S'abonner au bulletin

Michel Rusquet
Trois siècles de musique instrumentale
Un parcours découverte

Table des matières

I. De la Renaissance au premier xviie siècle

Allemagne et Pays-Bas

Jan Pieterszoon Sweelinck
1562-1621

Le « Père des organistes », le « Prince des musiciens », l'« Orphée d'Amsterdam » : ce Hollandais, dont un des traits particuliers est d'avoir semble-t-il passé toute sa vie à Amsterdam (une prouesse à une époque où les musiciens bougeaient beaucoup !), a eu droit à tous les superlatifs. Certes ceux-ci s'adressaient au compositeur, au virtuose du clavier, voire à l'expert en facture instrumentale qu'il fut bien avant J.-S. Bach, mais visaient peut-être tout autant l'immense pédagogue, lui qui forma toute une génération de musiciens venus de diverses régions d'Europe, à commencer par les Allemands.

Pendant plus de quarante ans, il fut organiste à la Oude Kerk (« vieille église ») d'Amsterdam mais, la ville étant passée au calvinisme en 1579, on lui demandera seulement d'y donner de fréquentes auditions en dehors de toute participation à la liturgie, ce qui lui vaudra de se créer une réputation d'improvisateur exceptionnel.

Comme compositeur, il a laissé un important catalogue de musique vocale comportant motets, psaumes, cantiques, madrigaux et chansons, œuvres vocales qui furent les seules à être publiées de son vivant. Quant à sa production instrumentale — celle qui aujourd'hui fait pour l'essentiel sa réputation — elle ne nous est parvenue (et sans doute très partiellement) qu'à travers des manuscrits. Au total, en excluant les pièces d'authenticité douteuse, on dénombre une cinquantaine d'œuvres, toutes destinées au clavier (orgue ou clavecin), dans lesquelles apparaissent deux influences frappantes : celle des virginalistes anglais (Sweelinck eut des contacts avec certains d'entre eux, et notamment avec Bull après la fuite de celui-ci vers le continent), et celle des musiciens italiens (comme Merulo et Andrea Gabrieli) dont les partitions circulaient largement en Europe à l'époque.

Mais ces influences, il les assimile en imposant une manière très personnelle : s'il « n'a sans doute ni le charme avenant, ni la verve irrésistible de ses contemporains méditerranéens ou britanniques…il marque les grands modèles que lui offre son siècle de son goût pour l'élaboration de solides constructions contrapuntiques et pour une ornementation flamboyante. »1

Fantaisies et Toccatas

Généralement construites sur un thème unique, et de très vastes proportions (certaines dépassent allègrement les dix minutes), les Fantaisies (une quinzaine en tout) sont particulièrement caractéristiques de l'art de Sweelinck qui affectionne les longues constructions fondées sur un principe unique avec un traitement en plusieurs sections de plus en plus travaillées et enrichies d'éléments virtuoses ou ornementaux.

Parmi ces œuvres, qui se révèlent en général mieux adaptées à l'orgue qu'au clavecin, on distingue tout particulièrement la Fantaisie chromatique, célèbre entre toutes pour ses accents d'une gravité parfois poignante, mais aussi l'impressionnante Fantaisie en ré n° 4 et la Fantaisie sur l'hexacorde ( Fantasia ut re mi fa sol la) , celle-ci pour sa prodigieuse invention et son fabuleux traitement rythmique. Sont également à citer les Fantaisies en écho, des pages de forme très libre qui cultivent les échos pratiqués dans la musique vocale et où les figures mélodiques se répondent d'un clavier à l'autre. Et comment ne pas mettre en exergue le monument que constitue le Ricercar ? Dans cette œuvre qui s'apparente à une fantaisie sur ostinato, G. Cantagrel et M. Roubinet voient « un des chefs-d'œuvre du musicien. La richesse et la variété de son développement, tout entier issu d'un motif unique, pourraient le faire comparer à la Passacaille de J.-S. Bach . »2

