tragédie en musique en 5 actes et 1 prologue, livret de J.-F. Duché de Vancy, créé le 12 avril 1695
  • 1686, Endymion, tragédie en musique en 5 actes avec prologue, créé à Versailles du 16 au 23 février et le 5 mars 1686 [perdu]
  • 1686, La Diane de Fontainebleau, divertissement, livret de Maurel, créé à Fontainebleau le 2 novembre 1686 [manuscrit à la bibliothèque de l'Arsenal de Paris]
  • 1693, Didon, tragédie en musique en 5 actes et 1 prologue, livret de L.-G.G. de Saintonge, créé le 5 juin ou le 11 septembre 1693 [manuscrit à la Bibliothèque nationale de France]
  • 1694, Circé, tragédie en musique en 5 actes et 1 prologue, livret de Saintonge, créé le 11 novembre 1694
  • 1695, Les amours de Momus, ballet en 3 actes et 1 prologue, argument de Duché de Vancy, créé les 12-14 juin 695
  • 1697, Vénus et Adonis, tragédie en musique en 5 actes et 1 prologue, livret de  J.-B. Rousseau, créé vers mai-juillet 1697
  • 1698, Les festes galantes, ballet en 3 actes et 1 prologue, argument de Duché de Vancy, créé le 10 mai 698
  • 1700-1702, Dix-neuf extraits. Dans «Nouvelles parodies bachiques», 1700-1702
  • 1701, Divertissement représenté à Barcelone pour le mariage de leurs majestez catholiques en octobre 1701, livret de Saintonge [perdu et attribué à Desmarest]
  • 1702-1721, Airs. Dans des recueils «d’airs sérieux et à boire», février 1702, mars 1706, août-novembre 1706,  avril 1713, janvier)
  • 1703-1752, Nouvelles poésies spirituelles et morales. 1703-1733 ; 1737 ; 1752
  • 1704 (avant 1704 ) Messe à deux choeurs
  • 1704, Recueil de dances … dancés à l’Opéra
  • 1704, Iphigénie en Tauride, tragédie en musique en 5 actes et 1 prologue, livret de Duché de Vancy et A. Danchet d'après Euripide, créé le 6 mai 1704 [complété par Campra]
  • 1704 (avant 1704), Veni Creator (motet) ; Cum invocarem (motet) ; Exaudiat te Dominus (motet) ; Domini est terra (motet) ; Quemadmodum desiderat (motet) ; Deus in adjutorium (motet) ; Confitebor tibi (motet) ; Dominus regnavit (motet) ; Nisi Dominus (motet) ; Beati omnes (motet) ; De profundis (motet)
  • 1704, Musique dans Télémaque, ou Les fragmens des modernes
  • 1707, Confitebor tibi (motet)
  • 1707 (après 1707) Te Deum (motet) seconde version ; Domine ne in furore (motet) ; Lauda Jerusalem
  • 1707, Marche de l’Orenne, et Trio
  • 1708, Usquequo Domine (motet) 1ère version, seconde version après 1708
  • 1709, Le temple d’Astrée, divertissement en 5 scènes, livret de du Tremblay, créé à Nancy le 9 novembre 1709 [livret seul conservé]
  • 1710, Armide
  • 1711, Diane et Endymion, tragédie en musique en 5 actes et 1 prologue, livret de Saintonge, créé à Nancy en janvier 1711 [perdu, attribué à Desmarest]
  • 1712, Divertissement pour l'électeur de Bavières, créé à Namur en 1712 [perdu]
  • 1717, Divertissement pour la fête du duc de Lorraine en 6 scènes et 1 prologue, livret de Cusson, créé à Lunéville le 15 novembre 1717 [livret seul conservé, révisé comme Divertisement pour le mariage du prince de Lixheim, créé à Nancy en 1721
  • 1722, Renaud, ou La suite d’Armide, tragédie en musique en 5 actes et 1 prologue, livret de S.-J. Pellegrin, d'après Le tasse, créé le 5 mars 1722  
  • 1724, Le couronnement de la reine par la déesse Flore, cantate, texte de Marchal [musique perdue]
  • 1724, Clytie, cantate [musique perdue]
  • 1724, Le lys heureux époux, cantate texte de Marchal [musique perdue]
  • 1725-1730, Sonates (6) pour flûte et basse continue [attribution incertaine]
  • 1726, Meslanges de musique latine, françoise et italienne
  • 1729-1732, Nouveau recueil de chansons. Den Haag, 1729 ; 1732
  • 1730, Idylle sur la naissance de Monseigneur le Dauphin. Paris & Lyon 1730 [attribution douteuse]
  • 1731, Second recueil des nouvelles poésies spirituelles
  • 1731, Sonates, pour 2 flûtes ou violons. Paris & Lyon 1731 [attribution incertaine]
  • 1737, Nouvelles poésies morales sur les plus beaux airs

Bibliographie

  • ANTOINE MICHEL, Henri Desmarest. Paris 1965
  • BRENET M., Desmarest, un compositeur oublié du XVIIIe siècle. Dans «Le ménestrel» (49) 1882-1883, p. 305-307 ; 313-315 ; 321-323 ; 329-331
  • CHOUQUET, Histoire de la musique dramatique en France. Paris 1873
  • DURON JEAN et FERRATON YVES (éditeurs), Henry Desmarest (1661-1741) : exils d'un musicien dans l'Europe du Grand Siècle. Centre de musique baroque de Versailles, «Musique, musicologie», Sprimont 2005
  • FAJON R., L’opéra à Paris du Roi-Soleil à Louis le Bien-aimé. Genève 1984
  • JACQUOT A., La musique en Lorraine. Paris 1882
  • LA GORCE JÉRÔME DE, L’Académie royale de musique en 1704, d’après des documents inédits conservés dans les archives notariales. Dans «Revue de musicologie» (65) 1979, p. 170-191
  • LECERF DE LA VIÉVILLE, Comparaison de la musique italienne et de la musique française. Bruxelles 1705
  • MARPURG, Historisch- Critische Beyträge (2). Lange, Berlin 1756
  • Mercure de France, 1682-1762
  • TÉNÉO M., Miettes historiques : correspondence théâtrale du XVIIe siècle. Dans «Mercure musical» (1), 1905, p. 577-583 & 620-627 ; (2) 1906, p. 21-28 & 71-78
  • TITON DU TILLET E., Le Parnasse françois (supplément 1) Paris 1743
  • WOOD C., Orchestra and Spectacle in the tragédie en musique, 1673–1715 : Oracle, sommeil and tempête. Dans «Proceedings of the Royal Musical Association» (108) 1981-1982, p. 25-46

Discographie

Desmarest
Grands motets lorrains
Les Arts Florissants
Willima Christie, dir.
ERATO, 2000
Sophie Daneman (dessus), Rebecca Ockeden (dessus), Paul Agnew (haute-contre), Laurent Slaars (taille), Arnaud Marzorati (basse)
1.-6. Usquequo Domine : « Usquequo Domine », « Quamdiu », « Usquequo Exaltabitur, « Oculos Meos », « Tribulant Me », « Cor Meum ».
7.-14. Lauda Jerusalem : « Lauda Jerusalem, « Quoniam Confortavit, « Qui Emittit », « Qui Dat Nivem Sicut », « Mittit Crystallum », « Emittet Verbum », « Qui Annuntiat », « Non Fecit Taliter ».
15.-24. Domine, Ne In Furore : « Miserere Mei, Domine »; « Et Anima Mea », « Convertere, Domine », « Quoniam », « Laboravi », « Turbatus Est A Furore », « Discedite A Me Omnes », « Exaudivit », « Erubescant »


 Usquequo Domine

Jean-Marc Warszawski
2004
modifications, 28 mai 2011 

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
Statistiques du site
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Lundi 8 Décembre, 2014 14:42

musicologie.org