S'abonner au bulletin (courriel vide)
Liens vers des dictionnaires et des collections de notices en ligne

 

| a | b | c | d | e | f | g | h |i | j | k | l | m |
| n | o | p | q | r | s | t | u | v | w | x | y | z

 

David Félicien-César
1810-1876

 

Né à Cadenet (Vaucluse), le 13 mai 1810 ; mort au Pecq (Saint-Germain-en-Laye), le 29 août 1876.

Sa mère décède peu après son accouchement. Il a 5 ans quand son père (violoniste amateur) meurt. Garnier, premier hautbois l'Opéra de Paris s'occupe de sa formation musicale.

En 1818 il est choriste à la maîtrise de la cathédrale Saint-Sauveur à Aix-en-Provence. Ses professeurs d'harmonie et de chant sont l'abbé Michel, puis Marius Roux. Il compose tôt des motets, des hymnes et un quatuor à cordes.

En 1825 il est au collège des jésuites Saint-Louis à Aix aux frais du chapitre. En 1828, les écoles jésuites sont fermées.

1835

1840

185

1860

1865

1870

1875

Il obtient un poste d'assistant au chef d'orchestre au théâtre d'Aix, puis il est clerc de notaire et maître de chapelle à l'école de la cathédrale. Il compose des nocturnes et des romances, à la mode de cette époque.

En 1830, un oncle lui promet une rente de 50 francs mensuels. Il se rend à Paris pour compléter ses études musicales. Il est admis au Conservatoire de Paris où il suit les cours de Laurent François Edouard Millault pour le contrepoint, ceux de Fétis (fugue et contrepoint), de Benoist pour l'orgue. Il étudie en privé avec Reber et donne quelque leçons pour assurer sa subsistance. Il n'obtient aucun prix au conservatoire.

En 1831 il rejoint les Saint-simoniens. Il y est introduit par le peintre Paul Justus. Il s'installe, sous la direction du « père Enfantin », dans la communauté de Ménilmontant, où il compose de nombreuses musiques pour les cérémonies. En 1832, les communautés Saint-simoniennes sont dispersées sur ordre du gouvernement.

Avec quelques amis, il décide de prêcher les chants Saint-simoniens en Orient, et rêve de rétablir l'Égypte dans sa prospérité passée.

Ils passent par Lyon et Marseille. Ils embarquent le 22 mars 1833 pour Constantinople, Smyrne, Jaffa, Jérusalem et l'Égypte, où ils sont peu à peu enthousiasmés par la civilisation qu'ils découvrent.

David possède un petit piano de voyage, offert par un partisan de Lyon. Il y compose des pièces influencées par l'Orient. Il reste deux années au Caire, donnant des leçons de musique et explorant de désert. La crainte d'une épidémie de peste le pousse peut être à revenir en France, par Beyrouth, Gêne et Marseille où il accoste en juin 1835.

L'année suivante, il publie, à son compte, à Paris, une collection de Mélodies orientales pour le piano qui ont un certain succès passagé (peut-être grâce aux Orientales de Victor Hugo). Dans sa préface, il explique que sa musique, authentiquement orientale, est composée de manière à être agréable pour une oreille occidentale, grâce à l'ajout de l'harmonie.

Il s'installe à Igny, faisant le trajet de 30 km jusqu'à Paris à pied une fois par semaine. Il compose une série de 24 quintettes miniatures pour cordes en quatre livres, auquel il donne le titre Les quatre saisons, deux nonettes pour ensemble de cuivres et ses deux premières symphonies.

Sa première symphonie est créée aux Concerts Valentino à Paris en 1838, et une de ses nonettes est donnée par Musard en 1839, et par Valentino en 1840. Il compose aussi un bon nombre de chansons, y compris inspirées par son voyage en Orient : Le pirate, l'égyptienne et le bédouin.

