Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : Un parcours découverte

 

La musique instrumentale de Johann David Heinichen

III. Le temps de Bach : France - Italie - Allemagne - Autres nations

Avouons-le : après Bach, Haendel et Telemann, on a quelque mal à prendre en considération des musiciens qui pourtant, en leur temps, jouirent d'une réputation enviable, et souvent largement justifiée, dans cette Allemagne extrèmement morcelée où chaque cour princière, chaque ville digne de ce nom, entendait s'attacher les services des meilleurs. Outre Fischer et Weiss, nous en citerons six qui, à défaut d'être habités par le génie, brillèrent d'un éclat particulier, le plus souvent dans une mouvance artistique qu'on est tenté de qualifier de « telemannienne ». Ces musiques sont en effet particulièrement riches en couleurs, ce qui fait dire que, décidément, ce baroque allemand fut un vrai paradis pour les souffleurs de tout poil, à la flûte, au hautbois, au chalumeau, au basson comme au cor. Elles se signalent aussi, très largement, par un entrain et une énergie qui en font des œuvres plus pétillantes que profondes, d'un baroquisme étincelant, parfois à la limite de la frénésie instrumentale. Il est vrai qu'une part non négligeable de ce répertoire s'adressait à une formation d'exception, le fameux orchestre de Dresde, qui eut par ailleurs quelques grands « fournisseurs » étrangers comme Vivaldi et Veracini, une formation dont il n'était surtout pas question de sous-estimer les super-solistes.

 

Johann David Heinichen (1683-1729) est reconnu aussi bien comme théoricien que comme compositeur, il fut incontestablement un grand maître des combinaisons sonores, au point d'établir le « concerto pour l'orchestre de Dresde » au rang de genre à part entière. Formé à Leipzig (école Saint-Thomas et université), il séjourna plusieurs années à Venise et à Rome avant d'être engagé en 1717 comme Kapellmeister à la cour de Dresde. Il y écrivit de nombreuses œuvres instrumentales et sacrées, parmi lesquelles on retient particulièrement divers concertos et quelques ouvertures. Des partitions qui, au-delà  des prouesses d'invention sonore, marient admirablement les différents « goûts » (l'italien, le français, l'allemand) et ce, avec une aisance, un naturel qui donnent l'impression de musiques écrites au fil de l'inspiration, riches en surprises et – parfois - non dénuées de poésie. Mieux que tout autre peut-être, Heinichen nous rappelle quelle fête devait être à l'époque la musique pratiquée à Dresde.

 

Concerto en ut mineur S. 240
I. Vivace
Musica Antiqua Köln (Reinhard Goebel

 

Concerto en fa majeur S. 231
Musica Antiqua Köln (Reinhard Goebel)

 

Concerto en fa majeur S. 235
Musica Antiqua Köln (Reinhard Goebel

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

 

musicologie

ISSN2269-9910

Références / musicologie.org 2013

 

Mardi 11 Novembre, 2014 15:50

Recherche

rectangle

rectangle

rectangle