rectangle

musicologie

Biographies musicales

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau bio

S'abonner au bulletin

 

 

Gilles Binchois

v. 1400 - 1460

 

Né à certainement à Mons, vers 1400 ; mort à Soignies, le 20 septembre 1460.

Son père Jean de Binch (Johannes de Binche, peut-être mort en 1425)  et sa mère Jeanne Johanna, née Paulouche, peut-être morte en 1426) sont des bourgeois de Mons. Son père est conseiller du duc Guillaume IV de Hainault, et à partir de 1417, de sa fille Jacqueline de Bavière. Il a fait ériger une chapelle dans l'église de Saint-Germain et commander des messes à sa mémoire. Il est aussi conseiller à l'église Sainte-Waudru de Mons.

On ne sait rien de sa première éducation musicale. Les documents mentionnent qu'il tient l'orgue de Sainte-Waudru à partir du 8 décembre 1419. Le 28 juillet 1423, il paie un privilège à la ville de Mons, pour aller s'installer à Lille.

la Déploration sur la mort de Binchois d'Ockeghem peut laisser supposer qu'il a été soldat (chevalier ? : de h onnorable mondanité)

        En sa jonesse fut soudart
        De honnorable mondanité,
        Puis a esleu la milleur part,
        Servant Dieu en humilité...

Un récit de 1427, sous la plume d'un certain Guillaume Benoit, dévoile qu'en 1424, le duc de Suffolk lui commande un rondeau ( Ainsi que a la foiz m'y souvient ), et qu'en 1425, il aurait pris le parti du duc de Bourgogne contre le duc de Gloucester dans une dispute concernant deux serviteurs normands de William La Pole, duc de Suffolk.

À la fin des années 1420, il est à la chapelle de la cour de Bourgogne ( les comptes entre 1419 et 1436 sont introuvables ). Il compose un motet  ( Nove cantum melodie ) pour le baptême du prince Antoine de Bourgogne (1430-1431) le 18 janvier 1431. Le texte nomme les 19 choristes de la chapelle dont Binchois lui-même. La liste de 1436 le place comme 5e chapelain, par ordre d'ancienneté à la chapelle.

Les registres des comptes de la chapelle montrent que Binchois n'a pas de titre universitaire, et qu'il ne peut donc pas être prêtre ordonné. Il est sous-diacre en 1437. Il obtient également des prébendes à Saint-Donatien de Bruges le 7 janvier 1430, à Sainte-Waudru de Mons le 17 mai 1437, à Saint-Vincent de Soignies en 1452, à Saint-Pierre de Cassel le 21 mai 1459 ; Il les conserve jusqu'à sa mort.

Vers 1437, il est secrétaire honoraire de la cour. En 1438, il reçoit à Douai 80 livres pour ses « Passions en nouvelle manière ». On lui reconnaît peut-être quelque pouvoir de guérisseur, car en 1437, il reçoit 28 sous pour avoir fourni à la duchesse un anneau qui apaisa son mal de dents : aneau qui garist des dens.

Ses absences de la chapelle sont notées dans les registres des comptes. Il ne semble pas qu'il ait voyagé durant ces années. Il est toutefois à Chambéry en février 1434, mais rien n'atteste une rencontre avec Du Fay. Il est à Mons en mars 1439, où il rencontre Du Fay, convoqué comme lui par le collège canonial de Sainte-Waudru (aucune autre rencontre entre les deux musiciens n'est attestée).

Il établit son domicile privé à Soignies, où il est prévôt de l'église collégiale Saint-Vincent en 1452. A partir de la fin février 1453, il reçoit régulièrement sa rémunération de la chapelle « malgré son absence ».

Éditions des  œuvres

De très nombreuses œuvres et fragments, sont conservés dans des manuscrits du XVe siècle.

