S'abonner au bulletin

 

Un « Simon Boccanegra »
puissant et équilibré
ouvre la saison lyrique
à l'Opéra de Nice

Par Jean-Luc Vannier

 

Année Giuseppe Verdi oblige avec, en 2013, le bicentenaire de la naissance du compositeur italien, l'Opéra de Nice ouvrait mercredi 24 octobre sa saison lyrique avec la première de Simon Boccanegra. En attendant le lever de rideau, le mélomane pouvait également découvrir à cette occasion le foyer entièrement rénové de l'établissement de la rue Saint-François-de-Paule : finies les attentes interminables pour accéder à l'unique bar dans ce qui ressemblait à un hall de gare désertique. Plusieurs buffets du restaurant « Le Grand Balcon », sont désormais disséminés ici et là entre des petits salons aux fauteuils d'un rouge si vif qu'on les imaginerait aisément occupés par quelques cocotes emplumées du xixe siècle.

Simon Boccanegra
Dimitris Tiliakos (Simon Boccanegra)
et Barbara Haveman (Maria Boccanegra)
Photographie © D. Jaussein

Opéra en 1 prologue et 3 actes créé à la Fenice de Venise le 12 mars 1857, Simon Boccanegra dont l'action se déroule à Gênes au milieu du xive siècle, mêle luttes fratricides opposant la noblesse au peuple tout en divisant l'opulente cité entre les défenseurs de la papauté et les partisans d'un pouvoir impérial unificateur. L'intrigue politique se double d'un drame sentimental nourri de secrets de familles, d'amours défuntes et de filiations retrouvées. Malgré quelques innovations musicales introduites par le compositeur, notamment des passages mélodiques remplaçant des récitatifs secco, l'on reprocha à cette œuvre la mise en avant de la dimension politique au détriment de la trame affective. Une deuxième mouture créée en 1881 à la Scala de Milan sous l'influence du librettiste Boito ne connut qu'un succès éphémère. On trouvait cette fois-ci que la place prépondérante laissée aux voix graves ne suscitait pas l'engouement généralement provoqué par les tessitures aiguës.

Simoo, Boccanegra, Nice
Dimitris Tiliakos (Simon Boccanegra)
Photographie © D. Jaussein

La version niçoise de ce Simon Boccanegra, produite par le Théâtre Communal de Bologne et le Théâtre Massimo de Palerme et destinée à être jouée au Royal Opera House de Mascate à Oman en décembre prochain, harmonise, voire équilibre l'architecture des aspects politique et émotionnel dans cet édifice lyrique. La subtile distribution des voix, où barytons et basses se partagent pourtant les rôles principaux, permet en outre à chaque artiste de trouver sa place juste et parfaite : rien ne pouvait plus altérer l'immense pouvoir de la séduction vocale.

Simon Boccanegra
Barbara Haveman (Maria Boccanegra)
et Dimitris Tiliakos (Simon Boccanegra)
Photographie © D. Jaussein

Sous la direction musicale de Philippe Auguin, emportant aisément la conviction de l'Orchestre philharmonique de l'Opéra de Nice autant que celle du public, la mise en scène de Giorgio Gallione amplifie la profondeur des caractères et exacerbe les attitudes. Les décors épurés de Guido Fiorato où la sombre froideur des murs de la cité génoise peut aussi côtoyer, l'instant d'après, la douceur nocturne et bleutée d'un horizon marin tout comme la lumière tamisée du complot alterne avec celle, plus rédemptrice, de la scène finale (Bruno Ciulli) sont autant d'effets qui ne nuisent pas au travail d'ensemble.

Simon Boccanegra
Youri Vorobiev (Pietro) et Samuel Youn (Paolo Albiani)
Photographie © D. Jaussein

