bandeau texte musicologie

4 février 2020 —— Alain Lambert.

Cinq cédés jazz pour rallonger le jour en février.

Même si le printemps est encore incertain, Lou Lovano nous dit joliment la difficulté d'être (Uncertain Weather), Didier Ithursarry nous fait danser sur les touches de son accordéon (Atea), Julie Campiche nous embarque sur les cordes de sa harpe (Onkalo) Ozma, en pleine fusion, nous offre son carnet de voyage (Hyperlapse le 7 février) et Sébastien Lovato nous fait partager sa passion pour Virginia Woolf (For Virginia le 21 février). Une belle diversité d'univers.

Uncertain Weather (L'UN L'UNE 2020) de Lou Tavano parle de l'incertitude du temps, mais aussi visiblement de l'être avec une voix souvent un peu fragile aux variations multiples, de Simple way to be à Memories of tomorrow en passant par J'attends et Le fil de la vie. Son compagnon Alexey Asantcheef est au piano et a composé avec elle l'ensemble des titres. Alexandre Perrot est à la contrebasse et Ariel Tessier à la batterie, tous les trois enrobent la voix mais parfois se laissent emporter avec elle. Le violoncelle de Guillaume Latil est très présent en contrechant, et on apprécie cette sobriété instrumentale, sans cuivres, au contraire du précédent album. Une voix et des mélodies qui s'imposent intensément.

À écouter au Duc des Lombards à Paris du 27 au 29 février.

Atea (Lagunarte 2020) de l'accordéoniste Didier Ithursarry nous ouvre la porte (atea en basque) vers de nombreux univers musicaux cosmopolites au vu des titres : Gobi, Forro, Mali, Sherlock, Mariachi... accompagné de Joce Mienniel aux flûtes et de Pierre Durand à la guitare. Et aussi sur six titres de la Forro Suite arrangée par Geoffroy Tamisier, du Cuareim Quartet, Rodrogo Bauza, Federico Nahan aux violons, Eva Slongo à l'alto et Guillaume Latil au violoncelle. On se laisse embarquer par l'accordéon virtuose, les flûtes chantées, la guitare pulsive ou pensive. Entre jazz world et classique, quand le quatuor s'invite, mais sans s'imposer, juste d'autres couleurs. Voyages imaginaires pour tous ses doigts voyageurs, et pour nos oreilles ensorcelées.

À découvrir au Studio de l'Ermitage à Paris le 18 mars.

Onkalo (Meta Records 2020) de la harpiste suisse et compositrice Julie Campiche accompagnée de Leo Fumagalli au saxophone, Manu Hagmann à la contrebasse Clemens Kuratle à la batterie, compositeur du titre To the Holy Land. Tous impliqués dans les divers effets. Flash Info commence l'album par une introduction paisible et répétitive de harpe dans laquelle s'incruste brutalement et régulièrement un éclat de cymbale et un crescendo de contrebasse, jusqu'à ce que cette base rythmique s'impose avec l'arrivée du saxophone. À part Cradle Songs où la harpe mélodique introduit un canon répété avec la contrebasse, tous les morceaux sont construits sur de longues improvisations souvent imprévisibles. Un beau cédé de jazz progressif.

En France le 4 mars au Centre culturel suisse à Paris, puis à Toulouse, Marseille et Lyon fin avril début mai.

Hyperlapse (Cristal Records 2020) du quintette Ozma, de Strasbourg, est un carnet de voyage composé à partir de dix villes traversées lors de leur dernière tournée, Chine, Maroc, Inde, Allemagne, Zimbabwe, Indonésie... Que de paysages retranscrits musicalement. Stéphane Scharlé est à la batterie et aux compositions, Edourad Séro-Guillaume à la basse et aux effets, Tam de Villers à la guitare et aux effets, Julien Soro au sax et au clavier, Guillaume Nuss au trombone et aux effets. Du jazz fusion bien enlevé, et un brin world, où sax et trombone cuivrent l'ambiance plutôt électrique de l'ensemble. La ballade A Leila, Spleen Party, Infinite Sadness ou Entre chien et loup calment un peu la transe des autres thèmes. Un album idéal pour les voyageurs immobiles.

En France le 6 mars à Lyon, le 7 au Café de la Danse à Paris, puis le 20 mai à Coutances et le 9 juin à Strasbourg.

For Virginia (Acel/Quart de lune 2020) du compositeur et pianiste Sébastien Lovato est un hommage à Virginia Woolf, tout comme ses deux précédents Music Boox (à prononcer books) étaient dédiés à divers écrivains. Tous les textes, dits ou chantés, sont extraits de ses romans Mrs Dalowey et The waves. Très bien accompagné d'Antoine Berjaud à la trompette ou au bugle, Yves Torchinsky à la contrebasse, Luc Isenman à la batterie, plus deux invités, Brunehilde Yvrande aux voix et Manu Codja à la guitare électrique. Une ambiance poétique dans laquelle se coule une interprétation de la Pavane de Fauré en trio et du gospel Amazing Grace en quartet. Un très beau disque dont le livret révèle les textes, leur traduction, et les impressions du compositeur.

À découvrir au Sunside à Paris le 2 avril 2020.

 

Alain Lambert
4 février 2020

© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Les précédents articles d'Alain Lambert

Mathias Levy trio : un superbe concert pour fêter quarante ans de jazz dans les foyers, et plus... —— Metaxu et Baa Box à PAN l'hiver ! Autant de voix ! —— Musiques à l'IUT : à l'écoute de la nouvelle génération —— Franchir la nuit de Rachid Ouramdane : des images très fortes ! —— Cinq cédés jazz des quatre coins du monde pour réchauffer janvier.

alain@musicologie.org
Alain Lambert, tous ses articles.

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Lundi 3 Février, 2020 12:06