S'abonner au bulletin

 

 

Triptyca, une nouvelle découverte !

 

Dijon, Église Sainte-Chantal, 11 avril 2014, par Eusebius ——

triptyca Françoise Masset, Pascal Marsault et Jean-Christophe Clair.

Si Françoise Masset est une artiste recherchée, qui s'est particulièrement illustrée dans le répertoire baroque, le trio qu'elle forme avec Jean-Christophe Clair et Pascal Marsault, Triptyca, n'a pas encore atteint semblable notoriété.

Le programme inauguré à Dijon, intitulé « Mors et Vita »*, se révèle aussi original et bienvenu que la formation qui l'interprète : 16 pièces françaises pour voix et orgue de la fin du xixe à nos jours, confiées à une soprano (Françoise Masset), un alto (Jean-Christophe Clair) et à l'orgue, tenu par Pascal Marsault.

Saluons déjà l'audace de la démarche : rendre vie à un répertoire quelque peu tombé dans un oubli injustifié, considéré généralement avec dédain, est un projet courageux, hors des sentiers battus.

De Boëllmann à Vincent Bouchot, les paysages musicaux traversés sont extraordinaires de qualité musicale, de vie aussi. On redoutait des effluves saint-sulpiciennes, on découvre une variété d'écriture que l'on ne soupçonnait pas. Sans compter la qualité des textes (Verlaine, Mallarmé, Maeterlinck, et même Balzac… sans oublier cette belle épitaphe anonyme mise en musique par Pierre de Bréville : un chef d'œuvre), c'est un bouquet, savamment composé, riche en senteurs et en couleurs.

Le lieu se prêtait particulièrement à ce concert : un  instrument splendide (de Ghys, Dijonnais d'adoption, le seul orgue demeuré en son état d'origine) et une belle acoustique naturelle. Pascal Marsault, organiste titulaire de Saint-Ignace à Paris, dont la carrière internationale est amorcée, va le faire tout-à-tour chanter et gronder, comme soliste ou accompagnateur. Après un extrait (le majestueux Introduction choral) de la Suite gothique de Boëllmann, ce seront le Tu es Petrus de Henri Mulet et une pièce de L'Ascension de Messiaen qu'il présentera seul. Maîtrise technique, qualité de la registration sont au rendez-vous pour notre bonheur. Comme accompagnateur, saluons en outre l'équilibre qu'il réalise avec le ou les solistes, dans un ensemble parfait.

L'énumération des pièces chantées serait fastidieuse et ne traduirait pas ce qui rend ce concert aussi attachant. Françoise Masset confirme toutes ses qualités d'émission, de couleur, de puissance et d'articulation. Son expression est toujours juste, avec une égalité de registre rare. Ainsi, Ô mes morts tristement nombreux (Charles Bordes-Verlaine) prend une dimension insoupçonnée, renforcée par son accompagnement à l'orgue. Il en va de même de L'Epitaphe de Pierre de Bréville d'une écriture splendide. Si la Prière, d'Yves Prin, surprend, Sainte, première œuvre de Ravel, nous ravit par ses harmonies. Quant au Cantique de la Vierge, c'est le chef-d'œuvre de Nadia Boulanger.

Jean-Christophe Clair est un de nos grands hautes-contres ou altos. Il ne limite pas son répertoire — la preuve en est — à la Renaissance et au baroque, où il excelle. Sa force, la qualité de sa projection, les chaudes couleurs de son timbre, sa large tessiture en font le partenaire idéal de Françoise Masset : leurs voix se mêlent avec harmonie, et l'on s'interroge parfois sur l'identité du chanteur, tant le medium et l'aigu de l'alto peuvent se confondre avec les graves du soprano. Dès le Crépuscule du Soir mystique (Poldowski), le charme est là. Mais c'est dans l'Hymne à la Croix, de Karol Beffa, que ses qualités de projection, avec des graves profonds se révèlent. Des 6 duos offerts, retenons, pour sa singularité, la Cantate Domino de Vincent Bouchot, d'une jubilation surprenante.

En bis, récompensant les chaleureux applaudissements d'un public conquis, J'étais seul près des flots, un beau duo sur un poème de Victor Hugo, dont l'orgue rend à merveille la fluidité.

Après Les Angélus, que Triptyca grava en 2009, un nouveau succès annoncé.

 

plume Eusebius
11 avril 2014

* Clin d'œil à Gounod.

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales    


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Dimanche 13 Avril, 2014 21:05

recherche

 

 

rectangle

rectangle

rectangle