bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Le Barbier de Séville, une somptueuse réouverture pour le théâtre  Caen

 

 

Théâtre de Caen, Le Barbier de Séville. Photographie © Frédéric Lovino.

13 janvier 2015, par Alain Lambert ——

Enfin ! Après plus d'un an et demi de rénovation, le théâtre a rouvert hier, pas si différent d'avant, mais complètement modernisé et rénové, avec un Barbier éblouissant. La mise en scène malicieuse de Jean François Sivadier, entre opéra-bouffe et comédie musicale, est parfaite. Et la scénographie d'Alexandre de Dardel, toute en paravents et stores, permet de montrer en action la nouvelle machinerie de cintres.

Une ouverture, à la West Side Story, pour nous mettre dans une ambiance année cinquante, avec un Figaro  à cran d'arrêt, et des loubards stéréotypés. Mais une fois le pauvre Almaviva dévalisé, le climat devient carrément burlesque, entre Charlot et les frères Marx, au point que le trio Lindor, Rosine, Figaro ressemble à s'y tromper au trio gouailleur de Chantons sous la pluie (ce qui est d'ailleurs le cas à Séville au cours du 2e acte). Tous les trois (Taylor Stayton, incroyable caméléon vocal, Eduarda Melo, Mark Diamond) sont de superbes chanteurs et comédiens, comme les autres aussi, les deux ténors, et une Castafiore  plus vraie que nature. Tout comme l'orchestre et choeur de l'Opéra de Limoges, dirigé par Nicolas Chalvin.

Théâtre de Caen, Le Barbier de Séville. Photographie © Frédéric Lovino.

A Caen encore les 15, 17 et 19 janvier à 20h. Ensuite à Dijon en février.

Voilà un théâtre rénové (sans oublier les nouveaux sièges, plus compacts pour gagner un peu d'espace pour les jambes, et la nouvelle soufflerie, silencieuse) pour une nouvelle saison un peu tardive, mais pleine de découvertes en nouveau cirque, danse, concerts classiques, jazz ou du monde, et théâtre bien sûr (avec Brecht entre le 22 et le 25 janvier)

Toutes les infos sur le site.

Le premier programme de l'année s'ouvre, exceptionnellement, sur un dessin de Chaunu en hommage à ses amis assassinés il y a à peine une semaine. Car la culture doit continuer, et s'ouvrir encore plus, pour éclairer les temps sombres. Le théâtre de Caen propose pour cela de nombreux spectacles, y compris gratuits.

Par exemple, pour rester dans le ton, un hommage aux musiciens de Terezin, par l'Orchestre régional en quatuor, commenté par la musicologue Élise Petit le 23 mai à 17h dans les foyers.

En complément à la création lyrique de cette saison,  l'opéra pour enfant Brundibar, associant la Maitrise de Caen et l'Orchestre régional, dans le cadre du 70e anniversaire de la libération des camps de la mort les 19 et 20 mai.

 

Théâtre de Caen, mise en peinture des foyers. Photographie ©Philippe Delval, octobre 2014.

 

plume Alain Lambert
13 janvier 2014

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Lundi 26 Janvier, 2015 17:06

bandeau

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert