Michel Rusquet,
Trois siècles de musique instrumentale :
Un parcours découverte

 

 

 

Avec une centaine de concertos connus, dont la moitié pour un seul instrument, un quart pour deux solistes et le reste pour trois solistes et plus, Telemann a généreusement servi un genre pour lequel il revêt systématiquement des « habits italiens », et on pourrait ajouter « d'église » tant le plan en quatre mouvements y est de règle. On y sent assez souvent cette « facilité » qui lui est volontiers reprochée, mais les idées ne manquent pas, le métier encore moins, et s'il est une critique qui ne saurait lui être adressée, c'est bien de ne pas suffisamment varier les plaisirs.

Concertos pour un seul soliste

Le violon, avec au moins vingt concertos, a été naturellement l'instrument le plus copieusement servi, et certains d'entre eux, comme celui en fa dièse mineur, méritent l'attention. Cependant, on leur préférera nettement divers concertos dévolus à un autre instrument : les deux pour alto (particulièrement celui en sol majeur) ; celui en re majeur pour trompette ; celui en la mineur pour flûte à bec ; certains des concertos pour hautbois (re majeur et surtout ut mineur) ; enfin, et au-dessus du lot, les deux pour hautbois d'amour (la majeur et sol majeur), deux « partitions parmi les plus sensibles qui soient sorties de la plume de Telemann. »11  Les amateurs de curiosités ajouteront peut-être à la liste le concerto en la majeur « Die Relinge » (« Les Grenouilles ») dans lequel Telemann a confié au violon le soin d'imiter le coassement des batraciens, et — plus sûrement — un concerto en sol majeur sous-titré « Grillen-Symphonie » où il évoque le chant des criquets avec un chalumeau solo et un ensemble instrumental rehaussé d'un piccolo.

 


Concerto pour trompette en re majeur
Drottningholm Baroque Ensemble (Nils-Erik Sparf)
Niklas Ecklund

 


Concerto pour alto en sol majeur
I. Largo
Capella Istropolitana (Richard Edinger)
Ladislav Kyselak

 


Concerto pour hautbois d'amour en la majeur
English Chamber Orchestra
Thomas Indermüle

 


« Grillen-Symphonie »
Collegium Musicum 90 (Simon Standage)

 

Concertos pour deux solistes

On s'en serait douté, l'intérêt monte d'un cran lorsque notre musicien convoque deux solistes. C'est déjà le cas lorsqu'il associe deux solistes voués au même instrument : ici, on citera en premier l'étonnant concerto pour deux cors du troisième volet de la Tafelmusik, mais on peut y raccrocher celui en sol majeur pour deux violons, celui — également en sol majeur — pour deux altos, celui en re mineur (aux couleurs souvent ténébreuses) pour deux chalumeaux et, plus encore, le très beau concerto en la mineur pour deux flûtes à bec. A fortiori, lorsque deux instruments différents sont invités à la fête, Telemann est rarement à court d'inspiration : on appréciera notamment le concerto en mi mineur pour flûte et violon, celui en ut mineur pour violon et hautbois, le subtil concerto à 6 en fa majeur pour flûte à bec et basson, le fort amusant concerto en mi mineur pour flûte à bec et flûte traversière, et, à marquer d'une pierre blanche, celui en la mineur pour flûte à bec et viole de gambe, un des plus accomplis, « un des plus ravissants de Telemann avec ses entrelacs enjoués entre les agaceries de la flûte et les grincements de la viole. »12  Le passionné qui souhaiterait pousser plus loin ses investigations pourra d'ailleurs, avec un peu de chance, dénicher une autre œuvre écrite pour une distribution similaire : la Sinfonia en fa majeur pour flûte à bec alto et viole de gambe.

 


Concerto pour deux chalumeaux en re mineur
Musica Antiqua Köln (Reinhard Goebel)
Erich Hoeprich, Lisa Klewitt

 


Concerto pour deux flûtes à bec en la mineur
Drottningholm Baroque Ensemble
Dan Laurin, Clas Pehrsson

 


Concerto pour flûte à bec et viole de gambe en la mineur
I. Sans indication, II. Allegro, III. Dolce, IV. Allegro
Musica Antiqua Köln (Reinhard Goebel)
Gudrun Heyens (flûte), Charles Medlam (viole de gambe)

 

Concertos pour trois solistes ou plus

Ici, on ne manquera pas de revenir en premier aux deux joyaux inclus dans la Tafelmusik I (concerto en la majeur pour flûte, violon et violoncelle) et II (concerto en  fa majeur pour trois violons). Ensuite, après un détour par le concerto en la majeur pour quatre violons, on sera souvent confronté aux délices de l'embarras du choix avec les divers concertos con multi instrumenti dans lesquels l'imagination du compositeur semble ne connaître aucune limite : la mineur pour deux flûtes et violone, la mineur pour flûte, hautbois et violon, re majeur pour deux hautbois d'amour et violoncelle, et, perle des perles, le concerto en mi majeur pour flûte, hautbois d'amour et viole d'amour, « un chef-d'œuvre […] dont l'originalité confondante (la profusion mélodique, les pittoresques tutti des allegros) se colore des teintes étranges de la viole d'amour. Avec ses rythmes polonais et ses effets de vièle rustique, cette œuvre de dix-huit minutes est de celles qui firent la transition entre les styles baroque et galant. »13 Et les réjouissances auxquelles nous convie Telemann se poursuivent avec les concertos — il faudrait parfois parler de concertinos car certains se passent des cordes, voire de la basse continue — écrits pour quatre solistes ou plus : si bémol majeur pour trois hautbois et trois violons, re majeur pour deux flûtes, violon et violoncelle, bémol majeur pour hautbois, violon, deux flûtes traversières et deux altos, re majeur pour violon et trois cors, et, pour s'arrêter sur une note hautement sonore et festive, le concerto en re majeur pour trois trompettes, deux hautbois et timbales.

 


Concerto pour flûte, hautbois d'amour et
viole d'amour en mi majeur
Allegro
Collegium Musicum 90 (Simon Standage)
Rachel Brown, Anthony Robson, Simon Standage

 

Concerto pour hautbois, violon,
deux flûtes traversières et deux altos en si bémol
I. Largo, II. Allegro, III. Dolce, IV. Allegro
Camerata Köln
Hans-Peter Westermann (hautbois),
Mary Utiger (violon), Karl Kaiser (flûte),
Michael Schneider (flûte), Hajo Bäß (alto),
Ghislaine Wauters-Zipperling (alto)

 


Concerto pour trois trompettes,
deux hautbois et timbales en re majeur
Wiener Akademie

 

Biographie de Georg Philipp Telemann

Notes

11. Macia Jean-Luc, dans « Diapason » (424), mars 1996.

12. —, Idem, (447), avril 1998. 

13. —, Idem, (404), mai 1994. 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

musicologie

ISSN2269-9910

Références / musicologie.org 2013

Jeudi 23 Octobre, 2014 23:15

Recherche

rectangle

rectangle

rectangle