Fantaisie chromatique
Helmut Walcha (orgue)

Hexacord Fantasie
Tomasz Gluchowski (orgue)

Fantaisie en écho en la mineur
Sébastien Letocart
orgue de Spa

Ricercar
Edite Rocha
orgue de la Kartäuserkirche de Bâle

De moindre envergure que les Fantaisies et d'une portée musicale quelque peu en retrait, les douze Toccatas affichent une virtuosité moins débridée que celles des contemporains italiens, mais leur construction est plus organisée. Les plus remarquables, qui comptent en même temps parmi les plus développées, sont sans doute les Toccatas en la n° 16 et n° 17.

Toccata n° 15
Bob van Asperen (clavecin)

Cycles de variations

Au nombre de vingt-cinq, ces cycles exploitent soit des thèmes profanes (chansons ou danses à la mode), soit des thèmes de cantiques ou de chorals, parmi lesquels on relève une forte majorité de cantiques luthériens. Venant d'un calviniste — mais jusqu'à quel point l'était-il  ? — cela a de quoi intriguer, et il est plutôt amusant de « voir un Hollandais calviniste à la source du choral luthérien allemand… »3  Mais l'amusement s'arrète là car, quelles que soient les qualités (musicales et spirituelles) de ces variations sur des chorals, on se trouve ici face à un univers d'un dépouillement tout de même très…calviniste.

Aussi le mélomane se tournera peut-être plus volontiers vers les douze séries de variations brodant sur des thèmes profanes, à commencer par le fameux Ballo del granduca, la pièce la plus jouée de Sweelinck avec la Fantaisie chromatique. S'y ajoutent d'autres vrais chefs-d'oeuvre comme les Variations sur « Est-ce Mars ? » (un air de cour de Pierre Guédron), les Variations sur « Unter der Linden grüne », celles sur la Pavana Lachrimae empruntée à Dowland, celles sur « Soll es sein » et, plus que toute autre série, les six Variations sur « Mein junges Leben hat ein End », une réussite absolue du musicien.

« Brillantes, laissant toujours chanter la mélodie au soprano, elles [ces variations sur des thèmes profanes] demeurent d'une grande pureté, quoique faisant appel à toutes les saveurs harmoniques alors pratiquées par les madrigalistes. On y goûte à loisir l'un des traits du génie de Sweelinck, cette élégance de pensée pour la nuance exacte et subtile, cet art de l'expression juste maniée avec un plaisir gourmand. »4

Ballo del Granduca
Matteo Imbruno
Vater-Muller de la OudeKerk d'Amsterdam

Est-ce Mars ?
Hedvig Jakab (orgue)

Unter der Linden grüne
Zuzana Ruzickova (clavecin)
 

Pavana Lachrimae
Alina Rotaru (clavecin)

Mein junges Leben hat ein End
Juan Maria Pedrero
orgue historique de Torrelobaton, Espagne

Notes

1. Michel Roubinet & Gilles Cantagrel, dans dans Gille Cantagrel, « Le guide de la musique d'orgue », Fayard, Parios 2003, p. 732.

2. Ibid. ,p.734-735.

3. Ibid. , p.737.

4. Ibid. , p.737.


Références / musicologie.org 2012

I.
Renaissance-
premier
xviie siècle

Italie
Angleterre
Espagne & Portugal
Allemagne & Pays-Bas
France

II.
Le xviie siècle baroque

Allemagne & Pays-Bas
Italie
France
Angleterre
Espagne

III.
Le temps de Bach

France
Italie
Allemagne
Autres nations

IV.
Entre Bach et Mozart

Allemagne
France
Italie
Bohème
Autriche
Angleterre
Espagne et portugal

V.
Le Temps de Mozart
et de Haydn

Autriche
Italie
Bohème & Moravie
Allemage
France
Angleterre & Espagne

VI.
De Beethoven à Schubert

Allemagne
Autriche
Bohème & Moravie
Italie
France
Autres nations

Supplément xixe siècle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Coursd'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale