bandeau encyclopédie
Actualités . Biographies . Textes . Annonces . Livres . Cédés . Agenda . Bulletin (abonnement) . . Recherche + annuaires .  Documents .  Analyses musicales . Collaborations . Nous soutenir . Contact

[9e siècle] [10e siècle] [11e siècle] [12e siècle] [13e siècle] [14e siècle]
[15e siècle] [16e siècle] [17e siècle] [18e siècle] [19e siècle] [20e siècle]

A  B  C  D  E   G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X   Z

La dame blanche

La dame blanche par Scribe et Melesville, musique de Boieldieu (acte III Scène dernière). Théâtre de l'Opéra-Comique : Album théâtral no 8, par Octave Tassaert (1800-1874).

Opéra-comique en trois actes de François Adrien Boieldieu, sur un livret d’Eugène Scribe, d'après Le Monastère et Guy Mannering, de Walter Scott, créé le 10 décembre 1825 à l’Opéra-Comique. Dédicacé à Marie-Caroline de Bourbon, duchesse de Berry.

Cet opéra, comme d'autres de ce compositeur a eu un immense succès. Entre 1825 et 1900, il a été joué 1637 fois, la millième en 1834.

Personnages

Gaveston, ancien intendant des comtes d’Avenel (basse) ; Anna, sa pupille (soprano) ; Georges, jeune officier anglais (ténor) ; Dikson, fermier des comtes d’Avenel (baryton) ; Jenny, sa femme (soprano) ; Marguerite, ancienne domestique des comtes d’Avenel (mezzo-soprano) ; Gabriel, valet de ferme de Dikson ; Mac-Irton, juge de paix du canton (basse).

Argument

L'argument, qui se situe au xviiie siècle, tourne autour de la conservation du patrimoine familial (un manoir en écosse), dont les d'Avenel ont été dépossédés, Julien d'Avenel, le dernier du nom ayant fuit en France après avoir soutenu les Start, d'un fantôme, la Dame blanche, et d'un trésor caché.

En fait, le fantôme est Anna, une orpheline adoptée par les Avenel et chargée de veiller sur les biens la famille. George Brown, un sous-lieutenant arrive au manoir, il tombe amoureux d'Anna, qui par ailleurs s'oppose aux visées mercantiles de Taveston. Lors de la vente aux enchères, George sous la pression d'Anna, surenchérit et emporte la vente,mais il n'a pas un sou. Anna trouve le trésor caché, ce qui permet à George d'honorer son achat. Anna lui révèle qu'il est Julien d'Avenel.

Extraits

Ouverture. Radio Symphonieorchester BratIslava.

 

« Ah quel plaisir d'être soldat ! » (no 1b), Michel Sénéchal, Orchestre Symphonique & Chœur de Paris Paris, sous la direction de Pierre Stol (1961).

 

« Viens, gentille dame », par Juan Diego Flórez, Berlin 7 avril 2010.

 

Livret

ACTE I

INTRODUCTION

SCENE 1
Paysans écossais, hommes et femmes, la marraine

CHOEUR
Sonnez, sonnez, cors et musette!
Les montagnards vent réunis;
Car un baptême est une fête,
Pour des parents, pour des amis.

SCENE 2
Les précédents, Dikson et Jenny

UN PAYSAN
Eh bien, cousin, queue nouvelle?

DIKSON
Mes amis,
Partagez ma douleur mortelle:
On ne peut baptiser mon fils...

TOUS
Et pourquoi done?

DIKSON
Pour un baptême

TOUS
Il nous faut un parrain...

DIKSON
Justement, justement,
Nous sommes sans parrain.

JENNY et TOUS
Ouel revere soudain! Point de parrain!

DIKSON
J'en avais un du plus haut grade,
Car ctétait Monsieur le shérif;
Mais voilà qu'il tombe malade
Juste au moment décisif.

TOUS
Comment remplacer un shérif?

JENNY et DIKSON
Je veux un parrain d'importance
Qui porte bonheur à mon fils!
Plus de dense, plus de jeux!
Pour nous quel contretemps facheux!
Quel dommage; allons, n'y persons plus

SCENE 3
Les précédents, Georges,
paraissant sur le haut de la montagne

DIKSON
Mais quel est cet étranger?

GEORGES
Chez vous, mes bons amis, ne puisje pas loger?
(Tirant sa bourse et la présentant)
Tenez... car !a faim m'aigudlonne.

DIKSON
(la repoussant)
Comment? Georges: Prenez donne!

DIKSON
Chez les montagnards écossais
L'hospitalité se donne,
Et ne se vend jamais!
Votre état?

GEORGES
J'ai servi depuis mon enfance
Et je suds officier du rod.

TOUS
Un officier du roi!

DIKSON
Ce titre-là suffit, je pense;
Soyez le bienvenu chez moi.

(Tout le monde s'empresse autour de lui)

GEORGES
Mes bons amis, croyez d'avance
A ma reconnaissance...

AIR

GEORGES
Ah! quel plaisir d'être soldat!
On sert par sa vaillance,
Et son prince et l'état;
Et ga~ment on s'élance
De l'amour au combat.
Ah! quel plaisir d'être soldat!
Sitot que la trompette sonne,
Sitot qu'on entend les tambours,
Il court dans les champs de Bellone,
En riant, exposer ses jours.
Écoutez ces chants de victoire;
De la gaîté, c'est le signal.
"Amis, buvons à notre gloire...
Buvons à notre général!
Ah! quel plaisir d'être soldat!
Quand la paix, prix de son courage,
Le ramène dans le village,
Pour lui quel spectacle nouveau!
C'est un père, un ami qui le presse et l'embrasse;
Chacun se dit: "C'est lui, c'est l'honneur du hâmeau!"
Et sa mère, est-elle heureuse!
"Te voilà, te voilà!…"

JENNY et TOUS
Oh! c'est bien ça! oui c'est bien ça!

