bandeau textes musicologie
dimanche 25 décembre 2016

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Le livre d'orgue de Montréal


Livre d'orgue de Montréal, Hélène Dugal (orgue), Ensemble Gilles Binchois, sous la direction de Dominique Vellard (plains-chants). Hortus 2016 (HORTUS 139).

Enregistré du 27 au 29 novembre 2007 et du 19 au 20 mai 2013, à l'église de Commeqiers.

25 décembre 2016, par Jean-Marc Warszawski ——

Jean Girard, né en 1696, est musicien à la Sainte-Chapelle de Bourges, haut lieu liturgique où fut entre autres, inhumé le duc de Berry, en 1416. Jean-Girard étudie au séminaire sulpicien de Bourges ou à Paris en 1720, mais il n'est pas ordonné prêtre. Il préfère immigrer en Amérique française et se fixe à Montréal le 20 septembre 1724, où il est maître d'école et organiste de l'église de la paroisse Notre-Dame tenue par des sulpiciens. Église où, semble-t-il, on aimait les fastes liturgiques.

Dans ses bagages, Jean Girard a rangé (au moins pour ce que nous avons encore la trace), le Premier livre d'orgue (1665), le Traité de composition de musique (1667) de Guillaume-Gabriel Nivers, et 540 pages de musique, reliées en 24 cahiers, eux-mêmes reliés en un livre. On y observe cinq mains principales et quatre ou cinq autres secondaires.

Six messes, onze Magnificat pour les Vêpres, neuf autres suites de pièces pouvant servir pour le Magnificat ou autres, trois Te Deum, un Pange lingua, 16 tierces ou cromhornes en taille, 6 dialogues de récits avec section en trio et 13 fugues.

Seize les 398 pièces anonymes 16 ont été identifiées comme étant de Nicolas Le Bègue (1631-1702), organiste parisien très prisé, souvent recopié, organiste du roi à partir de 1678. Certaines de ces pièces sont des variantes voire, pense-t-on, des versions avant publication. Toujours est-il qu'on est en gros dans la tradition de Le Bègue et en partie des années suivantes.

Le petit orgue à un seul manuel de l'église montréalaise n'était pas adapté aux œuvres du manuscrit. On suppose que le clavier était coupé, c'est-à-dire qu'on pouvait registrer deux parties du clavier différemment (par exemple basse et dessus), permettant d'adapter une grande partie des pièces, dont la registration est par ailleurs précisée.

Jean Girard décède en 1765. Son livre d'orgue est acquis en 1847 par Jean–Joseph Girouard (1794–1855), un notaire proche et en affaires avec les Sulpiciens, il est élu à l'Assemblée législative du Bas-Canada, impliqué dans la rébellion de 1837, un temps emprisonné. En 1950, son arrière-petite-fille, Mme Girouard Décarie, confie les papiers de son aïeul au chanoine et historien Lionel Groulx (1878-1967). En 1978, Élisabeth Gallat-Morin retrouve ce livre conservé par la fondation Lionel-Groulx, qui en édite le fac-similé en 1981, alors que la claveciniste et musicologue en fait le sujet de sa thèse de doctorat, et en réalise avec Kenneth Gilbert une édition critique.

Hélène Dugal, titulaire de l'orgue de la cathédrale de Montréal, s'est intéressée aux grandes formes : Magnificat, messe, Te Deum. Elle dispose à Commequiers d'un orgue (réalisé avec l'aide de bénévoles entre 1979 et 2010) à quatre manuels de 54 notes et d'un pédalier de 27 notes, à trente registres et commodités. Ce qui lui permet de respecter d'assez près les registrations indiquées dans le livre, ce que ne pouvait pas faire Jean Girard à Montréal.

Les pièces sont destinées à la liturgie paroissiale, les plains chants en alternances, assurés par l'ensemble Gilles Binchois sous la direction de Dominique Vellard, sont nécessaires à l'articulation d'ensemble et au sens. Pour les établir, le regretté Jean-Yves Hameline, et Jean-Michel ont puisé dans la tradition de Saint-Sulpice, du tournant des 17e et 18e siècles, illustrée par Guillaume-Gabriel Nivers et Henry Dumont, dont on retrouve ainsi une partie des plains-chants de sa messe du 4e ton de 1701.

Offertoire en fa ut fa (extrait), plage 22.

 

1-8. Magnificat en majeur.

9. Cromhorne en taille en majeur.

10-21 Messe du 4e ton (extraits).

22. Offertoire en fa ut fa.

23. Hymne Adoremus triumphantem.

24. Tierce en taille en A mi la .

25-40. Te deum.

 

 Jean-Marc Warszawski
25 décembre 2016.

 

musicologie.org, 56 rue de la Fédération, F - 93100 Montreuil. 06 06 61 73 41

ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2016

bouquetin

Mercredi 7 Décembre, 2016 23:05