musicologie   jeudi 7 novembre 2019

Le troubadour Gérard Le Vot en tournée

Les éditions Minerve viennent de publier le dernier opus de Gérard Le Vot, consacré aux chansons et à la musique des troubadours. C’est à notre sens l’ouvrage français le plus à jour sur une question souffrant d’une grande carence en documents de première main. Comment renouer avec une oralité disparue depuis des siècles, ayant laissé peu de traces écrites, qui plus est assez tardives ?

Universitaire, médiéviste et musicologue, Gérard Le Vot pratique et questionne depuis de longues années les archives. Poète et chanteur (Prix Charles Cros en 1981, Prix Paul Zumthor en 1987), il se reconnaît dans une tradition faisant écho au trobar, et au-delà, dans une culture occitane, dont les terres fleurissantes et tolérantes furent saccagées et pillées pas les croisés et les princes du Nord.

Il entame donc une tournée pour présenter son livre avec des lectures chantées et commentées.

Après la Médiathèque Émile Zola de Montpelier en octobre dernier, il sera :

Le 14 novembre, à partir de 18h30, à l’Ostal d'Occitania, 11 rue Malcousinat, à Toulouse.

Le 3 décembre 2019, à partir de 18 heures, à la Librariá occitana, 42 rue Haute-Vienne à Limoges.

Entre le 10 et 12 décembre 2019, à la librairie Epona Picard, 11 rue Séguier, à Paris.

Nous avons eu avec lui un long entretien dont nous donnons en primeur les premières minutes, avant publication intégrale.

En introduction, Gérad Le Vot lit un de ses poèmes en hommage aux troubadours, Canso per lo freit e la calor, Chanson pour le froid et la chaleur.

 

Musicologie.org : Peux-tu définir très brièvement ce qu’est un troubadour ? Grosso modo son aire géographie et grosso modo son ambitus chronologique ?

Gérard Le Vot : Un troubadour, c’est un poète qui trouve en général un poème, donc la chanson et qui la chante et la fait chanter. Son poème est en langue d’oc, c’est plutôt une langue commune poétique qu’on trouve sur tout le midi de la France, depuis Poitiers, Limoges, jusque vers Aix d’un côté et l’Italie septentrionale, et de l’autre, ça descend vers Toulouse, vers Narbonne, le Roussillon et la Catalogne, notamment Barcelone. L’aire d’extension de cette poésie est le midi occitan et la Catalogne d’un côté, l’Italie septentrionale.

Quant aux dates, les premiers troubadours datent vraiment de l’extrême fin du xie siècle, Guillaume de Poitiers, Guilhelm de Poetieus, et puis le dernier des troubadours est Guiraut Riquier, troubadour de Narbonne qui vivra une partie de son temps un peu à l’extérieur de l’Occitanie, notamment auprès d’Alphonse de Castille, entre Burgos, Tolède et Séville, là c’est vraiment la fin du xiiie siècle.

On a deux siècles au cours desquels ce qu’on appelle le trobar, qui est le mouvement poétique et musical, la chanson des troubadours, va en fin de compte se développer, avec un coup d’arrêt malheureusement à partir de l’époque où les Francs, venus de France, vont à l’instigation des papes et puis de chrétiens d’obédience romaine, fondre sur l‘Occitanie … la dépecer. Notamment pour des raisons religieuses au

musicologie.org
 rss

départ, la religion cathare fleurissait, c’est aussi un christianisme, mais quand même très différent du christianisme romain qui était toléré en Occitanie. Les Francs vont prendre prétexte de cela pour se tailler des fiefs dans le Midi, un Midi qui était souvent plus riche à l’époque.

Propos recueillis par Jean-Marc Warszawski
© musicologie.org 2019

 


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Jeudi 7 Novembre, 2019