GEORGES
Mais j'avais une amoureuseoù donc est-elle?
J'entends…je comprends…Oh, j'entends, je comprends…
Ah! quel plaisir d'être soldat, etc

JENNY
(bas à Dikson)
Quel aimable caractère!
C'est !e parrain qu'il nous faudrait.

DIKSON
(de même à Jenny)
Y penses-tu ? C'est indiscret!

JENNY
Laisse-moi faire.
(S'approchant de Georges)

COUPLETS

I
Du ciel pour nous la bonté favorable
Nous donne un firs, espoir de notre hymen:
Et pour qu'il soit aussi brave qu'aimable
Nous vous prions d'en être le parrain.

GEORGES
(à Jenny)

II
Puissè-je un jour, pour acquitter ma dette,
De votre fils embellir le destin!
Mais en voyant tent d'attraits,
Vraiment, je regrette
De ne pouvoir être oue son parrain

DIKSON
Que de bonté!

JENNY
Qu'il est aimable!

DIKSON
(avec joie)
Vous acceptez, quel bonheur!
(A Jenny)
Toi, cours prevenir le pasteur.
(Aux montagnards).
Et vous, veillez au repas, je vous prie,
Car avant la cérémonie
Nous avons toujours le festin.

GEORGES
Moi, d'avance, je m'y convie;
Vous me verrez le verre en main,
Toujours chantant quelque refrain.

DIKSON
Ah! quel aimabie parrain!

DIKSON, puis LES CHOEURS
Maintenant, sonnez cors et musette
Les montagnards vent réunis:
Car un baptême est une fête
Pour des parents, pour des amis.

SCENE 4
Les précedents, Jenny
Morceau d'ensemble

DIKSON
Que nous veut notre ménagère?

JENNY
Ah! monsieur...je ne sais, comment vous faire part...

DIKSON
Qu'est­ce done?

JENNY
Le baptême ne peut se faire
Que ce soir, et très tard;
Et monsieur, au'on attend sans douse,
Veut partir?

GEORGES
Je ne vais nulle part;
Rien ne me presse, et je m'arrete en route,
Où je vois des amis.

JENNY
Dans nos humbles foyers vous restez done?

GEORGES
Bien volontiers.

JENNY
Jusqutà demain?

GEORGES
Volontiers.

DIKSON
Vous souperez?

GEORGES
Bien volontiers. Les braves gens!

JENNY
Ah! c'est vraiment charmant, il est toujours de notre avis.

DIKSON
Allons, femme, fais­nous servir
Allons vise, fais­nous serving
Touchez !à: pour nous quel piaisir!

GEORGES
Les braves gens!

DIKSON
Touchez­là; quel plaisir!
II faut rire, il faut boire à l'hospitalité.

GEORGES, puis LE CHOEUR
A l'amour, à la gloire,
Ainsi qu'à la beauté!

DIKSON
Ici, Monsieur le militaire,
A la place d'honneur.

GEORGES
Près de ma gentille commère,
Ah! pour moi quel bonheur!
Ensemble: 11 faut rire. i! faut boire.

COUPLETS

TOUS
Ecoutons!

JENNY

I
D'ici voyez ce beau domaine
Dont les créneaux touchent le ciei!
Une invisible châtelaine
Veille en tous temps sur ce caster.
Chevalier félon et méchant,
Qui trâmez complot malfaisaisant,
Prenez garde!
La Dame blanche vous regarde,
La Dame blanche vous emend.

II
En tous lieux protègeant les belles,
Et de son sexe ayant pitié,

(Regardant Dikson)

Quand les maris vent infidèles,
Wile en avertit leur moitié.
Coeur volage, époux incostant,
Qui manquez à votre serment,
Prenez garde!
La Dame blanche vous regarde,
La Dame blanche vous emend.

III
Sous ces voûtes, sous ces tourelles,
Pour éviter les feux du jour,
Parfois gentilles pastourelles
Redisent doux propos d'amour.
Vous qui parlez si tendrement,
Jeune fillette, jeune amant,
Prenez garde!
La Dame blanche vous regarde,
La Dame blanche vous emend.

GEORGES
Gran merci, ma belle enfant,
Votre conte est charmant.

TOUS
(effrayés)
Un conte!

JENNY
La Dame blanche vous regarde
Elle vous entend!

TOUS
Silence!

GEORGES
(riant)
Elle nous entend! Ah! Ah! Ah!

SCENE 5
Georges, Jenny

DUO

GEORGES
Il s'éloigne, il nous laisse ensemble;
Mais en partant, je crois qu'il tremble.

JENNY
Hélas, il est toujours ainsi:
J'vois toujours trembler mon mari,
Au moindre bruit dans le village,
Il a peur.

GEORGES
Il a peur?

JENNY
Dès qu'il entend gronder l'orage,
Il a peur.

GEORGES
Il a peur?

JENNY
Ah! queue peur!
La nuit, même quand il sommeille,
Il a peur.

GEORGES
Il a peur?

JENNY
Et quand parfois il se réveille,
C'est qu'hélas! de quelque voleur
Il a peur.

GEORGES
Il a peur?

JENNY
Qu'on m'dise un mot d'galanterie,
Ou bien qu'à denser l'on me prie,
Il a peur.

GEORGES
Il a peur?

JENNY
Il meurt de peur,
Y conçoit­on rien, je vous prie?

GEORGES
Ah! je conçois sa frayeur;
Lorsqu'on a femme jolie,
De tout le monde l'on a peur, mais…

Ensemble

JENNY
Oh! le brave militaire!
Pour mon marl je n'ai plus peur;
Auprès d'un militaire,
Pour mon marl je n'ai plus peur,
Vous serez notre défenseur,
Non, non, plus de frayeur!

GEORGES
lui prenant la main
Auprès d'un militaire,
Non, non, non, non, plus de frayeur.

