bandeau texte

musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rss
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Manu Carré Electric 5, « Labyrinthe » : du jazz fusion d'aujourd'hui

Manu Carré

Manu Carré Electric 5, Labyrinthe, Manu Carré (saxophone), Aurélien Miguel (guitare), Florian Verdier (claviers), Nicolas Luchi (basse), Félix Jovéniaux (batterie). ACM Jazz Label 2017.

6 décembre 2017, par Alain Lambert ——

Bien sûr on pense à toute la dynastie du jazz électrique depuis Soft Machine,  Miles Davis, Weather Report, Return To Forever, Steps Ahead... en passant par là-bas, ou Sixun et Ultramarine... en repassant par ici. De tout ce passé musical, il reste bien sûr des traces, des graines ont germées d'autre façon, dans un style propre aux cinq musiciens de MCE5. Les compositions sont du saxophoniste Manu Carré, dont trois coécrites avec le guitariste Aurélien Miguel. Florian Verdier est aux claviers, Nicolas Luchi à la basse et Felix Jouveniaux à la batterie.

Rain id débute funky et rotatif avec un gros son de sax doublé ou contre-chanté à la guitare dans des variations autour de la cellule rythmique entêtée, avant l'improvisation du soufflant puis du clavier. Vendredi 27/4 prend le temps de la mélodie arpégée jusqu'à ce que la basse tournoyante bascule le paysage. Ici encore le thème a le temps de se déployer avant l'envol du sax rejoint par les autres à tour de rôle, ou s'oubliant pour la guitare. Labyrinthe se joue de la polyrythmie et des notes cristallines du piano. Honfleur est une ballade un brin saturée autour de Satie, avec une guitare sensuelle à souhait. La batterie remet Spritz dans le droit chemin du funk symphonique. Bax s'amuse sur fond synthétique à faire danser basse et ténor. Le chat feule tricote une mélodie quasi acrobatique cumulant les ruptures, les contrastes et les feulements de la six cordes. Zen conclut le tout dans la sérénité mélodique du guitariste coauteur du thème.

Un album séduisant et chatoyant à écouter en live à Nice le 7 décembre.

 

Alain Lambert
6 décembre 2017

 

Alain Lambert : alain@musicologie.org Jazz et grands peintres : Unitrio « Picasso » et Matteo Pastorino « Suite for Modigliani », deux voyages parmi les imagesJazz et classique [ter] : Olivier Calmel « Immatériel », Samuel Strouk « Silent Walk », les musiciens compositeursWakenius « Father and son » et Víkingur Ólafsson « Philip Glass Piano Works » : deux échos musicaux des Boréales Caen James Carter's Elektrik Outlet. La surprise (de courant) !Clément Carpentier, Elsa Frank, Stéphane Tomby, Jérémie Passaglio, Thierry Mader : La Rose des vents, un beau voyage musical à Venise au XVIIePlus sur Alain Lambert, tous ses articles.

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos

▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2017

bouquetin

Mardi 5 Décembre, 2017 23:08