bandeau texte

musicologie
Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rss
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Endless (David Haudrechy et Grégoire Aguilar) : Lost Lake

Endless,  Lost Lake, David Haudrechy (saxophoe), Grégoire Aguilar (piano). Neuklang / Harmonia Mundi 2017.

9 mai 2017, par Alain Lambert ——

Un « lac perdu » entre nostalgie et rêve pour une musique proche du classique, un peu dans la lignée d'un jazz atmosphérique et répétitif à la Oregon ou à la Portico Quartet (première époque), quand les arpèges du piano propulsent le sax soprano vers l'univers des songes dans une sorte de rythmique perpétuelle et obsédante. Du jazz clair-obscur, selon les deux musiciens, en forme de musique de chambre (noire, puisque tout vient d'une photographie).

Cinq compositions du saxophoniste David Haudrechy, Melancholia, Micki « Da Cat » Dora, Polaroïd, The Way of the Sun, Littel King, quatre du pianiste Grégoire Aguilar, Rayon d'automne, EM78 Ici est là, Galactic Lake, et deux belles reprises, Utviklingssang, magnifique et brumeuse, de Carla Bley, et Charade d'Henri Mancini, où l'on entend comme une boite à musique. Tous deux se sont croisés sur d'autres projets et enseignent au conservatoire de Montauban.

Melancholia, la première pièce, donne la tonalité de l'ensemble, le thème d'abord majestueusement répété, avant que le sax ne prenne son envol improvisé sur les accords profonds du piano. Rayon d'automne est plus impressionniste, avec le contre-chant pointilliste du pianiste évoluant au fil du morceau en entraînant son complice dans des volutes effrénées. Dans Galactic Lake, le piano devient plus mécanique, du moins en ouverture, avec une seconde partie minimaliste et sidérale, en accord avec le titre. Polaroïd oppose la gravité du clavier aux aigus époustouflés, avant de brouiller les pistes.

Le cédé se clôt sur une longue méditation, Little king, quand les sons naissent du souffle primordial que les cordes pincées viennent entremêler dans ce dialogue qui est la clé de la beauté de ce duo, aux sons chauds et lumineux, même parmi les ombres et les nuées.

À écouter en live au Sunside à Paris le 11 mai pour le concert de sortie d'album avec Toulouse le 1er juin.

Avant Albi le 3, Jazz à Vienne le 29, puis en  juillet Montauban le 6, et Jazz in Marciac le 28.

 

Alain Lambert
9 mai 2017

 

Alain Lambert : alain@musicologie.org - Ses derniers articles : Antoine Galvani, Suite astrale : un voyage à multiples dimensionsRaul Midón « Bad Ass and Blind » Mais saoul de soul et pas manchot !Peeping Tom « Moeder » : la compagnie des « danses de travers »Yves Rousseau et le Christophe Marguet 5tet : Spirit DanceFred Frith « Les chants magnétiques » en plein champsBallet Preljocaj « Spectral Evidence / La Stravaganza » Le choc des corps et des cultures !Plus sur Alain Lambert, tous ses articles.

 

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

ISSN  2269-9910

▉ Contacts
▉ À propos

▉ S'abonner au bulletin
▉ Collaborations éditoriales
▉ Cours de musique
▉ Téléchargements
▉ Soutenir musicologie.org
▉ Colloques & conférences
▉ Universités en France
▉ Analyses musicales

▉ Articles et documents
▉ Bibliothèque
▉ Presse internationale
▉ Agenda
▉ Analyses musicales

Recherche dans musicologie.org

 

© musicologie.org 2017

bouquetin

Mercredi 10 Mai, 2017 17:19