JENNY
J'bénis ie sort que nous rassemble
Mais, que vois­je? Votre main tremble!

GEORGES
Vraiment, parfois je suis ainsi.

JENNY
Eh! bien, le voilà comme mon mari!

GEORGES
Oui, quelquefois, près d'une belle,
Moi, j'ai peur.

JENNY
Il a peur!

GEORGES
Oh! queue peur!
Lorsque son oeil noir étincelle,
Moi, j'ai peur!

JENNY
Il a peur?

GEORGES
Lorsque j'admire tent de charmes, j'ai peur;
Craignant de !eur rendre les armes,
Pour ma raison et pour mon coeur
J'ai grand peur!

JENNY
Il a peur!

GEORGES
Pour dissiper cette folie,
Un seul baiser, je vous en prie…

JENNY
Non, Monsieur, c'est pour moi que j'aurais peur!

GEORGES
Rien qu'un baiser, ma chère!

JENNY
Pour moi j'aurais trop peur,
Monsieur n'a done plus de frayeur?

GEORGES
Cela redouble, au contraire,
Et c'est pour me donner du coeur.

(Il l'embrasse)

Ensemble

JENNY
Oh! le brave militaire!
Pour mon marl je n'ai plus peur;
Vous serez notre détenseur,
Non, non, plus de frayeur!

GEORGES
Auprès d'un militaire
Non, non, non, non, plus de frayeur!
Je serai votre défenseur!

SCENE 6

Ensemble
Dikson et Jenny, Georges

DIKSON et JENNY
Grand Dieu! que viens­je d'entendre:
Voici donc le moment fatal!
Quel mystère!
C'est un mystère infernal!

GEORGES
D'honneur, je n'y puis rien comprendre,
Quel mystère!
C'est vraiment très original!

DIKSON et JENNY
Je n'y puis rien comprendre,
Je ne puis mien défendre,
Mon coeur bat de frayeur!

GEORGES
Je n'y puis rien comprendre,
Mais d'un billet si tendre
Je voudrais bien voir l'auteur.
Il ne peut s'en détendre,
Son coeur tremble de peur.

DIKSON
C'est cette nun' dans l'instant même…

JENNY
Non, non, tu n'iras pas!

DIKSON
montrant le papier
Songe bien à son ordre suprême

JENNY
Non, non, j'arretêrai tes pas!

DIKSON
Et si je brave sa colère,
Songe à ce que nous deviendrons,
Adieu notre fortune entière!
Adieu l'espoir de nos moissons!
Et chez moi, toutes les semaines
Les lutins, qu'elle aura payés,
Viendront la nun', avec un bruit de chaines,
Me firer par !es pieds…

Ensemble
Dikson et Jenny, Georges

DIKSON et JENNY
Ah! Grand Dieu! que viens­je d'entendre?
Voici le moment fatal!
Il faut, Je ne puis m'en/Il ne peut s'en défendre,
Descendre au séjour infernal.

GEORGE
Mes bons amis, sechez vos larmes;
Si ce rendez­vous aujourd'hui
Est la cause de vos alarmes,
Ne craignez rien,
(Montrant Dikson)
Au rendez­vous j'irai pour lui.

DIKSON et JENNY
O ciel! vous exposer ainsi!

GEORGES
Le péril a pour moi des charmes,
Surtout pour aider un ami…

DIKSON et JENNY
Des lutins craignez la furie!

GEORGES
Je ne crains rien je suds soldat.

DIKSON
Quoi! voulez­vous?…

GEORGES
C'est mon envie.

DIKSON
Risquer vos jours?

GEORGES
C'est mon état.
Allons, sers­moi d'escorte,
Tu voudrais résister en vain.

DIKSON
Eh, Eh! je vais le conduire à la porte,
Et puis je reviendrai soudain.

JENNY
Et notre baptême?

GEORGES
(gaiment)
A demain,
Je reviendrai, j'en suds certain.

DIKSON
(à part)
Et puis, si le diable l'emporte,
Nous serons encor sans parrain!

Ensemble
Georges, Dikson et Jenny

GEORGES
O toi la plus belle des belles,
Dame blanche, esprit ou lutin,
Sur tes créneaux, sur tes tourelles,
J'arrive en galant paladin.

DIKSON et JENNY
(tremblants)
Je sens une frayeur mortelle…
Nous voulons l'arrêter en vain;
Il va, dans 1'excès de son zèle,
Au devant d'un trépas certain.

JENNY et DIKSON
Entendez­vous?

GEORGES
Suis­ moi.

DIKSON
Qutentends­je?

JENNY
Entendez­vous et l'orage et la grêle?

DIKSON
La foudre sillonne les airs.
Jusqu'au ciel qui s'en mêle!…
C'était bien assez des enfers!

JENNY
Contre nous, je le vois d'avance,
Tout l'univers est conjuré!

GEORGES
Malgré !'enfer et sa puissance,
Je !'ai promis, oui, j'irai.

Ensemble

O toi ma patronne fidèle
la plus belle des belles, (etc…)
protège un galant paladin
j'arrive en galant paladin.

JENNY et DIKSON
Entendez­vous?

GEORGES
Suis­moi, tu voudrais résister en vain
Allons, suis­moi; partons!

JENNY et DIKSON
Mais l'orage redouble…

GEORGES
Qu'importe! marchons.

Ensemble

O toi (etc.)

 

ACTE II

 SCENE 1

MARGUERITE

(occupée à filer)

COUPLETS
Pauvre dame Marguerite,
Tes derniers jours vent venus,
Et ces fuseaux que j'agite
Bientôt ne tourneront plus.
Que je vole encor mes maîtres,
Au château de leurs ancêtres:
Avant de mourir, voilà
Le seul bonheur que j'implore
Fuseaux légers, tournez encore,
Tournez encore jusque là.