Saluons encore la distribution malgré un prologue dont certaines lenteurs scéniques et quelques instabilités vocales ont pu représenter une source d'inquiétude. Cela valait la peine de patienter. Une fois « chauffées », toutes les voix sans exception suscitèrent l'admiration. Déjà connu et apprécié du public niçois pour son interprétation l'année passée du Conte di Luna dans l'autre grande œuvre verdienne « Il Trovatore », Dimitris Tiliakos incarne un Simon Boccanegra débordant, si l'on ose dire, d'intériorité et de sensibilité, épris de justice et las des antagonismes sanglants. La voix toujours aussi bien charpentée et colorée du baryton d'origine grec, son jeu scénique aussi, illustrent à merveille ce nouage impossible du pouvoir, de l'amour et de la mort, l'un des éléments de ce trio infernal se substituant toujours à l'autre : en témoignent l'intensité dramaturgique de son duo ému avec sa fille Maria retrouvée à l'acte I ainsi que son agonie finale où il expire dans les bras de celle-ci. Dans le rôle féminin de Maria Boccanegra, la soprano néerlandaise Barbara Haveman trouve toujours la justesse vocale adaptée à la ponctuation de son histoire — épisode de rêverie, duo amoureux, engagement résolu — sans jamais briser l'agencement des voix masculines. La basse italienne Carlo Colombara campe avec talent un Jacopo Fiesco, noble génois partagé lui aussi entre la compulsion de la vengeance et un désir de pardon. Son duo empathique avec Simon Boccanegra à l'acte III n'est pas sans rappeler certaines des plus belles intonations fraternelles deDon Carlos. La voix chaude et claire du ténor tchèque Pavel Cernoch lui permet de figurer avec succès un Gabriele Adorno éperdu d'amour et angoissé d'une jalousie à même de le conduire, en pensées, au meurtre du Doge.  Une mention spéciale doit enfin viser la basse coréenne Samuel Youn dans l'interprétation très réussie de Paolo Albiani. Les chœurs de l'Opéra de Nice dirigés par Giulio Magnanini concluent ce plateau bien digne d'éloges. Sans exagération.

 

Nice, le 25 octobre 2012
Jean-Luc Vannier

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 

rectangle


Références / musicologie.org 2012

 

musicologie.org

 

Les articles
de Jean-Luc Vannier

La Compagnie « Les 7doigts de la main » ovationnée au Monaco Dance Forum.

« Il Tigrane de Scarlatti » clôt en beauté la saison lyrique à l'Opéra de Nice.

Turandot mis en espace à l'Opéra de Bucarest

Grâce spirituelle et corps meurtris aux Ballets de Monte-Carlo.

Un Tristan und Isolde de qualité à l'Opéra de Nice

Francesca Da Rimini à l'Opéra de Monte-Carlo

Émouvante Bohème de Puccini à l'Opéra de Nice

Un Mazeppa saisissant de terreur et de beauté à l'Opéra de Monte-Carlo

Densité dramaturgique pour « Il Trovatore » à l'Opéra de Nice

Le hauboïste Marc Lachat et le chef Paul Goodwin jouent Mozart et Haydn à l'Opéra de Monte-Carlo

L'enfant et les sortilèges, fantasmatique — et superbe —  Ravel à l'Opéra de Monte-Carlo

Mozart victime d'un Enlèvement au sérail à l'Opéra de Nice.

La violoniste Arabella Steinbacher et le chef Dima Slobodeniouk magnifient Prokofiev et Tchaïkovski à Monte-Carlo

Les Ballets de Monte-Carlo et ceux du Bolchoï rivalisent de fraternité autour du Lac des cygnes

3 O'Clock In The Afternoon d'Ina Christel Johannessen : l'esthétisme norvégien de la séparation à l'Opéra de Monte-Carlo.

Nathalie Stutzmann et son Ensemble Orfeo 55 envoûtent l'Opéra de Monte-Carlo

La Symphonie « Résurrection » de Gustav Mahler par l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo

Erwin Schrott, diablement Mefistofele à l'Opéra de Monte-Carlo

Le maestro Ion Marin et l'Orchestre philharmonique de Nice jouent l'émotion avec Mendelssohn et Tchaïkovsky

Les Ballets de Monte Carlo et le Ballet Nice Méditerranée ouvrent brillamment leur saison chorégraphique

Poulenc et Bartók réunissent Eros et Thanatos à l'Opéra de Nice

Les concerts-conférences de Matthieu Peyrègne : faire découvrir et aimer le baroque à Nice

Magie wagnérienne à l'Opéra Nice Côte d'Azur

La damnation de Faust  ouvre la saison lyrique à l'Opéra Nice Côte d'Azur

Maillot, Inger, Greco / Scholten :  expériences conceptuelles  aux Ballets de Monte Carlo

Le contre-ténor Matthieu Peyrègne, la relève du Baroque à Nice

Le Ballet Nice Méditerranée danse américain à l'Opéra de Nice

Éblouissant Orlando furioso à l'Opéra de Nice

Un Elixir d'amour sans alcool à l'Opéra de Nice

Jean-Guihen Queyras et deux Concertos de Haydn envoûtent l'Opéra de Nice

Le Batsheva Ensemble d'Ohad Naharim électrifie le Monaco Danse Forum

Boris Godounov à l'Opéra de Nice

Un ballo in maschera à l'Opéra de Monte Carlo

Opéra de Nice : La Cenerentola, plus musicale que vocale

Concert de Noël  en la cathédrale de Strasbourg

L'âme russe d'Eugène Onéguine ouvre la saison à l'Opéra de Monte Carlo.

Opéra de Nice : Philippe Auguin et Christiane Libor ovationnés dans Fidelio.

Tout