musicologie.org —— 19e année, dimanche 9 juillet 2008.

    Biographies musicales . Encyclopédie . S'abonner au bulletin . Annonces . Textes . Recherche et annuaire

La Gazette musicale

Patrick Chamblas, Un air de révolte, la chanson engagée au Nez rouge

Par Jean-Marc Warszawski —— Le Nez rouge est long comme une péniche tenue en laisse canal de l'Ourcq, face au 13 quai de Loire à Paris. Construite en 1931, elle était l'un des 230  bâtiments composant  la flotte fluviale de l'empire chimique belge Solvay. Les mariniers appelaient ces bateaux « Nez rouges », parce que leur nez était peinturluré en rouge.  Michel Galabru a acheté l'un des réchappés pour le transformer en théâtre. Théâtre condamné à naviguer

Jan Pieterszoon SweelinckLa musique instrumentale de Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621)

Par Michel Rusquet —— Le « Père des organistes », le « Prince des musiciens », l'« Orphée d'Amsterdam » : ce Hollandais, dont un des traits particuliers est d'avoir semble-t-il passé toute sa vie à Amsterdam (une prouesse à une époque où les musiciens bougeaient beaucoup !), a eu droit à tous les superlatifs. Certes ceux-ci s'adressaient au compositeur, au virtuose du clavier, voire à l'expert en facture instrumentale qu'il fut bien avant J.-S. Bach, mais visaient

 

 

rois batteurs de jazzTrois batteurs de jazz et leurs musiques

Par Alain Lambert —— Les batteurs de jazz ne sont pas de simples accompagnateurs, ils sont les « sorciers du rythme » comme dit le saxophoniste Tony Pagano, et aussi mélodistes, parfois compositeurs, arrangeurs et leaders de leurs propres groupes. Trois cédés récents témoignent de leur créativité plus que rythmique.

ErismenaLes jeux de l'amour et du hasard : Erismena de Francesco Cavalli

Par Frédéric Norac —— On reconnaît dans Erismena, opéra de Cavalli créé à Venise en 1655, tous les topoï de l’opéra baroque naissant : travestissement, subterfuge, disparitions, retrouvailles, un roi trompé par une esclave dont il est amoureux, une femme abandonnée en quête de son amant sous un déguisement masculin et bien sûr l’éternelle vieille, moquée de tous et qui ne peut se résoudre à renoncer à l’amour et au plaisir.

demeter no acces

Marjolaine Reymond, Deme-ter No Access. Cristal Records 2018.

Christophe Marchand, musiques d'orgue en miroirs

Par Jean-Marc Warszawski —— On ne peut pas vraiment parler d’atonalité chez Christophe Marchand, mais plutôt d’une harmonie libérée des obligations de résolutions de dissonances à consonances et du règne de la relation tonique dominante, qui n'abolit pas toute polarisation tonale. Sans être dans le mariage des extrêmes, l’alliance d'évocations explicites et explicitées des musiques des xvie et xviie siècles avec une écriture contemporaine  attire indéniablement l’oreille. Musiques en miroirs ? Certainement, avec un balancement de

Glenn Gould : Jean-Sébastien Bach, le Clavier bien tempéré et la Fugue

Bach a toujours écrit des fugues. Aucune autre activité, aucune autre recherche ne convenaient mieux à son tempérament. Rien ne permet d'évaluer avec plus de précision l'évolution de son art. On l'a toujours jugé sur ses Fugues. Dans les dernières années de son existence, il continuait à en écrire alors que les préoccupations de l'avantgarde de son temps étaient orientées vers des intentions plus exclusivement mélodiques; on se débarrassait de lui comme d'une relique d'un âge ancien et moins éclairé. Et quand s'amorça ce grand mouvement de masse en sa faveur au début du XIXe siècle, ses partisans étaient des romantiques bien intentionnés qui voyaient dans les chœurs formidables et glaciaires de la Passion selon saint Matthieu ou de la messe en si mineur des énigmes insolubles et quasi injouables, mais malgré tout dignes de dévotion à cause de la foi qu'ils exsudaient avec une ferveur si manifeste.

MozartLes sérénades de Mozart

Par Michel Rusquet —— Divertimenti, sérénades, cassations, sonates d’église, menuets, marches, danses allemandes et autres contredanses : nombreux sont les genres « secondaires » auxquels Mozart s’est consacré pendant sa courte existence, et notamment au cours de ses années salzbourgeoises.

Second Tribute Fest de Luc-sur-Mer : recréer les musiques de vinyle

Par Alain Lambert —— Luc-sur-Mer à moins de 20 km de Caen, la mer remonte doucement alors que le soleil infléchit son orbe vers l'orangé et l'horizon. Le cover caennais d'AC-DC, Riff Raff organise cette seconde fête des meilleurs Tributes français en ce premier week-end estival

Faut-il lire les livres anciens de théorie ?