II

Et toi, dont la souvenance
Reste en mon coeur maternel,
Toi dont j'élevai l'enfance,
Pauvre Julien d'Avenel;
Dusséje en mourir de joie,
Qu'un seul jour je te revoie:
Avant d'expirer, voilà
Le seul bonheur que j'implore…
Fuseaux légers, tournez encore,
Tournez encore jusque là.

SCENE 2
Anna, Gaveston

DUO

ANNA
C'est la cloche de la tourelle
Oui tout­à­coup a retenti.
(à part, pendant que Gaveston va regarder à la fenêtre)
Au rendez­vous il est fidèle;
Mais comment l'introduire ici?

GAVESTON
Il est minuit! dans ma demeure
Qui peut venir à pareille heure?

ANNA
Quelque malheureux pèlerin.

GAVESTON
Quelque malheureux pèlerin!
Eh bien, qutil passe son chemin.

ANNA
Pour lui, pour lui je demande grâce!

GAVESTON
Non, non, qu'il passe son chemin!

ANNA
Pour lui, pour lui, je demande grace,
Vous qui voulez prendre la place
Des anciens maitres de ces lieux,
Imitez­!es, faites comme eux;
Si chacun ici les révère,
C'est que leur porte hospitalière
S'ouvrait toujours aux malheureux.

Ensemble
Anna ­ Gaveston

ANNA
(à part)
Il hésite… il balance…
Désormais plus d'esperance,
Adieu done tous mes projets.
(à Gaveston)
Ah, si chacun ici révère
Les anciens maitres de ces lieux,
C'est que leur pone hospitalière
S'ouvrait toujours aux malheureux.
Imitez­les faites comme eux.
Il hésite, il balance…

GAVESTON
De cette complaisance,
Bientôt je me repentirais;
Il faut de la prudence
Pour servir done tous mes projets.
Non, non, cette imprudence
Peut nuire à mes projets,
Non, non, laissez­moi.

SCENE 3
Les mêmes, Marguerite

MARGUERITE
Un beau jeune homme, et de bonne tournure,
Pendant l'orage et par la nun' obscure,
Demande asil en ce castel.
En invoquant Saint­Julien d'Avenel.

ANNA
à part
C'est Dikson c'est lui­même!

MARGUERITE
Moi, je l'ai fait entrer dans la salle à côté.

GAVESTON
Sans m'avoir consulté?
Quelle imprudence extrême!
Je veux qu'i! sorte à l'instant même.

ANNA
Y pensez­vous? dans le pay
Vous avez assez d'ennemis!
Souffrez qu'il entre en ce logis.
Et dès demain vous aurez connaissance
Du billet qu'en mes mains la Comtesse a remis.

GAVESTON
Vous le jurez?

ANNA
Je le promets d'avance.

GAVESTON
A vos désirs il faut se conformer;
Et puisqu'il faut ici se faire aimer.
Qu'il entre donc!…

ANNA
Enfin, je respire!

MARGUERITE
Dieu, queue bienfaisance!

ANNA
O douce esperance!

GAVESTON
Où le placer?

ANNA et MARGUERITE
Dans cet appanement.

GAVESTON
à Anna
Soit, mais rentrez dans le votre à l'instant!

Ensemble

ANNA
A la douce espérance
Je renais désormais;
Que l'ombre et le silence
Secondent mes projets!

MARGUERITE
A la douce espérance,
Je renais désormais;
Que l'ombre et le silence
Secondent nos projets!

GAVESTON
A la douce espérance,
Livrons­nous désormais,
A la douce espérance
Je renais désormais.
Pour cette complaisance
Je n'ai point de regrets.
Non, dans l'ombre et le silence,
Murissons bien mes projets.

SCENE 4
Georges, seul: Maintenant observons,
écoutons, etpois attendons.

CAVATINE
Viens, gentille dame,
De toi, je reclâme la foi des serments.
A tes lois fidèle me voici, ma belle!
Parais… je t'attends!
Viens, gentille dame…
Que ce lieu solitaire
Et que ce doux mystère
Ont de charmes pour moi!
Oui, je sens qu'à ta vue
L'âme doit etre émue;
Mais, ce n'est pas d'effroi…
Non, non, ce n'est pas d'effroi.
Viens, gentille dame…
Déjà la nun' plus sombre
Sur nous répand son ombre,
Qu'elle tarde à venir!
Dans mon impatience
Le cosur me bat d'avance…
Le coeur me bat d'attente et de plaisir.
Parais done, je t'attends. Viens, je t'attends!

(A la fin de la Cavatine on entend
un au de harpe et Anna parait)

SCENE 5
Georges, Anna habillée en blanc et la tete ouverte d'un voile

Récitatif

Ce domaine est celui des comtes d'Avenel;
Un avide intendant, au coeur dur et cruel,
Veut les en dépouiller; mais mon pouvoir propice
Protège l'orphelin et confond l'injustice.
Parle! veux­tu demain, oui, voudras­tu demain
Seconder mon espoir?

GEORGES
Défendre le malheur est mon premier devoir.

DUO

ANNA
Toujours soumis à ma puissance,
Il faut jurer de me servir.

GEORGES
Jurer de te servir?…
Je te promets obéissance;
A quel danger faut­il courir?

ANNA
Tu me promets obeissance?

GEORGES
Je te promets obéissance
Et je te jure de te servir.

ANNA
De tes serments... de ton courage
M'oseras­tu donner un gage?

GEORGES
Parle!

ANNA
Oserais­tu bien ici
Me donner ta main?

GEORGES
Ma main? La voici.

Ensemble

GEORGES ­ ANNA
Cene main si jolie,
D'un doux plaisir fait palpiter mon coeur;
Si c'est un reve trompeur,
Laisse­moi mon erreur!

ANNA
De l'amour, de sa douce magic,
Craignons le pouvoir séducteur...
Laissons­lui son erreur.
Fuyons!

GEORGES
Arrête!...

