S'abonner au bulletin

 

Opéra de Monte-Carlo : Jean-Louis Grinda présente une saison lyrique 2014-2015 exceptionnelle

 

24 avril 2014, par Jean-Luc Vannier —— 

Exceptionnelle ! Le qualificatif ne paraît nullement usurpé lorsque Jean-Louis Grinda présente, jeudi 24 avril salle Garnier, le programme de la saison lyrique monégasque pour l'année à venir. Le Directeur général de l'Opéra de Monte-Carlo égrène, devant une salle de mélomanes épatés, une liste de noms d'artistes lyriques et de directeurs musicaux qui suscite aussitôt l'admiration. Et qui traduit, selon S.A.R. La Princesse de Hanovre « la vitalité de l'Opéra de Monte-Carlo » tout en montrant  « à quel point la Principauté, malgré toutes les difficultés, souhaite mettre l'Art au centre de ses préoccupations ». Qu'on en juge.

L'ouverture de la saison interviendra le vendredi 14 novembre à 20h00 avec des  extraits de Giulio Cesare de Georg Friedrich Haendel sous la direction musicale d'Emmanuelle Haïm à la tête de l'Orchestre du Concert d'Astrée. La soprano Nathalie Dessay dans le rôle de Cleopatra aura pour partenaire, dans le personnage de Giulio Cesare,  le haute-contre Christophe Dumaux. Premier opéra de la saison, dans le cadre de la Fête nationale monégasque, Roméo et Juliette de Charles Gounod sera donné à partir du dimanche 16 novembre au Grimaldi Forum, et ce, dans une nouvelle production en coproduction avec le Teatro Carlo Felice de Gênes. La direction musicale sera assurée par Laurent Campellone et les deux principaux caractères seront joués par Paolo Fanale (Roméo Montaigu) et Anne-Catherine Gillet (Juliette Capulet) laquelle, après un succès dans des Dialogues des Carmélites de décembre 2013 à Paris, fera une prise du rôle-titre de La Traviata le 17 juin prochain à l'Opéra de Marseille.

José Cura José Cura.

Mardi 2 décembre 2014 à l'opéra de Monte-Carlo, le ténor José Cura, acclamé sur le Rocher pour son interprétation de Stiffelio de Verdi en avril 2013, sera au cœur d'une soirée argentine.  Il sera accompagné au piano par Kristin Okerlund et aura pour récitante Anthéa Sogno, le tout sur des musiques de María Elena Walsh, Carlos López Buchardo, Alberto Evaristo Ginastera, José Cura et Carlos Guastavino. Le directeur général de l'opéra n'a ensuite pas manqué d'insister sur la nouvelle production, le jeudi 22 janvier à 20h00, d'un « Himalaya » du répertoire opératique : Guillaume Tell de Gioachino Rossini. Production qui permettra de retrouver dans le rôle-titre Nicola Alaimo, apprécié lui aussi dans le Stiffelio monégasque, et, dans le personnage de Mathilde, soeur de Gesler, la soprano Annick Massis ovationnée pour sa part en février de l'année passée dans une Sonnambula en version de concert.

À partir du jeudi 19 février à l'opéra de Monte-Carlo, Eine florentinische Tragödie d'Alexander von Zemlinsky suivie de Pagliacci de Ruggero Leoncavallo : deux œuvres qui seront placées sous la direction musicale de Pinchas Steinberg, le maestro qui dirigeait La Fanciulla del West de Puccini au Grimaldi Forum en novembre 2012, avec Zoran Todorovich, ancien Dick Jonhson de cette même Fanciulla et Guido Bardi, prince de Florence dans cette Tragédie florentine à venir. Il y côtoiera dans le personnage du négociant Simone, Samuel Youn, ancien interprète de Paolo Albiani dans un Simon Boccanegra réussi à l'opéra de Nice. Tout comme Barbara Haveman, sa femme Bianca dans cette œuvre mais dont nous nous souviendrons qu'elle était aussi une magnifique Maria Boccanegra niçoise, et plus avant, une inoubliable Voix humaine de Poulenc à l'opéra de Nice en octobre 2011. Quant à Pagliacci, signalons aux côtés de Marcelo Alvarez dans le rôle de Canio et de Maria José Siri dans celui de Nedda, la présence de Zheng Zhong Zhou (Sylvio), baryton chinois originaire de Shanghai entendu dans une Traviata au Deustche Oper de Berlin.

Kwangchul YounKwangchul Youn.

Après son époustouflant Mefistofele pour l'ouverture de la saison lyrique monégasque en novembre 2011, la basse d'origine uruguayenne Erwin Schrott sera Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart à partir du vendredi 20 mars à l'opéra de Monte-Carlo et ce, dans une mise en scène de Marguerite Borie, ancienne assistante de Jean-Louis Grinda. Avec Maxim  Mironov, le ténor russe d'un Enlèvement au Sérail à Nice en janvier 2012, et Sonya Yoncheva qui partageait avec Désirée Rancatore, le rôle de Violetta Valery dans une superbe Traviata à Monaco en janvier 2013. Et, en quasi « double morphologique » du rôle-titre, dans celui du valet Leporello, la basse roumaine Adrian Sampetrean, ancien Dulcamara de L'Elisir d'amore dirigé par Nathalie Stutzmann et « Leporello junky » au Staatsoper de Berlin sous la baguette de Daniel Barenboim.

Les mélomanes se souviendront avec bonheur de la magnifique basse Kwangchul Youn dans les deux rôles du roi Marke et de Hundig lors de « Duos d'amour wagnérien » à l'auditorium Rainier III en février 2013. Accompagné au piano par Burkhard Kehring, il interprétera à l'opéra de Monte-Carlo le 28 mars Winterreise (Voyage d'hiver) de Franz Schubert, un cycle de 24 Lieder pour piano et voix sur des poèmes de Wilhelm Müller. Retour au Belcanto avec,  le vendredi 10 avril 2015 à l'Auditorium Rainier III, un récital de la soprano Diana Damrau avec la participation de la basse Nicolas Testé et sous la direction musicale de Jacques Lacombe, maestro qui conduisait l'année passée une superbe Favorite. Diana Damrau interprètera des airs d'opéras extraits de Lucia di Lammermoor, I Capuleti e i Montecchi, I Puritani, La Sonnambula, La Traviata, Simon Boccanegra

Diana DamrauDiana Damrau. Photographie © Tanja Niemann.

Œuvre « violente, sauvage », selon Jean-Louis Grinda et pour la première fois le 24 avril 2015 à l'opéra de Monte-Carlo, Lady Macbeth de Mtsensk, de Dimitri Chostakovitch, toujours sous la direction musicale de Jacques Lacombe. En clôture de saison — et quelle conclusion lyrique ! — La célèbre soprano Anna Netrebko jouera au Grimaldi Forum le 21 juin 2015, Iolanta de Piotr Ilyitch Tchaïkovski en version de concert.

anna netrebkoAnna Netrebko. Photographie© Kristian Schuller/DG.

C'est donc sans effort que Jean-Louis Grinda pouvait terminer sa présentation par ces quelques mots : « Dans une époque où la dérision semble l'emporter sur tout autre sentiment, la Principauté de Monaco, envoie le message suivant : la beauté est aussi au coeur de ses préoccupations ».

 

Nice, le 24 avril 2014
Jean-Luc Vannier

À propos .  . Bulletin . Liste de discussion . Collaborations .  


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2014

musicologie.org 01/2014

Vendredi 25 Avril, 2014 0:32

musicologie.org

 

 

 

rectangle

rectangle

rectangle