À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

Reboul Sylvie
Le Vin et la Musique
 

Reboul Sylvie, Le Vin et la Musique :  Révélations sur des accords divins
Éditions Féret, Bordeaux 2008
[192 p. ; + de 300 ill. couleur ; ISBN 978-2-35156-029-7, 49 €]

Voici un livre magnifique, au prix de vente en conséquence.  C'est le quatrième livre des éditions Féret consacré à ce qui accompagne le vin. Il y a eu « le vin et la médecine »... « Et la truffe » ... « Et le cigare » ... Voici « et la musique ».

C'est un beau livre aux illustrations somptueuses, ludique, historique, parfaitement renseigné, un spectacle au livret solide et à la mise en scène soignée.

Tout commence avec une pierre gravée il y a 5000 ans, qui montre le couple royal d'Ur, buvant un bon coup, à l'ombre, des palmiers et au son de la harpe, pour célébrer une victoire. À partir de là, Sylvie Reboul, une œnologue, consacre une grande partie de son livre à l'histoire de la rencontre du vin et de la musique, dans les réjouissances, fêtes, ou célébrations, en un mot à la civilisation du vin qui écoute, chante et danse.

Cette histoire est conclue par un calendrier des fêtes du vin, qui sont toujours agrémentées de musiques et chansons, mais aussi des fêtes musicales, comme « Jazz dans les vignes », dans les côtes-du-rhône, le Festival des grands crus de Bourgogne, avec des manifestations telles que « Musique au Chambertain », en « Chablisien », ou « De Bach à Bachus ». Les vignerons sont présents au Festival de jazz de Marciac, le public peut y faire dédicacer sa bouteille par un des musiciens.

Une autre grande partie de ce livre est consacrée à l'évocation du vin dans les chansons. Il y a là, du savoureux, la chanson à boire n'est n'est pas triste, elle est souvent bien adaptée à la salle de garde. Le troufion chante le vin en allant au casse-pipe ou en détente. Maisl il y a aussi du poétique, du goûteux, et à l'opéra, il peut être amour et lien du sang, ou perfide, voire empoisonné.

Les sportifs sont aussi dans la danse. Certes, le vin, ça ne s'injecte pas comme l'EPO, mais en 1760, Lucien Cazalis chantait des encouragements aux coureurs du Tour de France : ..; « Ne fais pas l'nigaud / tu mettras dans ton eau / un peu d'vin de Bordeaux / Ca émancipe ! ».

La chanson conteste avec le vin, quand Paul Émile Debraux lance : « Aimons-nous, et quand nous pouvons / Nous unir pour boire à la ronde / Que le canon se taise ou gronde / Buvons /  À l'indépendance du monde ! »

Aux chansons de la victoire de 1918, qui invitent la Madelon à verser à boire, et surtout pas d'eau, Montéhus répond avec un peu plus de retenue, par un chef d'œuvre  : « ... La butte rouge, c'est son nom, l'baptême s'fit un matin / Où tous ceux qui grimpaient roulaient dans le ravin / Aujourd'hui y'a des vignes, il y pousse du raisin / Qui boira d'ce vin-là, boira l'sang des copains... », car, quand même...

Ainsi de verre en verre, en avançant dans le temps, on arrive à la variété moderne, au rock, en passant par le Caveau de la Société Bachique, et les bulles de ce vin particulier qu'est le champagne.

Enfin, une quarantaine de pages abordent, une fois encore de manière chronologique, le rapport des musiciens à la boisson... mais bon, laissons causer...

Le livre s'achève sur un petit texte de Huysmann, qui compare le goût des boissons alcoolisées aux instruments de musique, des symphonies intérieures qui provoquent dans le gosier, des sensations analogues à celle que la musique verse à l'oreille... D'où peut-être les dangers de la musique répétitive, ou l'innocuité de la musique minimaliste.

C'est là que nous attendons le prochain livre de Sylvie Reboul : que boire au concert ?

 

Jean-Marc Warszawski
1er décembre 2008

Présentation de l'éditeur

Quel que soit votre style de musique, classique, jazz, rock, pop, rap, la forme musicale, opéra, symphonie, chanson, big band, trio, quintet il existe . nécessairement un vin, une alliance possible qui vous fera sublimer ce que vous entendez. Michel Onfray a dépeint les liens qui unissent le vin à la musique : « Le temps du vin est celui de la musique, évanescent et destiné à creuser l'âme pour laisser des traces, des souvenirs, des témoignages. »

De fait, au fil des siècles, musique et vin apparaissent comme des partenaires naturels. Sylvie Reboul nous invite ainsi à remonter le fil du temps en retraçant l'histoire de cet accord parfait. Elle fait revivre les banquets des civilisations les plus anciennes, nous fait partager le rythme des ordres religieux. Plus tard, les fêtes de cour perpétuent cette tradition tandis que les guinguettes, les cafés concerts et les sociétés bachiques et dansantes contribuent, comme dans les temps les plus reculés, à la communion entre les hommes. Cet itinéraire nous conduit jusqu'aux nombreux festivals qui, de nos jours, nous convient à l'émotion.

La deuxième partie de l'ouvrage est consacrée à la chanson. Chants anciens du Moyen-Age, opéras, chansons contemporaines le répertoire évoquant le vin est immense. On chante et l'on boit entre amis ou avec la foule pour partager la joie, la nostalgie ou l'enthousiasme. La musique anglo-saxonne regorge également de références au vin, de Woody Guthrie aux Beasties Boys en passant par des interprètes Cultes du monde du blues, du jazz, du rock et de la pop.

Cet ouvrage ne serait pas complet s'il ne s'était intéressé à la place du vin dans la vie des musiciens. Des troubadours du Moyen-Age qui en jouissaient largement, aux chansonniers du XIXe siècle, vous irez de découverte en découverte avec un Richard Wagner amateur de Champagne, ou un Giuseppe Verdi cultivant ses vignes et faisant son vin

Le vin et la musique rythment les actes les plus intenses de la vie spirituelle, sociale et culturelle des hommes. Ils créent un climat propice à la présence du divin et favorisent l'éloignement du quotidien ainsi que le partage des émotions.

Si vous avez déjà écouté le vin « chanter» dans les cuves, vous resterez sous le charme de la découverte de ce livre de l'attaque au final. Sinon, lisez et tendez l'oreille : vous n'écouterez plus jamais le vin comme avant.

Ingénieur agronome et œnologue de formation, Sylvie Reboul est journaliste spécialisée. La vigne et le vin sont au quotidien son travail et sa passion. Elle a collaboré précédemment à plusieurs ouvrages notamment le Guide Encyclopédique des Vins de France (Hachette), et les Vins de la Vallée du Rhône (Editions Féret).

©Références / Musicologie.org 2008