ANNA
O ciel! ma frayeur est extrême...
Que me veux­tu?

GEORGES
Tantôt tu promis qutà mes yeux
Appara^nrait celle que j'aime.
Où la verrai­je?

ANNA
Dans ces lieux.

GEORGES
Comment?

ANNA
Eh bien, ctest elle­même,
C'est elle qui demain viendra
T'apporter mon ordre suprême;
Aussi done, dès qu'elle paraitra,
Ou'on obéisse...

GEORGES
A l'instant même.
Mais tu promets qu'elle viendra?

ANNA
Oui, je promets qu'elle viendra.

GEORGES
Je crois au serment qui t'engage,
Mais il mten faut encore un gage.

ANNA
Quoi done?

GEORGES
Oserais­tu bien ici
Me donner ta main?

ANNA
Ma main!

GEORGES
Ta main.

ANNA
La voici.

Ensemble

GEORGES
Cene main si jolie
D'un doux plaisir fait palpiter mon coeur.
Si c'est un rêve trompeur,
Laisse­moi mon erreur.
Pour un lutin, queue douceur!
Si c'est un reve. etc…

ANNA
De !'amour, de sa douce magie
Craignons le pouvoir séducteur;
Ah! redoutons un charme trompeur!
Fuyons... Iaissons­lui son erreur.

(Anna passe derrière lui, rentre par la porte à asuche)

SCENE 6
Georges, Gaveston, Dikson, Marguerite, Jenny,
Choeurs de Fermiers et de Vassaux

CHOEUR
Nous quinons nos travaux champêtres,
Nous accourons en ce caster,
Savoir quels vent les nouveaux maîtres
Du beau domaine d'Avenel.

MARGUERITE
Hélas! queue douleur j'éprouve.
Voici done !e moment fatal!

JENNY
(apercevant Georges)
C'est vous, Monsieur, je vous retrouve!
Eh bien, ce mystère infernal?

DIKSON
Eh bien, ce mystère infernal?

JENNY
Qu'avez­vous vu? parlez, de grâce!

GEORGES
Vous le saurez. Mais, en honneur,
J'ai bien fait de prendre sa piace,
Car il en serait mort de peur.

JENNY
Quoi. vraiment!...

DIKSON
Vous croyez? Vois­tu, ma femme? Quelle horreur!

JENNY
Mais taisons­nous! faisons silence
Car voici Monsieur Mac­Irton,
Le juge de paix du canton.

(Entrent Mac­Irton et tous les gens de justice)

DIKSON
Du silence!

JENNY
(à Marguerite)
Je tremble.

LES FERMIERS
à Dikson
Tu vas bien te montrer, je pense?

D'AUTRES FERMIERS
Tu connais quels vent tes devoirs?

DIKSON
Ne craignez rien, j'ai vos pouvoirs;
Je sais jusqu'à queue concurrence
Il nous est permis d'enchérir.

MAC­IRTON
Messieurs, la séance commence.

GEORGES et TOUT LE MONDE
Comment cela va­t­il finir?

MAC­IRTON
De par le Roi, les lois et la cour souveraine,
Faisons savoir quton va procéder sur­le-champ
A la vente de ce domaine,
A l'enchère publique ainsi qu'au plus offrant
Et dernier enchérisseur.
Nous avons acquéreur à dix mille écus!

TOUS
Dix mille écus!

LES FERMIERS
(à Dikson)
Allons, tu connais tes devoirs.

DIKSON
Moi, j'en mets quinze!

GAVESTON
Vingt!

DIKSON
Vingt­cinq!

CAVESTON
Trente!

DIKSON
Trente­cinq!

GAVESTON
Quarante!

MAC­IRTON
Quarante mille écus!

DIKSON
Eh bien... Quarant'cinq!

GAVESTON
Eh bien... cinquante!

DIKSON
Cinquant'cinq!

GAVESTON
J'en mets soixante!

MAC­IRTON
Soixante mille écus!

GAVESTON
(à part)
Ils ont l'air tout interdit.

LES FERMIERS
(bas, à Dikson)
Encor, encor, du courage!

DIKSON
Quoi! vous voulez risquer davantage?...

LES FERMIERS
(à Dikson)
Encor, encor, du courage!

DIKSON
Eh bien... soixant'cinq!

GAVESTON
Soixante­et­dix!

DIKSON
Quatre­vingt­cinq!

GAVESTON
Quatre­vingt­dix!

TOUS
Dieu! je frémis!

GAVESTON
Ils ont beau faire,
Je l'aurai
Oui, je serai propriétaire,
lls ont l'air tout interdit!

DIKSON et TOUS
Je commence à perdre courage.
Je n'espère plus.

DIKSON
(aux Fermiers)
Quoi! vous voulez…

LES FERMIERS
(bas à Georges)
Encor, encor!

DIKSON
Eh bien, quatre­vingt quinze!

GAVESTON
Et moi, cent mille écus!

LES FERMIERS
Ciel! nous ne pouvons enchérir davantage!
C'en est fait, nous sommes perdus.

MAC­IRTON
Cent mille écus! Personne ne dit mot?

TOUS
Personne ne dit mot!

GAVESTON
(s'approchant de lui)
Eh bien, mon jeune amiparlez, que vous en semble?
Malgré la Dame blanche et son nom révéré
Je l'avais dit: ctest moi aui l'emrJorterai.

GEORGES
(à part)
Il a raison, et je crains fort
Que la Dame blanche n'ait tort!

MARGUERITE et LE CHOEUR
Plus d'espoir, je perds courage!

GAVESTON
La bougie est près de finir,
Ce chateau va m'appartenir.

GEORGES
Morbleu! j'enrage! j'enrage!
Oui pourrait donc surenchérir?

(Pendant ce temps,
Anna stest approchée doucement derrière Georges;
elle se tient près de lul, et lui parle à mi­voix).

ANNA
Toi!