  • VON FICKER R. (éd.),  Sieben Trienter Codices … (V) Auswahl. « Denkmäler der Tonkunst in Österreich » (61e année, 312) 1924
  • VAN DEN BORREN C (éd.)., Polyphonia sacra. Burnham 1932 (révision 1962)
  • MARIX J.(éd.), Les Musiciens de la cour de Bourgogne au XVe siècle. Messes, motets, chansons. Paris 1938 (10 fragmenrts de messes, 4 Magnificat, 17 pièces geistl. u. 36 weltl. Werke von Binchois)., Paris 1937
  • REHM W. (éd.), Die Chansons von Gilles Binchois (1400–1460). « Musikalische Denkmäler » (2), Mainz 1957
  • KAYE P. (éd.), The Sacred Music of Gilles Binchois. Oxford 1991
  • ADLER G. & KOLLER O (éd.)., Sechs Trienter Codizes ... « Denkmäler der Tonkunst in Österreich » ( (7, 7) ; (11, 2)
  • RIEMANN H. (éd.), Sechs bisher nicht gedruckte dreistimmige Chansons ... von Gilles Binchois (ca. 1425) aus dem Codex Mus. Ms. 3192 der Münchener Hof- und Staatsbibl. in moderne Notierung übertragen, mit neuem (deutschem) Text. Wiesbaden 1892
  • LEGUY JACQUES (restitution et réalisation), Se je souspire  : chanson à 3 voix de Gilles Binchois... Suivi de Quatre nuits,  rondeau à 3 voix de Hayne van Ghizeghem. Lle Droict chemin de musique, Paris 1976
  • STAINER C., Dufay and his contemporaries, London 1898
  • Ave verum. Motet à 3 voix mixtes, Éditions musicales de la Schola cantorum et de la Procure générale de musique, Paris, 1951
  • Cambrai Cathedral choirbook : Cambrai, Bibliothèque municipale, MS 11 (Introduction par Liane Curtis). Peer, Alamire, 1992 [édition en fac-similé ; mouvements de messes à 3 et 4 voix de Guillaume Dufay, Gilles Binchois, Johannes Franchois et anonymes ainsi que du plain-chant]
  • SANVOISIN MICHEL (éd.), Ensembles de cromornes. 38 pièces instrumentales du 15e au 17e siècle. Heugel, Paris 1978 [Partition pour 3 à 6 cromornes. - Oeuvres de : Pierre Attaingnant, Gilles Binchois, Francisque Caroubel, Pierre Certon, Baude Cordier, Guillaume Dufay, Pierre Fontaine, Nicole Grenon, Hayne van Ghizeghem, Clément Janequin, Guillaume Le Grant, Henry Le Jeune, M. P. C., Robert Morton, Passereau, Michael Praetorius, Jacques Vide]
  • Oxford, Bodleian Library, MS. Canon. Misc. 213 (introduction de David Fallows). Chicago ; London : the University of Chicago press, cop. 1995 [Édition en fac-similé d'œuvres de 55 compositeurs dont Guillaume Dufay, Gilles Binchois, Arnold de Lantins et Hugo de Lantins. - Index]
  • DROZ E. & THIBAULT G. (éd.), Poètes et musiciens du XVe siècle. [Réunit : « Première déploration sur la mort de Guillaume de Machaut » de F. Andrieu ; « Seconde déplaration sur la mort de Guillaume de Machaut » de F. Andrieu ; « De ce que foul pense » ; « Deul angoisseux, rage démesurée » de Binchois ; « Tristre plaisir et douleureuse yoie » de Binchois ; « Je ne prise point tels baysiers » ; « Va tost mon amoreux desir » ; « Quant'jamés aultre bien n'auroye » ; « Grace attendant ou la mort pour tous mes » de GillesMureau ; « Allez regret, vuidés de ma présence » de Hayne ; « Vous me faittes morir d'envie » de Loyset Compère ; « Tart ara mon cueur sa plaisance » de Jean Molinet ; « Non mudera ma constance et firmesse » ; « Épitaphe de l'Amant vert ». - Introduction. Commentaire critique ; Reproduction :  Fac-sim. de l'éd. de Paris, 1924]

