S'abonner au bulletin

 

 

Un « Boléro » magique par l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo au Palais princier

 

Orchestre philharmonique de Monte-CarloConcert d'été. Orchestre philharmonique de Monte-Carlo. Photographie © Palais princier. E. Matton.

Monte-Carlo, 21 juillet 2014, par Jean-Luc Vannier ——

Pour ce deuxième concert d'été dans la Cour d'Honneur du Palais princier de Monaco, après un programme enjoué Francis Poulenc en ouverture, le Directeur artistique et musical de l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo Gianluigi Gelmetti proposait, dimanche 20 juillet, un triptyque Debussy, Ferré et Ravel relativement balisé : le Prélude à l'après-midi d'un faune de Claude Debussy dont la dernière exécution à Monte-Carlo remonte au 6 juin 2008 sous la direction de Tomomi Nishimoto, a même donné lieu à un superbe enregistrement en  juillet 2010 à l'auditorium Rainier III par le regretté Yakov Kreizberg, dans le cadre des célébrations nationales du Centenaire des Ballets russes. L'enregistrement paru chez OPMC Classics comprend aussi le Daphnis et Chloé de Maurice Ravel avec le Rundfunkchor Berlin. Emmenée par la flûte solo de Rafaëlle Truchot Barraya, la version d'hier soir n'aura pas déçu : les vagues mélodiques ondulaient en harmonie avec les reflets rougeoyants illuminant les voûtes d'arabesques de la Renaissance sous les Grands Appartements du Palais princier.

Les soudaines percussions qui débutent la Symphonie Interrompue de Léo Ferré nous arrachent à ces rêveries solitaires.  Créée à l'opéra de Monte-Carlo en avril 1954, cette œuvre du chanteur-compositeur monégasque développe le thème « un musicien recherche désespérément un thème perdu » : comment ne pas y associer cette quête humaine destinée à retrouver la première jouissance de l'enfant ? Mais ce musicien est « constamment interrompu par les instruments qui ne veulent obéir qu'à des thèmes étrangers ». Commémorant les vingt ans de la disparition du chanteur à la demande de S.A.R. La Princesse de Hanovre, l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo avec Gianluigi Gelmetti à la baguette, a enregistré en septembre 2013 cette même pièce doublée de La Chanson du mal-aimé, toujours chez OPMC Classics. Trois mouvements : à Deciso au rythme heurté et à la mélodie sombre que renforcent les pizzicati menaçants des cordes  — nous décelons presque des accents de Chostakovitch dans cette partition — succède un deuxième mouvement Largamente. Molto marcato. Tragico rendu plus doux par les sonorités de la harpe et des tonalités plus lumineuses, vite rattrapées néanmoins par les mesures syncopées, nourries du violoncelle solo (Delphine Perrone). Du haut de l'escalier à double révolution, copie du célèbre « fer à cheval » du château de Fontainebleau, la jeune soprano polonaise Katarzyna Medlarska accompagne les ultimes mesures Allegramente de quelques aigus vocalisés.

Concert d'été. Orchestre philharmonique de Monte-Carlo. Photographie © Palais princier. E. Matton.

Cette deuxième soirée des concerts d'été enchaîne avec trois œuvres de Maurice Ravel : Alborada del gracioso, donnée pour la première fois par l'orchestre Pasdeloup le 17 mai 1919 et où les percussions variées nous tirent de la torpeur estivale initiée par de légers pizzicati de cordes, puis Pavane pour une Infante défunte dont le premier rôle revient au cor solo de Patrick Peignier et à la gracieuse assonance des récurrences mélodiques. La surprise vint toutefois du célèbre Boléro de Ravel directement — et subtilement — conjoint au morceau précédent : quelque chose de magique s'est déroulé, en live, dans cette Cour d'Honneur. Soliste après soliste, l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo a tout simplement — et littéralement — pris possession de cette œuvre, excluant de ce pronunciamiento musical, un maestro, bon prince si l'on ose dire, qui n'a pas boudé son plaisir devant la réussite de cette envoûtante exécution. Mystère réconciliateur de la musique ? Le public ne s'y est pas trompé en réservant, après des applaudissements plutôt convenus, une ovation marquée à cette magistrale prestation.

Nice, le 21 juillet 2014
Jean-Luc Vannier

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2014

musicologie.org 01/2014

Vendredi 1 Août, 2014 22:32

musicologie

Les derniers articles
de Jean-Luc Vannier

L'espièglerie de Francis Poulenc ouvre les Concerts d'été au Palais princier de Monaco (18 juillet 2014)

Avec Jiri Kylian, William Forsythe et Marco Goecke, la fièvre électrique de « L'été danse ! » aux Ballets de Monte-Carlo (17 juilet 2014)

Giacomo Puccini et Albert Carré : « Madame Butterfly » à Paris : jusqu'où ne pas aller dans les adaptations scéniques ? (Brepols 2012), par Jean-Luc Vannier

Marc Adam, Directeur artistique de l'Opéra de Nice, présente la saison lyrique 2014-2015

La fanfare du 27e bataillon des chasseurs alpins commémore la Grande Guerre à Villefranche-sur-Mer (29 juin 2014).

Godefroid Philippe, wagner et le juif errant : une hontologie. Qui est ce qui est allemand ? – Donner la mort. « Univers musical », L'Harmattan, Paris 2014.

Eblouissant gala de l'Académie Princesse Grace à l'opéra de Monte-Carlo (Monte-Carlo, 19 juin 2014)

« Dreyfus » de Michel Legrand, en création mondiale à l'opéra de Nice

Opéra de Monte-Carlo : Jean-Louis Grinda présente une saison lyrique 2014-2015 exceptionnelle

Le baryton Ludovic Tézier, le ténor Ramon Vargas et la basse Alexander Vinogradov font triompher « Ernani » à l'Opéra de Monte-Carlo (23 avril 2014)

Insolite East Shadow de Jiri Kylian au Grimaldi Forum de Monaco (Nice, 18 avril 2014)

Saisissant contraste entre Lux de Ken Ossola et Glory d'Andonis Foniadakis par le Ballet du Grand Théâtre de Genève (16 avril 2014)

Jiri Kylian, Ben Stevenson et Alvin Ailey au Ballet Nice Méditerranée (12 avril 2014)

« De l'ombre à la lumière » en la cathédrale de Strasbourg (29 mars 2014)

« Il mondo della luna » de Haydn almodovarisé à l'opéra de Monte-Carlo (22 mars 2014)

Lumineuse « Adriana Lecouvreur » à l'Opéra de Nice (16 avril 2014)

Julian Rachlin et son divin « Concerto pour violon » de Tchaïkovski à l'Opéra de Nice (1er mars 2014).

Tout

rectangle

rectangle

rectangle