GEORGES
(se retoumant et l'apercevant)
Que voisje! O surprise extrieme!
C'est elle, celle que j'aime!
Est­ce un songe?

ANNA
(de même)
Tu sais qui m'envoie… obéis.

GEORGES
Ouoi! vous voulez

MAC­IRTON
Personne ne dit mot?

ANNA
Tu l'as promis!

MAC­IRTON
(répetant)
Cent mille écus! cent mille écus!

GEORGES
(se levant et stavançant devant Mac­Irton)
Arretez!moi, je mets mille livres de plus!

TOUS
O ciel!…

Ensemble
Gaveston, Georges, Anna, Marguerite et le Choeur

GAVESTON
O ciel! quel est donc ce mystère?
Ouel est donc ce nouvel acquéreur?
Dans ces lieux que vient­il faire?
Mais cachons­lui ma rage et ma fureur.

GEORGES
Dieu tout puissant!
O mon Dieu, Dieu tutélaire!
Daigne sur ce mystère,
Daigne éclaircir mon coeur.
Mais je la vois, celle qui miest chère;
Cela suffit à mon bonheur.

ANNA
Dieu tout puissant, o Dieu tutélaire!
D'un maître que je révère
Daigne sauver les biens et l'honneur.
(bas, à Georges)
Sache obéir et te taire,
Tu l'as promis sur l'honneur;
C'est le moyen de me plaire
Et de mériter mon coeur.

MARGUERITE et LE CHOEUR
Mais quel est donc ce mystère?
Et ce nouvel acquéreur?
Que le sort lui soit prospère,
Oui, c'est le voeu de notre coeur.

GAVESTON
(Regardant Georges)
Eh bien, puisqu'il le faut…

LA FOULE
Je tremble!

GAVESTON
Oui, j'ajoute mille écus!

GEORGES
Deux mille!

GAVESTON
Trois!

GEORGES
Quatre!

GAVESTON
Cinq!

GEORGES
Six!

ANNA
(bas à Georges)
Va toujours, toujours...

GAVESTON
Sept!

GEORGES
Huit!

GAVESTON
Neuf!

GEORGES
Dix!

ANNA
Va toujours!

GAVESTON
Je ne puis contenir ma rage!
J'en mets vingt­cinq!

ANNA
(bas, à Georges)
Va toujours, du courage!

CHOEUR
Voyez comme il enrage!

GAVESTON
Je ne puis contenir ma rage!
(haut)
J'en mets vingt­cinq!

ANNA
Va toujours, du courage!

GEORGES
Trente!

GAVESTON
Quarante!

ANNA
Va toujours, du courage!

GEORGES
Cinquante!

GAVESTON
Soixante!

ANNA
Encore, encore!

GEORGES
Quatre­vingts!

GAVESTON
Quatre­vingt­dix!

ANNA
Encore!

GEORGES
Quatre cent mille!

GAVESTON
Oh fureur!

ANNA
C'est bien, je suis contente!
Va toujours!

GAVESTON
Du tureur je frémis!

CHOEUR
Voyaz comme il enrage!
De fureur son coeur frémit!

GAVESTON
Eh! bien, quatre cent cinquante!

GEORGES
Eh! bien... moi, stiHe faut...

GAVESTON
Arrêtez, laissez­moi,
Sur un pareil projet, eclairer son jeune âge
Il ignore ce qu'il engage...
Monsieur, !isez­lui la loi!

MAC­IRTON
"Le jour même, à midi, le prix de cette vente
Sera payé comptant en nos mains, ou sinon,
Et faute de tournir caution suffisante,
Le susdit acquéreur sera mis en prison."

GAVESTON
Vous entendez!

GEORGES
En prison!

ANNA
(bas, à Georges)
N'importe!

GEORGES
(à part, gaîment)
Alors, dès qu'on ltordonne...
(Haut)
A cinq cent mille francs!

TOUS
Cinq cent mille francs!

ANNA
C'est bien, je suis contente!

MAC­IRTON
Cinq cent mille francs,
Personne ne dit mot?

GAVESTON
(avec dépit)
J'abandonne.

GEORGES
Eh! bien, que vous en semble et dites sans façon,
La Dame blanche avait raison.

MAC­IRTON
(à Georges)
Vos noms, votre état?

GEORGES
Georges Brown. Sous­lieutenant.
Douze cents francs d'appointement.
Et l'on ne dira pas que je fais des folies,
Car j'achète un chateau sur mes économies!

TOUS
La bougie est près de finir.

MAC­IRTON
(bas, à Gaveston)
Vous le voyez,j'y suis bien obligé.
(A haute voix, montrant Georges)
Puisqu'il faut donc... adjugé!

Ensemble


Dikson, Marguerite, Fermiers, Mac­laon, Gaveston

DIKSON
Ah! quel bonheur!
Car nous aurons, je l'espère,
Un brave et digne seigneur.

JENNY
Quti! est genti! notre nouveau seigneur!
Tout cela cache un mystère

GEORGES
(à Anna)
A ce singulier mystère
Je ne conçois rien, d'honneur.
Je vois celle qui m'est chère,
Cela suffit à mon coeur.

GAVESTON
Mais que! est donc ce mystère?
Qu'il redoute ma fureur!
Rien n'égale la colère
Qui s'empare de mon coeur.

ANNA
Dieu puissant, Dieu tutélaire
Puissé­je, au gré de mon coeur
D'un maitre que je révère
Sauver les biens et l'honneur.
Cachons bien notre bonheur.
(à Georges)
Sache obéir. tu l'as promis sur l'honneur!
Quel moment pour mon coeur!
Voyez donc la fureur qui s'empare de son coeur.

LE CHOEUR
Rien n'égale sa colère! Je ris de sa fureur!
Vive, vive Monseigneur!
Oui, nous aurons, je l'espere,
Un aimable seigneur!
Pour nous quel jour prospère,
Vive à jamais notre aimable seigneur!

