Claude Charlier : Bach en couleurs
Un hommage du grand J.-S. Bach à François Couperin le Grand ou une analyse stylistique de la seconde partie de la Fantaisie pour orgue en sol majeur (BWV 572)

 

 

L'ouvrage d'Alberto Basso consacré à la vie et à l'oeuvre de J.-S. Bach est une source d'informations inépuisable. Tels les écrits de Gilles Cantragrel, ils constitueront toujours une « somme » à laquelle nous devrons faire appel pour débuter toute recherche sur l'oeuvre du Cantor de Leipzig. Au « sujet » de la Fantaisie pour orgue BWV 572, nous pouvons lire ceci dans l'ouvrage d'Alberto Basso :

    En filigrane, on devine la manière française (que Bach avait connue à Lunebourg et à Celle) d'un Nicolas de Grigny ou d'un François Couperin, auquel cette œuvre serait même apparentée s'il faut en croire les décla- rations de Carl Philipp Emanuel, selon lesquelles ce morceau aurait eu pour origine une messe pour orgue du grand maître français.

Cependant A. Basso semble mettre en doute les sources qu'il cite et avance la théorie suivante : La partie centrale, très large et très élaborée présente une écriture à 5 voix dans la manière des « durezze » de frescobaldienne mémoire, que vient ici magnifer l'apport du style nordique. Le contrepoint nourri et obsédant, donne lieu à de fréquents chocs dissonants, en une prestigieuse séquence d'accords hardis et insolites. C'est une écriture de type motet, d'un goût « gothiquisant » à la Buxtehude, hiératique et serré. (vol. I, p. 320-321)

Il ne s'agit pas dans cet article de réfuter la théorie proposée par A. Basso sur cette fantaisie pour orgue, mais plutôt de renforcer la première hypothèse esquissée par le biographe de J.-S. Bach.

A. Basso aurait dû se fer à ses sources et à son instinct de chercheur. Comme le souligne encore celui-ci, les indications de mouvement sont données en français: Très vivement - gravement - lentement et ces indications renforcent encore l'aspect à la manière française de cette œuvre comme le prétendait Carl Philipp Emanuel. C'est dans cette direction qu'il fallait chercher.

On n'indique pas les mouvements en français si l'on veut pasticher à la manière italienne !

Je pense que l'on peut raisonnablement proposer comme modèle d'inspiration le plein jeu de l'Agnus de la Messe pour orgue des Couvents de François Couperin.

 

 

 

Tout se trouve ressemblé ici :

L'instrument : il s'agit bien d'un extrait d'une messe pour orgue du grand maître français comme le prétendait Carl Philipp Emanuel.

La tonalité identique : sol majeur

L'intitulé :  Gravement, c'est-à dire la manière dont on devait rendre le plein jeu comme nous le confrme Dom Bedos de Celles (1766) dans L'art du Facteur d'orgues : Les principaux mélanges ordinaires des jeux de l'orgue :

Le grand plein-jeu doit se traiter gravement & majestueusement : l'on doit y frapper de grands traits d'har- monie, entrelassés de syncopes, d'accords dissonants, de suspensions & surprises d'harmonie frappantes ; & que tout cela cependant puisse former une modulation régulière.

Nous retrouvons les termes mêmes de l'analyse d' A. Basso lorsqu'il parle de fréquents chocs dissonants et de séquence d'accords hardis et insolites.

Le thème : la citation thématique qui génère l'œuvre est quasi textuelle.

La réalisation harmonique : tout à fait contemporaine et qui ne rapelle en rien à un retour à des pratiques anciennes comme le suggère A.Basso.

L'écriture : la réalisation à cinq voix comme on pratiquait le plein jeu en France à cette époque.

Comme bien souvent lorsque J.-S. Bach rend hommage à un collègue qu'il apprécie, il le fait avec ferveur et le modèle de départ qui est constitué ici par 20 mesures devient un monumment de la musique pour orgue de plus de 150 mesures qui, de surcroit, nous renseigne sur la manière de réaliser un véritable plein jeu à la manière française avec l'ajout d'une cinquième voix.

L'histoire de la musique a de ces fantaisies: le plus grand plein jeu français pour orgue a probablement été écrit par un allemand !

 

Claude Charlier
Novembre 2011

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


ISSN  2269-9910

musicologie.org 2014

musicologie

Dimanche 5 Janvier, 2014 14:20

recherche

 

 

 

 

 

rectangle