S'abonner au bulletin

 

 

Nikita Boriso-Glebsky, Lovro Pogorelich et un grillon enchantent les « Nuits musicales de Notre-Dame-de-vie » à Mougins

 

Mougins, 3 août 2014, par Jean-Luc Vannier ——

Certes, il fallait s'armer de patience pour accéder puis se garer, samedi 2 août, à la Chapelle Notre-Dame-de-vie de Mougins qui abritait la première des « Nuits musicales » sur les hauteurs de Cannes. Auxiliaires de la police municipale sympathiques mais dépassés par les problèmes de circulation tandis que leur chef « textoïsait » benoîtement sur son Smartphone ! Rappel d'un précepte chrétien rendant impératif le passage par la souffrance avant d'accéder au bonheur ? Celui-ci se trouvait justement « au bout du chemin » bordé de cyprès : dans la pénombre surgissait, glorieuse de mille feux, la chapelle romane du xvie siècle, « restaurée en 2013 » expliquait en introduction l'Adjoint au maire chargé de la culture et du patrimoine. Tout en rendant un hommage appuyé au directeur artistique du Festival, Gabriel Tacchino, « aux côtés duquel », avouait-il, « il a beaucoup appris ».

Nikita GlenskiNikita Boriso-Glebsky. Photographie © Jean-Marc Warszawski.

Au programme de ce concert de musique de chambre — exigez une place dans les dix premiers rangs car l'acoustique au-delà se révèle défaillante — figuraient la sonate pour violon et piano no 1 en sol majeur et le scherzo pour violon et piano en do mineur de Johannes Brahms, puis, en deuxième partie, des arrangements pour piano et violon des quatre préludes opus 34 signés Dmitri Chostakovitch et la sonate pour violon et piano no 1 en fa mineur de Sergueï Prokofiev. Avec deux solistes de talent : le pianiste croate Lovro Pogorelich et le violoniste russe Nikita Boriso-Glebsky.

La partie brahmsienne fut un enchantement : dans les trois mouvements — Vivace ma non troppo, Adagio, Allegro molto moderato — de la sonate no 1 en sol majeur, Nikita Boriso-Glebsky, vainqueur incontestable en 2013 des « Monte-Carlo Violin Masters », joue un violon vénitien Domenico Montagnana de 1723. Il multiplie avec aisance des aigus d'une incroyable douceur, des sons d'une pureté cristalline, comme filtrés, expurgés de toute ingérence ou difficulté technique. Malgré sa suggestion plus ludique, le scherzo en do mineur, permet encore au soliste russe, lauréat des deux prestigieux concours internationaux de violon Jean Sibelius et Fritz Kreisler, de s'amuser — et de nous ravir — avec ses impressionnants coups d'archet dont la puissance n'altère en rien la légèreté des notes.

Lovro Pogorelich. Photographie © Tomislav Čuveljak.

Changement de registre et d'ambiance pour la seconde partie dédiée, sur des arrangements de Dmitri Tsyganov, à des compositeurs russes lesquels nous font entendre des mélodies plus enténébrées, plus angoissantes : les gaillardes stridulations d'un grillon amoureux, peut-être stimulé par les ricochets et autres saltati égrenés sur son instrument par le soliste moscovite avec une déconcertante fluidité, n'ont pas empêché Lovro Pogorelich et Nikita Boriso-Glebsky de nous livrer une interprétation intense et virtuose des quatre préludes de Chostakovitch et de la sonate no 1 de Prokofiev. Et d'accorder généreusement deux « bis » au public qui les acclamait : des extraits d'une pièce de Brahms et du « Salut d'amour », opus 12 (1888), du compositeur britannique Edward Elgar. À l'issue de la performance, Nikita Boriso-Glebsky nous précisait qu'il demeurerait en France tout le mois d'août  pour se produire, du 11 au 17, au Festival bourguignon de Buxy « Musicales en Côte Chalonnaise » puis, du 21 au 30, à la onzième Edition de « Musique de chambre à Giverny ». Et de conclure à propos de la concurrence déloyale du grillon au cours de sa prestation : « tout ce qui n'est pas artificiel n'est pas gênant ».

Nice, le 3 août 2014
Jean-Luc Vannier

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2014

musicologie.org 01/2014

Mercredi 6 Août, 2014 13:57

musicologie

Les derniers articles
de Jean-Luc Vannier

Le « Triple Concerto » de Beethoven et « La mer » de Debussy dirigés par Kazuki Yamada au Palais princier de Monaco (Monaco, 1er août 2014)

Kazuki Yamada et l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo à l'unisson pour Rachmaninov et Dvořák (Monaco, 27 juillet 2014)

Solistes et chanteurs lyriques du Danemark au Palais Lascaris de Nice (25 juillet 2014)

L'orchestre philharmonique de Nice au Festival « Païoun » de Contes (23 juillet 2014)

Un « Boléro » magique par l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo au Palais princier (21 juillet 2014)

L'espièglerie de Francis Poulenc ouvre les Concerts d'été au Palais princier de Monaco (18 juillet 2014)

Avec Jiri Kylian, William Forsythe et Marco Goecke, la fièvre électrique de « L'été danse ! » aux Ballets de Monte-Carlo (17 juilet 2014)

Giacomo Puccini et Albert Carré : « Madame Butterfly » à Paris : jusqu'où ne pas aller dans les adaptations scéniques ? (Brepols 2012), par Jean-Luc Vannier

Marc Adam, Directeur artistique de l'Opéra de Nice, présente la saison lyrique 2014-2015

La fanfare du 27e bataillon des chasseurs alpins commémore la Grande Guerre à Villefranche-sur-Mer (29 juin 2014).

Godefroid Philippe, wagner et le juif errant : une hontologie. Qui est ce qui est allemand ? – Donner la mort. « Univers musical », L'Harmattan, Paris 2014.

Eblouissant gala de l'Académie Princesse Grace à l'opéra de Monte-Carlo (Monte-Carlo, 19 juin 2014)

Tout

rectangle

rectangle

rectangle