Par Jean-Marc Warszawski —— Dans son ouvrage, La mémoire, l'histoire et l'oubli, publié en 2000, consacré à la représentation du passé, Paul Ricœur (1913-2005), fait appel à la notion de « pardon », et donc à celle de « culpabilité ». L'introduction de ces notions, qui renvoient spontanément à des questions de morale, voire de théologie, pourrait sembler ici surprenante. En fait, Paul Ricœur, bien que chrétien engagé pour sa religion, aborde ces notions en philosophe, dans ce que le pardon implique comme relation particulière à la mémoire, au passé et à l'oubli. Le pardon, est pour lui une réconciliation avec le passé, un apaisement — ce qui, notons-le en passant, peut faire écho à certains aspects des écrits sur Gabriel Fauré de Vladimir Jankélévitch1. Mais il s'agit bien, selon les termes de l'auteur, de montrer que « Les effets de la faute et du pardon recroisent toutes les opérations constitutives de la mémoire et de

Johann Jakob Froberger (1616-1667)

Sa famille est originaire de Halle. Son père, Basilius (1575-1637), entre en 1599 comme ténor à la chappelle ducale du Württember à Stuttgart, puis y est maître de chapelle en 1621. Plusieurs de ses enfants sont employés à la chapelle ducale, mais rien n'indique un éventuel service de Johann Jakob.
Froberger a sans doute bénéficié d'une formation musicale familiale et peut-être a-t-il étudié avec J. U. Steigleder organiste de la cour dès 1627. En 1637, à la mort de leur père, Johann Jakob et son frère Isaac vendent sa bibliothèque musicale à la cour

Gilles Binchois (vers 1400-1460)

Son père Jean de Binch (Johannes de Binche, peut-être mort en 1425)  et sa mère Jeanne (Johan-na, née Paulouche, peut-être morte en 1426) sont des bourgeois de Mons. Son père est conseiller du duc Guillaume IV de Hainault, et à partir de 1417, de sa fille Jacqueline de Bavière. Il a fait ériger une chapelle

Les cédés

broken land

Initiative H, Broken Land. Neuklang 2018.

 

Jean Luc « Nesta » Mondelice

Hand Five, Exil, Bernard Cochin (contrebasse), Fran-çois Chesnel (piano), Jean-Luc « Nesta » Mondélice (bat-terie, voix), Patrick Martin (sax-phone), Pierre Millet (Trompette). Petit label 2018 (PL Kraft 058)

 

Bertrand Renaudin Trio, La tentation des nuages. OP MUSIC 2018.

 

L'esprit sériel de Jean-Yves Bosseur : d'un art à l'autre

Par Jean-Marc Warszawski —— Le compositeur et musicologue Jean-Yves Bosseur ajoute un nouvel ouvrage à la trentaine qu’il a publiés, un nouveau dossier à sa longue enquête sur les relations de la musique avec les autres arts, particulièrement les arts visuels. Cette fois, il aborde la problématique de la musique sérielle. Plus philosophe que comparatiste, l’auteur n’aborde pas

Now Freeture avec Régis Huby et Tolmo, à PAN l'été

Par Alain Lambert —— Samedi soir se tenait au DOC, à Saint-Germain d'Ectot, lieu hautement  expérimental de la campagne caennaise la soirée d'été du collectif jazz régional, avec deux concerts doublement expérimentaux, le premier avec en invité Régis Huby au violon décalé, et le second pour une rencontre transe-européenne.
D'abord Now Freeture, déjà dix ans d'expériences multiples, avec  Yann Letort aux sax, Nicolas Larmignat à la batterie, Stéphane Decolly à la basse électrique, Samuel Belhomme à la trompette ou au bugle, Emmanuel Piquery au piano électrique et à la table sonore, un ensemble de percussions diverses et de ressorts vibratiles,

Maria José SiriDuo d'excellence : Maria José Siri, Gregory Kunde et le Comunale de Bologne

Par Frédéric Norac —— Une rencontre et des retrouvailles, c'est ce qu'offrait ce concert lyrique de l’orchestre du Teatro Comunale de Bologne au programme bizarrement construit et quelque peu éclectique où se bousculaient, selon les besoins de l'alternance entre airs, duos et temps de repos pour les chanteurs, des extraits d'opéras de Verdi avec l'ouverture et le ballet du troisième acte de Guillaume Tell

rectangle

Le rire en musique

Joubert Muriel et Le Touzé Denis (direction), Le rire en musique. « méloto-nia », Presses universitaires de Lyon, Lyon 2017 [328 p. ; ISBN 978-2-7297-0918-1 ; 20 €].

 

 Agenda 

rectangle_actu

 

recangle_textes

 

rectangle

trait Les livres trait

Houbart François-Henri, Histoire de l'orgue en Orléanais et dans le Loiret : inventaire des orgues, fac-teurs, organistes, composi-teurs. Delatour France Samp-zon 2016 [480 p. ; ISBN 978-2-7521-0302-4 ; 59 €]

Feneyrou Laurent, De lave et de fer. Une jeunesse allemande : Helmut Lachen-mann. « Répercussions », Éditions MF, Paris 2017 (286 p. ; ISBN 978-2-915794-97-7 ; 22 €].

Cugny Laurent, Hugues Panassié : l'œuvre panassié-enne et sa réception. « Jazz en France », Outre mesure, Paris 2017 [166 p. ; ISBN 978-2-907891-92-9 ; 17 €]

Qui sommes nous ?
Bulletin d'information
Recherchedans le site et +
Presse internationale

Petites annonces
Téléchargements

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Analyses musicales
Cours d'harmonie et d'écriture

Articles et documents
Bibliohèque
Nouveaux livres
Nouveaux disques

Colloques & conférences
Universités en France

Soutenir musicologie.org

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil.

☎ 06 06 61 73 41

@Contact

SIRET 533 035 408 00012 - Enregistrement à la CNIL no 1122478

ISSN 2269-9910

2017 : 887 548 lecteurs. Classement Alexa ; 7 883 pages publiques indexées dans le moteur de recherche. 3 229 abonnés au bulletin. Les compteurs Xiti sont homologués par Diffusion et Contrôle (OJD)