En 1841, il revient à Paris et complète sa Troisième symphonie en mi majeur. En juillet 1844, il achève Le désert, qui est créé le 8 décembre au cours d'un concert consacré à ses seules compositions. Le succès est immédiat et initie en musique un intérêt pour les sujets orientalisants qu'on peut entendre chez Reyer, Gounod, Bizet, Delibes, Saint-Saëns, Satie, Roussel, etc.

La forme poème-symphonique est aussi une nouveauté. Chacun des trois mouvements pour soliste et voix d'homme comporte une récitation à son début. Dans chaque mouvement, des scènes séparées décrivent une tempête, une prière à Allah, la caravane, une Rêverie du soir, et l'appelle du Muezzin. L'orchestration provoque l'admiration de Berlioz. Il annonce l'intérêt pour la problématique de l'unité dans la composition.

Ce succès le conduit en tournée en Allemagne et en Autriche.  Il rencontre Mendelssohn à Francfort et Meyerbeer à Berlin, prend part à une célébration commémorative de Beethoven, à Bonn.

En 1846, Il revient avec un oratorio, Moïse au Sinaï qui n'a pas de succès. Puis Christophe Colomb, un second poème symphonique, en 1847. En 1848, l'Eden, un oratorio en deux parties.

En 1851, La perle du Brésil est créée à l'Opéra-National qui reste 30 années au répertoire.

En 1862, il est Officier de la Légion d'honneur.

En 1865, il donne sa dernière œuvre pour le théâtre, une adaptation de Tout est bien qui finit bien de Shakespeare, pour répondre au mot d'Auber : Je souhaite qu'il descende de son chameau en évitant n'importe quelle sorte d'élément exotique ou descriptif.

En 1867, il reçoit un prix de 20.000 francs de l'Académie des Beaux Arts pour Herculanum et Lalla-Roukh

En 1869 il succède à Berlioz à l'Institut et à la Bibliothèque du Conservatoire.

Il passe les dernières années de sa vie en compagnie de la veuve d'un de ses amis, Madame T. Tastet.

Il reste fidèle à la mémoire du père Enfantin et garde confiance dans les idées Saint-simoniennes.

Félicien David

Catalogue des oeuvres

On peut écouter plusieurs œuvres de Félicien David dans : MIRAMBEAU CHRISTOPHE, Félicien David l’Egyptien, membre de l’Académie des beaux-arts. Canal Académie, émission du 16 novembre 2006.

