À propos du site

S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies musicales
Encyclopédie musicale
Discographies
Iconographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Annonces & annuaires
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

 


proposer un texte      s'abonner au bulletin      retour à l'index par auteurs

Gérard Grisey
Écrits
ou l'invention de la musique spectrale


Grisey Gérard, Écrits : ou l'invention de la musique spectrale
(édition réalisée par Guy Lelong et la collaboration d'Anne-Marie Réby)
« Répercussions », MF Éditions, Paris 2008 [375 p. ; 978-2-915794-31-1 ; 22  €]

Gérard Grisey est un des compositeurs majeurs de la seconde moitié du XXe siècle, et l'initiateur du courant de la musique spectrale. Ce volume se propose de réunir l'ensemble de ses écrits significatifs, à l'occasion des dix ans de sa disparition.

Gérard Grisey a laissé un nombre important d'écrits. Si les textes fondateurs de son esthétique ont pour la plupart été publiés de son vivant, ils sont aujourd'hui épuisés ou difficilement trouvables. Par ailleurs, un grand nombre d'écrits, aujourd'hui archivés à la Fondation Paul Sacher à Bâle, sont restés inédits. En accord avec cette Fondation et Raphaël Grisey, fils de Gérard Grisey, ce volume se propose de réunir l'ensemble des écrits significatifs du compositeur, à l'occasion des dix ans de sa disparition. Ils sont regroupés suivant six grandes catégories : Ecrits sur ses principes de composition, Ecrits sur ses œuvres, Autres écrits et textes de circonstance, Entretiens, Lettres, Pages de journal. Introduit par une préface de Guy Lelong, le volume sera suivi d'un dossier et d'un appareil critique, destiné à présenter l'ensemble des textes ainsi réunis.

Gérard Grisey est né le 17 juin 1946 à Belfort. C'est dans cette ville qu'il s'est initié à la musique en apprenant l'accordéon. Très vite virtuose, il devint un enfant prodige de cet instrument, pour lequel il a remporté de nombreux prix, au niveau régional (Franche-Comté), national (Paris, 1963), puis international (Toronto, 1964).

 Parallèlement, il étudie la musique au Conservatoire de Trossingen, en Allemagne, de 1963 à 1965. Puis il se forme auprès d'Henri Dutilleux à l'Ecole Normale de Musique (1968) et d'Olivier Messiaen, au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, de 1965 à 19220, dans la classe duquel il obtient ses prix d'accompagnement au piano, d'harmonie, de contrepoint, de fugue et de composition.

Il s'initie également à l'électroacoustique avec Jean-Etienne Marie en 1969. Il suit en 19220 à Darmstadt les séminaires de Stockhausen, Ligeti et Xenakis, et s'initie à l'acoustique avec Emile Leip à la Faculté des sciences de Paris.

Pensionnaire de la villa Médicis à Rome de 19220 à 1974, stagiaire à l'Ircam en 1980, il est ensuite invité par la D.A.A.D. à Berlin.

Il enseigne à l'université de California à Berkeley de 1982 à 1986 et est professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris de 1986 à 1998.

Gérard Grisey a été l'un des fondateurs de la musique dite « spectrale », élaborée au sein de l'ensemble L'Itinéraire à partir du milieu des années 1970. Les principes de la musique spectrale, qui permettent entre autres d'explorer les aspects microphoniques du son et d'accéder à une temporalité étirée, ont été établis dans le cycle Les Espaces acoustiques, composé entre 1974 et 1985, qui enchaîne six pièces allant de l'instrument soliste au grand orchestre (Prologue, Périodes, Partiels, Modulations, Transitoires et Epilogue). Les œuvres qui suivent - comme Talea (1986), Le Temps et l'écume (1988-1989), L'icône paradoxale (1992-1994), Vortex temporum (1994-1996) et Quatre chants pour franchir le seuil (1997-1998) - intègrent davantage de contrastes et de ruptures, superpose des vitesses différentes, des zones compressées ou dilatées à l'extrême. La perception du temps, qui en résulte, s'en trouve d'autant complexifiée.

©Références / Musicologie.org 2008