À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

S'abonner au bulletin

 

Russes dans l'âme
Trois trios du xxe siècle

Russes dans l'âme : Trois trios du xxe siècle
de D. Chostakovitch & A. Tcherepnine
.
Trio Una Corda. Quantum 2011.

Trio Una Corda


Thierry Koehl, violon
Emmanuelle Le Cann, piano
Matthieu Lejeune, violoncelle

Dimitri Chostakovitch (1906 - 1975)
Trio n° 1 opus 8


Alexandre Tcherepnine (1899 - 1977)
Trio opus 34
(Moderato tranquillo, Allegretto, Allegro Molto)


Dimitri Chostakovitch
Trio n°2 opus 67
(Andante, Allegro con brio, Largo, Allegretto)

Concert enregistré à Paris, le 15 octobre 2006.

 

Voici enregistrées en concert, trois œuvres magistrales de deux compositeurs, nés avec le xxe siècle à Saint-Pétersbourg. Dimitri Chostakovitch a participé à l'épopée et aux tourments de l'expérience soviétique, dont la période stalinienne.  Alexandre Tcherepnine quant à lui transporte sa Russie d'abord en Géorgie, puis dès 1921 à Paris, et plus tard dans les années 1930, à travers le monde, particulièrement en Chine, inspriratrice au point d'y prendre épouse.

Ce disque a de quoi éblouir les oreilles. Il constitue un programme intelligent et gradué, et témoigne de l'excellence technique et musicale des musiciens d'aujourd'hui.

Quand il compose son Trio opus 8, Chostakovitch a 17 ans, et use déjà d'un lyrisme ample et émouvant, consommé, à fleur de notes et de sons, plus épique que romantique, qui raconte et dramatise, par de longues montées menant aux tensions extrêmes, puis chutant rapidement, avec des contrastes forts et une expressivité efficace, convaincante.

Né quelques années plus tôt dans un milieu musical où se croise toute l'avant-garde de l'époque, dont une partie se retrouvera à Paris, au sein de ce qu'on appelle l'École de Paris, ou autour des Ballets russes, Alexandre Tcherepnine est peut être, en 1925 (il a 26 ans quand il compose son opus 34), plus détaché des traditions académiques que son confrère Chostakovitch. Son lyrisme est peut-être, ici et là, plus distant, cède moins au pathos, il est peut-être ombré de quelque impressionnisme de France, et surtout sa musique se distingue par une pulsion métrique impétueuse, une mécanique fougueuse. Mai il y a quand même un air de famille plus que marqué avec la tradition russe et la musique de Chostakovitch.

Si Chostakovitch déclame en tragédien accompli qui sait toutefois être ironique, Tcherepnine, quant à lui, danserait.


Alexandre Tcherepnine,
Trio opus 34, 3e mouvement - final.

On pourrait considérer que la dernière œuvre du programme est en filiation avec les deux précédentes, ou qu'elle s'en nourrit.

Chostakovitch a composé son Trio opus 67 dans un moment tragique : celui de la dévastation et de la cruauté de l'invasion nazie, mais aussi celui de la mort à 41 ans, de son très proche ami, grand critique musical et directeur musical de l'orchestre philharmonique de Leningrad, Ivan Ivanovich Sollertinski.  Cette œuvre lui est dédiée. Chostakovitch est alors un compositeur chevronné, célèbre dans le monde entier, voire mythique en raison de sa symphonie Leningrad de 1942, créée à New York par Toscaninni et dont la partition parvint à Leningrad encerclée, sou forme de microfilm.

On retrouve dans ce Trio le lyrisme et la même technique de dramatisation, qu'en 1923, mais le travail des voix concertantes y est beaucoup complexe, les oppositions plus marquées, notamment dans des superpositions dissonantes. La pulsion métrique est aussi, à des fins expressives, intégrée.

Le début du premier mouvement du  Trio opus 67 de Chostakovitch,  très émouvant grâce à la virtuosité  et à la sensibilité du Trio Una  Corda.  On sera attentif vers la fin de cet extrait à la manière dont le compositeur, étoffe peu à peu et noue sa dramaturgie la dirigeant lentement  vers le climax. C'est un compositeur qui accumule.

 

Le trio Una Corda a été constitué en 2002. Il a engrangé à ce jour des distinctions, comme le Premier Prix du Concours international de Trapani, ou de la Fondation Cziffra.  Son répertoire comporte un important catalogue, avec naturellement quelques œuvres de Haydn et de Mozart, mais surtout de compositeurs des xixe et xxe siècles. Il prend un soin particulier à la composition de leurs programmes. Ce concert enregistré en témoigne.

Ses membres sont issus, entre autres, du Conservatoire National de Musique de Paris. Ils mènent indépendamment du Trio Una Corda, des carrières parallèles, qui après concours et distinctions, les mènent d'orchestres en festivals, de la scène au disque.

Biographie de Chostakovitch
Biographie de Tcherepnine

 

Jean-Marc Warszawski
9 mai 2011


Références / musicologie.org 2011