Partitions dans l'IMSLP

  • 1832 & 1833, Ménilmontant, mes amours, 2 séries de valses, la seconde est perdue
  • 1832, Pensées à Ménilmontant, piano [une seule pièce, les autres sont perdues, manuscrit Bibliothèque nationale de France]
  • 1832, Accompagnement de piano dans Le choléra, 1832 [manuscrit Bibliothèque nationale de France]
  • 1835, pièces sur des thèmes arabes pour ensemble de cuivres, perdu
  • 1836, Mélodies orientales (22 pièces en 7 livres) [les livres 1-6 ont été aussi publiés sous le titre Brises d’Orient avec quelques changements dans les titres des morceaux en 1845 ; le livre 7 a été publié sous le titre Les minarets en 1845
  • 1836-1843, chansons : J’ai peur de l’aimer (J. Rességuiers) ; Le bédouin (J. Cognat) ; La pluie [La rosée] (E. Tourneux) ; Le jour des morts (A. de Lamartine) ; La chanson du pêcheur [Lamento] (T. Gautier) ; Le pirate (Saint-Etienne) ; Le Rhin allemand (A. de Musset) ; Adieux à Charence (Mme E. Tourneux de Voves) ; L’absence ; L’égyptienne (Cognat) ; Saltarelle (A. Deschamps) ; Retraite (Mme Montgolfier)
  • 1837, Promenade sur le Nil, texte de T. de Seynes, perdu
  • 1837, Symphonie en Fa majeur
  • 1838, Symphonie en mi majeur
  • 1839, Nonette n°1 en fa majeur (2 cornets, 4 cors, 2 trombones, ophicleide), perdu
  • 1839, Nonette n°2 en do mineur (2 cornets, 4 cors, 2 trombones, ophicleide) [manuscrit Bibliothèque nationale de France)
  • 1839-1844, Souvenir d’Orient (pour orchestre)
  • 1840 (vers 1840) Solo en mi majeur pour cornet et orchestre
  • 1841, Mélodie, piano
  • 1842, Choeur des conjurés, texte de Saint-Etienne (choeur d'hommes, orchestre ou fanfare), Bibliothèque nationale de France ; La Ruche harmonieuse (12)
  • 1843, Fantaisie concertante sur … Sans amour de F. Masini (cornet et piano)
  • 1844, Le sommeil de Paris, perdu
  • 1844, Chant du soir, texte de Saint-Etienne (choeur d'hommes, orchestre, révision de Danse des astres)
  • 1844, Le désert, ode-symphonie livret d'A. Colin pour ténor, chœur d'hommes, chœur de femmes, récitant, orchestre, créé en 1844 (éd. Paris 1845)
  • 1844-1845, chansons : Le fou de Bicêtre (M. Constantin) ; Les hirondelles (Volny l'Hôtelier) ; La Rêverie (Mme Tourneux de Voves) ; Oubli (Constantin) perdu ; Le pêcheur à sa nacelle (C. Poncy) ; Le Chybouk [Le Tchibouk] (L. Jourdan) ; Le sommeil d’enfant (G. Monavon) ; Les perles d’orient, série de 6 chansons (T. Gautier, Constantin, E. Brazier) ; Crainte d’amour, perdu ; Eveillez-vous (G. de Larenaudière ?)
  • 1845, Pensée, pianof
  • 1845, Andante [Mazurka] pour piano [manuscrit Bibliothèque nationale de France]
  • 1845, Andante pour piano
  • 1845, L’absence, piano
  • 1845-1846, Les quatre saisons, 24 quintettes avec contrebasse.
  • 1846, 3 valses expressives pour piano
