rectangle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste de discussion
collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles & études
Textes de référence
Iconographie

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

bandeau encyclo
S'abonner au bulletin (courriel vide)

A  B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[ 9e siècle ] [ 10e siècle ] [ 11e siècle ] [ 12e siècle ] [ 13e siècle ] [ 14e siècle ]
[ 15e siècle ] [ 16e siècle ] [ 17e siècle ] [ 18e siècle ] [19e siècle] [20e siècle]

 Ûd, aoud, oud

Instrument cordophone de la musique traditionnelle arabe. C'est, un luth à manche court. Étymologiquement ûd signifie «morceau de bois», «table». Cet instrument est attesté au VIème siècle.

Il à une une grosse caisse de résonance piriforme, dont le fond, typique, est constitué de côtes collées. Le manche court, permettre peu de positions (3 ou 4). Il se termine par un chevillier courbe orienté vers l'arrière. Le table d'harmie est ouverte par une rosette souvent accompagnée de deux autres plus petites. L'instrument comporte 5 rangs de cordes doubles accordées sol, la, ré, sol, do, que l'on pince avec un long plectre flexible (comme un médiator pour le guitare) fait d'un penne de plume, ou d'une tige de plastique. La touche du manche est sans frettes (il existes quelques ancens instruments tunisiens à frette) C'est un instrument soliste ou d'ensemble, l'ûd est l'intrument le plus important de l amusique arabe.

La légende attribue son invention à Lamek, pour déplorer la mort de son (ou ses fils selon les versions de la légende).

Il peut poncter la récitation de la poésie, accmpager le chant, être un instrument de virtuosité soliste, être un instrument de pupitre dans l'orchestre. Le moyen-âge a laissé le nom de quelques grand joueurs d'ûd comme Ibrâhîm al-Mawsili, son fils Ishâq et Zalzal Mansûr, qui aurait modifié l'instrument.Zalzal Mansur (v. 726 - 791) compositeur, musicien, luthier, théoricien, de Ishak Mawsili. Il aurait perfecionné le ûd persan en introduisant la tierce neutre (22/27).


Un plectre pour jouer le ûd

Al-Mawsili Ishak (767 - 850 — Perse). On lui attribue 40 ouvrages dont une partie consacrée à la musique. Aucun n'est parvenu. Compositeur, chanteur, poète, philologue, juriste Le musicien le plus célèbre de son temps Musicien en chef de la cour de Bagdad. Comme son père Ibrahim al-Mawsili, Ishaq est un défenseur du rigorisme classique. On lui attribue la théorie des asabi (doigts), première théorie modale connue en arabe. Son oncle est le luthiste Zalzal qui fixa la tierce neutre. Avec son père, il est en relations avec Abu l-‘Atahiya, célèbre poète libertin et manichéen, entré dans les bonnes grâces du calife Harun al-Rachid, à Bagdad. Ibrahim et Ishak sont aussi des personnages des Mille et une nuits.

 

Comment fabriquer un ûd et l'accorder
selon les Ikhwan al-safa
(groupe anonyme du Xème siècle)

On a peut-être quelques indication sur certains des auteurs de ces épîtres. Par exemple, Tawhidi († 1009) cite quelques personnages « anticonformistes » de Basra. On retrouve les mêmes (sauf un peut-être décédé) parmi d'autres dans le témoignage du cadi (juge) Abd al-Jabbar al-Hamadani, qu'il dit être de dangereux ismaïliens. Les Frères de la pureté est peut-être un groupe de missionnaires basriens, ayant rédigé leur œuvre durant toute la première moitié du Xe siècle.

Parmi tous les instruments inventés par les philosophes, le plus perfectionné est le ud. Selon les gens de l'art, il doit être en bois et ses proportions répondre à un rapport noble. Largeur avec longueur, 3/2. La profondeur doit être la moitié de sa largeur, le manche, 1/4 de sa longueur totale. Les ais, minces sont en bois léger, le plateau, fin est en bois solide qui résonne quand il est frappé. Il possède quatre cordes dont l'une est plus épaisses que les autres.

Les proportions des cordes : La 4e (bamm, 64 fils de soie) avec la 3e (mathlath, 48 fils de soie) = 4/3 ; La 3e avec la 2e (mathna, 36 fils de soie) = 4/3 ; La 2e avec la 1e ( zir, 27 fils de soie) = 4/3

La position des frettes : On divise la longueur d'une corde an quatre parties égales et l'on fixe la touche de l'auriculaire aux ¾ de la longueur de la corde à partir de l'endroit où se termine le manche. Puis on divise la corde à partir de son extrémité supérieure en 9 parties égales et l'on fixe la touche de l'index (sahaba) au IXe de la longueur à partir des chevilles. La touche de l'annulaire (binsir) est au IXe de la corde à partir de l'index. Cette dernière se place au-dessus de la touche de l'auriculaire du côté de la touche de l'index. Puis on divise la longueur de la corde allant de l'auriculaire au chevalet en 8 parties égales et on ajoute une autre touche, celle du médian (wusta). On cherche un point sur la corde qui est séparé de la touche de l'auriculaire de 1/8 de la distance entre l'auriculaire et le chevalet. La touche du médius est avec celle de l'auriculaire dan un rapport de 9/8. La touche du médius se place entre la touche de l'index et celle de l'annulaire.

Pour accorder le ud : Tendre la première corde (zir) au maximum. La touche de l'auriculaire de la seconde corde doit avoir la même note que la première corde à vide. Le touche de l'auriculaire de la troisième corde doit avoir la même note que la seconde corde à vide. La touche de l'auriculaire de la quatrième corde doit avoir la même note que la troisième corde à vide.

Liens

Le site de Nikos Dimitriadis

© musicologie.org 2006 - 2008