Bibliographie

  • BERGER C., Hexachord und Modus : drei Rondeaux von Gilles Binchois. Dans « Basler Jahrbuch für historische Musikpraxis » (16) 1992, p. 71–87
  • BOUCHER J. A., The Religious Music of Gilles Binchois (thèse). Boston University 1963
  • CLOSSON E., L'origine de Gilles Binchois. Dans « Revue de musicologie » (5) 1924, p. 149–151
  • KAYE PHILIP (éd.), The Sacred Music of Gilles Binchois. Dans « Notes » (2, 51, n° 1) septembre 1994, p. 404-406
  • KIRKMAN A. & SLAVIN DENNIS (éd.),   Binchois Studies. Oxford 2000)
  • KIRKMAN A. & WELLER P, Binchois's texts. Dasn « Music and Letters » « 77) 1996, p. 566–596
  • MARIX J., Histoire de la musique et des musiciens de la cour de Bourgogne sous le règne de Philippe le Bon (1420–1467). Strasbourg 1939
  • PARRIS A., The Sacred Works of Gilles Binchois (thèse). Bryn Mawr College 1965
  • PICKER M., The Cantus Firmus in Binchois's Files a marier. Dans « Journal of the American Musicological Society » (38) 1965, p. 235–236
  • RUTHERFORD C., The Forgeries of Guillaume Benoit.  Dans « English Historical Review » (30) 1915, p. 216–233
  • SCHULER M., Neues zur Biographie von Gilles Binchois. Dans  « Archiv für Musikwissenschaft » (33) 1976, p. 68–78
  • SEMMENS R., Music and Poetry in a Chanson by Gilles Binchois. Dans , B. Gillingham et P. Merkley (éd.), « Beyond the Moon : Festschrift for Luther Dittmer », Ottawa 1990, p. 307–321
  • SLAVIN DENNIS, Questions of Authority in some Songs by Binchois. Dans « Journal of the Royal Musical Association » (137) 1992, p. 22–61
  • —, Some Distinctive Features of Songs by Binchois: Cadential Voice Leading and the Articulation of Form. Dans « The Journal of Musicology » (10; n° 3) , été 1992, p. 342-361
  • WRIGHT C., Dufay at Cambra : Discoveries and Revisions. Dans « Journal of the American Musicological Society » (28) 1975, p. 175–229, 179–180, 203–204

Discographie

Dufay / Binchois
Ballades, Rondeaux, Lamentation
Ensemble Gilles Binchois
Dominique Vellard

Anne-Marie Lablaude (voix) — Brigitte Lesne (voix, harpe) — Dominique Vellard (voix, luth) — Emmanuel Bonnardot (voix, vièle) — Georges Lartigau (orgue) — Philippe Balloy (voix) — Pierre Hamon (flûtes) — Randall Cook (vièle)
Harmonic 8719, Enregistré les 17-19 novembre 1987, église Saint- Victor- de-Poiseul-le-ville en côte d'Or 
1. Dufay: Ce jour de l'an voudray joye mener — 2. Dufay: Belle, que vous ay je mesfait — 3. Dufay: Vergene bella, che di sol vestita — 4. Dufay: Par droit je puis bien complaindre et gemir — 5. Binchois: Je ne fai tousjours que penser — 6. Dufay: Quel fronte signorille in paradiso — 7. Dufay: J'ay grant dolour — 8. Dufay: Adieu ces bons vins de Lannoys — 9. Dufay: Resvellies vous et faites cheire lye — 10. Binchois: Mesdisans m'ont cuidie desfaire — 11. Binchois: Qui veut mesdire — 12. Binchois: Comme femme desconfortee — 13. Binchois: Triste plaisir et douleureuse joye — 14. Binchois: Mon cuer chante joyeusement — 15. Dufay: Franc cuer gentil (organ) — 16. Dufay: Vostre bruit et vostre grant fame — 17. Binchois: Qui veut mesdire (organ) — 18. Dufay: Lamentatio sanctae matris ecclesiae Constantinopolitanae

Gilles Binchois, Chansons
Mon souverain désir
Ensemble Gilles Binchois
Dominique Vellard, dir.
Anne-Marie Lablaude (soprano) — Lena-Susanne Norin (mezzo-soprano) — Akira Tachikawa (countretenor) — Dominique Vellard (tenor, luth) — Emmanuel Bonnardot (bariton, vièle) — Pierre Hamon (flûtes) — Randall Cook (vièle, rebec) — Jan Walters (harpe) — Miriam Anderson (harpe)
Virgin Veritas 45285, 60 minutes
enregistré en octobre 1996 et mai 1997
1.Triste plaisir et doulereuse joie — 2. Amours mercy de trestout mon pooir — 3. Je me recommande humblement — 4. En regardant vostre tres doulx maintien — 5. Se la belle n'a le voloir — 6. Je vous salue, ma maistresse — 7. Adieu mes tres belles — 8. De plus en plus se renouvelle — 9. Lune tres belle, clere lune — 10. Les tres doulx yeux du viaire ma dame — 11. Amoreux suy — 12. Adieu, adieu, mon joieulx souvenir — 13. Jamais tant — 14. Adieu, m'amour et ma maistresse — 15. Dueil angoisseux, rage desmesuree — 16. Pour prison ne pour maladie — 17. Filles a marier / Se tu te marias

Liens

Quelques poèmes mis en musique par Gilles Binchois, http://www.medievalenfrance.com/site/texte/

En anglais, Médiaval.org, biographie et impressionnante discographie détaillée, http://www.medieval.org/emfaq/composers/binchois.html

 

Jean-Marc Warszawski
Révision 2 février 2007

 

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Mardi 16 Août, 2016 15:41