rectangle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste de discussion
collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles & études
Textes de référence
Iconographie

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

bandeau encyclo
S'abonner au bulletin (courriel vide)

  A  B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[ 9e siècle ] [ 10e siècle ] [ 11e siècle ] [ 12e siècle ] [ 13e siècle ] [ 14e siècle ]
[ 15e siècle ] [ 16e siècle ] [ 17e siècle ] [ 18e siècle ] [19e siècle] [20e siècle]

 La musique traditionnelle géorgienne

La culture géorgienne point déjà quand, il y a troi mille ans, les tribus hittites et ibères, fondèrent la Colchide et l'Ibérie. Bien plus tard, en 55 avant notre ère, ils se mêlèrent à la population du royaume d'Ourartou, des bords du lav Evan, quand celui-ci s'effondra... Ainsi furent Géorgie et Arménie.

La géorgie possède une très riche tradition musicale, toujours cultivée. Particulièrement les polyphonies à voix d'hommes.


Chœur Rustavi avec Hamlet Gonashvili (1928-1985),
შენ ბიჭო ანაგურელო

 


L'ensemble Basani

D'autres extraits sonores et vidéos : http://www.turquoiseproduction.com/media/basiani.htm

Les instruments traditionnels

Le tchongouri : luth à quatre cordes, sa caisse en forme de poire est faite de pièces de bois collées.


 Ensemble Rustavi (flûte et tchongouri)

Le dhol (doli) : C'est un tambour à double face, tendu de peaux de veau ou de mouton. On en joue avec les mains ou avec des baguettes de bois, la première étant légèrement recourbée, l'autre plus fine et droite, chacune servant à frapper l'une des deux faces. L'une des peaux étant plus épaisse, on obtient de multiples tonalités.


Ensemble Rustavi, joueurs de dhol

La zourna : elle est attestée dans la célèbre épopée arménienne « David Sasouski », qui date du IXe siècle. Toutes les tâches paysannes s'exécutaient au son de la zourna, et les jours de fête, sa présence était indispensable comme elle l'est demeurée aujourd'hui encore. Elle a un son puissant et un timbre perçant. C'est un instrument de plein air. Le trio est la formation la plus fréquente : le maître joue la mélodie, le second musicien émet des bourdonnements étouffés en jouant, joueur de dool, les accompagne. Le répertoire des zournas comprend des danses, des musiques rituelles, des hymnes.
../c/chalumeaux.html#Zurna 


Zourna

Le doudouk (duduk, doudoug, dadouk),  est un instrument à anche double joué dans de nombreuses régions sous des noms divers : Arménie, Bulgarie, en Iran et en Azerbaïdjan (balaban), en Turquie (mey), dans le Turkestan chinois, et en Géorgie. L'instrument à la forme d'un flûte monté avec une large anche à l'embouchure.
La technique de jeu est exactement la même que pour la zourna, mais le timbre est doux et lyrique, avec ses nuances raffinées, sa sonotié souple, il a des accents de voix humaine.


 Levon  Minassian, doudouk, « Im Ayrogh Veuchtitz »

Le goudastviri (cornemuse) : Le mot gouda signifie outre, et stviri est le préfixe apposé au nom des instruments à vent. La poche est en peau, reliée à trois tuyaux. Goudastiviri, site MuCEM 

 

Liens

http://www.samchoblo.org/Musique.htm

© musicologie.org 2007 - 2008