ACT III

SCENE 1

ANNA
Enfin, je vous revois, séjour de mon enfance!
Pour mon coeur queue jouissance!
Et vous, mes nobles protecteurs;
Du haut des cieux, qui vent votre partage,
Vous n'avez pas permis que ce bel héritage
Retombât dans les mains d'indignes ravisseurs.
Comme aux jours de mon jeune âge,
Daignez encor, daignez guider mes pas;
Comme aux jours de mon jeune âge,
Veillez sur mod, ne m'abandonnez pas;
En revoyant ce noble asile,
De mon bonheur je me souvien.
Que de fois, ce séjour tranquille
A redit le nom de Julien!
Julien! Julien! l'ècho tidèle,
L'écho fidèle ne l'a point oubliè;
Il me rappelle nos jeux, notre amitiè.
En voyant ce noble asile,
De mon bonheur, de mon bonheur je me souvien.
Ah! Comme aux jours de mon jeune âge,
Daignez encor, daignez guider mes pas;
Comme aux jours de mon joune âge
Veillez sur mod, ne m'abandonnez pas.
En voyant ce noble asile,
De mon bonheur je me souvien.
Tout me rappelle, tout me rappelle Julien!
L'écho fidèle ne l'a pas oublié;
Il me rappelle
Notre jeune amitié,
Nos jeux, notre jeune amitié.

SCENE 2
Choeur et air écossals Georges, Fermiers,
Paysans, Habitants du Domaine

CHOEUR
Vive à jamais notre nouveau seigneur!
De ses vassaux il fera le bonheur!

GEORGES
(a part, en entrant)
Allons… gaîment recevons leur hommage;
De mon nouvel état il faut suivre la loi.
(Aux Paysans)
Les braves gens dont j'acquiers l'héritage,
Mes bons amis, valaient bien mieux que moi.
(Regardant autour de lui)
Dieu! qu'est­ce que je vois?

CHOEUR
Mais qu'a­t­il donc?

GEORGES
Ces lambris magnifiques,
Ces chevaliers ces armures gothiques,
Ah! je n'y suds plus
Mais dèjà j'en suds sûr dèjà je les ai vus!

Ensemble
Georges ­ Choeur

GEORGES
D'où peut naitre cette folie?
D'où vient done ce que je ressens?
Dame blanche, est­ce ta magie,
Qui vient encor troubler mes sens?

CHOEUR
Il admire ces lieux charmants
Et ces riches appartements.

Marche

(Des jeunes filles viennent offrir
à Georges les clefs du château)

CHOEUR
Chantez, chantez, joyeux ménestrel,
Chantez, chantez refrain d'amour et de guerre!
Voici venir la bannière
Des chevaliers d'Avenel.

GEORGES
(avec émotion)
Quel est done ce refrain?

CHOEUR
C'est le chant ordinaire de la tribu d'Avenel.

GEORGES
Recommencez, je vous en prie!

CHOEUR
Chantez, chantez, etc
Chantez la guerre, beau ménestrel!

GEORGES
Attendez j'achèverais, je crois… la la la

Ensemble
Georges ­ Choeur

CHOEUR
La la la il est sensible à nos accents;
Des vieux airs de la patrie
Il aime à redire les chants.

GEORGES puis LE CHOEUR
Dans ce caster, mes amis, venez tous…
Autant qu'à moi ce domaine est à vous.
Que les buffets soient dressés sous la treille!
Que l'on commence et la dense et les jeux!
Que chaque fille épouse un amoureux.

GEORGES
(à part)
Dans un instant, il se peut qu'on m'éveille,
Dépêchons­nous de faire des heureux.
O moment plein de charmes,
Ou done ai­je entendu cet air
Qui, malgré moi fait couler mes larmes
La la la (se trompant) Non! La la la!…

CHOEUR
Chantez, chantez…

(Tous s téloignant avec respect,
en voyant Georges qui est retombe dans sa reverie)

GEORGES
reprenant l'air
La la la la…
Où done ai­je entendu cet air plein de charmes
Qui fait couler mes larmes?
Tra la la la la la…

RECIT ET DUO

SCENE 3

ANNA
Malheureuse! que faire? et que viens­je d'apprendre?
Celui que j'ose aimer est Julien d'Avenel;
Son rang et ses trésors que je voulais lui rendre
Vont mettre entre nous deux un obstacle éternel.
Dieu tout puissant, qui connais ma tendresse,
Fais qutil ne puisse pas recouvrer sa richesse,
Qu'il demeure inconnu, sans biens, comme aujourdthui!
Sa pauvreté du moins me rapproche de lui!

SCENE 4

(Entre Marguerite)

DUO

MARGUERITE
Mademoiselle! J'apporte une ponne nouvelle.

ANNA
Qu'est­ce donc?

MARGUERITE
Quel plaisir! Julien va revenir.

ANNA
Qui te l'a dit?

MARGUERITE
Personne;
Et pourtant la nouvelle est bonne,
Ce présage ne peut mentir.
De mes yeux j'ai vu la statue,
La Dame blanche est revenue!

ANNA
Grand Dieul quel malheur est le mien!
Tu l'as vue?…

MARGUERITE
J en suds bien certaine...

ANNA
Où done?

MARGUERITE
Dans la chapelle souterraine
Où j'allais prier pour Julien.

ANNA
(à part)
Dans cette enceinte respectée
Où, la nun' du départ, le Comte, je le vois,
L'aura lui­même transportée...
llons. tout est find Dour moi!

Ensemble
Marguente ­ Anna

MARGUERITE
Pour nous, mademoiselle,
Quelle bonne nouvelle!
J'en mourrai de plaisir!
Julien va revenir!

ANNA
O souffrance cruelle!
O douleur éternelle!
Ah! dussè­je en mourir,
Allons, il faut partir.

