S'abonner au bulletin

 

Placido Domingo, subtil maestro de « The Telephone » et « Amelia al ballo » de G. C. Menotti, ouvre la saison lyrique à l'Opéra de Monte-Carlo

 

25 octobre 2013, par Jean-Luc Vannier ——

 

À rebours de la chronologie, l'Opéra de Monte-Carlo a choisi, vendredi 25 octobre, d'ouvrir sa saison lyrique avec deux œuvres, dissociées par la seconde guerre mondiale, du compositeur et librettiste lombard Gian Carlo Menotti : en première partie, « The Telephone » ou « l'Amour à trois » créé au Heckscher Theater de New York le 18 février 1947 suivi, après l'entracte, de « Amelia al Ballo » jouée le 1er avril 1937 à l'Académie de musique de Philadelphie. Deux courtes pièces — la première dure trente minutes, la seconde une petite heure — où la vivacité des dialogues et le dynamisme de l'action se substituent à la maigre intensité dramatique.

Placido DomingoPlacido Domingo, direction musicale. Photographie © DR.

Si « Amelia al ballo » raconte l'obsession d'une jeune femme de la haute bourgeoisie milanaise d'aller au « premier bal de la saison », jusqu'à en trahir mari et amant, « The Telephone » annonce, avec une vision quasi prophétique des pathologies modernes du lien et de l'attachement aux smartphones, l'immixtion sans partage de ce moyen de communication au sein du couple. Malgré l'acuité visionnaire du message, il est difficile de ne pas penser à « La Voix humaine » tragédie en un acte sur un livret de Jean Cocteau de Francis Poulenc, donnée à l'Opéra Comique en février 1959 et jouée l'Opéra de Nice en octobre 2011 : ouvrage d'une tout autre dimension musicale, vocale et surtout d'une épaisseur psychologique plus marquée. Douze ans séparent seulement les deux opuscules.

Saluons les efforts, créatifs et compensateurs de la minceur allégorique des récits, de la mise en scène signée Jean-Louis Grinda, des décors simples mais efficaces de Manuel Zuriaga, des costumes de José Maria Adame et des lumières — parfois un peu déroutantes dans leur brusque succession — d'Antonio Castro.

The TelephoneThe Telephone. Aldo Heo (Ben) et Micaëla Öste (Lucy). Photographie © Opéra de Monte-Carlo.

Longuement ovationné par le public et les musiciens de l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo dès son entrée dans la fosse, le ténor, devenu baryton, Placido Domingo s'empare de la partition avec une gourmandise artistique — et un inimitable sourire bienveillant — qu'il n'éprouve aucune difficulté à partager avec le plateau et l'audience. L'investissement du maestro est profond, fervent, presque insondable mais sa minutie dans l'exécution révèle, comme la couleur rehausse dans l'aquarelle le relief de l'esquisse, une attention maitrisée des nuances : en témoignent la voix instrumentale des gémissements du téléphone ou la magnifique ouverture de « Amelia ».

Dans son émission « Changez de disque ! » du jeudi 24 octobre sur France Musique, Emilie Munera ne tarit d'ailleurs pas d'éloges sur la dernière « Intégrale Verdi » de Placido Domingo (6 opéras, 12 CD) parue récemment chez Sony Classical.

The TelephoneThe Telephone. Aldo Heo-(Ben) et Micaëla Öste-(Lucy). Photographie © Opéra de Monte-Carlo.

Un relatif contraste concerne en revanche la distribution : le rôle de Lucy, part essentielle dans « The Telephone », appelle une luminescence enjouée, un éclat particulier de la voix que la soprano d'origine allemande Micaëla Öste atteint irrégulièrement. Ses notes graves sont souvent rentrées et obligent l'auditeur à regarder la transcription sur le panneau pour savoir ce qu'elle chante. Son partenaire coréen, le baryton Aldo Heo (Ben) s'en sort mieux dans les brèves évocations de son dépit amoureux.

Amelia al balloAmelia al ballo. Norah Amsellem (Amelia). @ Photographie Opéra de Monte-Carlo.

Le déroulement « dramaturgique » de « Amelia al ballo » offre une plus large palette de registres vocaux. Dans le rôle de « Amelia », Norah Amsellem, emporte la conviction même si son articulation du vocable italien, dont nous avions déjà souligné les faiblesses dans une « Traviata » entendue au Deutsche Oper de Berlin en janvier 2013, ne s'est pas foncièrement améliorée. Très à l'aise sur la scène, la soprano française fait par ailleurs entendre de belles envolées aiguës et claires, notamment dans sa superbe prière « Les heures s'envolent, Ô ciel ! » qu'il semble toutefois exagéré de vouloir comparer au « Vissi d'arte » de Tosca dont l'histoire du livret prétend s'inspirer. Interprétant, sans le surjouer comme sa partenaire féminine, son époux cocufié, le baryton chilien Javier Arrey force l'admiration par la puissance vocale et bien projetée, de sa jalousie. Nous avions déjà eu l'occasion de relever le talent d'un jeune ténor roumain Ioan Augustin Hotea, lauréat du « Prix spécial Verdi » offert par l'Ambassade d'Italie dans le cadre du bicentenaire de la naissance du compositeur lors du Grand Prix de l'Opéra National de Bucarest. Dans « Amelia », il campe, scéniquement et vocalement, un magnifique lover narcissique et ténébreux dont la romance lyrique « Fu di notte » sur la genèse de sa passion pour « Amelia » mérite d'être complimentée.

Amelia al BalloAmelia al ballo. Norah Amsellem (Amelia). Photographie © Opéra de Monte-Carlo.

Sur les vingt-cinq opéras de Gian Carlo Menotti, décédé à Monaco le 1er février 2007, « The Telephone » et « Amelia al ballo » donnent à entendre la série « light » de ses œuvres intégrant un curieux mélange de néoromantisme mêlé d'american musical comedy — l'influence probable de son compagnon de plus de trente ans Samuel Barber — et d'opera buffa propre à son italianité à laquelle celui qui entra à treize ans au conservatoire de Milan, ne renoncera jamais.

Amelia al BalloAmelia al ballo. Norah Amsellem (Amelia) et Javier Arrey (Le-Mari). Photographie © Opéra de Monte-Carlo.

 

Nice, le 26 octobre 2013
Jean-Luc Vannier

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales 


Références / musicologie.org 2013

 

musicologie.org

Les derniers articles
de Jean-Luc Vannier

« Marco Polo » entre père et fils aux Ballets Nice Méditerranée (5 octobre 2013)

Jeroen Verbruggen et sa fascinante « Arithmophobia » chorégraphient un au-delà de la mort aux Balletsde Monte-Carlo, par Jean-Luc Vannier

Bernice Coppieters, « Shéhérazade » féline aux Ballets de Monte-Carlo

« L'histoire de Manon » par le Royal Ballet de Londres au Grimaldi Forum : un classicisme désuet émaillé de trivialités

La soprano Irina Ionescu et le ténor Augustin Hotea victorieux contre les choix — discutables — du Grand Prix de l'Opéra de Bucarest

Un magnifique « Il ritorno d'Ulisse in patria » de Monteverdi en fin de saison à l'Opéra de Nice

« Kocktales » au Theater der UDK de Berlin : les jeunes artistes allemands et les fantômes du IIIe Reich.

« Masse » par le Staatsballet et le Technoclub Berghain : un « mariage pour tous » chorégraphique à la berlinoise.

Une « Agrippina » de Georg Friedrich Haendel vénéneuse à souhait au Staatsoper de Berlin

A quoi rêve la jeune fille Senta au Staatsoper de Berlin ? Au « Fliegende Holländer » !

Rainer Krenstetter magnifie le « Tschaikowsky » du chorégraphe Boris Eifman au Staatsoper de Berlin

« Messa da Requiem » de Verdi d'une sombre beauté au Deutsche Oper de Berlin

Le Deutsche Oper de Berlin ovationne la soprano Edita Gruberova dans « Lucrezia Borgia » de Donizetti

Mise en scène audacieuse pour un fascinant « Rigoletto » au Deutsche Oper de Berlin

« Choré » ou la mélancolie chorégraphique de Jean-Christophe Maillot aux Ballets de Monte-Carlo.

Une impressionnante saison lyrique 2013-2014 s'annonce à l'Opéra de Monte-Carlo (26 avril 2013)

Un érotisme sensuel pour « Adagietto » du chorégraphe Oscar Araiz aux Ballets Nice Méditerranée.

Une « Amica » de Pietro Mascagni à redécouvrir à l'Opéra de Monte-Carlo

« Madama Butterfly » gravement irradiée à l'Opéra de Nice

La soprano Annick Massis ovationnée dans « La Sonnambula » de Bellini à l'Opéra de Monte-Carlo

« La flûte enchantée » de Mozart à l'Opéra de Nice, ravissant conte maçonnique pour petits et grands.

Duos d'amour wagnériens sans passion à l'Opéra de Monte-Carlo.

La soprano Désirée Rancatore, émouvante et émue, dans une « Traviata » intimiste à l'Opéra de Monte-Carlo

La lancinante beauté mélancolique de « Pelléas et Mélisande » à l'Opéra de Nice

Sublime « Madame Butterfly » au Staatsoper im Schiller Theater de Berlin.

Une « Traviata » de l'entre-deux-guerres au Deutsche Oper de Berlin.

Tout

 

 

 

rectangle

rectangle

rectangle