  • 1846, Moïse au Sinaï, oratorio, livret de Saint-Etienne, d'après une esquisse de B.-P. Enfantin, créé en 1846 (éd. paris 1853)
  • 1846, Symphonie en mi majeur
  • 1846-1847, chansons : Le captif (Saint-Etienne) ; Le mourant (Saint-Etienne) ; Un amour dans les nuages (Constantin) ; La bayadère [Joie et tristesse] (L. Escudier) ; Sultan Mahmoud (Gautier) ; Dormez, Marie (E. Barateau) ; Qui t’aime plus que moi ? (Barateau) ; L’étoile du pêcheur (Chaubet) ; La fleur et l’oiseau mouche (V. Séjour) ; En chemin (Barateau) ; Le nuage (E. Plouvier) ; Fleur de bonheur (Barateau) ; Gardez-vous, mon coeur, de l’aimer [J’ai peur de l’aimer] (Barateau) ; Magdeleine (Barateau) ; Partons (E. Deschamps) ; L’amour créateur (T. Tastet) ; Formosa (Tastet) ; L’oublier … jamais (Barateau)
  • 1847, Christophe Colomb, ode-symphonie, livret de Méry, C. Chaubet et S. Saint-Étienne, créé en 1847 (éd. Paris 1847)
  • 1848, Hymne à la fraternité, texte de Colin (même musique que Peuple fier !)
  • 1848, L’Eden, mystère oratorio, livret de (Méry), créé en 1848 (éd. vers 1853)
  • 1848, Rêverie pour piano
  • 1849 (vers 1849), Le jugement dernier, ou La fin du monde, oratorio, livret de J. Gabriel et E. de Mirecourt (Bibliothèque nationale de France, fonds du Conservatoire)
  • 1849, Symphonie en do mineur
  • 1850, 2 bluettes pour piano
  • 1850, 2 méditations pour piano
  • 1851, 3 mélodies-valses pour piano
  • 1851, La perle du Brésil, opéra comique, livret de Gabriel et S. Saint-Etienne, créé le 22 novembre 1851 à Paris, Opéra-National [révisé en 1859–1861] (éd. 1873)
  • 1851-1866, chansons : Eoline (Plouvier) ; Le ver luisant (Constantin) ; Le ramier (Constantin) ; L’ange rebelle (E. Hanapier) ; Le cri du Bosphore (Chaubet) ; Cri de charité (Chaubet) ; Gronde, océan [L’océan] (C. de Marecourt) ; La Providence à l'homme (Lamartine) ; La vengeance des fleurs (Fonteille) ; Les roses et le printemps [Le vieillard et les roses] (Fonteille) ; Plainte amoureuse (Fonteille) ; Au couvent (E. Bouscatel) ; L’amitié (Chaubet) ; Amour perdu = Perles de l’orient n° 6 (Tastet) ; Dors, petit; Une plainte (Belle inhumaine)
  • 1853 (vers 1853), 6 motets religieux (la plupart avec accompagnement à l'orgue)
  • 1853, La bergeronette pour piano
  • 1854 (vers 1854), La ruche harmonieuse, 30 chorals pour voix d'hommes (avec les chorals de Moïse, L’Eden, La perle du Brésil, arrangements de chorals saint-simonniens avec de nouveaux textes, autre soeuvres de 1828-1830)
  • 1854, Les deux amies pour piano
  • 1855, Hymne à la paix universelle, 1855
  • 1856, 6 esquisses symphoniques pour piano
  • 1856, Doux souvenir, quatrième mélodie-valse [Mélodie] pour piano
  • 1857, 3 trios pour piano en mio majeur, ré mineur, do mineur
  • 1857, Le fermier de Franconville, opéra comique, livret de A. de Leuven (Bibliothèque nationale de France, fonds du conservatoire)
  • 1859, Herculanum, opéra, livret de J. Méry et T. Hadot, créé à l'Opéra de Paris le 4 mars 1859 (éd.Paris 1859)
  • 1860 (vers 1860-1864), La captive, opéra comique, livret de Carré (Bibliothèque nationale de France, fonds du Conservatoire)
  • 1861, Chant du travail, texte de P. Delombre (choeur d'hommes)
  • 1861, Te Deum [Invocation], texte d'E. de Lonlay (choeur d'hommes)
  • 1862, Lalla-Roukh, opéra comique, livret de H. Lucas et M. Carré, d'après T. Moore, créé à l'opéra-Comique de Paris le 12 May 1862 (éd. Paris 1863)
  • 1863, Romance sans paroles [Andantino] pour piano
  • 1864, Allegretto agitato pour piano
  • 1864, Le soir, rêverie pour piano
  • 1865, Le saphir, opéra comique, livret de Carré, Hadot et de Leuven, d'après Shakespeare: All’s Well that Ends Well, créé à l'Opéra-Comique le 8 mars 1865 [perdu]
  • 1868, Quatuor pour cordes en fa mineur
  • 1869 (après 1869) 3 quatuors pour cordes en la mjeur, ré mineur, mi mineur (inciomplet) [manuscrit Bibliothèque nationale de France]
  • 1869, Tristesse pour piano
  • 1873, Henriette, valse pour piano
  • Choeurs saint-simonniens. La plupart sont pour voix d'hommes, tous avec accompagnemebnt de piano. Beaucoup sont réédités par Locke en 1986. Aussi dans «La ruche harmonieuse» vers 1854. Annoncé pour publication sous le titre «Ménilmontant, chant religieux» 1832-1833 (quelques uns ne sont pas publiés) : Hymne à Saint-Simon [Gloire à celui], texte de R. Bonheur ; Appel, texte de Bergier ; Avant et après le repas, texte de E. Barrault, 2 versions perdues ; Le retour du Père [Salut], texte d'A. Rousseau) ; Le nouveau temple, texte de Barrault ; Au travail, perdu ; Prise d’habit, texte d'Enfantin, perdu ; Prière du matin, texte de Barrault ; Prière du soir, texte de G. d’Eichthal ; Tout est mort [La mort et l’espérance], texte de C. Duveyrier ; Chant de vie, texte de Duveyrier ? perdu ; Au peuple, texte de Duveyrier ; Ronde [Soldats, ouvriers, bourgeois], texte d'E. Pouyat ; Danse des astres, texte de Duveyrier et Rousseau ; Peuple fier ! peuple fort !, texte de Rousseau ; Prière du Père, texte d'Enfantin ; Je ne veux plus être exploité [La voix du peuple], texte de Rousseau ; Frères, levez-vous, perdu ; Paris est là , perdu ; La prison du Père, texte de Barrault ; Le Compagnonage de la Femme, texte de Barrault, perdu ; La nuit : à la Mère, orientale [Les étoiles], texte de P. Granal (Bibliothèque nationale de France) ; Prière (Les temps sont accomplis) ; Sérénade (Bibliothèque nationale de France) ; Belle, oh belle comme l’ange
  • Hymne à la paix universelle (choeur, voix solistes, orchestre, créé en 1885) perdu
  • sd., Hymne à Dieu, choral, perdu
  • sd., La savoisienne, texte de E. l’Héritier
  • sd., Les martyres aux arènes (choeur, orchestre) perdu
  • sd., O salutaris (voix et piano) Musée-Bibliothèque Paul Arbaud, Aix-en-Provence

