À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
Deutsche Nationalbib.
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

 GAUTHIER LAURE
& TRAVERSIER  MÉLANIE (direction),
Mélodies urbaines :
La musique dans les villes d'Europe
(XVIe-XIXe siècles)

GAUTHIER LAURE & TRAVERSIER  MÉLANIE (direction),
Mélodies urbaines : La musique dans les villes d'Europe (XVIe-XIXe siècles)
(Préface par Jean-Pierre Bartoli). Presses Universitaires de la Sorbonne, Paris 2008
[368 p. ; ISBN  978-2-84050-563-1 ; 32 €]

 

Même si on a l'impression que certains articles rassemblés ici, sont un peu artificiellement arrimés au sujet, ce livre est passionnant de bout en bout. Par son objet même : le phénomène urbain, qui est, c'est une évidence, une problématique essentielle, dès qu'on veut réfléchir aux activités humaines, musique comprise. Mais, un type de sujet rare en musicologie, où l'on fait l'effort d'ignorer ce genre d'évidence.

Comme on peut le lire dans la préface : « Qu'est-ce qu'un musicologue ? C'est un historien, un anthropologue, un philosophe, un sémioticien ou un sociologue ou que sais-je encore qui se penche sur la musique mais ce qu'il a d'essentiel et que les autres n'ont pas est qu'il sait à cet effet lire et analyser les partitions ». On se demande où le musicologue étudie toutes ces matières. Les cursus musicologiques ne comprennent pas ces formations, ils ont même ignoré les bouleversements des sciences sociales et de l'histoire des années 1970.

La musicologie est restée, en grande part, imprégnée du positivisme érudit de bibliothèque, de la charnière des XIXe-XXe siècles, qui ont établi la discipline. Depuis, elle cherche une reconnaissance de science « dure » ou « technologique », « neutre » (la science ce sont des nombres et des formules, n'est-ce pas ? ). La musicologie cultive, pour parodier des propos de Pierre Abélard, des arbres aux magnifiques feuillages, mais sans fruits.

Ce livre, n'a pas cette invraisemblable prétention, du musicologue « couteau suisse » de l'érudition, vieux refrain cher au monde de la musicologie, de François-Joseph Fétis (1784-1871) à Jacques Chailley (1910-1999), en passant par Jules Combarieu (1859-1916), et bien d'autres.

Il s'agit ici, simplement d'une étude de sciences sociales, du point de vue de la musicologie qui en est une spécialité, avec ses outils et moyens spécifiques.

S'attaquer au phénomène urbain, est essentiel pour comprendre nos sociétés, et la manière dont elles se pensent et se reflètent dans ses activités artistiques.

La ville est le lieu des pouvoirs, des centralisations, de la promiscuité, et de la coopération entre les personnes. C'est dans les villes que le travail s'est divisé et spécialisé. Sans ville, pas de salles de concert, pas de métier de musicien. La ville est aussi le lieu où les contradictions de la société se font les plus vives, où des besoins aigus d'unité sociale se font sentir, dans lesquels le spectacle joue un rôle important, particulièrement de miroir et de régulation. C'est depuis les villes que l'élite propage son influence, entre les villes que voyagent les musiciens et les informations.

Le développement de la vie urbaine a donc des conséquences importantes sur l'administration du monde musical, mais encore, sans aucun doute, sur les esthétiques.

La ville attire, mais la ville révulse, en ce qu'elle est le théâtre de l'exacerbation des contradictions de la société. Elle apparaît alors comme contre-nature, un endroit où se développent la débauche, le crime, l'immoralité, voire la révolution. On se tourne alors vers la campagne, ses vertus et vérités originelles, les racines supposées. Le paradis est un jardin, l'enfer une ville.

On peut multiplier les exemples illustrant cette opposition, de la villa romaine hors de la ville, à l'œuvre littéraire de Jack London, la fermette de Marie-Antoinette à Versailles, et le choix de Versailles lui-même, comme séjour royal. La Trilogie de la Vilégiature de Goldoni, le goût de la campagne chez Jean-Jacque Rousseau, le mouvement de « retour à la campagne » des années 1970, enfin tout ce qu'on peut imaginer autour de la pastorale, de la bucolique, de l'agreste, qui peuplent aussi les œuvres musicales. Le mythe pastoral, fondement idéologique de la jeune Amérique en rupture de ban avec la vieille Europe corrompue, est une aspiration produite engendrée par la ville, tout comme l'«art  nouveau », immense mouvement tourné vers la nature, qui, dès le milieu du XIXe siècle, transforme l'architecture des villes, et impose l'idée de modernité. C'est, par exemple, dans ce mouvement que la musique atonale prit son essor.