MARGUERITE
Et ce Julien, la bonté même,
Va sur­le­champ vous marier
A ce jeune et bel officier,
Ce Monsieur Georges qui vous aime.
Mais qu'avez­vous? répondez­moi!
Vous pâlissez!... oui, je le vois!

ANNA
A l'instant meme, Marguerite,
Prépare tout pour notre fuite.

MARGUERITE
Que dites­vous?

ANNA
Il faut que toutes deux,
Tout à l'heure, en secret, nous partions de ce lieu.

MARGUERITE
Y pensez­vous? Y pensez­vous? Grand Dieu!

ANNA
Tais­toi! c'est pour Julien.

MARGUERITE
Pour Julien! Ah! j'y cours á l'instant!

Ensemble
Marguerite ­ Anna

MARGUERITE
Pour nous, mademoiselle,
Que!!e bonne nouvelle,
J'en mourrai de plaisir!
J'y vais, j'y vais, je vais partir.

ANNA
O souffrance cruelle!
O douleur éternellel
Ah! dussè­je en mourir,
Il faut partir.
Va donc! c'est pour Julien
Va donc. il faut partir.

SCENE 5
Jenny, Georges, Dikson, Gaveston,
Maclrton, Marguente, Fermiers,
Habitants d'Avenel. Gens de Justice

FINALE

MAC­IRTON et LES GENS de Justice
(à Georges)
Voici midil la somme est­elle prète?
Il faut payer ou fournir caution.
Au nom du rod, je vous arrête;
Il faut payer, ou marcher en prison.

GEORGES
(gaîment)
Adressez­vous done à Dikson.

DIKSON
Quoi, mod, messieurs? Ohl ma foi, non.

GEORGES
(de même)
Tu ne veux plus prendre ma place?

DIKSON
Non, vraiment, reprenez, de grâce,
Le château que vous m'avez donné!

GEORGES
à Mac­Irton
Mais queue impatience!
L'heure n'a pas encor sonné;
(à Gaveston)
Vous savez que j'ai confiance.

GAVESTON
Et queue est votre espérance?

GEORGES
La Dame blanche d'Avenel
Tenezentendez­vous?

GAVESTON, JENNY,
MARGUERITE et LE CHOEUR

Ciel!

(Ils se pressent tous en cercle sur le devant,
et pendant ce temps, Anna, vêtue de blanc,
et tenant sous son voile un coffret,
parait à la droite de la ga/erie
qu'elle traverse lentement Gaveston,
Julien et le Choeur, qui vent sur le devant,
lui tournent le dos et ne l'aperçoivent pas encore).

CHOEUR
Quel est done ce mystère
Qui protège ses jours?
Quel pouvoir tutélaire
Lui prête son secours?

GEORGES
Toi que je révère,
O mes seules amours!
Déité tutélaire,
Tu viens à mon secours.

(Pendant cet ensemble, Anna a traversé la galerie,
a descendu l'escalier à gauche et est venue se placer
devant le piédestal de la Dame blanche)
(Tous les paysans se prostemant)

ANNA
Dans ce caster est le tils de vos maîtres;
Et ce noble guerrier, digne de ses ancêtres,
Ce dernier rejeton des Comtes d'Avenel!…

GEORGES
Qui est­il?

ANNA
Toi­même!

JULIEN et TOUS
Ciel! Je suis / C'est le Comte d'Avenel!

ANNA
Julien, reprends entin tes droits et ta puissance;
Ce chateau t'appartient…
(Montrant le coffret caché sous son voile)
Et cet or est à toi.

MARGUERITE
C'est Julien! ce cher fils
Dont j'élevai l'enfance!
Oui, c'est mod, regarde­moi bien!

GEORGES
Se peut­il?En effet…

CHOEUR
Quoi! c'est Julien que je vois.

ANNA
(descendant lentement les marches
et posant le coffret sur le piédestal,
elle s'avance, mais demoure à quelque distance de Julien)

Je parses à tes yeux pourla dernière fois.
Qu'en ces lieux nul téméraire
N'arrête ou ne suive mes pas.

MARGUERITE, JENNY, DIKSON
Gardons­nous bien de suivre ses pas.

(Tous lui ouvrent un passage et s'inclinent
sans oser la regarder Gaveston se trouve en face
d'Anna et la saisit par la main).

GAVESTON
Non, sous mes pieds dût s'entrtouvrir la terre.
(La ramenant sur le devant)
Qui que tu sois, tu ne sorties pas.

CHOEUR
Tremblezl tremblez! redoutez sa colère.

GAVESTON
Non, je découvrirai ce funeste mystère
Et l'ennemi secret qui s'attache à mes pas.

(Arrachant son voile)

MARGUERITE, GAVESTON,LE CHOEUR
Anna!

ANNA
(se jetant aux genoux de Julien)
Elle­même!

JULIEN
Toi qui sauvas mes jours et qui reçus ma foi!…

ANNA
Orpheline et sans biens, je ne puis être à toi.

JULIEN
Le ciel a reçu ma promesse;
Je renonce aux trésors, au rang que je te dois,
S'il faut les partager avec d'autres que toi.

CHOEUR
Cédez à ses voeux, couronnez sa tendresse.

ANNA
(tendant la main à Julien)
Vous le voulez?

JULIEN
Quel bonheur! queue ivresse!

MARGUERITE
Quel bonheur! je retrouve entin
Ce cher entant que j'ai vu naitre!

JENNY
Et nous, nous aurons un bon maître!

DIKSON
Et mon fils un bon parrain!

JENNY
Qu'il est gentil qu'il est gentil,
Notre nouveau seigneur!

CHOEUR
Chantez, joyeux ménestrel,
Retrain d'amour et de guerre
Voici venir la bannière
Des chevaliers d'Avenel.

rectangle textes

Téléchargements -  Presse internationale -  Universités - À propos.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

musicologie.org 2017
ISSN 2269-9910

Dimanche 8 Octobre, 2017