Bibliographie

  • De très nombreux documents numérisés par la Bibliothèque nationale de France (Gallica) : lettres, partitions, autographes, iconographie.
  • ACHTER M. J., Félicien David, Ambroise Thomas, and French Opéra Lyrique 1850–1870 (thèse). University of Michigan, 1972)
  • AZEVEDO A., Félicien David : coup d’oeil sur sa vie et son oeuvre. Paris 1863
  • BARTOLI JEAN-PIERRE, A propos de deux ouvrages sur Félicien David et les Saint-Simoniens : une lettre inédite de David. Dans «Revue de musicologie» (75) 1988, p. 65–76
  • —, La musique Française et l’Orient: à propos du Désert de Félicien David. Dans «Revue internationale de musique française» (6 ) p. 29-36
  • —, L'évolution des procédés exotiques de Félicien David à Saint-Saëns ou comment s'est ponctuée la musique orientale en France au XIXe siècle. Dans «Revue belge de musicologie» (51) 1997, p. 137–170
  • BERLIOZ HECTOR, Les musiciens et la musique. édition A. Hallays, Paris 1903
  • —, Première représentation de La perle du Brésil. Dans «Journal des débats» 27 novembre 1851
  •  —, Première représentation de Lalla Roukh. Dans «Journal des débats» 23 mai 1862
  • —, Première représentation d'Herculanum. Dans «Journal des débats» 12 mars 1859
  • BESNIER P., Musique pour la fin du monde. Dans «Missions et démarches de la critique : mélanges offerts à J. A. Vier», Paris 1973, p. 171–182
  • BRANCOUR R., Félicien David. Paris 1909
  • CONATI M., Interviste e incontri con Verdi. Parma 1980 [en anglais : Interviews et Encounters with Verdi. London, 1984 ; Encounters with Verdi. Ithaca 1984]
  • COOPER J., The Rise of Instrumental Music and Concert Series in Paris, 1828–1871. Ann Arbor 1983, p. 21-37
  • FAUQUET JEAN-MARIE, Les sociétés de musique de chambre à Paris de la Restauration à 1870. Paris 1986
  • FAUSER A, Félicien Davids Christophe Colomb : eine saint-simonistische Parabel ? Dans M. Kuss et J. Maehder (éditeurs) «Die Entdeckung Amerikas auf der Opernbühne», Frankfurt
  • —, Der Orchestergesang in Frankreich zwischen 1870 und 1920. Laaber 1994, p. 28–49, 76–78
  • FAVRE G., Musiciens méditerranéens oubliés. Paris, 1985
  • GAUTIER THÉOPHILE, Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans (6). Bruxelles et Paris, 1859, p. 273-279
  • GRADENWITZ P., Félicien David (1810–1876) and French Romantic Orientalism. Dans «Musical Quarterly» (62) 1976, p. 471-506
  • GULRICH R., Exotismus in der Opera und seine szenische Realisation (1850–1910) unter besonderer Berücksichtigung der Münchener Oper Salzburg 1993, p. 130–33 ; 260–267
  • HAGAN D. V., Félicien David, 1810–1876 : a Composer et a Cause. Syracuse (NY) 1985
  • —, French Musical Criticism between the Revolutions (1830–1848) (thèse). University of Illinois, Urbana 1965
  • JULLIEN A., Musiciens d’aujourd’hui (2ème sér). Paris 1894, p. 113-127
  • LARKIN C., Félicien David’s Nonetto en ut mineur : a New Discovery et New Light on the Early Use of  Valved Instruments in France. Dans «Historic Brass Society Journal» (5) 1993, p. 192–202
  • LOCKE R. P., Cutthroats et Casbah Dancers. Muezzins et Timeless Sands : Musical Images of the Middle East. Dans J. Bellman (éditeur) «The Exotic Styles in Western Music», Boston 1998, p. 104–136, 326–333
  • —, Félicien David, compositeur saint-simonien et orientalisant. Dans M. Morsy «Les Saint-Simoniens et l’Orient : vers la modernité», Aix-en-Provence 1990, p. 135–54
  • —, Music, Musicians, and the Saint-Simonians. Chicago and London 1986
  • —, Musique engagée ? The Experience of the Saint-Simonians at Ménilmontant. Dans «International Musicological Society : Congress Report» (12) Strasbourg 1982, (1), p. 145-155
  • —, The French Symphony : David, Gounod et Bizet to Saint-Saëns, Franck, et their Followers. Dans D. K. Holoman (éditeur) «The Nineteenth-Century Symphony», New York 1997, p. 163–194
  •  MIRAMBEAU CHRISTOPHE, Félicien David l’Egyptien, membre de l’Académie des beaux-arts. Canal Académie, émission du 16 novembre 2006 (avec des extraits musicaux)
  • MIRECOURT E. DE, (C. J. B. Jacquot), Félicien David. Bruxelles 1854 ; 1869 3ème édition
  • NOSKE F., La mélodie française de Berlioz à Duparc. Amsterdam et Paris 1954
  • PISANI M., I'm an Indian Too : Creating Native American Identities in Nineteenth- et Early Twentieth-Century Music. Dans J. Bellman (éditeur) «The Exotic Styles in Western Music», Boston 1998, p. 218–257
  • PROD’HOMME J. G., Correspondance inédite de Félicien David et du Père Enfantin. Dans «Mercure de France» 1er mai 1910
  • —, Félicien David, d’après sa correspondance inédite. Dans «Bulletin français de la Société Internationale de Musique» (3) 1907, p. 105-125 ; 229-275
  • REINISCH F., Das französische Oratorium von 1840 bis 1870. Regensburg 1982
  • REYER E., Notes de musique. Paris 1875
  • SAINT-ETIENNE S., Biographie de Félicien David. Marseilles 1845
  • SAINT-SAËNS CAMILLE, Harmonie et mélodie (Paris, 1885)
  • SCUDO P., La musique en l’année 1862. Paris 1863, p. 26-38
  • SPRANG C., Die Prozesse um Félicien Davids Ode-Symphonie Le Désert (1845–1846). Dans «Grand Opéra vor Gericht», Baden-Baden, 1993, p. 143–158
  • TAJAN-ROGÉ D., Fausses notes. Paris 1862
  • TUNLEY D. (ÉDITEUR), Romantic French Song: 1830–1870 (2) Songs by Félicien David (1810–1876). New York 1996
  • WALSH T. J., Second Empire Opera : the Théâtre Lyrique, Paris 1851–1870. London 1981

Jean-Marc Warszawski
Révision 7 septembre 2008

À propos . Statistiques . S'abonner au bulletin .  Liste . Collaborations


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2013

musicologie.org

Vendredi 7 Mars, 2014 14:16