Ce livre offre une large palette d'articles et de points de vue, lesquels dans leur ensemble, esquissent l'image de dynamismes sonores mais encore d'économie musicale, (sur quatre siècles et l'ensemble de l'Europe), qui n'ont pas d'autonomie propre, qui ne sont pas des objets singuliers de laboratoire, mais qui sont, tout au long, la mise en œuvre de décisions prises pas des personnes.

 

Jean-Marc Warszawski>
9 juin 2008

Présentation de l'éditeur

En croisant les méthodes et les objets de l'histoire urbaine et de la musicologie, ce volume s'attache à répondre à une double question : en quoi l'espace musical infléchit-il le développement de l'espace urbain et, à rebours, en quoi les espaces urbains, notamment politique et confessionnel, influent‑ils sur l'espace musical ? Plutôt que de proposer des analyses qui exploreraient de façon exhaustive l'histoire musicale d'une ville en particulier ou d'un lieu de représentation, ce livre propose une série de cas types, révélateurs des liens entre l'histoire d'une ville et celle d'un fait musical. Le développement de l'espace musical dans la ville en Europe, depuis la Réforme jusqu'à l'émergence des avant-gardes musicales à la fin du xixe siècle, s'est effectué selon des paradigmes communs à ceux des autres espaces urbains : local/national, sacré / profane, privé / public, etc. Le choix du cadre européen permet d'appréhender l'histoire musicale européenne dans sa diversité et d'en dégager les éléments de convergence.

Table des matières

Préface de Jean-Pierre Bartoli ; Introduction par Laure Gauthier et Mélanie Traversier.

Première partie : La musique et le pouvoir.
1. Euterpe et les princes

  • Pouvoir et culture sonore dans les rues d'Amiens au xvie siècle (Frédéric Billiet)
  • Les ruptures du quotidien sonore : une stratégie de pouvoir ? L'exemple liégeois dans la première moitié du xviie siècle (Émilie Corswarem et Annick Delfosse)
  • « La musica ha la sua propria sede in questa città » : Histoire urbaine et espaces musicaux à Venise, 1600-1797 (Caroline Giron-Panel)
  • Développement de l'espace musical et identité urbaine dans les villes d'Europe centrale : les opéras de Lemberg et de Prague  (Philipp Ther)

2. Euterpe et l'Église

  • Création et reconfiguration de l'espace sonore : les activités musicales à Strasbourg avant, pendant et après la Réforme protestante (Beat A. Föllmi)
  • Les spectacles à Munich aux xviie et xviiie siècles. Pour une confrontation de la scène scolaire et de l'opéra (Anne-Claire Magniez)
  • Les pompes royales dans les villes de Province dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : entre catholicisme d'État et mondanités locales (Georges Escoffier)
  • Le chant parisien au xviiie siècle : entre prière nationale et résistances locales (Xavier Bisaro)

Deuxième partie : Le théâtre, l'hospice ou la rue ?
1. Espace privé, espace public

  • La musique dans la rue : Giulio Cesare Croce à Bologne, 1550-1609 (Florence Alazard)
  • « Quattro venerandi templi d'Euterpe » : les églises des Ospedali Grandi durant la République vénitienne (Laura Moretti)
  • Entre théâtre et salon : les premières salles de concert parisiennes au xixe siècle (Laure Schnapper)
  • Le salon de Liszt comme symbole du « Nouveau Weimar » (1848-1861) (Damien Ehrhardt)
  • Lieux du théâtre et architecture de la société urbaine : éléments sur le cas italien à la fin du XIXe siècle (Carlotta Sorba)

2. Ville réelle, ville imaginée

  • Ville réelle, ville imaginée dans les pièces de clavecin de François Couperin (1668‑2203) (Bertrand Porot)
  • Passion et utopie dans Euphonia ou la ville musicale de Berlioz (Esteban Buch)
  • La géographie de la musique et la définition de ses objets : le cas de New York au xixe siècle (Rémy Campos)

 Contributeurs ; Bibliographie sélective ; Index des noms de lieux ; Index des noms de personnes

©Références / Musicologie.org 2008